Les États-Unis vont acheter 500 millions de doses de vaccins pour les pays défavorisés

Le président américain Joe Biden a entamé, mercredi au Royaume-Uni, une tournée européenne qui le mènera également à Bruxelles et à Genève. ©REUTERS

En déplacement au Royaume-Uni, le président américain Joe Biden doit annoncer, ce jeudi, l'achat de 500 millions de doses de vaccins pour les distribuer aux pays défavorisés.

Le président américain Joe Biden va annoncer, ce jeudi, l'achat par les États-Unis de 500 millions de doses de vaccins de Pfizer/BioNTech contre le Covid-19, afin d'en faire don à des pays dans le besoin, a déclaré la Maison-Blanche, confirmant des informations de presse.

92
Pays défavorisés
Ces vaccins seront distribués "à 92 pays" défavorisés à travers le dispositif Covax.

"Il s'agit de la plus grosse commande et donation de vaccins réalisée par un seul pays et un engagement du peuple américain à aider à protéger les populations du monde entier contre le Covid-19", a souligné l'exécutif américain, en qualifiant cette annonce, qui avait fuité mercredi dans les médias américains, "d'action historique".

Ces vaccins seront distribués "à 92 pays" défavorisés à travers le dispositif Covax, mis en place pour assurer une distribution équitable des vaccins dans le monde. Ils commenceront à être envoyés en août, avec 200 millions de doses livrées d'ici à la fin de l'année. Les 300 autres millions seront livrées d'ici juin 2022, a précisé la Maison-Blanche dans un communiqué.

Toutes ces doses seront produites dans des usines américaines.

Les États-Unis vivement critiqués

Joe Biden doit faire cette annonce alors qu'il est en déplacement au Royaume-Uni, son premier à l'étranger en tant que président. Le dirigeant démocrate, qui s'efforce de démontrer que "les États-Unis sont de retour" sur la scène internationale, participera en fin de semaine au sommet du G7 en Cornouailles, où la gestion de la pandémie fera partie des sujets de discussion prioritaires.

Washington a été vivement critiqué ces derniers mois pour avoir tardé à partager ses vaccins avec le reste du monde. Mais avec près de 64% des adultes américains ayant désormais reçu au moins une dose, la Maison-Blanche tente aujourd'hui de se poser en leader sur ce dossier.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité