Les employeurs ne veulent plus payer les certificats médicaux

©Photo News

Face à l'explosion des certificats médicaux, l'UWE voudrait que les travailleurs touchés par le Covid-19 quittent le régime du certificat et passent en chômage temporaire.

De l'avis d'Olivier de Wasseige, l'administrateur délégué de l'UWE, la réactivité des autorités pour aider les entreprises a été au rendez-vous. "Les mesures sont dans leur globalité relativement adaptées." Evidemment, derrière cette note positive qui englobe la réforme du droit passerelle ou les garanties des banques, "il y a des points de friction et des choses à améliorer".

"Le passage en chômage temporaire des travailleurs touchés par le Covid-19 permettrait d'aider les entreprises fermées en allégeant leurs coûts. Elle permet aussi à d'autres sociétés d'engager des intérimaires pour maintenir la production au même coût."
Olivier de Wasseige
Administrateur délégué de l'UWE

Parmi ses revendications, l'UWE plaide pour un élargissement du chômage temporaire aux travailleurs malades. "Le nombre de certificats médicaux explose. En cas de confinement d'un travailleur imposé par un médecin ou pour cause de coronavirus, on voudrait que le travailleur passe en chômage temporaire. Il ne resterait donc plus à charge de l'entreprise le premier mois. Cette solution permettrait d'aider les entreprises fermées en allégeant leurs coûts. Elle permet aussi à d'autres sociétés d'engager des intérimaires pour maintenir la production au même coût." 

Du côté de l'Union des classes moyennes (UCM), la question du certificat médical est également dans le viseur. Mais à l'inverse de l'UWE qui ne vise que les maladies liées au Covid-19 ou à son confinement, l'UCM pousse la demande à l'ensemble des cas de maladie. "On demande au Conseil national du travail d'accepter que les indemnités payées aux travailleurs dans le cadre d'un certificat médical soient payées par l'Inami dès le premier mois et non plus par l'entreprise."

Lire également

Publicité
Publicité