Le secteur auto perd 3,7 milliards par semaine de confinement

©Photo News

Le secteur automobile belge s'attend à une baisse de 20% du chiffre d'affaires et demande un assouplissement pour éviter les faillites en série.

Le secteur automobile a sorti les calculettes et ses conclusions sont alarmantes. Si le confinement et donc l'arrêt des activités hors urgences des concessionnaires et autres garagistes se poursuit jusqu'au 3 mai, les pertes totales du secteur s’élèveraient à 34 milliards d’euros, soit 20% du chiffre d'affaires annuel. Si les activités ne reprennent qu'en juin, on parle même d'une chute du chiffre d'affaires de 27% et d'un impact de 47 milliards d'euros.

Ces chiffres tiennent compte de l'effet de rattrapage qu'il y aura après le confinement avec un rush en atelier et chez les vendeurs pour aller réaliser les prestations ou aller chercher son nouveau véhicule. Au-delà de ce pic, ce sera vraisemblablement le calme plat, car les voitures n'auront quasi pas roulé pendant le confinement et les livraisons des usines devraient être retardées à cause des fermetures. Traxio s'attend à voir ce contrecoup s'accompagner d'une baisse des ventes aux entreprises et une baisse des prix des véhicules d'occasion.

Le risque est de voir pas mal d'entreprises se retrouver en grosses difficultés financières. "On s’attend à beaucoup de problèmes. C’est pour cela que l’on fait la demande de pouvoir reprendre progressivement pour avoir des rentrées et du cash flow et éviter un afflux en un coup après le confinement", indique Filip Rylant, porte-parole de Traxio.

Le secteur automobile voudrait pouvoir reprendre une partie de ses activités dès le 19 avril dans le respect des règles de distanciation sociale pour diminuer la casse.

Lire également

Publicité
Publicité