"Les pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression"

Kristalina Georgieva, la directrice du FMI. ©AFP

"Les pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929. C'est le sombre pronostic posé par la directrice du FMI sur l'impact de la pandémie du coronavirus sur l'économie mondiale.

"La croissance mondiale va devenir fortement négative en 2020", a déclaré Kristalina Georgieva, directrice du FMI, sans avancer de chiffres. "Il y a tout juste trois mois, nous nous attendions à une croissance du revenu par habitant pour 160 de nos pays membres en 2020. Aujourd'hui, nous projetons que plus de 170 pays vont expérimenter une contraction du revenu par habitant", a-t-elle précisé lors d'un discours prononcé en amont des réunions de printemps qui se tiendront par vidéoconférence, la semaine prochaine.
"Nous devons éviter que des pressions sur les liquidités ne se transforment en problème de solvabilité."
Kristalina Georgieva
directrice du FMI

Les pays sont confrontés "à une incertitude extraordinaire sur la profondeur et la durée de cette crise". En conséquence, le FMI anticipe au mieux une "reprise partielle" en 2021, à condition que la pandémie s'estompe au second semestre de cette année et que les mesures de confinement puissent être levées pour permettre une réouverture des commerces, des restaurants et une reprise du tourisme et de la consommation. Au contraire, 2021 pourrait s'avérer "pire" que 2020 si la pandémie devait durer. Sans surprise, ce sont les travailleurs les plus précaires qui souffrent le plus. 

Problème de solvabilité

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Bien que l'impact économique soit particulièrement sévère, Kristalina Georgieva a estimé qu'il n'y avait pas de dilemme à avoir entre sauver la vie des populations et sauvegarder les moyens de subsistance. Pour elle, la priorité numéro 1 doit être de "poursuivre les mesures de confinement essentielles et de soutenir les systèmes de santé".

Elle a en outre exhorté à continuer de protéger les personnes et les entreprises avec des mesures budgétaires et financières ciblées telles que les subventions de salaires, les reports d'impôts, l'extension de l'assurance chômage. "Nous devons éviter que des pressions sur les liquidités ne se transforment en problème de solvabilité", ce qui laisserait "une cicatrice sur l'économie mondiale qui rendrait bien plus difficile la reprise".

1.000
milliards $
C'est la capacité de prêts du FMI.

Elle a aussi appelé les gouvernements à préparer cette reprise. Ceci nécessite d'envisager "avec prudence" le moment où les restrictions seront levées. Selon elle, à mesure que les plans de stabilisation de l'économie vont prendre effet et que l'activité des entreprises va commencer à se normaliser, il faudra agir "rapidement pour dynamiser la demande", via "une action budgétaire coordonnée".

Le FMI a rappelé qu'il disposait de 1.000 milliards de dollars de capacités de prêt. Elle a aussi comptabilisé que les pays avaient au total pris des mesures d'aide économique représentant environ 8.000 milliards de dollars. 

Lire également

Publicité
Publicité