Publicité

Les Belges n'ont pas épargné davantage pendant le confinement

Confinement ou pas, l’épargne belge ne semble pas s’être envolée ces dernières semaines. En revanche, les grandes banques constatent une grosse activité du côté des placements boursiers. ©Photo News

Les grandes banques n'enregistrent pas de hausse significative de l'épargne. Ce qui a augmenté, en revanche, c'est l'attrait des particuliers pour l'investissement en bourse.

C’est un des paramètres économiques suivis de près par les autorités: les Belges épargnent-ils plus que d’habitude pendant ce confinement? Si oui, ce serait une bonne nouvelle pour la suite, car ce surplus d’épargne pourrait participer à la relance de l’économie.

L’arrêt de nombreuses activités entraîne une "épargne forcée, en tout cas pour les deux tiers des ménages qui ont préservé leurs revenus, puisque les gens ne peuvent pas consommer", estimait récemment Pierre Wunsch, gouverneur de la Banque nationale (BNB) et coprésident de l’Economic risk management group, chargé d’évaluer les impacts économiques de la crise du coronavirus et de proposer des mesures pour la contrer.

"Cette épargne forcée peut financer la reprise de l’économie, si la confiance n’est pas trop entamée" au sortir de la crise, ajoutait Pierre Wunsch. À noter, le raisonnement vaut pour les Belges qui ont gardé 100% de leur rémunération, mais pas pour les 1,3 million de personnes mises en chômage temporaire, qui ne perçoivent plus l’entièreté de leur salaire et, au lieu d’épargner, doivent puiser dans leurs réserves.

Zoom sur les quatre grandes banques du pays

Sept semaines après le début du confinement, comment a évolué l’épargne des Belges? Selon les quatre grandes banques du pays (Belfius, BNP Paribas Fortis, ING, KBC), qui concentrent le gros du marché, il n’y a pas grand-chose à signaler.

"Nous n’avons pas constaté d’évolution très différente pendant les mois de mars et avril 2020."
KBC

Chez BNP Paribas Fortis, on relève une progression de 2,7% des dépôts sur les comptes à vue depuis la mi-mars (contre +0,8% un an plus tôt) et de 0,26% sur les comptes d’épargne (+0,17% un an plus tôt). Le taux d’intérêt sur les comptes d’épargne réglementée étant au plancher (0,11%), il est normal de les voir peu alimentés, l’épargnant se contentant de son compte à vue.

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Chez Belfius, les dépôts sur les comptes d’épargne ont augmenté de 1,4% depuis la mi-mars, contre une hausse de 0,9% sur la même période un an plus tôt. Du côté des comptes à vue, la hausse est plus marquée (+4,5%) entre fin février et fin avril mais, insiste la banque, c’est à relativiser, car les volumes sur les comptes courants varient fortement en peu de temps.

"Nous n’avons pas constaté d’évolution très différente pendant les mois de mars et avril 2020 par rapport à la même période l’année dernière", dit-on chez KBC, sans chiffrer. Idem chez ING: "L'encours total des comptes courants et d'épargne est stable par rapport au premier trimestre de l'année dernière."

La bourse a la cote

Bref, confinement ou pas, l’épargne belge ne semble pas s’être envolée ces dernières semaines. En revanche, les grandes banques constatent une grosse activité du côté des placements boursiers.

"De nombreux clients ont vu des opportunités d'achat suite à la forte baisse des marchés."
ING Belgique

Du côté de Bolero, la plateforme transactionnelle de KBC, on a enregistré en avril neuf fois plus de demandes d’ouverture de compte qu’un an plus tôt, et un volume de transactions quatre fois plus important, essentiellement à l’achat (70%).

Chez ING, le nombre de transactions effectuées sur Home'Invest (achat et vente, tous produits) a plus que doublé en mars, par rapport au mois précédent. Les achats d'actions ont même triplé. "De nombreux clients ont vu des opportunités d'achat suite à la forte baisse des marchés", analyse la banque.  

Même topo chez Belfius, où le nombre de transactions via les canaux digitaux a bondi de 600% en mars par rapport à la moyenne des mois précédents. La baisse des bourses semble avoir motivé des investisseurs que le confinement a peut-être rendus plus disponibles que d’habitude.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité