Publicité

Le prolongement du chômage temporaire corona sur la table

La ministre Muylle veut permettre le maintien du chômage temporaire Covid-19 jusqu'au 1er septembre. ©BELGA

La ministre de l'Empoi, Nathalie Muylle, veut prolonger la procédure simplifiée pour le chômage temporaire lié au coronavirus jusqu'à septembre. Sa proposition atterrira dans les prochaines semaines.

Plus d'un million de Belges se sont retrouvés en chômage temporaire depuis le début de la crise sanitaire. L'accès plus souple au système, dont les entreprises bénéficient jusqu'à la fin du mois de juin, pourrait être prolongé. La ministre de l'Emploi, Nathalie Muylle (CD&V), souhaite en tout cas le maintenir jusqu'au 1er septembre. Sa motivation est claire: "Éviter des licenciements."

Procédure corona

Instaurée le 20 mars, la "procédure Corona" pour le chômage temporaire a permis d'automatiser et de simplifier le traitement des demandes. Il faut dire qu'elles ont été nombreuses ces derniers mois. "Nous comptons plus d'un million de chômeurs temporaires, mais ces chiffres doivent être nuancés", expliquait ce week-end la ministre Muylle au Tijd. Le mois passé, les personnes en chômage temporaire l'étaient en moyenne 14 jours sur 26, tandis que seule une sur cinq s'y retrouvait à temps plein.

"Nous comptons plus d'un million de chômeurs temporaires."
Nathalie Muylle
Ministre de l'Emploi

L'allocation moyenne qui leur a été versée s'élevait, elle, à 841 euros, soit un peu moins qu'attendu par les autorités. Pour avril, le pic de la crise, ces dernières ont budgété un montant de 1,7 milliard d’euros. Avec la reprise progressive de l’activité économique, les montants prévus devraient diminuer. Pour mai, il est question de 1,2 milliard et pour juin de 580 millions d’euros.

1,7
milliard d'euros
Le gouvernement fédéral a budgété 1,7 milliard d'euros pour le chômage temporaire en avril.

Pas tous égaux

Compte tenu des différences sectorielles en termes de redémarrage, la ministre de l'Emploi préconise désormais de prolonger ce régime jusqu'au 1er septembre. "Certains pourront reprendre rapidement. Pour d’autres, cela prendra du temps", insiste la chrétienne-démocrate flamande, citant en exemple l'horeca, pour lequel aucune date de reprise n'est fixée.

Alors que le chômage temporaire concernait moins de 2% des travailleurs de ce secteur lors des trois premiers mois de 2019, il a atteint près de 15% rien que sur le premier trimestre 2020, d'après une analyse de Partena Professional. Dans ce contexte, les cafetiers et les restaurateurs devraient accueillir à bras ouverts la proposition Muylle.

Toujours en cours d'élaboration, celle-ci ne passera cependant pas en gouvernement cette semaine, la priorité étant accordée à la gestion du déconfinement. Au sein de l'exécutif, le texte ne devrait a priori pas se heurter à des oppositions particulières. "Nous sommes certainement favorables à cette proposition pour les secteurs sous contraintes. De façon plus générale, on préférait travailler à un plan de relance économique pour l'ensemble des secteurs", glisse-t-on au cabinet du vice-premier ministre, David Clarinval (MR).

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité