Les intentions de recrutement au plus bas depuis 17 ans

Les perspectives d'emploi au prochain trimestre diminuent en particulier dans l'horeca (-14%). ©BELGA

En Belgique, 11% des employeurs prévoient de renforcer leurs effectifs d’ici la fin du mois de septembre, tandis que 16% comptent les réduire. Les intentions de recrutement sont au plus bas depuis 17 ans, révèle un baromètre de ManpowerGroup.

La crise du coronavirus va peser lourd sur l'emploi, plus personne ne l'ignore. Les chiffres du baromètre trimestriel de ManpowerGroup le confirment: 16% des employeurs prévoient de réduire la voilure en personnel au cours du prochain trimestre, tandis que 11% d'entre eux comptent renforcer leurs effectifs.

17
ans
Les intentions de recrutement sont au plus bas depuis 17 ans.

La prévision nette d'emploi, autrement dit le différentiel entre le pourcentage d’employeurs prévoyant des embauches et ceux envisageant des licenciements, atteint la valeur négative de -5%. C'est la première fois qu'une valeur négative est enregistrée depuis le lancement de ce baromètre en 2003.

Dans le détail, cet indicateur atteint donc son niveau le plus faible depuis 17 ans en Flandre (-7%) et à Bruxelles (-1%), alors qu'il reste légèrement positif en Wallonie (+3%). 

L'horeca trinque

Les perspectives d'emploi diminuent en particulier dans l'horeca (-14%), dans les services publics, de santé, de l'éducation et collectifs (-11%), ainsi que dans le commerce de gros et de détail (-10%). Seuls les secteurs de la construction (+5%), de l'industrie manufacturière (+3%), ainsi que du transport et de la logistique (+1%) présentent des prévisions positives.

Une petite note positive tout de même: 72% des employeurs interrogés s’attendent à un retour à la normale du niveau du recrutement endéans les 12 mois. Cette confiance dans l’avenir est présente dans les trois Régions: pour 69% des employeurs en Flandre, 75% à Bruxelles et 76% en Wallonie.

Lire également

Publicité
Publicité