1. Dossiers
  2. Coronavirus
live

Les entreprises liées à des paradis fiscaux seront exclues de l'aide publique

Les entreprises belges liées à des paradis fiscaux ne bénéficieront pas de la possibilité de différer, sans pénalité, le paiement anticipé de l'impôt sur les sociétés. Le projet de loi, discuté ce mercredi à la Chambre, a été adapté en ce sens, a affirmé le ministre des Finances, Alexander De Croo.
  • Merci de nous avoir suivi

    Ce direct est à présent terminé. 

    Pour suivre en direct les infos sur l'épidémie de Covid-19, rendez-vous dans ce direct.

  • Ce qu'il faut retenir de la journée

    ► Les entreprises belges liées à des paradis fiscaux ne bénéficieront pas non plus de la possibilité de différer, sans pénalité, le paiement anticipé de l'impôt sur les sociétés. Le projet de loi, qui doit être discuté ce mercredi à la Chambre, a été adapté en ce sens, a affirmé le ministre des Finances, Alexander De Croo, en commission à la Chambre.

     L'organisation patronale flamande Voka demande que, dans les 24 prochaines heures, toute la clarté soit faite sur les modalités concrètes de la reprise économique le 4 mai (lundi). Le Conseil national de sécurité a donné son feu vert la semaine dernière, mais aucun arrêté ministériel n'a encore été publié. Le Voka appelle aussi à étendre, dès la semaine prochaine, les procédures d'accueil des enfants à tous les parents qui doivent rejoindre leur lieu de travail.

    Si le gouvernement devait apporter son soutien à la compagnie aérienne Brussels Airlines, il ne le ferait pas seul et y lierait des conditions, a affirmé ce mardi le ministre des Finances, Alexander De Croo, en commission de la Chambre. >> Lire Des milliards d'euros d'aide ou la protection judiciaire pour Lufthansa

    ► L'ensemble des différentes mesures prises pour atténuer les effets socio-économiques de la crise du coronavirus en Belgique pourrait coûter quelque 10,2 milliards d'euros, ou 2,3% du Produit intérieur brut (PIB) belge, a affirmé ce mardi le vice-Premier ministre et ministre des Finances, Alexander De Croo.

    ► La Belgique n'aura pas d'application fédérale de "contact tracing". Voici pourquoi. >> Notre édito L'app anti-corona, un flop à la belge

    ► Le bilan belge des dernières 24 heures: 123 personnes ont été hospitalisées65 patients ont quitté l'hôpital. Au total, 3.976 lits sont occupés par des personnes atteintes du Covid-19, dont 876 en soins intensifs (-27 en un jour). 566 patients nécessitent une assistance respiratoire7.331 décès sont à déplorer depuis le début de l'épidémie en Belgique, soit 134 de plus par rapport au bilan de la veille. 647 nouveaux cas de Covid-19 ont été confirmés ce lundi.

    ► En France, le coronavirus a causé 367 nouveaux décès en 24 heures, portant le total à 23.660 morts depuis le 1er mars, mais 221 patients en moins sont dénombrés dans les services de réanimation. De son côté, le Royaume-Uni a recensé 586 décès supplémentaires, marquant une recrudescence par rapport à la veille et portant le bilan total à 21.678 morts dans les hôpitaux britanniques. Les Etats-Unis ont, eux, franchi la barre du million de cas diagnostiqués de coronavirus, soit environ le tiers du nombre total de cas recensés dans le monde.

    ► Les hommes résistent moins bien aux maladies infectieuses que les femmes. Les explications des autorités sanitaires sont à lire ici.

    ► En Wallonie, les visites pourront bientôt reprendre dans les maisons de repos, sous strictes conditions. Les détails sont à lire ici.

    ► Les masques en coton sont tout aussi efficaces que d'autres matières, ont assuré, ce mardi, les experts interfédéraux Covid-19. Toutes les matières peuvent être utilisées si elles peuvent être nettoyées à 60 degrés régulièrement et retenir les gouttelettes de salive. Port du masque, les erreurs à ne surtout pas commettre --> Mode d'emploi

    Déconfinement: gare à la deuxième vague! L'Allemagne, qui a entamé son déconfinement, observe des signes de recrudescence de l'épidémie. La crainte d'une deuxième vague, à l'instar de celles constatées dans certains pays asiatiques, occupe les esprits. Avec une reprise partielle de son activité le 4 mai, la Belgique courra aussi ce risque. 

    ► Le gouvernement fédéral a chargé le ministère de la Défense de lancer, via son service des achats, un marché public pour acquérir douze millions de masques en tissu destinés à la population belge pour endiguer la propagation du coronavirus, a indiqué mardi le responsable de ce département, Philippe Goffin.

    ► Le gouvernement bruxellois a dégagé 22,5 millions d'euros supplémentaires afin de soutenir des nouvelles mesures dans les secteurs du social et de la santé.

    ► La première phase du déconfinement ne changera rien à l'organisation des agences bancaires. Febelfin annonce qu'elles continueront à être accessibles uniquement sur rendez-vous pour les transactions "nécessaires et critiques". Cette organisation pourrait se poursuivre jusqu'à l'été.

    ► Près de 83% des travailleurs estiment que la crise de la pandémie de coronavirus "pourrait avoir ou aura des conséquences sur leur santé physique ou mentale", selon un sondage du syndicat FGTB. Les travailleurs craignent donc la reprise du travail pour leur propre santé. En outre, 72 % des travailleurs craignent un surplus de stress.

    ► Les agences immobilières reprendront leurs activités le 4 mai pour les entreprises et le 11 mai pour les particuliers, a annoncé ce mardi l'Institut professionnel des agents immobiliers (IPI). >> Lire Immobilier: reprise des visites chez les particuliers le 11 mai

    ► Le Kevzara, un médicament contre l'arthrite qui était étroitement surveillé pour son utilisation potentielle contre le nouveau coronavirus, a donné des résultats décevants à la suite d'essais cliniques, ont déclaré lundi ses fabricants, le groupe pharma américain Regeneron et son homologue français Sanofi.

    ► Pour pouvoir permettre aux entreprises de reprendre une activité et accueillir leurs employés et visiteurs en toute sécurité dans leurs bureaux, plusieurs innovations voient le jour, comme les caméras thermiques ou le comptage des personnes présentes. Lire aussi | Des codes QR pour prévenir une deuxième vague en entreprise

    ► Les Jeux olympiques de Tokyo 2020, reportés à l'été 2021 à cause de la propagation du Covid-19, seront annulés si la pandémie n'est pas maîtrisée d'ici là, explique le président du comité japonais d'organisation Yoshiro Mori, arguant qu'il serait impossible de les reporter une nouvelle fois.

  • Le Voka demande plus de clarté sur la reprise lundi

    L'organisation patronale flamande Voka demande que, dans les 24 prochaines heures, toute la clarté soit faite sur les modalités concrètes de la reprise économique le 4 mai (lundi). Le Conseil national de sécurité a donné son feu vert la semaine dernière, mais aucun arrêté ministériel n'a encore été publié. Le Voka appelle aussi à étendre, dès la semaine prochaine, les procédures d'accueil des enfants à tous les parents qui doivent rejoindre leur lieu de travail.

    "On ne peut plus continuer ainsi à errer. Tout délai supplémentaire est irresponsable. De nombreux chefs d'entreprise perdent patience et attendent de nos décideurs politiques une confirmation claire de la reprise, tant des entreprises, que des commerces et de la distribution", commente Hans Maertens, administrateur délégué du Voka. "Seul un arrêté ministériel cohérent pourra apporter toute la clarté juridique."

    Les entreprises sont pleinement occupées ces derniers jours à rédiger des conventions de sécurité, poursuit l'organisation. "Plus de 8 sociétés sur 10 ont entrepris des dispositions pour faire appliquer la distance sociale. Une sur dix n'est pas en mesure de la garantir mais prévoira le matériel de protection nécessaire pour les travailleurs."

    Le Voka souligne que la garde des enfants constitue l'un des soucis les plus importants pour les employés et pas tellement la crainte d'un environnement de travail peu sécurisé. "A partir du 4 mai, le règlement en vigueur aujourd'hui pour l'accueil des enfants doit être élargi aux parents qui ne travailleront plus de chez eux. C'est tout à fait possible. Lorsque les écoles redémarreront le 15 mai, tous les parents auront besoin d'un service de garde des enfants." D'autres solutions peuvent éventuellement être étudiées, comme des villes ou communes disposant d'une expérience dans l'accueil extra-scolaire.

  • La CNE dénonce une "déclaration de guerre" de Mme De Block contre le personnel de la santé

    La CNE du secteur non marchand a dénoncé une "déclaration de guerre vis-à-vis du personnel de la santé" de la part de la ministre de la Santé publique, Maggie De Block, après une réunion entre les syndicats et le cabinet de la ministre. "La ministre De Block a-t-elle décidé de partir en guerre contre le personnel soignant", s'est demandé dans un communiqué le secrétaire national de la CNE non-marchand, Yves Hellendorff, dans un communiqué.

    Selon lui, l'intention de la ministre était de tenir une réunion d'information sur deux arrêtés royaux pris dans le cadre des pouvoirs spéciaux et sur un projet d'arrêté concernant le fonds blouses blanches.

    Le premier arrêté prévoit la possibilité pour du personnel non infirmier d'exécuter des activités infirmières dans le cadre des institutions de soins. "Mais les conditions de délégations de ces activités restent extrêmement peu claires en matière de responsabilité, tant pour le médecin ou l'infirmier qui auront délégué les soins que pour le personnel non infirmier qui prestera ces activités", a dénoncé la CNE.

    Quant au second arrêté, il vise à donner la possibilité de réquisitionner du personnel de santé en cas de nécessité dans le cadre de la crise covid-19. "Incompréhensible alors que d'une part la courbe descendante laisse entrevoir la libération de nombreux professionnels affectés aux unités covid, et que d'autre part même au plus haut de la crise, le volontarisme et la flexibilité du personnel ont permis de répondre au besoin", juge le syndicat chrétien.

    Selon lui, ce texte "ressemble fort à un dispositif visant à culpabiliser ou menacer le personnel qui ne serait selon l'autorité pas suffisamment disponible pour être transféré dans d'autres services ou d'autres types d'institution".

  • Plus d'un million de cas de coronavirus recensés aux Etats-Unis

    Les Etats-Unis ont franchi la barre du million de cas diagnostiqués de coronavirus, soit environ le tiers du nombre total de cas recensés dans le monde. Les Etats-Unis sont, déjà depuis fin mars, le pays qui compte le plus de cas dépistés d'infection. Ils avaient atteint les 500.000 cas déclarés il y a moins de trois semaines, le 10 avril.

    Le pays est également celui qui compte le plus grand nombre de victimes du Covid-19, avec plus de 57.200 décès liés à la maladie.

  • Le coût des mesures socio-économiques pourrait monter à 10 milliards d'euros

    L'ensemble des différentes mesures prises pour atténuer les effets socio-économiques de la crise du coronavirus en Belgique pourrait coûter quelque 10,2 milliards d'euros, ou 2,3% du Produit intérieur brut (PIB) belge, a affirmé ce mardi le vice-Premier ministre et ministre des Finances, Alexander De Croo. Il a cité, devant la commission des finances de la Chambre, les chiffres issus du projet de programme de stabilité que la Belgique doit remettre à la Commission européenne.

    Le coût des mesures déjà prises par le gouvernement fédéral s'élève, selon lui, à 6,4 milliards d'euros, dont 3,6 milliards sont liés à la mise en oeuvre "massive" du système de chômage temporaire. "Le chômage temporaire, ce n'est pas gratuit, c'est clair", a lancé le ministre libéral. Le coût total des mesures devrait s'élever à 10,2 milliards d'euros en 2020. De Croo a affirmé qu'il était essentiel qu'il s'agisse de dépenses ponctuelles. Bien qu'une partie puisse devenir structurelle si la croissance économique ralentit considérablement, a-t-il reconnu. "Avec notre stratégie de sortie (de crise), nous essayons de préserver la santé, mais aussi d'éviter que le coût ne devienne trop structurel", a-t-il dit.

  • 367 nouveaux décès en 24 heures, mais 221 patients en moins en réanimation en France

    Le coronavirus a causé 367 nouveaux décès en 24 heures, portant le total à 23.660 morts depuis le 1er mars, mais 221 patients en moins sont dénombrés dans les services de réanimation.

    4.387 malades atteints de COVID-19 sont en réanimation, mais seulement 153 nouveaux cas graves y ont été admis au cours des dernières 24 heures, soit un solde négatif de 221 patients en moins.

  • En région bruxelloise, les centres de contrôle technique rouvrent leurs portes lundi 4 mai

    Les centres de contrôle technique bruxellois de Schaerbeek, Anderlecht, Haren et Forest reprendront partiellement le travail lundi 4 mai, tout en observant des mesures de sécurité et d'hygiène strictes. Les contrôles techniques se feront ainsi uniquement sur rendez-vous.

    Les call-center seront ouverts dès demain/mercredi 29 avril afin de fixer les rendez-vous. En ce qui concerne les voitures et les utilitaires légers, les contrôles seront, dans un premier temps, limités aux revisites des cartes rouges et aux contrôles occasion. Les contrôles périodiques et les revisites des cartes vertes avec une validité de 3 mois seront repris ultérieurement quand les centres rouvriront complètement. Pour toutes les autres catégories de véhicules, tous les types de contrôles seront effectués.

    Pour les certificats de visite dont la validité est échue depuis le 1er mars, celle-ci est prolongée de 6 mois. Concrètement, les véhicules seront pris en charge par les inspecteurs au début de la ligne d'inspection. Le client sera invité à se rendre à la sortie du centre et d'y attendre qu'on lui remette son véhicule. En outre, il est demandé que le conducteur se présente seul. Les clients qui présentent des symptômes de maladie ne sont évidemment pas autorisés à venir. Les paiements par carte obligatoires seront d'application.

  • Les entreprises liées à des paradis fiscaux seront elles aussi exclues de l'aide publique

    Les entreprises belges liées à des paradis fiscaux ne bénéficieront pas non plus de la possibilité de différer, sans pénalité, le paiement anticipé de l'impôt sur les sociétés. Le projet de loi, qui doit être discuté ce mercredi à la Chambre, a été adapté en ce sens, a affirmé le ministre des Finances, Alexander De Croo, en commission à la Chambre.

    La semaine passée, le ministre avait déjà assuré ne pas avoir d'objection à conditionner les aides publiques octroyées aux entreprises touchées par la crise du coronavirus à des principes éthiques. Des conditions ont d'ailleurs déjà été imposées. Ainsi, pour recourir au soutien de l'Etat, les entreprises ne doivent pas distribuer de dividende cette année, ne peuvent pas racheter d'actions propres et ne peuvent pas procéder à une réduction de capital. Elles ne peuvent pas non plus être liées à un paradis fiscal et le projet de loi a été adapté en ce sens, a assuré ce mardi, en commission de la Chambre, le ministre De Croo (Open Vld).

    Concrètement, les entreprises belges qui, via un actionnaire ou une filiale, ont des liens avec un paradis fiscal, seront exclues du mécanisme de soutien. Les sociétés qui ont des activités réelles dans ces pays fiscalement intéressants pourront toutefois être aidées si elles peuvent prouver leur bonne foi, a enfin indiqué De Croo.

  • British Airways prévoit de supprimer 12.000 emplois

    La compagnie aérienne British Airways prévoit de supprimer jusqu'à 12.000 emplois en raison de l'impact durable du coronavirus sur son activité, a annoncé ce mardi sa maison-mère, le groupe IAG. Ce dernier, qui possède entre autres Iberia et Vueling, explique dans un communiqué avoir pris cette décision compte tenu du fait qu'il faudra plusieurs années avant un retour à la normale du trafic aérien.

  • Arrêt de travail à l'atelier TGV de Forest

    Le personnel de l'atelier TGV de Forest était en arrêt de travail ce mardi après-midi, inquiet de ne pas disposer de matériel de protection dans le contexte de crise liée au coronavirus. "La distance sociale ne peut pas être respectée actuellement et nous manquons de masques de protection", a justifié Philippe Dubois, secrétaire permanent CGSP Cheminots. Il s'agit de la deuxième action similaire depuis le début de la crise, a précisé M. Dubois.

    "La situation est aujourd'hui problématique car, depuis quelques jours, plusieurs membres du personnel sont rappelés en vue d'une reprise progressive du trafic ferroviaire", explique-t-il. Les mesures de précaution destinées à éviter une contamination entre travailleurs ne peuvent plus être respectées, selon lui. Le syndicat attend une intervention de la direction de l'atelier. Le site forestois assure l'entretien des rames de trains à grande vitesse (Thalys, Eurostar...).

  • 586 décès de plus du coronavirus au Royaume-Uni, 21.678 en tout

    Le Royaume-Uni a recensé 586 décès supplémentaires dus au coronavirus, marquant une recrudescence par rapport à la veille et portant le bilan total à 21.678 morts dans les hôpitaux britanniques.

    Le nombre de contaminations officiellement comptabilisées atteint 161.145 cas (+3.996)

  • Le gouvernement ne peut pas intervenir seul pour sauver Brussels Airlines, selon De Croo

    Si le gouvernement devait apporter son soutien à la compagnie aérienne Brussels Airlines, il ne le ferait pas seul et y lierait des conditions, a affirmé ce mardi le ministre des Finances, Alexander De Croo, en commission de la Chambre. La compagnie belge a demandé aux autorités un soutien de 290 millions d'euros, a confirmé le ministre selon qui des contacts ont déjà eu lieu avec le management de Brussels Airlines et de Lufthansa, sa maison-mère allemande.

    "Si le gouvernement décidait d'apporter ce soutien, il faudrait négocier avec Lufthansa, qui détient 100% du capital de Brussels Airlines. Et il faudrait qu'on tienne compte d'aspects tels que l'emploi, l'environnement et d'autres objectifs sociétaux", a affirmé Alexander De Croo (Open Vld). Par ailleurs, le gouvernement n'entend pas agir seul. "Il me paraît logique que la demande ne soit pas seulement adressée aux autorités belges. Il me paraît logique qu'une partie de ce financement vienne d'autres instances, comme par exemple les actionnaires actuels de Lufthansa", a poursuivi le ministre.

    Selon ce dernier, il est enfin essentiel qu'en cas d'intervention du gouvernement belge, "des perspectives d'avenir claires soient proposées à Brussels Airlines afin qu'après la crise, la compagnie puisse à nouveau se développer en tant que transporteur national et puisse être un maillon crucial pour Bruxelles en tant que hub international".

  • Auderghem est la 2e commune bruxelloise à lancer sa distribution de masques

    Après Saint-Josse-ten-Noode, Auderghem a initié ce mardi matin la distribution de masques aux habitants, a indiqué mardi la commune. Les communes bruxelloises ont en effet décidé de se mobiliser pour fournir des masques à leurs habitants en plus de celui promis le 23 avril par la Région à chaque résident bruxellois. 

  • Bredene appelle les autres communes côtières à interdire les rassemblements cet été

    Le bourgmestre de Bredene Steve Vandenberghe (sp.a) a appelé mardi ses homologues de la côte belge à interdire les rassemblements estivaux dans la région afin de réduire le risque sanitaire et de soulager les forces de l'ordre. Une équipe dédiée à la surveillance de la distanciation sociale sera également mise sur pied.

  • Le 23 avril, le nombre de tests PCR a passé le cap des 10.000, selon De Backer

    Le 23 avril, 13.275 tests PCR de dépistage du Covid-19 ont été réalisés en Belgique et le nombre tourne aujourd'hui autour des 15.000, a indiqué mardi le ministre en charge du matériel médical dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, Philippe De Backer, devant la commission de la Santé de la Chambre. Quant à la capacité, elle dépasse les 25.000 unités.

  • Des médecins mettent en garde contre une maladie infantile peut-être liée au coronavirus

    Au Royaume-Uni, des enfants ne souffrant d'aucun problème de santé sous-jacent sont décédés d'un syndrome inflammatoire rare. Les experts examinent si l'infection peut être liée au nouveau coronavirus, a déclaré ce mardi le ministre de la Santé Matt Hancock. Une partie des enfants malades a été testée positive au coronavirus mais pas tous.

    Des experts médicaux italiens et britanniques étudient un lien possible entre la pandémie de coronavirus et des groupes de maladies inflammatoires graves chez les nourrissons qui arrivent à l'hôpital avec une forte fièvre et des artères gonflées.

    Les enfants présentent des symptômes semblables au syndrome de choc toxique avec, notamment, une fièvre élevée, une pression artérielle basse, une éruption cutanée et des difficultés respiratoires. Certains enfants souffraient également de maux gastro-intestinaux (vomissements, douleurs abdominales, diarrhées), d'une inflammation des muscles cardiaques et d'une numération sanguine inhabituelle. Selon les experts, ces symptômes sont le signe que le corps combat une infection. Les enfants présentant ces symptômes nécessitent des soins urgents. 

  • Moins de la moitié des résidents symptomatiques en maison de repos sont positifs

    Seuls 41% des résidents de maisons de repos testés en Flandre parce qu'ils présentaient des symptômes de Covid-19 se sont avérés positifs au coronavirus, a indiqué mardi le ministre flamand de la Santé, Wouter Beke (CD&V), en commission du parlement flamand. Un tiers des résidents ont été testés jusqu'à présent au nord du pays.

  • 174 plaintes pour abus du chômage temporaire

    L'Onem a reçu 174 plaintes pour des abus de chômage temporaire, a indiqué mardi la ministre de l'Emploi Nathalie Muylle. La Belgique a recours massivement au chômage temporaire dans le cadre de la crise du coronavirus. L'Onem a déjà reçu 1,36 million de demandes de travailleurs provenant de 133.000 entreprises.

    L'Onem mène aussi des contrôles sur des abus qui peuvent mener à des sanctions contre les entreprises. Dans certains cas, les amendes peuvent grimper jusqu'à 48.000 euros par des travailleurs. Des travailleurs peuvent aussi être sanctionnés en cas d'abus.

  • La stratégie de déconfinement en France

    Edouard Philippe a averti mardi que "si les indicateurs ne sont pas au rendez-vous, nous ne déconfinerons pas le 11 mai" ou alors "nous le ferons plus strictement", et appelé chacun au "civisme" pour la réussite du déconfinement. Les incertitudes sur le nombre de nouveaux cas journaliers ou les chaînes de contamination par exemple "doivent inciter tous les Français à la plus grande discipline" d'ici au 11 mai et "à lutter contre les risques de relâchement que nous sentons monter dans le pays", a ajouté le Premier ministre qui présentait la stratégie de déconfinement du gouvernement. 

    Vie quotidienne:

    • Tester massivement les personnes présentant des symptômes du Covid-19 et leurs contacts, et mettre en place des "brigades" dans chaque département pour identifier ces contacts
    • Les rassemblements organisés sur la voie publique ou dans des lieux privés seront limités à 10 personnes, à partir du 11 mai
    • Port du masque généralisé
    • Les mairies continueront à proposer, sauf urgence, le report des mariages
    • Les cérémonies funéraires resteront évidemment autorisées après le 11 mai, mais comme aujourd'hui dans la limite de 20 personnes. Les cimetières seront à nouveau ouverts au public dès le 11 mai. 
    • Possibilité de circuler sans attestation à partir du 11 mai, sauf pour les déplacements à plus de 100 km du domicile, qui ne seront possibles que pour un motif impérieux, familial ou professionnel
    • Les déplacements interdépartementaux ou interrégionaux seront réduits "aux seuls motifs professionnels ou familiaux impérieux, pour des raisons évidentes de limitation de la circulation du virus"
    • La capacité des transports publics est réduite pour respecter les distances et le port du masque est obligatoire dans les transports publics
    • Les cérémonies religieuses, comme les baptêmes ou mariages, ne pourront se dérouler avant le 2 juin. Les lieux de culte pourront continuer à rester ouverts.
    • Les plages restent inaccessibles au moins jusqu'au 1er juin
    • Il est demandé aux plus de 65 ans de continuer à limiter leurs contacts et sorties
    • Tous les marchés alimentaires pourront rouvrir après le 11 mai, sauf exception

    Écoles:

    • Le gouvernement propose une réouverture très progressive des maternelles et de l'école élémentaire à compter du 11 mai, partout sur le territoire, et sur la base du volontariat. Dans un deuxième temps, à compter du 18 mai, mais seulement dans les départements où la circulation du virus est très faible, nous pourrons envisager d'ouvrir les collèges, en commençant par la 6ème et la 5ème. 
    • Décision fin mai sur une réouverture des lycées

    Travail:

    • Tous les commerces, sauf les cafés et restaurants, pourront rouvrir à compter du 11 mai mais avec des mesures de protection sanitaire, notamment le port du masque, recommandé pour le personnel et les clients si la distanciation est impossible
    • Il est demandé "avec insistance" aux entreprises de maintenir le télétravail partout où c'est possible, au moins dans les trois prochaines semaines
    • Toutes les entreprises sont invitées, quand leurs moyens le leur permettent, à veiller à équiper leurs salariés en masques de protection

    La culture:

    • Les grands musées, les cinémas, les salles de concert et les théâtres resteront fermés après le 11 mai
    • Les salles des fêtes, les salles polyvalentes resteront également fermées, jusqu'au 1er juin
    • Tout événement de plus de 5.000 participants est interdit jusqu'en septembre (les grandes manifestations sportives, culturelles, notamment les festivals, les grands salons professionnels)
    • Les médiathèques, bibliothèques et petits musées pourront rouvrir leurs portes dès le 11 mai

    Le sport:

    • Le Tour de France a été reporté du 29 août au 20 septembre
    • La saison 2019-2020 des sports professionnels, notamment celle de football, ne pourra pas non plus reprendre

    Edouard Philippe a annoncé qu'après une première phase de déconfinement le 11 mai, une nouvelle étape s'ouvrira le 2 juin pour trois semaines, avec de nouvelles mesures qui dépendront du niveau de l'épidémie.

  • Une ligne d'écoute pour les personnes endeuillées et les proches de malades

    Le Centre prévention suicide a mis en place deux nouvelles lignes d'écoute et d'aide psychologique à destination des familles endeuillées et des proches d'une personne malade, indique-t-elle mardi.

    • La première initiative "Faire Face Covid-19" offre une écoute aux familles frappées par la disparition d'un proche ainsi qu'un suivi psychologique individuel gratuit, si les personnes le souhaitent. Cette ligne est joignable au numéro 0800/20.220 (de 9h30 à 12h30 et de 17h à 19h tous les jours ouvrables).
    • L'autre ligne, "Faire Front Covid-19" est elle destinée aux proches des personnes malades et/ou isolées durant la crise. Son numéro est le 0800/20.440 et est disponible du lundi au vendredi de 9h30 à 12h30 et de 17h à 19h ainsi que le samedi et le dimanche de 17h à 21h.
  • La Défense chargée de commander douze millions de masques en tissu

    Le gouvernement fédéral a chargé le ministère de la Défense de lancer, via son service des achats, un marché public pour acquérir douze millions de masques en tissu destinés à la population belge pour endiguer la propagation du coronavirus, a indiqué mardi le responsable de ce département, Philippe Goffin.

    "Le conseil des ministres nous a donné clairement la mission de commander douze millions de masques. Donc le marché public est lancé", a-t-il affirmé à la RTBF. La décision a été validée lundi soir lors d'un conseil des ministres par voie électronique.

  • Audiovisuel et arts de la scène demandent un assouplissement du Tax shelter

    Le secteur culturel – audiovisuel et arts de la scène entre autres – subit de plein fouet la crise. Il demande un assouplissement temporaire du mécanisme du Tax shelter. 

  • Déconfinement: gare à la deuxième vague!

    L'Allemagne, qui a entamé son déconfinement, observe des signes de recrudescence de l'épidémie. La crainte d'une deuxième vague, à l'instar de celles constatées dans certains pays asiatiques, occupe les esprits. Avec une reprise partielle de son activité le 4 mai, la Belgique courra aussi ce risque. 

  • Les syndicats de la Fonction publique veulent une concertation en vue de la reprise

    Les organes de concertation en matière de protection et de sécurité au travail au sein de la Fonction publique doivent se réunir au préalable en vue de la reprise graduelle après le déconfinement, exigent mardi en front commun les organisations syndicales.

    La CGSP, le SLFP et la CSC Services Publics "s'étonnent et s'inquiètent du timing et des dispositions de déconfinement prévu le 4 mai, notamment en ce qui concerne l'accessibilité aux transports publics". Dans ca cadre, les trois syndicats mettent en priorité l'accent sur la santé des agents et des usagers.

  • En Wallonie, les visites pourront bientôt reprendre dans les maisons de repos

    Les visites dans les maisons de repos et de soins, interdites depuis le 13 mars dernier, vont pouvoir reprendre, sous conditions, en Wallonie. Conformément aux décisions prises par le Conseil national de Sécurité (CNS) et après une large concertation menée avec le secteur des aînés et les représentants des travailleurs, la Wallonie vient en effet de fixer les contours de cette reprise, a annoncé mardi l'exécutif régional.

    La circulaire déterminant les modalités pratiques des visites a été publiée et envoyée aux 602 maisons de repos de Wallonie. Elle s'articule autour de deux priorités:

    • L'organisation des services des établissements  
    • Le respect de la volonté des résidents. 

    Ainsi, aucune visite ne pourra être imposée à un résident. Le retour des proches dans les maisons de retraite ne pourra non plus engendrer ni une désorganisation des services ni un détournement des ressources humaines indispensables à la prise en charge des résidents, précise la circulaire. Ces visites restent en outre complémentaires aux autres moyens de communication tels que le téléphone et les contacts audiovisuels déjà mis en place pour limiter la solitude des aînés.

    Par ailleurs, dans chaque établissement, le début des visites encadrées ne pourra avoir lieu qu'au terme du processus général de dépistage, c'est-à-dire lorsque le dépistage généralisé des résidents et du personnel sera réalisé, que les résultats auront été transmis et analysés, et que la mise en œuvre des mesures à prendre éventuellement en fonction des résultats (cohortage ou autres) sera effective, ajoute le texte.

    En outre, des consignes d'hygiène strictes devront être respectées et tout visiteur qui ne respectera pas les directives se verra refuser l'entrée à l'établissement.

  • Beaucoup de travailleurs sous-informés sur les dédommagements en cas de télétravail

    À l'aube du déconfinement, un grand nombre de travailleurs s'estiment actuellement peu ou mal informés sur les dédommagements en cas de télétravail (65%), la santé financière de leur entreprise (65%) ou l'évolution des effectifs (63%). C'est ce qu'il ressort mardi d'un sondage du bureau de conseil en communication Whyte Corporate Affairs et de l'institut Dedicated.

    Les salariés attendent plutôt des informations concrètes sur l'avenir de leur travail, la santé financière de leur organisation et les mesures à adopter après la crise. L'enquête, menée entre le 10 et le 14 avril sur un échantillon représentatif de 1.500 Belges âgés de 15 à 75 ans, montre que les salariés sont généralement satisfaits de la communication de leur employeur au cours des dernières semaines. Il y a toutefois quelques points douloureux.

  • Les Pays-Bas déplorent 48 décès supplémentaires, pour un total de 4.566 morts

    48 personnes ont perdu la vie aux Pays-Bas ces dernières 24 heures en raison d'une contamination au coronavirus, a indiqué mardi l'Institut royal de santé publique et d'environnement (RIVM). Le bilan officiel néerlandais du nombre de décès causés par le Covid-19 grimpe dès lors à 4.566. Le faible nombre de décès pourrait être dû à la Fête du Roi lundi qui était un jour férié.

    Le bilan total ne comprend que les décès confirmés par un test positif au coronavirus. Le nombre de morts pourrait dès lors être plus élevé étant donné que toute la population n'est pas testée. De nombreuses personnes âgées succombent ainsi en maisons de repos sans être reprises dans les statistiques.

  • Vaccins anti-Covid-19: une centaine de projets, une dizaine à l'essai

    Il existe une centaine de projets de vaccins anti-Covid-19 dont une dizaine en phase d'essais cliniques, selon des données diffusées par la London School of Hygiene & Tropical Medicine. Cette école réputée de médecine britannique répertorie près de 120 projets différents de vaccins contre la maladie provoquée par le coronavirus SARS-CoV-2, dont 110 à un stade de développement "pré-clinique".

    Huit projets en sont arrivés au stade des essais cliniques de phase I sur des hommes. Parmi ceux-ci un projet chinois, conduit notamment par l'entreprise cotée à Hong Kong CanSino, se trouve à un stade encore plus avancé, avec des essais cliniques de phase I et de phase II.

  • Port du masque, les erreurs à ne surtout pas commettre

    Qu’il soit à usage unique ou en tissu, il faut respecter quelques règles simples pour que le masque reste efficace contre le coronavirus.

    Tuto: quelques règles simples pour se protéger avec un masque en tissu.

  • Le Portugal va lever l'état d'urgence à partir du 3 mai

    Décrété le 18 mars au Portugal, l'état d'urgence va être levé le 3 mai. Autrement dit, tous les commerces et services non-essentiels vont progressivement pouvoir rouvrir. Pour le président Marcelo Rebelo de Sousa, "ce qui importe dans cette nouvelle phase, c'est que les Portugais sachent que l'endiguement (de l'épidémie) reste important et que nous devons prendre de petites mesures et évaluer en permanence (la situation)". 

  • Puis-je exiger le remboursement des frais de parking?

    À partir du 4 mai, ceux qui prendront les transports en commun auront l’obligation de porter une protection qui couvre le nez et la bouche, tant dans les véhicules que dans les gares et aux arrêts. De plus, tout le monde ne sera pas autorisé à utiliser les transports en commun. "À partir du 4 mai, ce sont les gens qui doivent aller travailler et qui doivent se rendre à une visite médicale. À partir du 11 mai, ce sera autorisé pour aller dans les commerces et, à partir du 18 mai, pour aller dans les écoles."

    Afin d’éviter les effets de foule, il a également été conseillé – lors du Conseil national de sécurité – de faire en sorte de se déplacer par ses propres moyens (marche, vélo, voiture, etc.) afin de laisser la priorité aux personnes qui ont le plus besoin des transports en commun et d’éviter les heures de pointe, quand c’est nécessaire.

    Si vous souhaitez éviter les transports en commun (que vous preniez d’habitude) et que vous n’avez pas d’autres choix que de prendre votre voiture, pouvez-vous demander un remboursement des frais de parking à votre employeur? "Un travailleur peut toujours faire cette demande, mais un employeur n’a cependant aucune obligation légale d’intervenir dans les frais de parking de son travailleur, contrairement aux frais de déplacement", répond Catherine Mairy, Legal Expert chez Partena Professionnal.

    Pour rappel, le contrôle du paiement du stationnement réglementé en voirie est suspendu jusqu'à nouvel ordre dans les 19 communes de Bruxelles. Cette mesure est valable en zone payante comme en zone bleue. "Le Code de la route régissant le stationnement doit toutefois être respecté et continue à être contrôlé par les polices zonales (stationnement interdit, gênant, places réservées aux PMR, etc.)", prévient l’agence Parking.Brussels. Par ailleurs, le stationnement restera gratuit aussi à Namur durant tout le mois de mai. (Caroline Sury)

  • Peu de risque de contagion par les billets en euros, selon la BCE

    La manipulation de billets de banque en euros ne pose "pas de risques d'infection majeurs" au nouveau coronavirus par rapport à d'autres surfaces, a assuré ce mardi un haut dirigeant de la Banque centrale européenne. La BCE a mené des recherches avec plusieurs laboratoires européens d'où il ressort que "les coronavirus peuvent survivre sur une surface en acier inoxydable (une poignée de porte, par exemple) 10 à 100 fois plus longtemps que sur nos billets en fibres de coton", écrit Fabio Panetta, membre du directoire de l'institut, dans un article publié dans plusieurs journaux européens.

  • Crise sanitaire en vue à cause de l'arrêt des vaccinations d'enfants en Asie (Unicef)

    L'Asie du Sud doit reprendre ses campagnes de vaccinations interrompues par le nouveau coronavirus dès que la pandémie sera circonscrite, car leur suspension met des centaines de milliers d'enfants en péril, a averti l'Unicef. "Alors que le Covid-19 ne semble pas rendre de nombreux enfants gravement malades, la santé de centaines de milliers d'enfants pourrait être affectée par cette interruption des services de vaccination", a déclaré Jean Gough, la directrice de cette agence onusienne en Asie du sud, s'inquiétant d'une "menace sérieuse". 

    Le Bangladesh et le Népal ont cessé leurs campagnes contre la rougeole et la rubéole, tandis qu'Afghanistan et Pakistan, deux des trois pays au monde où la polio reste endémique, ont arrêté leurs actions contre cette maladie, s'inquiète l'Unicef dans un communiqué. En conséquence, des épidémies sporadiques de maladies évitables, dont la rougeole et la diphtérie, ont déjà été constatées au Bangladesh, Pakistan et Népal, de même source. 

    L'agence onusienne dédiée à l'enfance recommande ainsi "vivement" aux gouvernements de "commencer dès maintenant à planifier l'intensification des activités de vaccination une fois que la pandémie de nouveau coronavirus sera sous contrôle". Elle appelle même à continuer à vacciner tout en prenant les mesures nécessaires.

  • Bénédicte Linard: "La culture est le secteur le plus durement touché par la crise actuelle"

    La ministre de la Culture en Fédération Wallonie-Bruxelles Bénédicte Linard (Ecolo) a tiré, ce mardi, un sombre bilan de l'impact de la crise actuelle pour le secteur culturel dans son ensemble, lequel a perdu 93% de ses recettes propres en raison des effets de la pandémie de Covid-19.

    "Le secteur culturel est le secteur le plus touché par la crise économique", a jugé Mme Linard lors d'un long échange mardi avec des députés en commission du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. "Ses effets se feront non seulement sentir sur la saison actuelle, mais aussi sur la saison prochaine et également la suivante", a-t-elle averti, plaidant pour des "solutions d'amortissement de la crise" étalées sur plusieurs années.

  • L'Allemagne gonfle sa capacité de tests à 700.000 par semaine

    Les laboratoires allemands sont parvenus à faire grimper leur capacité hebdomadaire de tests de 640.000 précédemment à 700.000 actuellement.

    En outre, le port du masque sera obligatoire à partir de ce mercredi dans tous les commerces à Berlin, une mesure déjà prise par l'ensemble des autres régions allemandes. Après le port du masque obligatoire dans les transports publics, la ville de Berlin a décidé d'imposer ces protections dans les magasins pour notamment "protéger" les commerçants.

  • Le bilan de la pandémie dans le monde: plus de 211.000 morts

    La pandémie actuelle du coronavirus a fait au moins 211.185 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon le dernier bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles.

    Plus de 3.030.240 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués dans 193 pays et territoires depuis le début de l'épidémie. Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu'une fraction du nombre réel de contaminations, un grand nombre de pays ne testant que les cas nécessitant une prise en charge hospitalière. Parmi ces cas, au moins 832.000 sont aujourd'hui considérés comme guéris. 

    Les États-Unis, qui ont recensé leur premier décès lié au coronavirus début février, sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 56.253 décès pour 988.469 cas. Au moins 111.583 personnes ont été déclarées guéries. 

     Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont l'Italie, avec 26.977 morts pour 199.414 cas, l'Espagne, avec 23.822 morts (210.773 cas), la France, avec 23.293 morts (165.842 cas), et le Royaume-Uni, avec 21.092 morts (157.149 cas). La Chine (sans les territoires de Hong Kong et Macao), où l'épidémie a débuté fin décembre, a officiellement dénombré au total 82.836 cas (6 nouveaux entre lundi et mardi), dont 4.633 décès (0 nouveaux), et 77.555 guérisons.

  • Les primes au secteur des titres-service arrivent à Bruxelles

    Les premières primes destinées à soutenir le secteur des titres-services à Bruxelles seront versées dès le mois de mai, indique le ministre bruxellois de l'Emploi Bernard Clerfayt. Le secteur des titres-services en Région bruxelloise, qui est constitué de 249 entreprises employant 23.000 personnes, est quasiment à l'arrêt depuis l'annonce des mesures de confinement. La plupart des entreprises bruxelloises ont décidé de fermer leurs portes tout comme la grande majorité des clients ont décidé d'annuler les prestations. 

    Sur base des factures reçues pour les deux premières semaines d'avril, on enregistre une baisse de près de 75% du montant remboursé aux entreprises pour les titres électroniques, selon le ministre Clerfayt (DéFI). Afin de soutenir les entreprises qui n'ont plus aucune activité, une prime unique de 4.000 euros leur est accordée. Celle-ci sera versée automatiquement, dès la fin du mois d'avril, par Sodexo. L'administration disposant de toutes les informations nécessaires, les entreprises ne doivent effectuer aucune démarche.

    Par ailleurs, les salaires de base étant très faible dans le secteur des titres-services, les aides-ménagères vont bénéficier d'une aide complémentaire de 2,5 euros brut par heure au chômage temporaire. Enfin, l'intervention régionale de 14,60 euros est majorée de 2 euros. Cette aide permet de soutenir les entreprises qui continuent de travailler chez les Bruxellois les plus dépendants du système: les personnes âgées, les personnes travaillant dans les secteurs essentiels, etc. 

  • Le bilan belge des dernières 24 heures

    123 personnes ont été hospitalisées au cours des dernières 24 heures en raison de leur infection au nouveau coronavirus, indiquent les autorités sanitaires dans leur bulletin quotidien, précisant que 65 patients ont quitté l'hôpital

    • Au total, 3.976 lits sont occupés par des personnes atteintes du Covid-19, dont 876 en soins intensifs (-27 en un jour). 566 patients nécessitent une assistance respiratoire.

    7.331 décès sont à déplorer depuis le début de l'épidémie en Belgique, soit 134 de plus par rapport au bilan de la veille. Parmi ces décès 67 personnes sont décédées dans les hôpitaux et 64 dans les maisons de repos et de soins. 

    647 nouveaux cas de Covid-19 ont été confirmés ce lundi. 316 par les canaux habituels et 331 dans le cadre d'études opérées par les maisons de repos.  

    graph hospitalisations

  • Les premiers actes notariés "à distance" bientôt opérationnels

    Les premiers actes notariés signés "à distance" via une procuration numérique seront possibles dès la première moitié du mois prochain, selon le porte-parole de la Fédération royale du notariat belge (Fednot), Bart Van Opstal. Cette nouvelle possibilité devrait entraîner une augmentation progressive du nombre d'actes signés dans les études.

    "La loi sur les procurations numériques a été approuvée au Parlement jeudi dernier. Les notaires et leurs employés suivent actuellement une formation sur la manière de les traiter et, si la loi est publiée prochainement au Moniteur belge, le système pourra être déployé. Ce sera normalement le cas dans la première quinzaine de mai."
    Bart Van Opstal
    Porte-parole de FedNot

    La procédure de procuration numérique est assez simple. Le notaire contacte le client et lui explique les modalités. L'objectif est que les clients donnent leur procuration soit à un collaborateur du notaire, soit à une personne de confiance pour signer l'acte à leur place. Concrètement, le citoyen doit disposer de sa carte d'identité électronique avec son code PIN ou de l'application itsme, et d'une connexion internet.  Il est également recommandé de suivre la signature en direct via visioconférence, de sorte que le notaire puisse expliquer le contenu de l'acte et répondre aux questions éventuelles. 

  • Plus de 4.000 morts dans les maisons de repos britanniques

    Au total, le Bureau national des statistiques au Royaume-Uni (BNS) a rapporté 4.343 morts en maisons de retraite entre le 10 et le 24 avril. Ces chiffres ont été fournis par les gestionnaires d'établissements. 

    Même sans compter ces décès, le Royaume-Uni est l'un des pays les plus touchés par la pandémie en Europe. Le gouvernement a annoncé, lundi, un bilan de 21.092 morts au total dans ses seuls hôpitaux, avec 360 décès de plus, soit le plus faible bilan depuis fin mars.

    En comptant les décès hors hôpitaux, c'est-à-dire surtout en maisons de retraites et à domicile, le nombre total de décès liés au Covid-19 survenus jusqu'au 17 avril et enregistrés avant le 25 avril était de 21.284. C'est 8.151 de plus que les chiffres pour les hôpitaux sur cette même période fournis par le ministère de la Santé, qui se base sur la date de notification du décès tandis que l'ONS se base sur la date de décès. 

     

  • Les agences bancaires pourraient continuer à travailler sur rendez-vous jusqu'à l'été

    La première phase du déconfinement ne changera rien à l'organisation des agences bancaires. Dans un communiqué, Febelfin annonce qu'elles continueront à être accessibles uniquement sur rendez-vous pour les transactions "nécessaires et critiques". Cette organisation pourrait se poursuivre jusqu'à l'été.

    "Les services bancaires digitaux et à distance resteront, par ailleurs, opérationnels, 24/24 heures et 7/7 jours", précise la fédération sectorielle. 

    Depuis la mi-mars, les banques ont adopté cette organisation pour leurs agences. Un rendez-vous est ainsi possible, par exemple, pour effectuer un virement qui dépasse la limite de la banque digitale. Les horaires prévus sont de 9 à 12 heures en semaine, mais les agents restent disponibles le weekend par téléphone ou par chat.

  • Le gouvernement Vervoort consacre 22,8 millions d'euros de plus pour le social et la santé

    Le gouvernement bruxellois a dégagé 22,5 millions d'euros supplémentaires afin de soutenir des nouvelles mesures dans les secteurs du social et de la santé, ont annoncé ce mardi le ministre-président Rudi Vervoort (PS) et le ministre bruxellois de la Santé Alain Maron (Ecolo).

    Dans le cadre de la stratégie de sortie de crise, quelque 10 millions d'euros seront ainsi consacrés au traçage, via un call center, des contacts des quinze derniers jours du patient dès le diagnostic par un médecin du coronavirus.

  • Masques | Quelles obligations pour les entreprises?

    Le monde entrepreneurial n’a pas attendu les recommandations du Conseil national de sécurité pour protéger les travailleurs. Au sud du pays, c’est l’Union wallonne des entreprises (UWE) qui a pris l’initiative. Au vu des nombreuses difficultés rencontrées par les pouvoirs publics dans la commande de ces dispositifs, l’organisation patronale a joué le rôle d’intermédiaire pour ses membres, mais aussi au nom des non-membres qui le désiraient.

    "Fournir deux masques par employé constitue déjà une gageure pour nombre de petites entreprises."
    Olivier de Wasseige
    CEO de l'Union wallonne des entreprises

    "Même si l’usage du masque n’est pas imposé, cela facilitera le retour au travail", explique Olivier de Wasseige, CEO de l’UWE. Quelque 2.500 sociétés ont répondu et l’UWE a estimé qu’il fallait dix millions de masques chirurgicaux pour une période de dix semaines.

    → Lire l'article complet | La grande foire (d'empoigne) aux masques

  • Le coton est une bonne matière pour faire son masque

    Les masques en coton sont tout aussi efficaces que d'autres matières, ont assuré, ce mardi, les experts interfédéraux Covid-19, lors du point presse quotidien du Centre de crise et du SPF Santé publique. Toutes les matières peuvent être utilisées si elles peuvent être nettoyées à 60 degrés régulièrement et retenir les gouttelettes de salive, selon le nouveau porte-parole interfédéral, Yves Van Laethem.

    Le but est de protéger la population contre la transmission du virus. Il faut donc que le masque empêche les gouttelettes et mirco-goutelettes de passer. Il doit également être confortable et permettre de respirer convenablement afin que les personnes n'y touchent pas ou ne le retirent régulièrement. Le coton est recommandé parmi ces matières. En particulier si on utilise deux couches et un filtre. "Ce tissu est généralement bien toléré au niveau de la peau. Il entraîne rarement des réactions allergiques", ajoute l'expert. 

  • Le bilan quotidien en Espagne baisse à 301 morts

    L'Espagne a recensé, ce mardi, 301 morts supplémentaires dus à la pandémie de nouveau coronavirus, un chiffre en baisse par rapport au bilan de lundi (331) et qui porte le nombre total de décès à 23.822, a annoncé le ministère de la Santé.

    Alors que l'Espagne est soumise, depuis le 14 mars, à un confinement très strict qui a été prolongé jusqu'au 9 mai, le gouvernement de Pedro Sanchez doit adopter ce mardi le plan de déconfinement qu'il compte lancer à partir de la mi-mai.

  • L'OMS pense pouvoir multiplier par cinq l'acheminement de tests en mai

    L'Organisation mondiale de la santé (OMS) pense pouvoir "probablement" multiplier par cinq l'acheminement de tests de dépistage du Covid-19 en mai. La demande en matériel médical atteint jusqu'à 200% des chiffres habituels, a affirmé, ce mardi à Genève, l'un de ses responsables.

    Jusqu'à présent, plus d'un million de tests ont été relayés vers 126 pays, mais "en petites quantités", a expliqué à la presse le chef de l'approvisionnement à l'OMS. Ces tests ont permis d'identifier les cas importés et les contacts autour d'eux et ce dispositif a eu "un certain succès". Quelque 1,5 million de tests supplémentaires sont attendus prochainement.

  • Les hommes résistent moins bien aux maladies infectieuses que les femmes

    Depuis le début de la pandémie, on remarque un peu plus de décès chez les hommes que chez les femmes, alors que 63% des personnes infectées recensées en Belgique sont des femmes. Peut-on donc considérer que le sexe est une variable importante dans le cadre de cette maladie? 

    À cette question, l'infectiologue Yves Van Laethem répond que le sexe est une variable significative dans la plupart des maladies infectieuses. "On sait de longue date que pour la plupart d'entre elles, l'homme a plus de morbidité (plus de séquelles ou d'évolution difficile) et de mortalité que la femme. On attribue cela à deux éléments: un élément hormonal (qui joue un rôle) et un élément génétique. Les hommes ont un chromosome Y, là où la femme à un chromosome X. Cette délétion du patrimoine génétique permet malheureusement à l'homme de moins bien résister aux maladies infectieuses. La femme est génétiquement mieux armée pour résister à la plupart des maladies infectieuses. Ce qui explique ces chiffres cités dans la question."

  • Le chiffre des nouvelles hospitalisations va dans le bon sens

    Au total, 3.976 patients sont actuellement hospitalisés en Belgique. 123 nouvelles hospitalisations ont été enregistrées au cours des dernières 24h. Au total, 876 patients se trouvent en soins intensifs, soit une diminution de 27 patients en un jour. 10.943 patients sont sortis de l’hôpital et ont été déclarés guéris depuis le 15 mars, soit une augmentation de 65 au cours des 24 dernières heures. 

  • Conserver les mesures pour maintenir une courbe à la baisse

    Les chiffres présentés aujourd'hui nous montrent qu'il y a une tendance à la baisse que nous pouvons observer. C'est important, car nous pouvons dès lors envisager de passer à une levée de certaines mesures renforcées, et ce, à partir de lundi prochain (le 4 mai). Dans les prochains jours et semaines, nous allons pourtant devoir maintenir des efforts importants pour confirmer cette tendance à la baisse. "Nos comportements déterminent cette courbe, positivement ou malheureusement, négativement", insiste Benoît Ramacker, porte-parole du Centre de Crise. 

    "Si la courbe diminue, le virus ne disparaît pas." Dans les prochains mois, nous allons devoir apprendre à vivre avec la présence du virus dans notre société. De bons réflexes vont pouvoir nous aider à vivre cette nouvelle normalité. Ces règles, ce sont celles appliquées depuis le début: l'hygiène des mains et la distanciation physique. 

  • "Nous ne sommes pas tous égaux face à la maladie"

    La tendance vers une diminution de l'utilisation des lits en général et des lits en soins intensifs se poursuit. "C'est quelque chose de fondamental à maintenir de manière à ce que nous puissions commencer un déconfinement dès que possible dans de bonnes conditions par rapport aux ressources hospitalières du pays", explique Yves Van Laethem, nouveau porte-parole interfédéral dans la lutte contre le Covid-19 et infectiologue au CHU Saint-Pierre.

    "Il ne faudra pas, malgré tout, lorsque le déconfinement va commencer, oublier que nous ne sommes pas tous égaux par rapport à la maladie. Elle touche plus les personnes âgées de plus de 65 ans et les personnes ayant des pathologies concomitantes comme le diabète ou l'hypertension. Quelles que soient la tendance et l'envie de retrouver certaines de nos habitudes, il faudra continuer à nous protéger et les autres face à cet ennemi invisible."

  • Revoir la conférence de presse du Centre de Crise

    La conférence de presse du Centre de crise

  • Le WTI américain creuse ses pertes et lâche plus de 20%

    Le cours du baril de référence aux États-Unis recule fortement ce mardi, après une chute de 25% la veille, secoué par le désengagement d'un important fonds américain dans un environnement morose pour le marché de l'or noir. Vers 10h30 à Bruxelles, le baril américain de WTI, pour livraison en juin, chutait de 21,05% par rapport à la clôture de lundi, à 10,09 dollars, quelques instants après avoir touché un minimum à 10,07 dollars. Le baril de Brent de la mer du Nord pour juin valait 19,01 dollars à Londres, en baisse de 4,90%. 

  • Les agences immo rouvrent le 4 mai pour les entreprises, le 11 pour les particuliers

    Les agences immobilières reprendront leurs activités le 4 mai pour les entreprises et le 11 mai pour les particuliers, a annoncé  ce mardi l'Institut professionnel des agents immobiliers (IPI). Différentes organisations au sein du secteur immobilier ont mis sur pied un plan de relance qu'elles ont transmis au groupe d'experts chargé de la stratégie de déconfinement (GEES) ainsi qu'à plusieurs cabinets ministériels. L'IPI espère obtenir une réponse dans les prochains jours.

  • La Flandre a raflé toute l'offre de DigitalForYouth

    DigitalForYouth tente de venir en aide aux enfants confinés défavorisés en mettant à disposition des PC. Mais seule la Flandre en bénéficie. Pourquoi?

  • Près d'un travailleur sur deux souffre d'anxiété et de dépression

    Près de la moitié des travailleurs (48%) disent souffrir d'anxiété et de dépression un mois après l'entrée en vigueur des mesures pour lutter contre le coronavirus, ressort-il de l'étude menée auprès de plus de 6.500 travailleurs belges par la KU Leuven et le service externe pour la prévention et la protection au travail IDEWE.

    Ce taux grimpe même jusqu'à 56% dans les secteurs cruciaux de l'alimentation et des soins de santé. Les résultats montrent également que les personnes seules et les personnes qui ne travaillent pas en raison de l'épidémie sont les plus touchées par cette crise.

  • Allez-vous recevoir des filtres ou des masques?

    La nuance est plus que subtile. Comme le vice-Premier ministre Koen Geens le faisait remarquer ce weekend, le secteur textile belge n’est pas en mesure de fournir autant de masques en tissu en si peu de temps. Les entreprises ne sont simplement pas équipées pour et pas assez focalisées sur un tel produit, assez spécifique et peu courant jusqu’ici, il faut bien le dire.

    32 cents
    par filtre
    Le prix de revient des filtres fournis par le Fédéral sera de 32 cents par pièce.


    En attendant, la production en grande série de ces masques en tissu (l’idée et la volonté ne sont pas abandonnées par le Fédéral, même si la réalisation prendra sans doute plus de temps), le gouvernement distribuera 20 millions de filtres. "L’idée est d’augmenter la qualité et les propriétés de filtration des masques de confort que la population a confectionnés ou se procurera d’ici le 4 mai", précise-t-on au cabinet de Koen Geens.

    → Lire l'article complet | La grande foire (d'empoigne) aux masques

  • Résultats décevants d'un médicament contre l'arthrite

    Le Kevzara, un médicament contre l'arthrite qui était étroitement surveillé pour son utilisation potentielle contre le nouveau coronavirus, a donné des résultats décevants à la suite d'essais cliniques, ont déclaré lundi ses fabricants, le groupe pharma américain Regeneron et son homologue français Sanofi. Ce traitement n'attaque pas directement le nouveau coronavirus mais inhibe une réponse immunitaire anormale appelée "tempête de cytokines", laquelle provoque une inflammation des poumons des patients les plus malades, contraints de lutter contre la mort sous respirateur artificiel.

    Une première petite étude en Chine paraissait prometteuse. Mais le médicament n'a montré aucun avantage par rapport à un placebo dans une étude américaine plus importante portant sur 276 patients atteints d'une forme "grave" de la maladie, c'est-à-dire des personnes ayant besoin d'oxygène, mais pas de respirateur artificiel.

    Une lueur d'espoir est cependant apparue pour ceux qui étaient dans une phase "critique", c'est-à-dire qui avaient besoin d'une ventilation mécanique ou d'une oxygénation à haut débit. Dans ce groupe, 44 personnes étaient sous placebo, 94 recevaient une faible dose et 88 une forte dose. Au terme de l'essai, 50% des patients sous placebo sont morts à la fin de la période d'étude, contre 46% pour la dose la plus faible et 32% pour la dose la plus élevée. L'essai se poursuivra au sein de ce groupe dans une phase critique.

  • Le taux d'infection repart à la hausse en Allemagne

    Les premiers signes d'aggravation de l'épidémie de nouveau coronavirus apparaissent en Allemagne, alors qu'elle vient tout juste de débuter le déconfinement et que la chancelière Angela Merkel s'inquiète d'un retour trop rapide à la normale. 

    Le taux d'infection ou taux de reproduction, très surveillé par les autorités, a de nouveau atteint le seuil de 1,0, selon des chiffres publiés lundi soir par l'Institut Robert Koch, chargé de surveiller l'évolution de la pandémie dans le pays. Cela signifie que chaque malade contamine une autre personne. Le gouvernement allemand et les virologues ont jusqu'ici toujours souligné l'importance d'avoir un taux inférieur à 1,0.

    C'est la première fois, depuis mi-avril, que ce taux d'infection atteint le seuil de 1,0. Il était alors descendu à 0,7, avant de remonter progressivement. La hausse semble confirmer les craintes d'Angela Merkel, qui plaide en faveur d'une ligne de fermeté et s'est inquiétée à plusieurs reprises de la tentation de l'opinion et de nombreux responsables politiques de brûler les étapes.

    Si cette tendance à la hausse devait se confirmer, elle pourrait compliquer les efforts des autorités pour assurer un retour progressif à la normale, alors que l'impatience de l'opinion grandit. Le gouvernement fédéral et les régions allemandes, qui ont le dernier mot en matière de santé, doivent discuter des prochaines étapes du déconfinement jeudi, avant des décisions attendues le 6 mai. 

  • 8 travailleurs sur 10 inquiets des conséquences de la crise sur leur santé

    Près de 83% des travailleurs estiment que la crise de la pandémie de coronavirus "pourrait avoir ou aura des conséquences sur leur santé physique ou mentale", selon un sondage du syndicat FGTB, cité dans les titres Sudpresse ce mardi. Les travailleurs craignent donc la reprise du travail pour leur propre santé. En outre, 72 % des travailleurs craignent un surplus de stress.

    Près de la moitié des sondés (46%) craint une fatigue accrue, 44% des troubles du sommeil, 38% de l'irritabilité, 26% de la dépressionLes personnes qui ont continué de travailler en télétravail sont 26 % à être inquiètes pour leur avenir professionnel, la santé de leur entreprise, ou leurs conditions de travail. Cette inquiétude monte légèrement chez ceux qui ont poursuivi le travail comme avant. Par contre, elle explose chez ceux qui ont dû recourir au chômage temporaire: près de 60% d'entre eux se disent inquiets pour l'avenir de leur entreprise ou leur institution de travail.

    Enfin, une majorité de sondés (56,23 %) affirme se sentir en danger en allant travailler. 46% des travailleurs ont confirmé leur angoisse, malgré les mesures de protection spécifiques prises par leur employeur. Près de 10% se sont retrouvés sans matériel de protection ou n'ont pu appliquer les règles.

  • Des codes QR pour prévenir une deuxième vague en entreprise

    Pour pouvoir permettre aux entreprises de reprendre une activité et accueillir leurs employés et visiteurs en toute sécurité dans leurs bureaux, plusieurs innovations voient le jour, comme les caméras thermiques ou le comptage des personnes présentes.

    La start-up technologique Esoptra et l’entreprise de certification Vinçotte ont décidé, quant à elles, de développer un outil tout simple basé sur les codes QR. Les codes QR, ce sont ces petits logos qui ressemblent à des mots croisés dégarnis. Utilisés depuis longtemps pour créer un lien entre une action physique et digitale, ils pourraient jouer un rôle et lutter contre la propagation du virus en entreprise.

  • Le Brésil, pays le plus touché d'Amérique du Sud

    Le Brésil compte plus de 66.000 contaminations et plus de 4.000 décès. Dimanche, 4.613 nouvelles infections au coronavirus ont été enregistrées, soit la deuxième plus forte augmentation quotidienne depuis le début de l'épidémie. Le pays déplore 338 décès supplémentaires. Le bilan s'élève à 4.535 morts.

    Selon l'Observatoire des universités brésiliennes, le nombre de personnes qui ont succombé au Covid-19 a doublé en huit jours alors que les hôpitaux ont atteint leurs limites dans certaines parties du pays.

  • Pas de logistique, pas de confiance

    Le déconfinement est annoncé mais la fourniture de masques, le dépistage et le tracing sont encore incertains. 


  • Si la pandémie n'est pas maîtrisée en 2021, les Jeux olympiques seront annulés

    Les Jeux olympiques de Tokyo 2020, reportés à l'été 2021 à cause de la propagation du Covid-19, seront annulés si la pandémie n'est pas maîtrisée d'ici là, explique le président du comité japonais d'organisation Yoshiro Mori, arguant qu'il serait impossible de les reporter une nouvelle fois.
     

  • La grande foire (d'empoigne) aux masques

    Un masque par Belge. Parmi tant d’autres, c’était l’une des mesures annoncées vendredi soir par la Première ministre, flanquée des ministres-présidents des entités fédérées. Une promesse en l’air? Irréalisable?

    Lire | La grande foire (d'empoigne) aux masques

  • Les aides à l'hôtellerie divisent le gouvernement bruxellois

    Désaccord au sein de l'exécutif bruxellois sur le type de soutien à apporter au secteur hôtelier. Le PS préconise une rétrocession de la City Tax sous forme de primes tandis que DéFI et Ecolo plaident pour des prêts à taux réduit via Finance.Brussels. 

    Lire | Les aides à l'hôtellerie divisent le gouvernement bruxellois

  • Trump mis en garde avec insistance en janvier-février

    Le président américain Donald Trump a été alerté, à maintes reprises, quant aux dangers du nouveau coronavirus dans des rapports des services de renseignements en janvier et février, dévoile le Washington Post. Ces mises en garde, plus d'une douzaine, comprises dans des documents secrets faisant partie du briefing quotidien du Président, étaient émises à un moment où Donald Trump minimisait la menace de la pandémie du Covid-19. 

    Le Washington Post cite comme sources, sans les nommer, d'actuels et d'anciens membres de l'administration. Les rapports soulignaient les conséquences extrêmement graves, sur les plans politique et économique, d'une telle crise. Des personnes non identifiées de l'entourage présidentiel ont confié au journal que Donald Trump ne lisait pas ce genre de documents et s'irritait même lorsqu'il devait écouter des présentations orales. 

    Donald Trump a imposé des restrictions aux voyages entre les États-Unis et la Chine vers la fin janvier, mais en février il n'a cessé de minimiser la gravité de la menace. Il a attendu jusqu'au 13 mars pour déclarer l'état d'urgence nationale alors que les marchés financiers s'effondraient et le nombre de contaminations grimpait à New York. Lundi, les États-Unis enregistraient 988.197 cas confirmés de contaminations au Covid-19 pour 56.144 morts, selon un bilan de l'université Johns Hopkins. 

  • Le nombre de cas en Allemagne dépasse les 156.000

    Le nombre de cas de contamination confirmés au coronavirus en Allemagne a grimpé à 156.337, et l'épidémie a désormais causé 5.913 décès dans le pays. Cela représente 1.144 cas de contamination supplémentaires, soit un bilan quotidien en baisse après trois journées successives de hausse, et 163 nouveaux décès en l'espace de 24 heures. 

  • La France et l'Espagne à l'heure du déconfinement

    La France et l'Espagne, pays parmi les plus touchés par la pandémie de nouveau coronavirus, présentent, ce mardi, leurs plans de déconfinement progressif, à l'heure où le nombre de cas enregistrés dans le monde a dépassé trois millions.

    Les Français apprendront, mardi, par la voix du Premier ministre Edouard Philippe si le port du masque sera obligatoire, si les écoles vont ouvrir, voire si les déplacements inter-régionaux seront autorisés. Dans tous les cas, est exclu un retour à une vie normale le 11 mai, date envisagée pour la levée d'un confinement en vigueur depuis le 17 mars dans l'Hexagone.

    L'Espagne, où le confinement a été prolongé jusqu'au 9 mai, le plan d'assouplissement est aussi très attendu. Depuis dimanche, dans ce pays où les habitants ont été cloîtrés chez eux pendant six semaines, les enfants peuvent enfin jouer dans la rue à condition de respecter un certain nombre de restrictions.

  • Lufthansa ne veut pas lâcher Brussels Airlines

    Le CEO de Lufthansa Carsten Spohr attend de Sophie Wilmès certains éclaircissements, mais il affirme ne pas vouloir abandonner la compagnie aérienne belge. 

  • Ce qu'il faut retenir de la journée de lundi

    ► La Région bruxelloise va fournir au moins un masque en tissu, avec filtre, à chaque citoyen bruxellois. Bruxelles proposera des masques en trois tailles différentes. De son côté, la Wallonie a débloqué une enveloppe de 7,3 millions d'euros à destination de l'ensemble des villes et communes de la Région afin de financer l'achat de masques de protection normés, à concurrence d'un masque par habitant et d'un montant forfaitaire de 2 euros par habitant. Quant au gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, il s'est mis d'accord sur les modalités pour lancer une procédure de marché public en vue d'acquérir 1,2 million de masques en tissu dans les quinze jours.

    ► Le gouvernement fédéral a attribué le gigantesque contrat de distribution de masques buccaux aux entreprises belges Sioen et Deltrian. Selon nos confrères de De Tijd, 20 millions de filtres pour masques seront rapidement produits et distribués à la population. Ces morceaux de matériau filtrant sont appelés "poussière de filtre". Le but est de fabriquer les masques soi-même.

    ► Le bilan belge des dernières 24 heures: 127 personnes ont été hospitalisées. Il faut remonter au 18 mars dernier pour trouver un nombre de nouvelles hospitalisations aussi bas. Au total, 3.968 lits (+11) sont occupés par des personnes atteintes du Covid-19, dont 903 en soins intensifs. 7.207 décès sont à déplorer depuis le début de l'épidémie, soit 113 de plus par rapport au bilan de la veille.

    ► Pourquoi le nombre d'hospitalisations reste-t-il autour de 200 en Belgique? "Il y a ce qu'il se passe dans la population en général et dans les maisons de repos." Les autorités sanitaires pensent que ce qui est observé dans les chiffres est une augmentation en pourcentage des personnes âgées hospitalisées dans les hôpitaux.

    ► L'épidémie de coronavirus a fait 437 morts en France au cours des dernières 24 heures, dont 295 dans les hôpitaux, portant le total des décès à 23.293 depuis début mars. En Italie, plus de 150 médecins sont morts de l'épidémie de Covid-19. Le pays a enregistré 26.977 décès, soit 333 de plus en 24 heures, pour un total de 199.414 cas. Le Royaume-Uni a, lui, enregistré 360 décès supplémentaires dus au coronavirus en 24 heures dans les hôpitaux, soit le plus faible bilan depuis mars. Au total, le Covid-19 a tué 21.092 patients au Royaume-Uni, selon ce bilan qui ne compte pas les maisons de retraite.

    ► Une nouvelle réunion entre les syndicats et Comeos, la fédération belge du commerce et des services, sur la réouverture des magasins non alimentaires n'a abouti à aucun résultat ce lundi. >> Lire La réouverture des commerces n'aura rien d'une sinécure

    ► Le géant américain de la logistique Amazon a annoncé qu'il prolongeait jusqu'au 5 mai la suspension de l'activité de ses centres de distribution en France, après une décision de justice lui imposant d'évaluer les risques liés à l'épidémie de Covid-19. Les centres de distribution sont fermés depuis le 16 avril.

    ► Un guide générique a été établi et permet de limiter la propagation du virus au travail. Ce guide est à trouver ici.

    ► Le vote sur l'arrêt définitif du championnat de football se tiendra le 4 mai lors d'une nouvelle réunion.

    ► La ministre de l'Éducation en Fédération Wallonie-Bruxelles, Caroline Désir (PS), n'a pas exclu que la rentrée scolaire de septembre doive elle aussi être réaménagée en fonction de l'évolution de la crise sanitaire générée par le Covid-19. Lire aussi | Concrètement, comment va se dérouler le retour à l'école?

    ► Au mois de mars 2020, le nombre d’heures d’intérim prestées a diminué de 21,11% par rapport au mois précédent (en données corrigées des variations saisonnières et des effets de calendrier).

    ► Les sociétés européennes fragilisées par la crise liée au Covid-19 pourront solliciter des aides d'État allant jusqu'à 5% de leur chiffre d'affaires 2019 dans le cadre d'une nouvelle disposition proposée par la Commission européenne. 

    ► AB InBev annule le loyer du mois d'avril pour ses exploitants horeca.

    ► Le gouvernement wallon va octroyer une intervention de 40 euros sur les factures d’eau des clients qui sont au chômage économique en raison de la crise sanitaire, selon un communiqué de la société wallonne des eaux (SWDE), le principal distributeur d’eau en Wallonie (il dessert 70% de la population wallonne, NDLR).

    ► La Bécasse et Bonsoir Clara sont en faillite. Ces établissements, déjà fragilisés par les travaux du piétonnier et par les attentats, n'ont pas résisté à la crise du Covid-19.

    ► La troisième économie européenne reste au ralenti, mais les entreprises stratégiques italiennes ont progressivement repris lundi, avec des mesures de sécurité drastiques pour éviter un rebond de l'épidémie de coronavirus.

    ► Le Premier ministre britannique s'est montré volontariste à l'occasion de sa première apparition post-convalescence. Il avait été hospitalisé en soins intensifs au début du mois à la suite d'une contamination par le Covid-19.

  • Bonjour et bienvenue

    Ce mardi 28 avril, Corentin Di Prima, Salim Nesba, Camille Berkenbaum et François Witvrouw se relaieront pour le suivi en direct de l'actualité liée à la pandémie de coronavirus.

    Bonne lecture!

    Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

    La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

    Par thématique:

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés