"Les hôpitaux doivent se préparer à ce que le nombre de patients double d'ici trois à quatre jours"

Au CHU Saint-Pierre, mercredi, la saturation était de 43% des lits aux soins intensifs et de 79% pour la capacité globale. ©EPA

L'épidémie de coronavirus n'a toujours pas atteint son pic. Ce sera pour les semaines à venir. En attendant, on fait le point sur le nombre de lits disponibles et la façon dont les autorités fixent les "quotas Covid". Avec le réseau Iris en guise d'exemple.

Entre mardi et mercredi, la donne n’a guère changé sur le front ouvert par le coronavirus. Si son rythme de croissance s’est tassé, l’épidémie de Covid-19 est toujours en phase ascendante.

La preuve en est avec les chiffres arrêtés mercredi et communiqués ce jeudi. La Belgique dénombrait 1.298 nouveaux cas confirmés, portant le total à 6.235, tandis que le nombre de décès poursuivait sa macabre ascension, grimpant de 42 unités pour se fixer à 220 âmes fauchées.

Autant dire que les portes des hôpitaux n’ont pas cessé de battre. Entre le 15 et le 25 mars, 2.844 personnes ont été hospitalisées et 675 ont été relâchées dans la nature. Rien que sur la journée de mercredi, la Belgique a recensé 536 hospitalisations. Ce qui portait à 2.652 le nombre de patients hospitalisés, dont 605 en soins intensifs (soit une hausse de 131), parmi lesquels 420 nécessitaient une assistance respiratoire (+98).

Réduire ses contacts de moitié

Si ce n’est pas pour maintenant, pour quand est-il prévu alors, ce pic? "Dans les prochaines semaines", répond, prudent, le Centre de crise. Qui précise que cela dépend des modèles épidémiologiques utilisés. Mais que si chacun diminue ses contacts d’environ 50%, il faut viser début avril. Que plus le Belge est efficace dans son rationnement des contacts, plus le pic sera proche, l’inverse étant tout aussi vrai.

41,6%
de lits occupés
Le dernier décompte officiel, livré mercredi, listait 1.456 lits de soins intensifs, dotés d’un respirateur, dédiés au Covid-19. Ce qui, avec 605 patients aux soins intensifs, nous mène à un taux d’occupation actuel de 41,6%.

En attendant, on vous le disait mercredi, le Covid a ralenti le pas. Ce qui constitue une bonne nouvelle pour les institutions de soins, même si les jours qui viennent s’annoncent tendus. Le taux de doublement actuel des hospitalisations se situe au-delà des trois jours, en effet. Cela signifie que "les hôpitaux doivent se préparer à ce que le nombre de patients double d’ici trois à quatre jours, et s’organiser en conséquence", avertit Marius Gilbert, à la tête du laboratoire d’épidémiologie spatiale (ULB). Même combat pour les soins intensifs.

60% des lits en soins intensifs réservés au Covid-19 

Qu’en est-il donc du côté des lits? Le dernier décompte officiel, daté de mercredi, identifiait 1.456 lits Covid de soins intensifs, dotés d’un respirateur – ce qui nous mène à un taux d’occupation actuel de 41,6%. Dont la pertinence est relativement faible, puisque les hôpitaux travaillent sans cesse à gonfler cette capacité.

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Comment cela fonctionne-t-il? "Les autorités nous ont demandé de réserver 60% de nos lits en soins intensifs pour le Covid", explique Étienne Wéry, administrateur délégué des hôpitaux publics bruxellois, réunis sous la bannière Iris. Parce qu’aussi pétaradant soit-il, le coronavirus n’a guère le monopole des interventions médicales délicates.

"Lorsqu’un hôpital atteint 50% de ce plafond, il est tenu de prévenir son réseau." À 75%, il se tourne vers le plan de répartition, commençant à rediriger les patients vers d’autres institutions. Et à 100%, il alerte le 112.

Une question de plafond

Quelle est la situation chez Iris, qui regroupe non seulement les hôpitaux Iris-Sud, mais aussi les paquebots Brugmann et Saint-Pierre? Mercredi, Iris en était à 35% du plafond pour les soins intensifs. "Mais la situation variait d’un hôpital à l’autre", détaille Étienne Wéry. Chez Iris-Sud, on atteignait 70%, pour 43% à Saint-Pierre et 28% à Brugmann.

25%
de la capacité hospitalière totale
Pour l'heure, les autorités ont fixé le nombre de lits devant être consacrés au Covid-19 à 25% de la capacité hospitalière totale. Un plafond qui peut être rehaussé - et risque vraisemblablement de l'être.

Les balises fixées par les autorités visent aussi le nombre total de lits dédiés à l’épidémie. "Pour l’heure, environ 25% de la capacité globale." Et là, chez Iris, on est déjà plus proche d’une certaine saturation. Mercredi, Saint-Pierre en était à 79% du plafond et Iris-Sud, à 99%.

Pas de quoi hurler au loup cependant, cette saturation restant théorique. Fixé à 25%, ce plafond global Covid peut-être relevé. Et le sera vraisemblablement.

Lire également

Publicité
Publicité