Les entreprises qui pourraient profiter des nouveaux comportements des Belges

©saskia vanderstichele

Biotechs, télécoms, grande distribution, intérim... Le monde de l'entreprise vit un bouleversement. Qui sortira renforcé de la crise du coronavirus? Découvrez nos analyses ci-dessous.

Vêtements, produits culturels, électroniques, etc. Les Belges se les sont fait livrer à domicile pendant le confinement, mettant souvent les services de livraison au défi de suivre la cadence. Mais après le confinement, l'engouement pour le commerce en ligne tiendra-t-il?

Le secteur des télécoms fait partie des ‘moins perdants’ du confinement. La période de crise a toutefois modifié nos manières de communiquer. Les habitudes des consommateurs et celles des entreprises ne seront plus les mêmes. En réalité, cela se voit déjà.

Le commerce de produits alimentaires est l'un des gagnants de la crise du Covid-19. Le recours aux achats en ligne devrait s'accélérer et les circuits courts attirer davantage de clients, mais sans créer une lame de fond. Et le pouvoir d'achat futur en inquiète plus d'un.

Les ressources humaines vont connaître un impact négatif avant de devoir conseiller et aider les entreprises à gérer le monde d'après.

A l'opposé de ce qui se profile pour l'automobile ou l'aviation, les scénarios catastrophes ne sont pas à l'ordre du jour dans la biopharma belge. La réindustrialisation et les vaccins offrent même des opportunités nouvelles.

Durement frappé par la crise, le secteur du travail intérimaire a perdu 45% de son activité en quelques semaines. Soit 54.000 équivalents temps plein, ou plus de 300.000 jobs. Il veut participer à la relance, mais sera réactivé progressivement. Les chômeurs temporaires seront les premiers réemployés.

Lire également

Publicité
Publicité