Publicité

Les contaminations entre personnes vaccinées sont réduites de 90%, mais...

Sciensano a analysé les risques de contamination entre personnes vaccinées et non vaccinées. ©Photo News

Une étude de Sciensano démontre que la transmission du covid est bien moindre entre personnes vaccinées. Mais elle a été réalisée avant que le variant Delta ne soit dominant.

"Les contaminations entre personnes entièrement vaccinées sont réduites de 90%", indique Sciensano en conclusion d'une étude réalisée par l'Institut belge de la santé et publiée dans la revue internationale Vaccine. Ce pourcentage semble très important, mais il est à prendre avec des pincettes.

"Il est possible que la protection vaccinale chez les personnes âgées soit plus faible que dans la population active."
Sciensano

En effet, cette étude a été réalisée alors que le variant Delta n'était pas encore dominant. "Il est possible que la protection contre le variant Delta soit moins efficace", note Sciensano.

En outre, les vaccins AstraZeneca et Janssen ne sont pas pris en compte parce qu'ils n'avaient pas été administrés à un nombre suffisant de personnes participant à l'étude.

Troisième bémol, les données ne concernent pas les personnes résidant en maison de repos et soins. "Il est possible que la protection vaccinale chez les personnes âgées soit plus faible que dans la population active", écrit ici Sciensano. Et enfin, les personnes non vaccinées étaient surreprésentées dans l'étude, par rapport aux vaccinés.

Sur base des tests et du tracing

Comment l'étude a-t-elle été réalisée? Elle s'est penchée sur le risque d’avoir un test positif en comparant 8.000 contacts à haut risque vaccinés à 282.000 contacts à haut risque non vaccinés. Ce sont les données de testing et de tracing qui ont été utilisées, entre le 25 janvier et le 24 juin, quand tout contact à haut risque imposait d'effectuer une quarantaine et deux tests PCR, que l'on soit vacciné ou pas.

74%
Avec une vaccination complète avec un vaccin à ARN messager, le risque d’infection est réduit de 74 à 85%.

Deux constats ont été tirés. D'abord, il est apparu que suite à une vaccination complète avec un vaccin à ARN messager (Pfizer ou Moderna), le risque d’infection (démontrée par un test positif, que le patient soit asymptomatique ou présente de symptômes) était réduit de 74 à 85%.

La transmission entre vaccinés

Le second constat a été tiré de l'analyse de la situation de 990 personnes totalement vaccinées ayant contracté une infection et de leurs contacts à haut risque non vaccinés. Il est apparu que les premières transmettaient le virus de 52 à 62% moins fréquemment que les non-vaccinés

Et si le contact était aussi vacciné, il y avait 90% d’infections en moins que dans les contacts entre personnes non vaccinées. Des chiffres encourageants, malgré les bémols, mais qui ne doivent pas occulter qu'une transmission de l’infection entre personnes vaccinées reste clairement possible.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité