1. Dossiers
  2. Coronavirus
live

Le Royaume-Uni premier pays européen à dépasser les 30.000 décès

Le Royaume-Uni est devenu le premier pays d'Europe à dépasser les 30.000 morts liés au coronavirus, soit le deuxième pays le plus touché par la pandémie dans le monde après les Etats-Unis. Le bilan est de 32.313 décès, soit un chiffre supérieur à l'Italie.
  • Merci de nous avoir suivi

    Nous clôturons ce live. Merci de nous avoir suivi. 

    Ce mercredi, afin de retrouver toutes les nouvelles informations concernant le coronavirus, c'est par ici. 

    Bonne journée 

  • Ce qu'il faut retenir de la journée

    ► A l'heure actuelle, plus de 180 communes wallonnes - sur 253 - se sont déjà procuré des masques à distribuer à leur population, via des commandes qu'elles ont passées ou par l'intermédiaire d'initiatives citoyennes, a affirmé le ministre wallon des Pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne.

    ► Les chefs d'entreprise se rendent compte que les travailleurs ne sortiront pas indemnes de la crise sanitaire liée au coronavirus. Près de six entreprises sur dix entendent donc accorder davantage d'attention au bien-être physique et mental de leurs employés dans le cadre d'une relance progressive de leurs activités, selon une enquête Acerta. >> Lire Embouteillage en vue chez les psys

    ► Les compagnies aériennes réunies au sein de l'Association internationale du transport aérien (Iata) invitent les passagers et les membres d'équipage à porter des masques buccaux à bord des avions afin de lutter contre la pandémie de coronavirus. L'organisation n'est par contre pas favorable à l'imposition de mesures de distanciation sociale qui laisseraient les "sièges du milieu" vides.

    ► Les médecins spécialistes disposent depuis jeudi d'une liste de référence pour les aider à déterminer l'urgence de certains soins, alors que de nombreux interventions et rendez-vous de suivi ont été reportés au début de la crise sanitaire du coronavirus. L'objectif est d'éviter tout dommage irrémédiable pour la santé du patient, souligne le Groupement belge des unions professionnelles des médecins spécialistes (GBS).

    Le bilan belge des dernières 24 heures: Le lundi 4 mai, 242 nouveaux cas ont été rapportés. 84 nouvelles hospitalisations ont été enregistrées. Au total, 3.082 patients sont actuellement hospitalisés. 646 patients se trouvent en soins intensifs, soit une diminution de 9 patients. 12.441 patients sont sortis de l’hôpital et ont été déclarés guéris depuis le 15 mars, soit une augmentation de 63 ces dernières 24 heures. 8.016 décès au total ont été rapportés, soit une augmentation de 97 décès. 

    ► Le Royaume-Uni est devenu le premier pays d'Europe à dépasser les 30.000 morts liés au coronavirus, soit le deuxième pays le plus touché par la pandémie dans le monde après les Etats-Unis. Le bilan est de 32.313 décès, soit un chiffre supérieur à l'Italie. En France, l'épidémie de coronavirus a causé 330 décès supplémentaires en 24 heures, soit un total de 25.531 décès depuis le 1er mars.

    ► Suite à la crise sanitaire engendrée par le Covid-19, Actiris a reçu moins d’offres d’emploi. Le service public bruxellois de l'emploi a fait savoir, ce mardi, qu'il n'avait reçu directement que 1.677 offres des entreprises en avril. Il s'agit d'une baisse de 44,3% par rapport au mois d’avril 2019, alors qu'elle n'était encore que de -24,1% sur la seconde moitié du mois de mars.

    ► Interrogé sur la possibilité pour les Européens de voyager à l'intérieur de l'UE cet été, le commissaire européen au Marché intérieur Thierry Breton a estimé que "certaines zones seront ouvertes aux touristes et d'autres non".

     La Cour constitutionnelle allemande a rendu un premier avis qui risque de changer la donne dans la zone euro. Elle estime que le programme d'achats d'obligations, lancé après la crise de 2008 par la Banque centrale européenne (BCE), enfreint partiellement la constitution de l'Allemagne. 

    ► Maxi Toys a demandé une protection contre ses créanciers en raison de la crise corona, a fait savoir la chaîne de jouets ce mardi. Objectif? "Assurer un futur à un maximum de ses collaborateurs et à l’entreprise".

    ► Touring réclame, ce mardi, davantage de concertation concernant les aménagements routiers provisoires, de même qu'un partage équitable entre la voiture et les usagers faibles.

    ► La commission des Affaires sociales de la Chambre a approuvé, ce mardi, une proposition de loi du MR qui reporte de quatre mois le paiement de la cotisation annuelle 2020 des sociétés. Le texte vise à donner une bouffée d'oxygène aux nombreux indépendants en société, a expliqué le ministre des Indépendants Denis Ducarme.

     Pfizer et BioNTech SE ont déclaré, ce mardi, qu'ils avaient commencé à livrer des doses de leurs vaccins expérimentaux contre les coronavirus en vue des premiers essais sur l'homme aux États-Unis.

    ► La Ville de Bruxelles va diviser en deux voies la rue Neuve, sa plus importante rue commerçante, à l'aide de barrières Nadar, pour la réouverture des magasins le 11 mai, a indiqué mardi l'échevin des Affaires économiques et du Commerce, Fabian Maingain (DéFI). 

  • Airbnb licencie un quart de ses employés dans le monde

    Le patron d'Airbnb, frappé de plein fouet par la pandémie de coronavirus et les mesures de confinement, a annoncé à ses salariés le licenciement d'environ 25% de ses 7.500 employés dans le monde, d'après un mémo publié sur le site du groupe. "Nous traversons collectivement la crise la plus douloureuse de notre vie", a déclaré Brian Chesky, fondateur de la plateforme de réservation de logements qui a déjà levé 2 milliards pour faire face à la crise.

  • Plus de 90% des recyparcs ont rouvert "sans problème" en Wallonie

    A l'heure actuelle, 197 recyparcs sur un total de 213 - soit plus de 90% - ont rouvert leurs portes en Wallonie et sont accessibles sous conditions au public, a indiqué la ministre wallonne de l'Environnement, Céline Tellier, au terme d'une très longue réunion de la commission spéciale Covid-19 du parlement régional. Les premières réouvertures ont eu lieu dès le 20 avril, après concertation avec les acteurs du secteur et selon les modalités définies par les intercommunales.

    "Tout se déroule sans problème, les consignes étant bien respectées par les usagers", a souligné la ministre. Selon cette dernière, le nombre de fractions collectées devrait augmenter dans les semaines à venir pour revenir progressivement à la normale alors que pour l'instant, les déchets collectés restent limités. "Mais la situation tend à se rétablir assez rapidement tant en ce qui concerne les recyparcs que les collectes de déchets en porte-à-porte", a conclu Céline Tellier.

  • Dimitri Fourny et d'autres élus verbalisés pour non-respect des règles Covid-19

    Le bourgmestre sortant de Neufchâteau, Dimitry Fourny, a été mis à l'amende ainsi que d'autres élus de sa liste par la police locale pour non-respect des règles Covid-19, rapportent TV Lux et l'Avenir, citant le parquet du Luxembourg. Une patrouille de la police locale qui effectuait lundi soir une ronde pour contrôler le respect des règles de confinement a été interpellée par un nombre de véhicules importants stationnant devant la buvette du club de football de Longlier. La police s'y est arrêtée et a constaté qu'une dizaine de personnes étaient réunies, relevant plusieurs infractions aux mesures liées au Covid-19.

    Parmi les personnes présentes, le bourgmestre de Neufchâteau, Dimitri Fourny, ainsi que d'autres élus. Dimitri Fourny doit céder son mayorat à Michelle Mons Delle Roche lors de la séance du conseil communal prévue mercredi soir.

  • Les syndicats critiquent le choix du chômage partiel chez Worldline Belgique

    La CNE-ACV, la CGSLB-ACLVB et le SETCA-BBTK s'interrogent, dans un communiqué, sur la gestion de la crise sanitaire au sein de Worldline Belgique. L'entreprise active dans le secteur du paiement électronique est reconnue comme essentielle au fonctionnement de l'économie. Elle a continué ses activités tout en faisant le choix du chômage partiel pour une partie du personnel. Les syndicats, qui indiquent que le groupe dispose de réserves financières importantes, auraient voulu que Worldline ne puise pas dans l'argent public. Ils indiquent avoir dénoncé la situation auprès des organismes officiels.

    En front commun, les syndicats soulignent, en s'appuyant sur les déclarations des responsables financiers de Worldline, que les résultats cumulés pour 2019 sont de 417 millions d'euros pour Worldline Belgique et 61 millions d'euros pour EquensWorldline Belgique. Ils posent dès lors la question de la responsabilité sociétale de l'entreprise. "Avec de tels niveaux de réserves financières, on aurait pu s'attendre à ce que Worldline Belgique et EquensWorldline Belgique aient la décence de ne pas puiser dans la sécurité sociale belge au travers de mesures de chômage partiel. En front commun, les organisations syndicales sont d'avis que cet argent doit rester disponible pour aider les PME et des indépendants menacés de faillite ainsi que pour assurer le financement des soins de santé", indique le communiqué du front commun syndical.

  • Les centres de dépistage du Covid-19 déployés en province de Namur

    Cinq centres de dépistage du Covid-19 et une unité mobile sont en cours de déploiement dans la province de Namur. Ceux-ci sont réservés aux seuls patients suspects envoyés par leur médecin généraliste, attestation à l'appui. Le "tracing" va aussi servir à orienter le service. La mise en place des centres est confiée par le gouvernement fédéral et la Région wallonne aux médecins généralistes via les cercles de médecine générale.

    En province de Namur, il a été convenu de les installer dans ou à proximité des postes médicaux de garde habituels afin de permettre une couverture de l'ensemble du territoire. Le premier centre de testing a été ouvert lundi à Jambes sous la forme d'un drive-in. Il est géré par la garde médicale namuroise (Gamena), au même titre que l'unité mobile, destinée à couvrir le nord de la province.

    Un second drive-in a été ouvert ce mardi à Fosses-la-Ville. Les trois autres centres seront ouverts dans le courant de la semaine à Bièvre (mercredi), Rhisnes (jeudi) et Dinant (vendredi). Dans certains cas, l'accueil dans un bâtiment spécialement aménagé sera privilégié au drive-in. C'est notamment le cas à Rhisnes. Les cinq centres seront tous ouverts de 9h00 à 15h00. Les résultats des tests, analysés par le réseau fédéral et les laboratoires des hôpitaux, seront disponibles dans les deux à quatre jours.

    En attendant, les patients suspects recevront un certificat de quarantaine. Seules les personnes envoyées par un médecin généraliste peuvent se rendre dans les centres, insiste la Province de Namur. D'autres seront aussi dirigées vers un dépistage via le dispositif de tracing.

  • Plus de 180 communes wallonnes se sont déjà procuré des masques pour leur population

    A l'heure actuelle, plus de 180 communes wallonnes - sur 253 - se sont déjà procuré des masques à distribuer à leur population, via des commandes qu'elles ont passées ou par l'intermédiaire d'initiatives citoyennes, a affirmé le ministre wallon des Pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne, en commission spéciale du parlement régional. Fin avril, l'exécutif régional avait annoncé avoir débloqué une enveloppe de 7,3 millions d'euros à destination de l'ensemble des villes et communes de la Région afin de financer l'achat de masques de protection normés, à concurrence d'un masque par habitant et d'un montant forfaitaire de 2 euros par habitant.

    Il avait indiqué dans la foulée vouloir faire un état des lieux de la situation "le plus précis possible", en collaboration avec l'Union des Villes et Communes de Wallonie (UVCW). "A ce jour, 190 communes ont répondu à l'UVCW et plus de 180 d'entre elles se sont déjà procurées des masques à distribuer à leur population", a indiqué le ministre Dermagne. "Certaines ont ciblé les populations à risque; d'autres en distribuent à tous leurs habitants."

  • 330 décès en 24 heures en France, plus de 25.500 morts au total

    L'épidémie de coronavirus a causé 330 décès supplémentaires en 24 heures en France, soit un total de 25.531 décès depuis le 1er mars. La pression sur les services de réanimation continue de s'alléger, avec 266 patients Covid-19 en moins, mais le nombre total de cas graves hospitalisés dans ces services reste élevé à 3.430, et en comptant les malades en réanimation pour d'autres pathologies toujours supérieur (126%) aux capacités initiales de quelque 5.000 places, selon un communiqué.

  • 5% des passagers ne portaient pas de masque buccal dans les véhicules de la Stib lundi

    Alors que le port du masque buccal est obligatoire dans les transports en commun depuis le début de la semaine, 5% des passagers n'en étaient pas équipés lundi, ressort-il des contrôles effectués dans les véhicules et les stations de la Stib, selon une porte-parole de la société de transports bruxelloise. "Il s'agissait surtout de personnes qui ne parlaient ni le français, ni le néerlandais et qui étaient donc peut-être moins informées", estime la porte-parole.

    Le bilan est néanmoins positif pour la Stib. Plutôt que d'infliger des amendes, les quelques centaines de membres du personnel de sécurité de l'entreprise ont d'abord préféré sensibiliser les usagers. La fréquentation des transports en commun de la capitale reste relativement faible. La Stib n'a en effet constaté qu'une légère hausse (+2%) par rapport à la semaine dernière. Le taux d'occupation des rames de métro n'était lundi que de 17% par rapport à la situation en temps normal. Celui des autres transports publics bruxellois n'était que de 20% par rapport à la normale.

  • Les patrons d'entreprise conscients que le personnel reviendra marqué

    Les chefs d'entreprise se rendent compte que les travailleurs ne sortiront pas indemnes de la crise sanitaire liée au coronavirus. Près de six entreprises sur dix entendent donc accorder davantage d'attention au bien-être physique et mental de leurs employés dans le cadre d'une relance progressive de leurs activités, selon une enquête Acerta effectuée fin avril auprès d'un demi-millier de responsables d'entreprise.

    "Cette crise se déploie par vagues. Elle a commencé sous la forme d'une crise sanitaire, a évolué en une crise économique, et nous pouvons à présent nous attendre à la troisième vague: une crise mentale. (...) Plus de la moitié des entrepreneurs sondés anticipent des problèmes liés au stress, comme le burn-out et les troubles psychosociaux. Cette tendance est déjà perceptible en Chine", analyse Benoît Caufriez, directeur Acerta Consult.

    Près de la moitié des responsables envisagent de recourir davantage au télétravail à long terme. "La flexibilité (dans les horaires et le lieu de travail, ...) qui a été une bouée de sauvetage pendant le confinement, reste une stratégie de survie importante", note M. Caufriez. Plus d'un tiers des responsables interrogés ont subi des dommages considérables de la crise, qui les contraignent à prendre des mesures drastiques; 4% craignent même pour leur pérennité. Parmi les entreprises disposant déjà d'un plan de relance, près d'une sur deux optera ainsi pour une réduction de ses effectifs, un tiers cherchera à revoir les conditions salariales et 47% proposeront de nouveaux services ou produits

  • Les compagnies aériennes favorables au port obligatoire du masque à bord des avions

    Les compagnies aériennes réunies au sein de l'Association internationale du transport aérien (Iata) invitent les passagers et les membres d'équipage à porter des masques buccaux à bord des avions afin de lutter contre la pandémie de coronavirus. L'organisation n'est par contre pas favorable à l'imposition de mesures de distanciation sociale qui laisseraient les "sièges du milieu" vides.

    Les données disponibles suggèrent que le risque de transmission à bord des avions est faible, justifie l'organisation, selon laquelle le masque le réduira encore, tout en évitant les augmentations spectaculaires du coût du transport aérien qu'entraîneraient des mesures de distanciation sociale à bord. Outre le port obligatoire du masque, l'Association internationale du transport aérien préconise le contrôle de la température des passagers et des travailleurs des aéroports et un processus d'embarquement et de débarquement qui réduit les contacts avec les autres passagers ou l'équipage.

    L'Iata propose également une limitation des déplacements en cabine pendant le vol, un nettoyage plus fréquent et plus approfondi des cabines et, enfin, des procédures de restauration simplifiées qui réduisent les déplacements de l'équipage et l'interaction avec les passagers.

  • N-Allo, filiale d'Engie, fera le contact tracing à Bruxelles et en Flandre

    C'est le centre d'appel N-Allo, filiale d'Engie, qui appellera, à partir de lundi, les habitants de Flandre et de Bruxelles ayant été en contact avec des personnes infectées par le coronavirus. Interrogé à ce propos, le cabinet du ministre bruxellois de la Santé Alain Maron (Ecolo) a confirmé l'information tout en précisant que l'opérateur n'avait pas été choisi par les autorités bruxelloises, mais par les mutuelles avec lesquelles la Région s'est engagée dans ce dossier.

    A Bruxelles, N-Allo sera le seul centre de contact à coopérer avec les caisses d'assurance maladie et le gouvernement. 170 opérateurs de N-Allo seront à pied d'œuvre tous les jours du lundi au dimanche pour appeler les personnes qui ont été en contact avec des personnes infectées. En Flandre, N-Allo fait partie d'un consortium de centres d'appels (outre Yource, Call Excell et les centres d'appels filiales du groupe Koramic2Engage) qui se chargera de la répartition des appels entre eux. À cette fin, 100 opérateurs supplémentaires seront déployés chez N-Allo.

    En raison du délai très court de mise en œuvre, N-Allo est en pleine préparation et mobilise actuellement la main-d'œuvre nécessaire pour pouvoir démarrer d'ici le 11 mai. Le principal défi consiste à former les 270 opérateurs en peu de temps et à les encadrer ensuite "sur le tas". Engie s'est dit "fier que N-Allo assiste les autorités et mutualités dans cette tâche de première importance, et convaincu qu'avec ses nombreuses années d'expérience et d'expertise, en tant qu'un des plus grands acteurs en Belgique, il apportera une réelle valeur ajoutée dans la détection systématique et la cartographie des infections potentielles au COVID-19 en Belgique".

  • Les spécialistes peuvent à présent se référer à une liste des soins prioritaires

    Les médecins spécialistes disposent depuis jeudi d'une liste de référence pour les aider à déterminer l'urgence de certains soins, alors que de nombreux interventions et rendez-vous de suivi ont été reportés au début de la crise sanitaire du coronavirus. L'objectif est d'éviter tout dommage irrémédiable pour la santé du patient, souligne le Groupement belge des unions professionnelles des médecins spécialistes (GBS).

    Cette "liste des degrés d'urgence par spécialité" a été élaborée à l'attention des médecins et chefs de service hospitaliers par le GBS, en concertation avec les associations de médecins chefs et les autorités fédérales, dans le cadre de la stratégie de sortie du confinement. En effet, certains soins nécessaires mais non-urgents au départ le sont entre-temps devenus. "Nous avons tenté de définir les 'semi-urgences': ce qui doit être traité dans le mois, les trois mois,... pour ne pas engendrer de 'dégâts collatéraux'", explique Donald Claeys, secrétaire général du GBS.

    Par exemple, reporter encore une opération de la hanche prévue depuis plusieurs mois pourrait entraver la revalidation post-opératoire du patient. Il est également urgent de reprendre les consultations de suivi en oncologie, notamment, "car l'on n'est pas sûr de pouvoir rattraper le temps perdu si l'on repousse ces rendez-vous de trois ou quatre mois supplémentaires", poursuit M. Claeys. "Maintenant que des places (réquisitionnées pour lutter contre le Covid-19, NDLR) se libèrent dans les hôpitaux, il faut en profiter pour prendre en charge les soins reportés. Car, si l'on attend encore, peut-être que ces places ne seront plus disponibles (en cas de deuxième vague, NDLR), ce qui retarderait à nouveau le traitement de ces patients."

  • Le port du masque préconisé lors des examens écrits dans le supérieur

    Celeval, la cellule fédérale d'évaluation, recommande aux étudiants du supérieur ainsi qu'au personnel présents lors des examens écrits de fin d'année qui arrivent de porter en continu un masque de protection en tissu.

    En Fédération Wallonie-Bruxelles, les universités et hautes écoles ont la possibilité d'organiser les examens à distance, en présentiel, ou par tout autre moyen jugé approprié. Certains étudiants francophones pourraient donc être amenés à se retrouver à plusieurs dans une même salle pour présenter un examen écrit. Outre le port du masque, l'avis de Celeval détaille également les distances physiques à respecter lors de ces épreuves, les flux de personnes à assurer pour l'entrée et la sortie des locaux, les précautions d'hygiène, etc.

    Ainsi, les copies d'examens sur feuille papier devront être conservées 24 heures "en quarantaine" dans des conteneurs fermés. Celeval recommande aux étudiants de bien s'entraîner à enfiler efficacement leur masque avant d'être devant leur feuille d'examen.

  • Les délais de préavis suspendus si le travailleur est en chômage temporaire

    La commission des Affaires sociales a approuvé ce mardi une proposition de loi du sp.a qui suspend les délais de préavis en cas de licenciement si le travailleur est en chômage temporaire pour cause de Covid-19. Le gouvernement a assoupli l'application des conditions d'octroi des allocations de chômage dans le cadre de la suspension des contrats de travail pour cause de force majeure. Or, des entreprises ont notifié leur licenciement définitif à certains de leurs travailleurs durant ces périodes de suspension.

    Selon la réglementation, la période de chômage temporaire pour cause de force majeure, comme c'est le cas avec le Covid-19, ne suspend pas le délai de préavis. Dès lors, le délai de préavis est mis à la charge de la sécurité sociale. La proposition vise donc à éviter que des employeurs en profitent pour licencier des travailleurs à moindres frais. "Les travailleurs concernés ne vivent pas seulement le drame de perdre leur emploi, ils reçoivent en outre durant leur période de préavis une allocation de chômage temporaire beaucoup plus basse que l'indemnité de préavis que leur doit leur employeur. Le système de chômage temporaire doit faire en sorte que les gens puissent garder leur emploi, pas qu'ils soient licenciés plus rapidement", a souligné la cheffe de groupe sp.a, Meryame Kitir.

  • La surmortalité réelle ne pourra être analysée qu'à la fin de l'épidémie, selon Morreale

    La surmortalité réelle liée au Covid-19 ne pourra être analysée qu'à la fin de l'épidémie ou en tout cas à l'issue de sa phase aigüe, a averti la ministre wallonne de la Santé, Christie Morreale, en commission spéciale du parlement régional. Selon les chiffres préliminaires de Sciensano, la Wallonie a enregistré, entre le 16 mars et le 5 avril, 1.048 décès supplémentaires par rapport à ce qui était attendu sur la base des cinq dernières années. Parmi ces décès supplémentaires, 483 concernent des personnes âgées de 65 à 84 ans et 502 des patients de plus de 85 ans.

    "Mais il faut également tenir compte, dans l'estimation de cette surmortalité, du fait qu'une partie des personnes décédées à cause du Covid-19, seraient sans doute mortes au cours de l'année 2020. Et il est donc possible que l'on observe, dans les mois suivants la fin de l'épidémie, une diminution du nombre de décès dans les maisons de repos", a souligné la ministre Morreale. Durant cette période de l'année, on compte en effet, habituellement, entre 230 et 250 décès par semaine dans l'ensemble des maisons de repos.

    Interrogée par ailleurs sur le 'contact tracing' dont la phase test a débuté hier/lundi, la ministre a indiqué que le système sera opérationnel dès ce jeudi "si tout se déroule sans encombre sur le plan technique". Commun aux 3 Régions du pays, le 'traçage' des contacts étroits qu'ont eu les personnes testées positives pendant les 48 heures précédentes, devrait permettre de casser la chaîne de transmission du virus.

  • Le jardin botanique de Meise rouvre ses portes sous strictes conditions

    Le jardin botanique de Meise rouvrira ses portes le 8 mai, avec des conditions strictes. L'accès sera possible uniquement sur présentation d'un ticket électronique pré-réservé pour une durée déterminée, avec un déplacement limité et uniquement pour les personnes seules ainsi que les membres de la famille vivant sous le même toit, ou avec deux amis réguliers maximum.

    Deux itinéraires ont été tracés afin que les visiteurs évitent de se croiser. Ceux-ci ne peuvent rester que deux heures maximum.

  • Cent œuvres d'art aux enchères pour soutenir la recherche contre le coronavirus

    Cent œuvres d'art contemporain et de design sont mises aux enchères dès ce mardi pour soutenir la recherche contre le Covid-19, a annoncé par communiqué le Fonds Erasme pour la recherche médicale, à l'initiative du projet avec le designer Charles Kaisin. Intitulée Art & Act for Erasmus Research Covid-19, la vente se déroule en ligne uniquement, sur le site de la maison de ventes Cornette de Saint Cyr Belgique. Les amateurs de sculptures, dessins, photographies et autres objets design ont jusqu'à dimanche 20h pour se faire connaître.

    Chaque œuvre sera ensuite adjugée au plus offrant. Les lots ont été collectés "grâce à la générosité de nombreuses galeries et artistes de renom qui ont accepté de soutenir cette vente solidaire", précisent les organisateurs. Leur mise de départ est comprise entre 100 et 25.000 euros. L'entièreté des fonds récoltés sera allouée à des projets de recherche médicale pour lutter contre le coronavirus. Ces projets doivent aider à mieux comprendre le virus pour le contenir et développer des traitements. Des collaborations avec d'autres centres de recherche belges et internationaux seront également favorisées, précise le Fonds Erasme.

  • Des communes hainuyères rendent le masque obligatoire dans les espaces publics confinés

    Les communes de Dour, Quiévrain, Hensies et Honnelles, dans le Hainaut, rendront, dès le 11 mai, progressivement obligatoire le port du masque les espaces confinés accessibles au public, notamment les magasins, les guichets des administrations publiques.

    Le non-respect de cette obligation de port du masque ne fera l'objet que d'un simple avertissement entre le 11 et le 17 mai inclus, afin de laisser aux citoyens et aux commerces le temps suffisant pour s'organiser. Les bourgmestres ont, par ailleurs, précisé qu'il "est demandé, par respect pour les plus vulnérables, à toute personne fréquentant les lieux publics confinés de porter dès aujourd'hui un masque de protection".

  • Les fonctionnaires fédéraux recevront cinq masques en tissu

    L'Etat fédéral mettra des masques à disposition de ses fonctionnaires. La distribution de 8,1 millions de masques jetables est en cours de réalisation vers les membres du personnel qui en ont besoin. Dans un second temps, 600.000 masques en tissu parviendront à tous les fonctionnaires fédéraux à raison de cinq par personnes, a indiqué le ministre de la Fonction publique, David Clarinval, dans un communiqué.

    Le télétravail demeure la règle aussi bien dans le secteur privé que dans le secteur public. S'il ne peut être appliqué, les règles de distanciation et d'hygiène doivent être respectées, et, si la distance d'1,5 m ne peut être respectée, le port du masque s'impose. Dans le courant du mois, les fonctionnaires fédéraux devraient recevoir des masques en tissu provenant de la commande qui est gérée par la Défense.

    Quelque 8,15 millions de masques jetables sont par ailleurs destinés aux fonctionnaires en contact avec des collègues ou des citoyens. La planification de leur distribution est en cours d'achèvement. Chaque organisme fédéral recevra ceux auxquels il a droit par le biais de la Défense et se chargera de les donner aux agents concernés.

  • Plus de 60.000 masques confectionnés derrière les barreaux

    Les détenus ont confectionné quelque 61.000 masques dans les différentes prisons du Royaume, a indiqué une porte-parole des établissements pénitentiaires mardi. Dix-sept prisonniers ont par ailleurs été testés positifs au coronavirus.

    Les masques de protection sont destinés aux prisons et autres organisations externes comme Kind & Gezin, Infrabel ou l'Office des étrangers. Il y en a encore 17.000 en préparation. Les commandes sont toutefois momentanément suspendues car il s'agit avant tout d'assurer la répartition des masques déjà fabriqués. Ces masques sont réalisés dans les quatre ateliers de couture existant dans les prisons et dans neuf ateliers temporaires, qui ont vu le jour fin mars et où travaillent une cinquantaine de détenus.

  • Masques non obligatoires à l'aéroport: le médiateur fédéral écrit à Sophie Wilmès

    À la veille d'une nouvelle réunion du Conseil National de Sécurité, le Médiateur fédéral de l'aéroport a adressé mardi un courrier à la Première ministre Sophie Wilmès, lui recommandant d'y faire clarifier que le port du masque est obligatoire dans tous les aéroports de Belgique.

    Le CEO de l'aéroport national de Zaventem, via la société BAC qui en a la charge, a jusqu'à présent estimé que le port du masque ne devait pas y être imposé. "Sa défense tient au fait que, selon lui, il ne gère pas de transport et que l' aéroport n'est pas organisé par une autorité publique. C'est aux compagnies aériennes à imposer, distribuer et payer des masques et pas à lui", écrit Philippe Touwaide.

  • L'accès de la Wallonie aux marchés financiers est bon, assure le ministre Crucke

    Malgré la crise, l'accès de la Wallonie aux marchés financiers est bon, a assuré, mardi, le ministre wallon du Budget, Jean-Luc Crucke, en réaction aux propos tenus dans La Libre par André Antoine, député cdH et lui-même ancien grand argentier wallon.

    Selon ce dernier, les dépenses supplémentaires entraînées par la crise auront un impact important sur le budget de la Région et de la Fédération Wallonie-Bruxelles. "Ces dépenses engendrées par la crise sont indispensables. Que l'on ne se méprenne pas sur mon propos. Mais lorsque je regarde les paramètres budgétaires, les prévisions et la manière dont certains se voilent un peu la face pour l'instant, je veux attirer l'attention", expliquait-il notamment dans La Libre.

  • Le Royaume-Uni est le premier pays européen à dépasser les 30.000 décès

    32.313
    morts
    Le Royaume-Uni est devenu le premier pays d'Europe à dépasser les 30.000 morts liés au coronavirus, soit le deuxième pays le plus touché par la pandémie dans le monde après les Etats-Unis. Le bilan est de 32.313 décès, soit un chiffre supérieur à l'Italie. Le dernier bilan était de 28.734 morts lundi.

    Le Royaume-Uni est devenu mardi le premier pays d'Europe à dépasser les 30.000 morts liés au nouveau coronavirus, soit le deuxième pays le plus touché par la pandémie dans le monde après les Etats-Unis, selon des statistiques officielles compilées mardi.

    Les chiffres hebdomadaires des différentes agences régionales des statistiques du pays affichent un bilan de 32.313 décès dont le Covid-19 est la cause suspectée indiquée sur le certificat de décès, soit un chiffre supérieur à l'Italie. Le dernier bilan du ministère de la Santé, qui ne comprend que les morts en hôpital et en maisons de retraite de patients testés positifs au Covid-19, était de 28.734 morts lundi.

  • Hausse des dépôts clandestins à Bruxelles-Ville malgré l'arrêt de certaines activités

    Le nombre de dépôts clandestins dans les rues de la capitale continue d'augmenter malgré une baisse considérable des activités productrices de déchets (événements, marchés...) et de la pression urbaine en cette période de confinement, indique mardi le cabinet de l'échevine de la Propreté publique, Zoubida Jellab (Ecolo), dans un communiqué. "En cette période de confinement, le nombre de signalements, tous moyens confondus, pour des dépôts sauvages sur les voiries communales de la Ville de Bruxelles dépasse la moyenne de 2019 avec 2.092 signalements en mars et 1.800 en avril", pointe Zoubida Jellab.

  • La PRJ de Maxi Toys serait une bouée de sauvetage dans une situation peu brillante (CNE)

    L'enseigne de magasins de jouets Maxi Toys, en grandes difficultés et en outre "durement touchée" par la crise sanitaire du Covid-19, a déposé mardi une requête en réorganisation judiciaire (PRJ) auprès du tribunal pour l'entreprise de Mons. Du côté syndical, la CNE reste attentive à une "situation peu brillante", la société ayant besoin, selon elle, de 10 millions d'euros rien qu'en Belgique. "Une PRJ serait une bouée de sauvetage pour l'entreprise, dont la situation, il faut bien le reconnaître, n'est pas brillante", a réagi Rocco D'Amore, de la CNE. 

  • La compagnie aérienne Virgin Atlantic supprime plus de 3.000 emplois

    La compagnie britannique Virgin Alantic a annoncé mardi la suppression de plus de 3.000 emplois, soit environ un tiers de ses effectifs, en raison de la crise du coronavirus qui paralyse le transport aérien.

    La société explique avoir pris cette décision pour réduire ses coûts et "préserver son avenir".La compagnie ajoute être en discussions avec le gouvernement pour obtenir un financement, sans lequel elle risque la faillite, avait prévenu son fondateur Richard Branson.

  • La polémique monte en Flandre autour des garderies d'enfants

    A dix jours de la reprise progressive des classes, la question de l'organisation des garderies donnait lieu mardi à une certaine polémique en Flandre. Le coup d'envoi de cette agitation trouve son origine dans une déclaration du patron de l'enseignement catholique en Flandre mardi matin. Dans les journaux du groupe Mediahuis, Lieven Boeven affirmait en effet que les écoles flamandes seront dans l'incapacité d'à nouveau organiser des cours, de faire appliquer les normes sanitaires et de distanciation, et d'en même temps assurer l'accueil en garderies d'un nombre toujours plus important d'enfants, leurs parents étant appelés à retrouver le chemin de leur entreprise dans le cadre de la stratégie de déconfinement. 

  • Liège-Bastogne-Liège prévu le 4 octobre, le Tour des Flandres le 18 octobre

    L'Union cycliste internationale (UCI) a annoncé mardi le calendrier cycliste remanié en raison de la pandémie de coronavirus. La saison reprendra le 1er août avec les Strade Bianche. La Flèche Wallonne se tiendra le 30 septembre, Liège-Bastogne-Liège le 4 octobre, Gand-Wevelgem le 11 octobre, A Travers la Flandre le 14 octobre, le Tour des Flandres le 18 octobre et les Trois Jours de La Panne le 21 octobre.

  • La ministre française des Sports ne ferme plus la porte à un Tour de France à huis clos

    Roxana Maracineanu, la ministre française des Sports, n'exclut plus que le Tour de France et Roland-Garros se déroulent à huis clos cette année. "Ce serait la plus mauvaise solution mais on n'hésitera pas à le faire si la survie de ces sports est en jeu.", a-t-elle déclaré dans une interview à France Télévisions.

  • "Les mesures de sécurité impossibles à respecter dans les palais de justice", selon les syndicats

    Les mesures de sécurité pour éviter le propagation du Covid-19 sont impossibles à mettre en place dans les palais de justice depuis la reprise des audiences ce lundi, constate une délégation syndicale CGSP-CSC-SLFP. "A la suite d'une réunion provoquée par le front syndical lundi, le procureur général de Liège, Christian de Valkeneer, a reçu les représentants syndicaux de la CGSP, de la CSC et du SLFP.

    Il a été débattu des mesures de sécurité sanitaires urgentes qui doivent être prises au sein des palais de justice et qui, à la grande désolation du personnel judiciaire, font défauts", déclare la CGSP mardi. 

  • La rue Neuve à Bruxelles sera divisée en deux voies afin de gérer le flux de piétons

    La Ville de Bruxelles va diviser en deux voies la rue Neuve, sa plus importante rue commerçante, à l'aide de barrières Nadar, pour la réouverture des magasins le 11 mai, a indiqué mardi l'échevin des Affaires économiques et du Commerce, Fabian Maingain (DéFI).

    "Nous allons diviser la rue Neuve en deux bandes de circulation. Il sera possible de traverser à différents endroits pour changer de direction de marche, mais on évitera que les gens aient à se croiser. Il y aura également une sorte de porte d'entrée où nous fournirons des informations, répéterons les mesures d'hygiène et distribuerons du gel hydroalcoolique", souligne M. Maingain.

    Aucune mesure spécifique n'a encore été mise en place dans d'autres rues commerçantes telles que l'avenue Louise ou la rue Dansaert. La situation de chaque rue semblerait néanmoins être suivie de près et des informations sont également affichées afin de maintenir la distanciation sociale. Des mesures supplémentaires seront prises en cas de saturation.

  • La Flandre désigne des call-centers et les mutualités pour le suivi des contacts

    Le gouvernement flamand a confié à des call-centers privés et aux mutualités le suivi des contacts des patients infectés par le coronavirus, a annoncé mardi le ministre flamand de la Santé Wouter Beke.

    Il s'agit d'une association entre un consortium de quatre call-centers et les cinq mutualités réunies dans ZPG Intermut, avec l'appui du consultant KPMG. Le système sera "entièrement opérationnel" à partir du 11 mai, a assuré le ministre CD&V.

  • Pays-Bas: 86 nouveaux décès ces dernières 24 heures

    Les Pays-Bas ont comptabilisé ces dernières 24 heures 86 décès supplémentaires en raison du coronavirus, indique mardi l'Institut royal de santé publique et d'environnement. Outre-Moerdijk, le bilan de la pandémie atteint désormais 5.168 morts. On compte également 89 nouvelles hospitalisations, ce qui porte le total à 11.126. Les Néerlandais ont aussi enregistré 317 nouveaux tests positifs.

  • Les tests débuteront mercredi dans les institutions pour personnes handicapées en Wallonie

    Après les maisons de repos, les tests de détection du Covid-19 débuteront mercredi dans les structures pour personnes en situation de handicap et de santé mentale en Wallonie, annonce ce mardi la ministre wallonne de la Santé Christie Morreale.

    Concrètement, le testing sera organisé dans les centres d'hébergement et d'accueil pour adultes et pour enfants en situation de handicap, les Centres de réadaptation fonctionnelle (CRF) et les Centres de revalidation fonctionnelle de type résidentiel, les Structures d'hébergement non agréées (SHNA) ou encore les Services agréés et financés par une Autorité étrangère (SAFAE).

  • Macron: "Pour savoir si les vacances d'été seront possibles, réponse début juin"

    "Il est trop tôt pour dire si on pourra avoir des vacances" cet été, "on le saura début juin", a déclaré le président français Emmanuel Macron ce mardi, en mentionnant notamment les déplacements hors de France. "On va limiter les grands déplacements internationaux, même pendant les vacances d'été. On restera entre Européens, peut-être faudra-t-il réduire un peu plus" en fonction de l'épidémie, a-t-il averti lors d'une interview à la télévision. 

  • Pfizer et BioNTech s'apprêtent à lancer un essai de vaccin aux États-Unis

    Pfizer et BioNTech SE ont déclaré, ce mardi, qu'ils avaient commencé à livrer des doses de leurs vaccins expérimentaux contre les coronavirus en vue des premiers essais sur l'homme aux États-Unis

    Le fabricant américain de médicaments et son partenaire allemand ont déclaré que si le vaccin s'avérait sûr et efficace lors des essais, il pourrait être prêt pour une large distribution aux États-Unis d'ici la fin de l'année, ce qui réduirait de plusieurs années le délai habituel de développement d'un vaccin. 

  • Les fleuristes fâchés de ne pouvoir ouvrir comme point de retrait pour la fête des mères

    Les fleuristes devront garder portes closes pour la fête des mères, célébrée dimanche, malgré une demande d'ouverture de la part de l'Union royale des fleuristes de Belgique (URFB). Celle-ci déplore que les vendeurs de fleurs ne puissent ouvrir comme point de retrait, de vendredi à dimanche prochains. "Nous avons appris que notre requête avait été rejetée, au nom du principe d'égalité", se désole mardi le directeur de l'URFB, Koen Van Malderen.

    "Si le principe d'égalité est protégé, avec les mêmes règles pour tous les magasins, nous estimons tout de même que se joue une concurrence déloyale", dénonce M. Van Malderen. "Car les supermarchés, les stations essence et les jardineries peuvent eux ouvrir", ce qui, en soi, "nous semble correct. Mais que les fleuristes ne puissent ouvrir même comme point de retrait nous apparaît comme injuste et illogique".

  • Comment bien préparer le retour à l'école?

    Pour les enfants, l'école aura beaucoup changé ce 18 mai. Toutes ces choses marrantes - les jeux, les rigolades à la cantine - seront réprimées. De nouvelles règles seront obligatoires. Comment leur expliquer tout ça? 

    -> Interview avec Benoît Galand, professeur à la faculté de psychologie et des sciences de l'éducation de l'UCLouvain. À lire ici 

  • "Une aide d'État mais pas un management", selon le patron de Lufthansa

    Lufthansa a besoin d'une aide d'État en raison de la crise du coronavirus, mais "nous n'avons pas besoin de la gestion de l'État", a rappelé, ce mardi, son CEO, Carsten Spohr, lors de l'assemblée générale des actionnaires du groupe aéronautique allemand à Francfort.

  • Réouverture des restaurants en Bavière

    La Bavière, le plus grand État régional allemand, va rouvrir les restaurants et les hôtels à la fin du mois de mai, lançant un signal fort en vue d'un retour à la normale dans le pays. "Le moment est venu pour une ouverture prudente. Les succès sont évidents" dans la lutte contre la pandémie du nouveau coronavirus, a déclaré à la presse le chef du gouvernement régional bavarois Markus Söder. 

  • La Belgique continue d'emprunter à court terme à des taux négatifs

    La Belgique a emprunté, ce mardi, un total de 2,201 milliards d'euros à court terme, par le truchement de certificats de trésorerie, a annoncé l'Agence de la dette.

    Le montant se répartit sur une ligne arrivant à échéance au 10 septembre et à un taux de -0,464%, pour 0,986 milliard d'euros, et en une autre ligne dont l'échéance est le 12 novembre avec un taux de -0,463%, pour 1,215 milliard d'euros.

    Ces rendements négatifs signifient que la Belgique remboursera légèrement moins que le montant emprunté.

  • La cotisation société des indépendants est reportée au 31 octobre

    La commission des Affaires sociales de la Chambre a approuvé, ce mardi, une proposition de loi du MR qui reporte de quatre mois le paiement de la cotisation annuelle 2020 des sociétés. Le texte vise à donner une bouffée d'oxygène aux nombreux indépendants en société, a expliqué le ministre des Indépendants Denis Ducarme. Un indépendant sur deux exerce son activité sous forme d'une société en Belgique. Il doit s'acquitter, en principe pour le 30 juin, d'une cotisation annuelle dont le montant dépend du total de son bilan.

    Cette cotisation, pour laquelle 1.023.645 sociétés sont affiliées aux différentes caisses d'assurances sociales, sert au financement des pensions des travailleurs indépendants et de leurs autres droits et indemnités de sécurité sociale.

  • Plus de 61.000 dossiers d'aides rentrés en Wallonie, moins d'un quart ont été liquidés

    En ce début du mois de mai, 61.142 dossiers de demandes d'aides ont été introduits par des PME et des indépendants wallons souhaitant bénéficier de l'indemnité régionale de 5.000 euros pour faire face aux conséquences de la crise du coronavirus.

    Sur ce total, 13.756 dossiers ont été liquidés, a indiqué, ce mardi, en commission spéciale du Parlement régional, le ministre wallon de l'Economie Willy Borsus. Plus de 33.500 dossiers ont par ailleurs fait l'objet d'une demande d'informations complémentaires, une réponse ayant déjà été reçue dans 18.600 cas, a précisé le ministre. "Le but est vraiment de répondre rapidement aux demandes tout en restant attentifs au risque de fraudes", a-t-il ajouté. Enfin, 52 dossiers ont été refusés définitivement.

  • Certains aménagements routiers provisoires "deviennent permanents", alerte Touring

    Touring réclame, ce mardi, davantage de concertation concernant les aménagements routiers provisoires, de même qu'un partage équitable entre la voiture et les usagers faibles.

    Ne s'attendant pas à un retour à la normale du trafic avant quelques semaines, Touring juge justifié qu'un aménagement provisoire soit mis en place pour les usagers faibles, mais n'accepte cependant pas que "certains de ces aménagements, soi-disant provisoires, deviennent permanents sans évaluation et étude d'impact sur la circulation".

    L'organisme insiste pour que ces mesures restent provisoires et adaptées si nécessaire, le contraire pouvant entraîner de nouveaux embouteillages là où il n'y en avait pas auparavant.

    Touring conteste notamment la décision de la ministre bruxelloise de la Mobilité Elke Van Den Brandt de fermer le tunnel Léopold II et d'enlever des bandes de circulation sur les grands axes, jugeant que cela aura des conséquences importantes sur la fluidité du trafic.

    L'organisation demande que la priorité de ces aménagements soit accordée aux zones commerciales et s'oppose à l'interdiction totale de la voiture dans d'autres zones comme le Bois de la Cambre, s'inquiétant que la fermeture de celui-ci ne compromette l'accès aisé aux hôpitaux de la zone.

    Il rappelle que la voiture est "le moyen de transport le plus approprié pour le respect de la distanciation sociale" et que certaines personnes ne peuvent se déplacer qu'avec celle-ci.

  • Les ministres de l'Économie pour la réouverture des marchés de rue

    En marge du Conseil national de sécurité prévu ce mercredi, les ministres de l'Économie, du Fédéral et des Régions plaident pour une réouverture "contrôlée" des marchés extérieurs, en tout cas en ce qui concerne les échoppes alimentaires, a affirmé le ministre wallon de l'Économie, Willy Borsus, ce mardi en commission spéciale covid-19 du parlement régional.

    "La situation est très compliquée pour ce secteur qui compte quelque 6.000 commerçants ambulants patrons et qui joue un rôle primordial pour la valorisation de nos produits", a souligné le ministre Borsus.

  • Maxi Toys dans la tourmente

    Maxi Toys a demandé une protection contre ses créanciers en raison de la crise corona, a fait savoir la chaîne de jouets ce mardi.

    Objectif? "Assurer un futur à un maximum de ses collaborateurs et à l’entreprise".

    Une requête en réorganisation judiciaire a été déposée ce mardi auprès du tribunal d’entreprise de Mons et concerne les sociétés Maxi Toys Belgium S.A, Logitoys S.A. et Bart Smit Speelgoedpaleizen België NV. En clair, les magasins en Suisse et au Luxembourg ne sont pas concernés; quand une procédure similaire devrait, par contre, être initiée en France aussi.

    "Je suis extrêmement peiné que nous devions prendre une telle décision", a déclaré Alain Hellebaut, CEO de Maxi Toys. Mais un constat s'impose: "les magasins sont fermés déjà depuis 7 semaines et les ventes par internet n’ont que très peu compensé les fermetures. Entre le 14 mars et le 11 mai, Maxi Toys devrait avoir perdu 30 millions de chiffres d’affaires, ce qui représentera une baisse de 93% par rapport à la même période l’an dernier". De quoi rendre cette étape judiciaire "nécessaire".

    Côté pratique, tous les magasins Maxi Toys devraient rouvrir le 11 mai prochain, selon la décision finale du Conseil de sécurité belge ou du gouvernement français. Rien ne changera pour les clients.

    Plus d'infos dans notre analyse.

  • HelloFresh a pu tirer profit du confinement

    Contrairement à de nombreuses entreprises, la société allemande HelloFresh, spécialisée dans la livraison à domicile de boîtes de repas, a profité des mesures de confinement qui ont poussé des centaines de millions d'Européens à rester chez eux. HelloFresh a vu son chiffre d'affaires bondir de 66% au premier trimestre, à près de 700 millions d'euros.

    La demande pour les boîtes de repas pourrait ralentir avec la réouverture des restaurants, mais les clients ont pris de nouvelles habitudes culinaires, estime le patron d'HelloFresh, Dominik Richter.

  • Le bilan belge des dernières 24 heures

    Le lundi 4 mai, 242 nouveaux cas ont été rapportés. 161 patients résident en Flandre, 68 en Wallonie et 12 à Bruxelles. Les autorités sanitaires n'ont pas d’information concernant le lieu de résidence de la dernière personne. Le nombre total de cas confirmés s’élève à 50.509.

    La situation se présente comme suit :

    • Au total, 3.082 patients sont actuellement hospitalisés. 84 nouvelles hospitalisations ont été enregistrées au cours des dernières 24h
    • Au total, 646 patients se trouvent en soins intensifs, soit une diminution de 9 patients
    • 12.441 patients sont sortis de l’hôpital et ont été déclarés guéris depuis le 15 mars, soit une augmentation de 63
    • 8.016 décès au total ont été rapportés, soit une augmentation de 97 décès
    • Des décès des dernières 24h, 57 ont eu lieu à l’hôpital, 40 dans une maison de repos et de soins. Dans ce dernier groupe, 62% a été confirmé par un test Covid-19. Sur les 8.016 personnes décédées, 46% sont mortes à l’hôpital, 53% dans une maison de repos et de soins, 0,3% à la maison et 0,4% à un autre endroit. Les décès à l’hôpital sont tous des cas confirmés. Les décès ayant eu lieu dans des maisons de repos et de soins concernent des cas confirmés (18%) ou des cas suspects (82%).

  • "La loyauté fédérale fonctionne" (Elio Di Rupo)

    "La loyauté fédérale fonctionne même si, bien entendu, le Conseil national de sécurité (CNS) (dont une nouvelle réunion est prévue ce mercredi, NDLR) n'est pas un salon de thé où l'on discute à 16h. Il y existe des confrontations d'idées, ce qui est normal dans un État de droit", a affirmé le ministre-président wallon Elio Di Rupo ce mardi en commission spéciale Covid-19 du Parlement régional.

    "À l'heure où beaucoup décrivent la difficulté de faire marcher un État fédéral comme la Belgique, le geste de la Première ministre Sophie Wilmès d'inviter les Régions au CNS a concrétisé cette loyauté fédérale", a-t-il précisé à l'entame d'une réunion qui s'annonce longue, les parlementaires ayant prévu de poser une centaine de questions aux ministres régionaux.

    "Pour l'instant, la phase d'urgence impose que ce soit le Fédéral qui pilote. Mais le gouvernement wallon travaille à plein régime sur les compétences qui sont les siennes. Et si parfois les réunions du CNS durent longtemps, c'est parce que chacun écoute attentivement son voisin. Jusqu'à présent, nous sommes toujours parvenus à dégager un consensus", a poursuivi Elio Di Rupo.

  • Hygea fournit des masques réutilisables à ses travailleurs de terrain

    Hygea a fourni un kit de 8 masques en tissu réutilisables à chacun de ses travailleurs de terrain, a indiqué mardi l'intercommunale. Les services administratifs seront équipés avant la fin mai. 

  • La justice allemande demande à la BCE de justifier son programme anti-crise

    La décision était attendue mardi, dans un arrêt crucial de la Cour constitutionnelle allemande concernant les rachats de dette souveraine de la Banque centrale européenne, son programme anti-crise mené depuis 2015 et renforcé face à la pandémie de coronavirus.

  • Près de 12% de chômeurs supplémentaires en Flandre en avril

    Fin avril, la Flandre comptait 201.757 chômeurs. Soit une augmentation de près de 12% par rapport à l'année précédente, selon les chiffres du VDAB qui excluent le chômage temporaire.

    201.757
    chômeurs
    Fin avril, la Flandre comptait 201.757 chômeurs.

  • "Certaines zones seront ouvertes aux touristes et d'autres non"

    Interrogé sur la possibilité pour les Européens de voyager à l'intérieur de l'UE cet été, le commissaire européen au Marché intérieur Thierry Breton a estimé que "certaines zones seront ouvertes aux touristes et d'autres non".

    "Nous allons devoir respecter des zones qui ne seront pas traitées de façon identique. C'est comme ça, c'est du bon sens", a-t-il ajouté, alors que les États membres entament un déconfinement progressif et en ordre dispersé.

    Les institutions européennes travaillent, de leur côté, sur des "règles finalisées et harmonisées au niveau européen" afin d'accompagner cet été un secteur touristique frappé par la crise sanitaire, a indiqué ce mardi l'ancien ministre français de l'Économie, soulignant dans la foulée qu'il participait à l'élaboration de "lignes directrices qui vont être très rapidement rendues publiques, dans les jours qui viennent, pour permettre aux zones qui sont en situation de le faire d'accueillir des touristes".

  • Plus de 280.000 chômeurs supplémentaires en Espagne en avril

    L'Espagne a recensé 282.891 chômeurs supplémentaires en avril, principalement dans le tourisme, après plus de 300.000 en mars, en raison de l'impact de la pandémie de coronavirus, a annoncé le ministère du Travail ce mardi.

    584.000
    chômeurs
    Sur mars et avril, quelque 584.000 chômeurs supplémentaires sont à dénombrer en Espagne.

    Le volume des aides publiques versées aux chômeurs a atteint un "record historique", avec une hausse de près de 137% en avril, précise le ministère dans un communiqué.

  • Hertz pourrait ne pas résister à la casse

    Hertz Global Holdings Inc. se prépare à déposer le bilan si la société ne parvient pas à retravailler sa dette et à voir ses prêteurs prolonger le délai de grâce en cas de paiement manqué.

    La société de location de voitures a discuté au préalable avec certains de ses créanciers de la façon d'alléger son fardeau sans passer par la faillite, mais les négociations ont été difficiles, évoquent des sources proches du dossier.

    Impact pandémique

    Ce qui a joué? Les fortes restrictions sur les voyages liées à la pandémie de Covid-19, ainsi que l'effondrement de l'économie mondiale. Ce qui n'a pas manqué de creuser les pertes, en particulier dans le secteur des voitures de location. Et ce, malgré le plan de sauvetage américain de 50 milliards de dollars pour les compagnies aériennes.

    Hertz, à l'origine connue sous le nom de Rent-a-Car Inc., a été fondée à Chicago en 1918. Elle exploitait 12.400 sites dans le monde en février.

  • "Malgré le télétravail, il faut préserver l'ambiance de la machine à café"

    Pour Thierry Geerts, le patron de Google Belgique, le télétravail et la digitalisation c’est bien, mais cela ne doit pas remplacer la machine à café.

  • Le nombre d'offres d'emploi reçues par Actiris a diminué de 44% en avril

    Suite à la crise sanitaire engendrée par le Covid-19, Actiris a reçu moins d’offres d’emploi. Le service public bruxellois de l'emploi a fait savoir, ce mardi, qu'il n'avait reçu directement que 1.677 offres des entreprises en avril. Il s'agit d'une baisse de 44,3% par rapport au mois d’avril 2019, alors qu'elle n'était encore que de -24,1% sur la seconde moitié du mois de mars.

    On observe, dans le même temps, une légère hausse (+0,4%) annuelle du nombre de chercheurs d’emploi en Région bruxellois par rapport à avril 2019 (+0,4%). Il s'agit d'une première après 65 mois consécutifs de baisse.

    Fin du mois dernier, la Région bruxelloise comptait quelque 87.271 chercheurs d’emploi et affichait un taux de chômage de 15,5%.

  • Les camps et stages de jeunesse de l'été seront-ils maintenus?

    Une décision sur le maintien des camps de jeunesse, des plaines de vacances et des stages d'été sera prise au plus tard la troisième semaine de ce mois, indique la ministre de la Jeunesse en Fédération Wallonie-Bruxelles Valérie Glatigny sur les ondes de La Première (RTBF).

    "On sait à quel point c'est crucial: il y a 2.700 camps cet été, 1.200 plaines de vacances, des stages, et on sait à quel point c'est important pour les jeunes de faire un exercice de socialisation et de bien-être psychologique".
    Valérie Glatigny
    Ministre francophone de la Jeunesse

    Une concertation est en cours avec la Flandre, qui envoie 1.200 camps de jeunes chaque été en Wallonie, et les experts sanitaires. Est aussi à l'étude un protocole commun Flandre-Fédération Wallonie-Bruxelles pour une reprise des activités "dans des conditions sanitaires idéales", selon la ministre Glatigny (MR). Un plafond de 50 jeunes par camp est sur la table.

  • Union sacrée des opérateurs télécom pour le centre d'appel du Fédéral

    Les principaux opérateurs télécoms actifs en Belgique poursuivent le soutien apporté aux autorités dans la lutte contre la pandémie Covid-19 par le biais d’un soutien technique et financier significatif, cette fois au niveau du centre d’appel "Covid-19 Track & Trace", qui doit être mis en place par le Fédéral dans les prochains jours

    Ce centre d’appel, pouvant employer jusqu’à 2.000 personnes, contactera de façon proactive les résidents belges ayant été testés positifs ainsi que les résidents belges avec lesquels ils auraient récemment été en contact. Considérant le fait que le volume d’appels sortants et de SMS générés par ce centre s’annonce particulièrement élevé, BASE, Orange Belgium, Proximus, Scarlet, Telenet et VOO ont décidé à l’unanimité de ne pas facturer les frais de terminaison/d’interconnexion pour ces appels et SMS, ce qui se traduira par une réduction significative des coûts opérationnels de ce centre, géré par le gouvernement. 

  • Accord en Flandre pour lancer un système de traçage

    Le gouvernement flamand a dégagé un accord avec les syndicats, mutualité, centrales d'appels et un consultant pour lancer le système de "contact tracing", soit le traçage des contacts des personnes positives au Covid-19.

    Selon De Standaard, la recherche de 1.200 "contact tracers" a pris du retard alors que le ministre flamand en charge du Bien-être Wouter Beke (CD&V) a en effet dû composer un nouvel appel d'offres, après que l'Inspection des Finances ait constaté qu'une partie des formalités requises manquait dans l'offre initiale. Le ministre comptait malgré tout procéder à un premier test pour le 11 mai.

    Les problèmes relatifs à l'appel d'offres seraient désormais résolus avec l'obtention d'un accord. 

    L'information n'a pas encore été confirmée par le cabinet du ministre Beke.

     

  • Le bilan mondial de la pandémie

    250.203
    Décès dans le monde
    250.203 décès ont été recensés dans le monde (pour 3.570.093 cas), dont 145.023 en Europe (1.572.178 cas), continent le plus touché. Les États-Unis sont le pays ayant enregistré le plus de morts (68.689), devant l'Italie (29.079), le Royaume-Uni (28.734), l'Espagne (25.428) et la France (25.201), selon un comptage réalisé à partir de données collectées par les bureaux de l'AFP.

  • Ce qu'il faut retenir de la journée de lundi

    • Tout comme les autres régions du pays, la Wallonie met la dernière main, en ce début de semaine, aux préparatifs du "contact tracing", ce système de traçage permettant de contacter les personnes testées positives au Covid-19 et de retracer les contacts étroits qu'elles ont eu au cours des 48 heures précédentes. À Bruxelles, le ministre de la Santé et de l’Action Sociale Alain Maron a indiqué que le dispositif venait de faire l’objet d’un accord au gouvernement et est entré dès lors, comme prévu, dans sa phase test dès ce lundi 4 mai afin d’être opérationnel à parti du lundi 11, véritable moment de départ du déconfinement progressif.
    • Le bilan en Belgique: 59 nouvelles admissions à l'hôpital ont été enregistrées en un jour, ce qui porte le total des personnes hospitalisées à 3.044. 655 patients se trouvent en soins intensifs, soit une diminution de 19 patients au cours des dernières 24 heures. 12.378 patients sont sortis de l’hôpital et ont été déclarés guéris depuis le 15 mars, soit une augmentation de 69 par rapport au bilan de la veille. 7.924 décès au total ont été rapportés, soit une augmentation de 80 décès au cours des dernières 24 heures. De ces 80 décès, 41 ont eu lieu à l’hôpital, 39 dans une maison de repos et de soins.
    • Le Royaume-Uni a enregistré la plus faible augmentation du nombre de décès par jour liés au coronavirus depuis fin mars. Le nombre de décès supplémentaires recensés sur les dernières 24 heures est ainsi de 288, portant le bilan total à 28.734. En France, l'épidémie de coronavirus a causé 306 décès supplémentaires en 24 heures, soit un total de 25.201 décès depuis le 1er mars. L'Espagne a, elle, recensé 164 décès supplémentaires imputés au coronavirus au cours des dernières 24 heures, le nombre de nouveaux décès quotidiens se maintenant à son plus bas depuis mi-mars atteint dimanche.
    • Les masques chirurgicaux vont-ils devenir le nouveau papier-toilette? C'est ce que craignent les pharmaciens alors que la première phase du déconfinement vient de commencer. Réservée aux officines depuis le 23 mars, la vente de masques a été élargie à la grande distribution. Un non-sens pour l'Association pharmaceutique belge (APB), qui craint un gaspillage de cette ressource "encore rare".
    • Le nombre de jugements de faillites est tombé à 338 en avril, selon les données publiées par le bureau d'informations commerciales Graydon. >> Lire Coup d'arrêt pour les faillites
    • Environ 5 à 10% du secteur privé va redémarrer cette semaine, soit de 150.000 à 300.000 personnes, estime la Fédération des entreprises de Belgique.
  • Bonjour et bienvenue

    Merci de nous suivre.

    Ce mardi 5 mai, Salim Nesba, Camille Berkenbaum et François Witvrouw suivront les dernières infos sur l'épidémie de Covid-19 en direct.

    Bonne journée.

    Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

    La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

    Par thématique:

    ©AFP

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés