Les chiffres du coronavirus restent très élevés par rapport au premier déconfinement

Jeudi, 1.034 patients atteints du Covid-19 se trouvaient aux soins intensifs dans notre pays. ©EPA

Les nombres de nouvelles contaminations au coronavirus et d'admissions à l'hôpital continuent à diminuer en Belgique, mais restent encore très élevés.

"Heureusement, comme les jours et semaines précédentes, nous avons une diminution globale de tous les indicateurs du coronavirus", a déclaré d'emblée Yves Van Laethem, le porte-parole interfédéral Covid-19, lors de la conférence de presse du centre de crise de ce vendredi. "L'impact de la réouverture des écoles n'est pas encore visible dans les chiffres. Mais l'adaptation du testing pour les asymptomatiques montre une petite augmentation du nombre de tests réalisés".

500
nouvelles contaminations
Si la tendance se poursuit, nous devrions tomber à 500 nouvelles contaminations au coronavirus en moyenne à la fin de l'année.

Sur la période du 17 au 23 novembre, 2.764,6 infections en moyenne ont été dépistées par jour (-37%), selon les données publiées ce vendredi matin par Sciensano. On observe une diminution de moitié tous les onze jours. Cette baisse de contaminations se retrouve dans toutes les Régions et tranches d'âge, ainsi que dans les maisons de repos.

Si la tendance se poursuit, on devrait arriver à environ 500 nouvelles contaminations à la fin de l'année, comme précédemment annoncé. Ce chiffre pourrait toutefois être un peu plus élevé en fonction du volume de contacts à haut risque à ce moment-là, c'est-à-dire lors des fêtes.

Des chiffres encore très élevés

Si les chiffres exposés ci-dessus vont dans le bon sens, il faut toutefois rappeler qu'au mois de juin on avait cinq fois moins de contaminations par jour. Mais on était alors au seuil de l'été, avec une vie extérieure développée. "La vie à l'intérieur, en hiver, c'est ce que le virus préfère pour les contaminations, il faut rester vigilant", a donc prévenu Yves Van Laethem.

"Nous sommes dans un contexte plus favorable qu'il y a 3 semaines mais il est encore loin d'être consolidé", a affirmé le porte-parole Antoine Iseux. "La situation dans les hôpitaux et les maisons de soins reste fragile. Il ne faut pas lâcher prise."

12,5%
Les tests effectués affichaient un taux de positivité de 12,5% entre le 17 et le 23 novembre.

La Chancellerie du Premier ministre lance d'ailleurs aujourd'hui une nouvelle phase de la campagne de sensibilisation au coronavirus, axée sur le sentiment d'appartenance à une même communauté. Il s'agit d'un clip télévisé tournant autour de l'idée d'une équipe soudée qui a d'ailleurs été filmé au stade Roi Baudouin.

L'incidence sur 14 jours atteint 434,1 contaminations pour 100.000 habitants. Entre le 17 et le 23 novembre, plus de 28.200 tests ont été effectués en moyenne chaque jour, pour un taux de positivité de 12,5%. Depuis le début de l'épidémie, plus de 5,7 millions de tests ont été réalisés et 567.532 cas ont été détectés.

Les hospitalisations

Jeudi, 4.395 malades du Covid-19 étaient hospitalisés. Un nombre qui continue de baisser, alors que 4.570 lits d'hôpitaux étaient encore occupés mercredi par des patients infectés par le coronavirus. Sur les sept derniers jours, une moyenne quotidienne de 256,9 admissions à l'hôpital a été enregistrée, soit une diminution de 31%. On a ici une diminution de moitié tous les treize jours.

Les soins intensifs traitaient 1.034 patients jeudi, dont 671 nécessitaient une assistance respiratoire. Là encore, on constate une baisse en 24 heures. Mais ces hospitalisations sont beaucoup plus nombreuses qu'en début mai où on avait deux fois moins de patients hospitalisés, y compris en soins intensifs, alors qu'il s'agissait du début du premier déconfinement.

La surmortalité plus élevée ailleurs

Au total, 16.219 personnes ont perdu la vie des suites du Covid-19. Le bilan des décès s'est alourdi de 142 morts par rapport aux données communiquées mercredi. La moyenne des décès quotidiens poursuit sa baisse, avec 149,1 morts par jour en moyenne entre le 17 et le 23 novembre (-21,3%). Cette diminuton de la mortalité s'accélère ces derniers jours.

Si on compare la surmortalité, les chiffres sont bien plus élevés en France, Italie, Espagne, Suisse et Slovénie.

En termes de nombre de décès absolu, la Belgique reste pour l'instant, avec la Tchèquie et la Bulgarie, en tête du classement européen. Mais si on compare la surmortalité, les chiffres sont aussi élevés et dans certains cas bien plus élevés dans d'autres pays, comme la France, l'Italie, l'Espagne, la Suisse et la Slovénie. Il reste donc de grandes disparités dans la manière de déclarer les chiffres de mortalité liés au Covid. En Belgique, cela correspond très bien à la surmortalité, a noté le centre de crise.

Lire également

Publicité
Publicité