Les tests de la biotech liégeoise ZenTech ne sont pas du "brol chinois"

Les tests sérologiques rapides permettent de voir qui est protégé et qui ne l'est pas. ©REUTERS

Le test de dépistage rapide du Covid-19 de la biotech liégeoise ZenTech a été évalué par le CHU de Liège. Reconnu comme fiable, ce test sérologique est néanmoins toujours en attente d’une validation par les autorités fédérales.

Bien qu’il soit désormais reconnu comme efficace par le Centre hospitalier universitaire (CHU) de Liège, le test de dépistage rapide du Covid-19 de la société liégeoise ZenTech ne peut toujours pas être utilisé par les professionnels du monde médical. En cause: l’absence de validation par les autorités fédérales belges.

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Le test mis au point par la biotech liégeoise avec un partenaire chinois est un test de dépistage des anticorps. Il ne vise pas à détecter si le coronavirus est présent chez un sujet, mais bien à voir si la personne testée a réagi immunitairement au virus. Ce qui permet de voir qui est protégé et qui ne l'est pas. Un outil qui sera primordial dans la future stratégie de déconfinement.

Et avant d’en arriver à cette étape, il permet aussi de distinguer les porteurs sains des personnes malades et d'ainsi désengorger les avant-postes des services hospitaliers en cas d'affluence ou de crise.

Assurer la production

Plusieurs centaines de ces tests de séroconversion ont été mis à la disposition du CHU de Liège. "ZenTech nous a demandé d’évaluer leurs trousses avec des échantillons ici au laboratoire. Le résultat de ces évaluations s’avère tout à fait concluant", nous a indiqué Pascale Huynen, chef de clinique au sein du service de microbiologie au CHU, qui a supervisé ces essais.

"Ces résultats sont ceux que l’on attend d’un test de sérologie infectieuse dans le cas du diagnostic rétrospectif d’une infection. Le test détecte bien le SARS-CoV-2 et cela ne croise pas avec d’autres virus qui pourraient circuler pour le moment. Derrière cela, on regarde également que la firme puisse assurer la production". Le rapport officiel sur ces évaluations doit être transmis dans les jours qui viennent aux autorités compétentes.  

"Ces résultats sont ceux que l’on attend d’un test de sérologie infectieuse dans le cas du diagnostic rétrospectif d’une infection."
Pascale Huynen
Chef de clinique au sein du service de microbiologie au CHU de Liège

Bons pour le service, donc? Pas vraiment, car si le test de ZenTech a donc subi son baptême du feu en Belgique, il n'est pas encore pour autant autorisé par l'Agence fédérale des médicaments (AFMPS), qui a interdit à la mi-mars pour six mois l'utilisation des tests rapides de diagnostic du coronavirus. Une interdiction qui visait les tests destinés à de l’autodiagnostic par le grand public et non pas ceux destinés aux professionnels de la santé.

Mais jusqu’ici, la validation des tests sérologiques pour les établissements hospitaliers se fait attendre. Ce week-end, Philippe De Backer, le ministre fédéral chargé de l'approvisionnement du pays en matériel médical, a estimé que ce qu’il avait vu passer jusqu’ici était du "brol chinois". Plus étonnant: l’Inami a interdit pour l’instant à tous les laboratoires de facturer les tests de dépistage Covid-19 de type sérologique ou antigène.

Un embargo en Chine

Une situation figée donc. Car les tests de Zentech sont certifiés CE et ont reçu l'approbation des autorités sanitaires chinoises, réputées très strictes. Qui plus est, la biotech wallonne, qui se dit prête à entamer sans délai leur production à Liège, a déjà reçu de nombreux appels du pied de pays étrangers, notamment européens.

"Je ne comprends pas trop le blocage actuel."
Jean-Claude Havaux
CEO de ZenTech

"Je ne comprends pas trop le blocage actuel", avoue Jean-Claude Havaux, le CEO de ZenTech. Nous avons une licence pour produire ici, alors qu’en Chine, ils ont mis un embargo total sur les tests rapides, ce qui bloque de nombreuses autres sociétés européennes qui se fournissent en Chine. Nous avons de grosses possibilités de livrer dans d’autres pays européens. On me demande même mon avis pour savoir comment, en tant qu’industriel, je participerais à un screening de population."   

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité