Le Royaume-Uni, premier pays à déployer le vaccin d'AstraZeneca

Le Premier ministre britannique Boris Johnson observe une infirmière se faire injecter le vaccin d'AstraZeneca. ©AFP

Le Royaume-Uni a commencé à vacciner, ce lundi sa population avec le vaccin contre le Covid-19 d'AstraZeneca et de l'université d'Oxford, devenant le premier pays au monde à le déployer.

Le Royaume-Uni avait déjà été en pointe dans le lancement de la campagne de vaccination contre le nouveau coronavirus avec le déploiement du vaccin développé par Pfizer et BioNTech. Un mois plus tard, Brian Pinker, 82 ans, a reçu, ce lundi vers 7h30 GMT (8h30 chez nous), une dose du vaccin développé par AstraZeneca-Oxford, moins cher et plus facilement transportable.

"Je suis très heureux de recevoir le vaccin anti-Covid aujourd'hui et très fier qu'il ait été inventé à Oxford", a déclaré ce responsable de maintenance à la retraite qui doit suivre des séances de dialyse en raison de sa maladie rénale. Il a également dit avoir hâte de célébrer son 48e anniversaire de mariage avec sa femme Shirley en février.

Brian Pinker est le premier Britannique à recevoir le vaccin d'AstraZeneca ©REUTERS

Six hôpitaux d'Angleterre sont en train d'administrer les premières des quelque 530.000 doses de ce vaccin déjà disponibles dans le pays. Le programme doit ensuite être étendu en quelques jours à plusieurs centaines de sites et le gouvernement espère qu'il permettra de vacciner plusieurs dizaines de millions de personnes dans les mois à venir.

Le Royaume-Uni surpasse déjà l'Europe

La Grande-Bretagne a déjà distribué plus d'un million de doses de vaccins contre le Covid-19, soit plus de doses que dans le reste de l'Europe réunie, a déclaré le ministre de la Santé Matt Hancock, ajoutant que le lancement du vaccin AstraZeneca-Oxford était un "triomphe" de la science britannique. "C'est un moment charnière de notre combat contre cet horrible virus et j'espère qu'il apportera à tout le monde un regain d'espoir que la fin de pandémie est en vue", a dit Matt Hancock.

La Grande-Bretagne avait déjà été, le mois dernier, le premier pays à utiliser le vaccin de Pfizer et BioNTech, qui doit être stocké à des températures très basses. Un million de personnes y ont déjà reçu au moins une dose de ce vaccin. Le gouvernement britannique a réservé 100 millions de doses du vaccin AstraZeneca-Oxford qui peut être stocké dans un réfrigérateur ordinaire, ce qui facilite son transport et son utilisation.

De nouvelles restrictions?

Le nombre de nouveaux cas de contamination par le coronavirus a fortement augmenté ces dernières semaines en Grande-Bretagne, entre autres en raison de l'apparition d'un nouveau variant plus contagieux. Dimanche, le pays a enregistré 55.000 nouveaux cas. Alors qu'une grande partie du pays est déjà confinée, la rapide expansion de l'épidémie a amené le Premier ministre Boris Johnson à envisager des restrictions encore plus strictes, dont éventuellement une fermeture des écoles. "Il ne fait aucun doute que nous allons devoir prendre des mesures plus dures", a déclaré le chef du gouvernement lors d'une visite dans un hôpital, promettant des annonces rapides et avertissant de semaines "difficiles" à venir.

150.000
doses par jour
Champion mondial de la vaccination, Israël administre plus de 150.000 doses de vaccin par jour à sa population.

Les autorités ont modifié, par ailleurs, leur stratégie vaccinale: leur priorité est désormais d'administrer une première dose d'un vaccin à autant de personnes que possible, le report de la deuxième injection pouvant permettre d'éviter des tensions dans la chaîne d'approvisionnement. Mais ce changement a déjà été critiqué par certains médecins.

Malgré les avancées britanniques, Israël reste le champion mondial de la vaccination. Le pays administre plus de 150.000 doses par jour et plus d'un dixième de sa population y a déjà reçu un vaccin.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité