Publicité

Les détenteurs des droits TV demandent une compensation à la Pro League

Les détenteurs de droits TV s'estiment lésés sur le championnat, interrompu à cause de la crise du coronavirus. ©BELGA

Si le championnat de Belgique de football est interrompu, ils demandent à pouvoir récupérer une partie des droits versés. Mais les décisions du Conseil national de sécurité ce vendredi pèseront lourdement sur ce dossier.

Telenet, Proximus et VOO, les actuels détenteurs de droits TV du championnat de Belgique de foot, demandent une compensation à la Pro League à la suite de la proposition de son conseil d'administration d’arrêter à la saison, proposition pour laquelle ils n'ont pas été consultés. Cette décision doit encore être validée lors de l'assemblée générale de lundi prochain.

Prévue pour ce vendredi, elle a été reportée en raison de la tenue d'un Conseil national de sécurité le même jour. Ce dernier pourrait autoriser ou non la tenue des matchs à huis clos. En cas d’autorisation, la saison pourrait se poursuivre.

Force majeure

Une clause assez générale du contrat qui lie la Pro League aux détenteurs de droits prévoit qu’en cas de force majeure entraînant l’arrêt de la compétition, les sommes versées par les détenteurs de droits restent acquises par les clubs. Cette force majeure, c’est "le fait du prince", soit la décision d’une autorité supérieure, en l’occurrence le gouvernement. Si ce dernier interdit la poursuite du championnat, les détenteurs de droits ne pourront logiquement rien y faire, la Pro League gardera ses billes. Rappelons que le contrat actuel rapporte 80 millions d'euros aux clubs. Ce montant a déjà été versé intégralement à la Pro League.

20 millions d'euros
de droits
Les détenteurs de droits TV pourraient exiger 20 millions d'euros en cas de fin prématurée du championnat

Si par contre (ce qui paraît a priori peu probable) le gouvernement devait autoriser les matchs même à huis clos (on n’imagine pas la tenue de matchs devant un public), la force majeure ne pourrait plus être invoquée par la Pro League. Et si son AG confirme la décision du CA et arrête le championnat, les détenteurs de droits seront en droit de réclamer leur dû car ils ne pourront pas diffuser près d'un tiers de la saison. La Pro League a déjà distribué les trois quarts des droits aux clubs. Les détenteurs de droits devraient alors pouvoir récupérer la dernière tranche de 20 millions.

Conciliation

À en juger par la communication des uns et des autres, le ton se veut relativement conciliant. Ainsi Telenet n’exige pas que la saison reprenne mais "demande à la Pro League d'accepter un dialogue formel concernant le remboursement de l'avance sur les droits de télévision au cas où la recommandation du CA serait confirmée par son AG." L’opérateur indique que le remboursement pourrait être échelonné ou le montant converti en à-valoir qui accorderait aux trois opérateurs les droits de retransmission d'un nombre identique de matchs lors de la prochaine saison. Problème, dès la prochaine saison, ces droits ont été acquis par Eleven Sports qui est occupé à créer une chaîne spécifique qu’elle devrait distribuer via… les opérateurs télécoms. Un bel imbroglio en perspective…  

"Telenet demande à la Pro League d'accepter un dialogue formel concernant le remboursement de l'avance sur les droits de télévision au cas où la recommandation du CA serait confirmée par son l'AG."
Telenet

Proximus dit quant à lui s'étonner que le CA ait préféré recommander l'arrêt anticipé de la compétition "sans chercher des solutions constructives, comme c'est le cas dans plusieurs pays européens". Proximus se dit prêt à collaborer avec la Pro League pour trouver des solutions constructives dans l'intérêt de tous, estimant qu'une prolongation du championnat, pour autant que la santé des joueurs et des supporters soit assurée, pourrait être examinée. "Si une solution acceptable ne s’avère pas possible, Proximus s’attend à ce que la Pro League prévoie un remboursement proportionnel des droits de télévision déjà payés", ajoute l’opérateur.

"Si une solution acceptable ne s’avère pas possible, Proximus s’attend à ce que la Pro League prévoie un remboursement proportionnel des droits de télévision déjà payés."
Proximus

"En collaboration avec les détenteurs des droits, nous cherchons de manière constructive une solution adéquate", a de son côté indiqué la Pro League dans une réaction officielle à Belga. "Le report de l'assemblée générale va nous permettre de prendre les derniers éléments en compte."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité