Les grands groupes pensent déjà à l'après-crise

Coca-Cola est présent en Belgique avec un site d'embouteillage à Wilrijk. © Tim Dirven ©Tim Dirven

Selon une enquête réalisée par la société de consultance Kearney pour AmCham, 40% des grands groupes établis en Belgique vont reconsidérer leur position dans les chaînes de valeur. 28% entendent ainsi réduire leur dépendance vis-à-vis de la Chine.

"Malgré la violence du choc économique que représente la pandémie de Covid-19, la plupart des multinationales établies en Belgique ont déjà le regard porté sur l’après-crise", affirme Marcel Claes, CEO d’AmCham, la chambre de commerce américaine en Belgique. Il s'appuie sur une enquête réalisée auprès de 80 grands groupes ayant un établissement sur notre territoire. Cette enquête apporte plusieurs enseignements.

 

Télétravail

"La plupart des multinationales établies en Belgique ont déjà le regard porté sur l’après-crise."
Marcel Claes
CEO d'AmCham

Premièrement, les grandes sociétés ont activé des procédures de crise établies bien avant le déclenchement de la pandémie. Ce qui a permis de conserver une activité de base. Le télétravail s’est imposé de manière assez fluide, même s’il faut tenir compte du fait que le volume d’activité s’est solidement contracté. Seules 14% des répondants admettent que le télétravail leur pose de réels problèmes.

Trésorerie

Deuxièmement, le choc a néanmoins été rude. L’activité s’est globalement contractée, sauf dans les médias, l’enseignement et le commerce de détail. Si la situation actuelle est relativement bien maîtrisée, des difficultés vont inévitablement se poser, principalement au niveau de la trésorerie des entreprises. Près d’une grande entreprise sur deux (48%) s’attend à des problèmes de liquidités dans les six mois à venir. Pour 18% des répondants, ces difficultés de gestion de cash se présenteront déjà dans les trois mois. Et toutes s’accordent pour dire qu’il faudra sans doute réduire les effectifs.

 

Digitalisation

Près d’une grande entreprise sur deux (48%) s’attend à des problèmes de liquidités dans les six mois à venir.

Troisièmement, il y aura clairement un avant et un après la crise. "Les entreprises vont tirer les enseignements de la crise et s’adapter en conséquence. L’expérience du Covid-19 modifiera leur perception du risque et poussera à certaines transformations, notamment l’adoption accélérée de nouvelles technologies", explique Yvan Jansen, associé chez Kearney (société de consultance). Autrement dit, la digitalisation s’imposera de plus en plus dans le fonctionnement interne et dans les relations avec les clients.

Sous-traitance

Quatrièmement enfin, les entreprises vont également reconsidérer leur positionnement au sein des chaînes de valeur. Pas moins de 40% des entreprises vont réévaluer les pays de sous-traitance. Un nombre plus restreint mais néanmoins significatif entend réévaluer la localisation de leurs sites de production. Autre signe qui ne trompe pas: 28% des répondants comptent réduire leur dépendance vis-à-vis de la Chine. C’est surtout vrai dans les services aux entreprises.

Lire également

Publicité
Publicité