Les gagnants potentiels du déconfinement en bourse

Il n'est pas certain que les consommateurs auront goût à reprendre place rapidement dans un avion. ©REUTERS

Les actions les plus affectées par le lockdown ne seront pas nécessairement celles qui se distingueront le plus favorablement une fois le déconfinement amorcé.

Il y a en a qui prétendent que le comportement du consommateur de demain ne sera plus tout à fait le même que celui d’hier. Si l’on partage cet avis, alors cela ne fait pas de doute, il va falloir faire évoluer la manière de sélectionner des actions pour son portefeuille d’investissement. Et dans ce cas, les actions les plus affectées par le lockdown ne seront pas nécessairement, une fois qu’il y sera mis un terme, celles qui se distingueront le plus favorablement demain.

Ces secteurs où la reprise se fera attendre...

Un exemple? Il n’est pas certain que les consommateurs auront goût à reprendre rapidement place dans un avion. Ce dont les compagnies aériennes ont bien conscience. Du coup, les constructeurs aéronautiques (Boeing, Airbus) ne seront pas en mesure de retrouver le rythme de travail record d’avant la crise, de même que les groupes hôteliers. Ce sera aussi le cas des constructeurs de camions qui ont vu leurs carnets de commandes se vider à l’instar de Volvo Trucks. C’est loin d’être un signe positif pour beaucoup d’acteurs industriels qui manquent de visibilité sur la façon dont l’activité reprendra. C’est le patron de Volvo qui le dit: "Tout le monde a du mal à déterminer à quoi ressemblera le redémarrage et la nouvelle normalité".

Un autre exemple? Les constructeurs automobiles n’ont pas la certitude de voir revenir en masse des clients qui seront plus soucieux de l’environnement.

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Citons encore l’immobilier commercial et de bureaux (WDP, Cofinimmo, Unibail-Rodamco) dans la mesure où les patrons d’entreprises risquent de devoir tempérer leurs ambitions opérationnelles et que le télétravail pourrait pendre du galon. Cela mettra les revenus des bailleurs sous pression. Les gestionnaires de maisons de retraite (Orpea, Aedifica), où des milliers de résidents viennent de décéder, ne seront pas mieux lotis. Ils seront confrontés à une certaine appréhension de la part de nouveaux candidats, alors que la crainte d’une nouvelle vague de l’épidémie de coronavirus est bien présente.

Du côté des banques, l’inconnue concernant le montant des créances douteuses qu’elles auront à comptabiliser, suggère une certaine prudence.

... et ceux qui pourraient tirer leur épingle du jeu

Selon Boston Consulting Group, parce que les gens chercheront à dépenser plus pour leur bien-être en optant davantage pour les produits frais et biologiques, "les producteurs de vitamines et de compléments alimentaires, ainsi que les soins de santé préventifs notamment peuvent s’attendre à des chiffres d’affaires en progression". Le secteur biopharmaceutique (Eli Lilly, Grifols, Boiron entre autres) et les spécialistes de l’emballage compteront à coup sûr parmi les gagnants.

Globalement, les secteurs dits défensifs, parce qu’ils sont moins soumis aux aléas de l’activité économique comme les télécoms, les secteurs de l’alimentation (Nestlé) et des distributeurs alimentaires (Ahold Delhaize, Colruyt), peuvent espérer être du bon côté.

La Chine comme indicateur

Enfin, il serait bon d’aller voir ce qui se passe en Chine. Ce pays qui vient de sortir du confinement pourrait nous fournir des indications dans les prochaines semaines sur le type d’entreprises qui ont le plus de chances de profiter de cette situation. Pour l’heure, les groupes L’Oréal et LVMH se sont déjà prononcés. Les chiffres sont bons pour le premier, mais en baisse pour le second. Et encore, la baisse des affaires de LVMH en Chine a été contenue grâce notamment à ses ventes en ligne. Les sociétés qui commercent de cette façon sont sans doute aussi à suivre.

Lire également

Publicité
Publicité