Les villes se préparent à l'afflux de chalands dans les zones commerçantes

Plusieurs enseignes de prestige pourront rouvrir ce lundi 11 mai dans les Galeries Royales Saint-Hubert. ©Photo News

Comment assurer la distanciation sociale dans les zones commerçantes à partir de ce lundi 11 mai? Deux sens de circulation dans la rue Neuve à Bruxelles, trottoirs à sens unique à Schaerbeek, rues piétonisées à Namur et stewards à Charleroi.

Jusqu'ici, les réouvertures de commerces tels que les pépinières ou les magasins de bricolage ont débouché sur de fortes affluences. Lundi prochain, c'est l'ensemble des magasins qui pourront de nouveau accueillir les clients. De quoi craindre un afflux massif? L'aspect inédit de cette situation ne permet pas de l'assurer, mais certaines villes prennent les devants pour éviter les effets de masse dans les artères commerçantes. C'est le cas de la Ville de Bruxelles où la rue Neuve sera divisée en deux axes de circulation piétonne avec la possibilité de changer de sens à certains endroits. Un marquage au sol donnera le sens de circulation et servira à gérer les files des magasins.

Du côté des Galeries royales Saint-Hubert, plusieurs enseignes de prestige parmi lesquels Dandoy pourront rouvrir ce 11 mai. En tenant compte de l'horeca qui reste fermé pour l'instant, environ 200 à 250 personnes pourront se trouver simultanément dans le splendide passage couvert. Là-bas, on mise sur l'originalité pour assurer la distanciation sociale. "Nous avons demandé à l'un de nos locataires, le créateur Jean-Paul Lespagnard de réaliser un marquage au sol qui prendra probablement la forme d'un damier. On fera respecter les règles en les présentant de manière ludique et créative", annonce Alexandre Grosjean, administrateur délégué de la société civile anonyme Galeries royales Saint-Hubert.

Étals interdits rue de Brabant

En Région bruxelloise, Schaerbeek a annoncé une série de mesures pour accompagner la réouverture des commerces dans la rue de Brabant et la chaussée d'Helmet, deux axes très fréquentés. Les étals ne pourront pas être sortis afin de permettre aux passants de faire la file le long du magasin ou de passer leur chemin en respectant le 1,5m de distanciation sociale. À l'aide de flèches à même le sol, les trottoirs seront mis en sens unique. La partie des trottoirs réservée aux files d'attente sera suggérée par une délimitation au sol.

Les grandes villes wallonnes s'attendent aussi à une forte affluence dans les zones commerciales lundi prochain. À Namur, les rues de l'Ange et de Fer seront mises en piétonnier du 11 au 17 mai, comme cela se fait déjà généralement pour le premier jour des soldes et les fêtes de fin d'année. "Ce ne sont pas des rues étroites, mais les trottoirs le sont par rapport à l'affluence que l'on peut craindre. Nous l'avons décidé autant pour des raisons de sécurité, car il sera plus simple de respecter la distanciation sociale sans devoir s'agglutiner sur les trottoirs que pour des raisons de convivialité. Ce sera le premier moment où les gens pourront retourner dans le cœur de ville, retrouver leurs commerces, avec une météo agréable de surcroît", fait valoir le bourgmestre Maxime Prévot (cdH) qui précise que les autres artères commerçantes namuroises sont déjà essentiellement piétonnes.

Échevine en charge du commerce à Charleroi, Babette Jandrain (PS) affirme miser sur le bon sens des gens. Des stewards de l'ABSL Charleroi Centre-Ville seront présents dans les zones commerçantes lundi pour sensibiliser la population au respect des règles de distanciation sociale. Des pochoirs au sol rappelleront aux badauds la nécessité de maintenir une distance de 1,5m entre eux. "C'est la version douce, mais on a déjà planché sur un plan plus sévère si cela dégénère avec la possibilité d'instaurer des sens de circulation pour les piétons", précise l'édile socialiste.

Lire également

Publicité
Publicité