Publicité

Les fournisseurs volent au secours du secteur horeca

©RV DOC

Lancée par les fournisseurs du secteur horeca, la plateforme www.horecacomeback.be permet d'acheter des bons à valoir pour des restaurants et de les utiliser dès la fin du confinement. Une façon de permettre aux acteurs du secteur horeca de se (re)constituer une trésorerie et de garder la tête hors de l'eau.

Réserver aujourd'hui deux places au restaurant et en profiter dès la fin du confinement, voilà l'idée originale imaginée par une série de fournisseurs du secteur horeca afin de soutenir ceux qui, in fine, restent leurs clients et sans qui ils n'existeraient plus non plus. En lançant la plateforme www.horecacomeback.be, ces fournisseurs (parmi lesquels on retrouve, entre autres, Schweppes, Coca-Cola, Pepsi, Gault & Millau), soutenus par les Brasseurs belges et par les trois fédérations horeca du pays, ont voulu permettre aux restaurateurs de se constituer une petite trésorerie afin de faire face à la situation et de pouvoir continuer à payer leurs frais fixes. 

Plus de 6.000 établissements

"Cette aide est essentielle pour certains restaurateurs. J'en connais qui sont à 1.000 euros près."
Thierry Neyens
Président de la Fédération Horeca Wallonie

Cette plateforme, présentée comme un des plus grands programme de soutien organisés pour l'horeca belge, est en ligne depuis le 3 avril. Et il semble que le succès soit au rendez-vous. Depuis le lancement du site, plus de 6.000 établissements se sont inscrits, nous a expliqué Thierry Neyens, président de la Fédération Horeca Wallonie et le ticket moyen acheté par les clients s'élève à 47 euros. En une petite semaine, plus de 300.000 euros ont été versés au secteur. "Cette aide est essentielle pour certains restaurateurs. J'en connais qui sont à 1.000 euros près", nous a-t-il précisé. Pour lui, cette mesure pourrait permettre à certains de maintenir la tête hors de l'eau. 

Pour les établissements, la marche à suivre est plutôt simple et il n'y a que quatre champs à remplir. Ensuite, il faut effectuer une réservation-test d'une valeur de dix centimes afin de vérifier que le système fonctionne correctement. Notons que l'intégralité des bons à valoir achetés est versée aux établissements concernés

"C'est une bonne initiative, c'est intéressant pour les plus petits acteurs qui vont connaître un redémarrage compliqué."
Thierry Goor
Concepteur du Food Court Wolf

Le système mis en place prévoit également un fonds de garantie, ce qui revient à dire que si un client achète un bon à valoir et que l'établissement à qui il l'avait acheté ferme ses portes, le client en question pourra profiter de son bon à valoir dans un autre établissement. Les bons à valoir sont valables jusqu'au 30 septembre 2020 et s'ils n'ont pas été consommés à cette date, on considère qu'il s'agit de dons faits aux établissements concernés. 

L'initiative est saluée par les exploitants du secteur horeca. C'est notamment le cas de Thierry Goor, le concepteur de Wolf, ce Food Court situé dans les locaux de l'ancienne CGER au centre de Bruxelles. "C'est une bonne initiative, c'est intéressant pour les plus petits acteurs qui vont connaître un redémarrage compliqué", nous a expliqué Thierry Goor.

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité