Marc Filipson: "Avec le lancement de son site d'e-commerce, Filigranes rend service aux lecteurs"

Pour garder la forme malgré le confinement, Marc Filipson s'astreint chaque matin à une demi-heure de vélo d'appartement... tout en lisant.

Contraint de fermer boutique pour cause de confinement, Marc Filipson, le patron de Filigranes, se rend malgré tout disponible pour ses clients. Et soigne son corps et son esprit.

Le livre n’étant pas considéré par les autorités comme un bien de première nécessité, toutes les librairies du pays ont baissé leur pavillon, à l’exception des marchands de journaux. Qu’à cela ne tienne, Marc Filipson, patron de la librairie Filigranes, la plus grande du pays, ne se laisse pas démonter. Il en a profité pour lancer plus tôt que prévu son service de commerce électronique, dès le début de la période de confinement.

1.000
références
Lancé en urgence, le site d'e-commerce de Filigranes ne compte encore que 1.000 références sur un total de 180.000. Mais il sera 100% opérationnel cet été promet son patron.

Initialement, ce lancement était prévu cet été, mais vu l’urgence, il a décidé de se jeter à l’eau. Avec les moyens du bord. Actuellement, tout se fait manuellement et le site ne compte encore qu’un millier de références sur les 180.000 que compte la librairie. "Mais en août tout sera disponible", promet le libraire le plus médiatique du pays. Avec une poignée de collaborateurs (sur 72 – les autres sont en chômage économique), il s’organise pour honorer les prises de commandes faites en ligne, par mail ou par téléphone. Elles sont ensuite livrées quelques heures par jour à l’entrée du magasin – avec interdiction d’y pénétrer – ou livrées à domicile dans les 19 communes, souvent par le patron lui-même sur sa Vespa. En province, elles sont envoyées via bpost.

Librairie de garde

"Comme il y a des pharmacies de garde, je suis un libraire de garde, plaisante-t-il, mon seul but c’est de rendre service, car il y a une vraie demande, les gens ont le temps et ont besoin de lire." Un service qu’il ne peut cependant pas rendre dans son magasin du Zoute, le bourgmestre, Léopold Lippens, pourtant un client fidèle, s’est montré intransigeant, la très chic station balnéaire étant en quarantaine totale.

"Comme il y a des pharmacies de garde, je suis un libraire de garde"
Marc Filipson
Fondateur et CEO de la librairie Filigranes

Quelques jours après le lancement du site, Marc Filipson fait ses comptes. "En temps normal, nous faisons un chiffre d’affaires de 40.000 euros par jour. Au début du confinement, on en faisait 1.200 via le site, lundi dernier on en était à 3.500. C’est toujours ça." Ses meilleures ventes? Des cahiers d’occupation pour enfants, des puzzles, le dernier Leila Slimani (le Prix Goncourt  2016), "Le pays des autres", et l’un ou l’autre roman comme "Les fureurs invisibles du cœur", de John Boyle. Et puis il y a "La Peste", un des grands classiques d’Albert Camus: "J’aurais pu en commander 200, ils seraient tous partis, mais on travaille sur stock puisque nous ne sommes plus livrés."

Mens sana..

Quand il ne s’affaire pas à faire tourner sa boutique en ligne, le fondateur de Filigranes essaie d’occuper intelligemment son temps. Sa journée démarre par 10 à 20 minutes de méditation ou de yoga. Pratiques qu’il a découvertes lors d’un récent voyage en Inde, et bien utile en ces temps anxiogènes. S’en suit une grosse demi-heure de vélo d’appartement qu’il cumule avec la télévision et la lecture. Car, forcément, il lit beaucoup – "un livre par jour", assure-t-il. Les soirées sont consacrées à nouveau à la lecture et au visionnage de séries télé avec un faible pour "The Outsider", tirée d’un des derniers romans de Stephen King.

Marc Filipson ne se laisse donc pas abattre. D’un naturel fonceur, il est même persuadé que les librairies n’ont pas à s’en faire. "L’autre jour, j’ai eu au téléphone Joël Dicker (auteur du méga best-seller "La vérité sur l’affaire Harry Quebert", NDLR), raconte-t-il; heureusement, la sortie de son nouveau roman  ("L’Énigme de la chambre 622") qui devait sortir ces jours-ci a été reportée. Je crois qu’une fois le confinement terminé, les best-sellers de l’été vont tous sortir en même temps, cela va relancer la machine." 

Lire également

Publicité
Publicité