interview

Melchior Wathelet: "Il faut éviter de retourner complètement à la normale"

Melchior Wathelet est à la tête d'Xperthis depuis 2015.

Pour Melchior Wathelet, CEO de Xperthis, la crise du coronavirus a permis, notamment, de démontrer à quel point le système de santé avait besoin d'un "reset" ou que le télétravail est possible. Il faudra en tenir compte une fois la crise passée.

À la tête d'Xperthis, Melchior Wathelet a vu la crise chambouler ses plans et doper ses activités de fournisseur de logiciels pour les hôpitaux. Pour lui, la crise sert de révélateur de ce qui est réellement important et amène des changements profonds qui resteront.

Quel impact a eu la crise du Covid-19 sur les activités d’Xperthis?

Nous fournissons des logiciels pour les hôpitaux. Ils ont été évidemment directement impactés par cette crise et, par ricochet, notre activité aussi. Les produits qu’on avait mis sur le marché l’année dernière ont trouvé une nouvelle utilité. Nous avions, par exemple, lancé la gestion des files d’attente dans les hôpitaux. Du jour au lendemain, c’est devenu un produit sanitaire de premier plan

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Le fait qu’on soit belge et dédié au marché belge a facilité les choses, comme, par exemple, le lien direct que nous avons avec Sciensano, l’Inami et nos clients hospitaliers. C'est assez exceptionnel à quel point la gestion et le suivi des dossiers a été assuré au niveau des hôpitaux. 

Vous faites partie du groupe NRB qui est votre actionnaire principal. En situation de crise, c’est un plus ou un handicap d’être chapeauté par une structure comme celle-là?

Faire partie d’un groupe industriel qui a les reins solides pour passer le cap sans trop de difficultés, ça permet de garder une cohésion et une sérénité au sein de l’entreprise. Vous savez, quand je suis arrivé chez Xperthis en 2015, la situation n’était pas exceptionnelle. Pourtant, l’actionnaire m’a dit: "Vas-y, investit. Ce qui compte c’est l’emploi et l’activité dans la région."

NRB est un actionnaire économique avant d’être un actionnaire financier. Faire partie d'un groupe comme cela, c’est un certain luxe. Je me réjouis de ne pas avoir eu derrière moi des actionnaires d’un fonds de pension, par exemple, qui auraient cherché la rentabilité à tout prix.

"Tous les patrons d’hôpitaux disaient déjà ce qui n’allait pas avant la crise, la différence c’est qu’aujourd’hui on les écoute."
Melchior Wathelet
CEO d'Xperthis

Xperthis se porte donc plutôt bien au vu des circonstances...

Nous sommes en tout cas une société saine en capacité d’investissement. On venait de fusionner avec Infohos et, du jour au lendemain, ce dossier est passé au second plan. Le Covid est passé en premier plan et est devenu notre priorité.

Comment garantissez-vous la continuité du travail au sein de votre entreprise?

Nous faisons énormément de télétravail à la base, mais il a quand même fallu se réinventer. Ce sont de nouvelles pratiques que nous allons conserver. Cela nous rappelle que nous sommes capables de changer notre manière de faire.

En cette période d’absence de contact réel, ce qui me manque c’est de pouvoir sentir le pouls de l’entreprise. J’ai beaucoup communiqué par vidéo, on a revu nos organisations de réunions et nous avons fait beaucoup d’enquêtes en interne. Mais ce qui me manque ce sont les contacts fortuits, non prévus, non préparés. 

Comment faire pour communiquer avec ses employés dans cette période particulière?

On sent beaucoup plus l’utilité de demander l’avis du personnel pour garder le contact. Demain on devra aussi le faire, même si la machine à café est de retour.

Les premières enquêtes que nous avons effectuées en interne nous ont rappelé à quel point nos employés avaient besoin de perspectives. Au niveau des engagements ou des évolutions salariales, par exemple. Le premier réflexe dans ce genre de situation, c’est de fermer les vannes évidemment. Les membres d’une société comprennent ça. Ce qu’on avait un peu oublié, c’est qu’ils sont d’accord que nous fermions les vannes si tout le monde sait quel est le but final. On était un peu avec des œillères au début, mais nos employés nous ont rappelé qu’il était primordial d’avoir des perspectives et de voir plus loin que la crise.

Ce que nous rappelle cette crise, c’est que la transparence, la confiance, dans une entreprise, c’est fondamental.

"Du jour au lendemain, notre logiciel de gestion des files d'attente est devenu un produit sanitaire de premier plan."
Melchior Wathelet
CEO d'Xperthis

Quelles leçons peut-on tirer de la crise actuelle?

Cette crise nous montre ce que nous sommes capables de changer dans notre manière de faire en quelques jours et à quel point nous avons besoin de garder une partie de ce qui existait. Cela nous montre aussi à quel point notre système de santé a besoin d’un reset. Tous les patrons d’hôpitaux disaient déjà ce qui n’allait pas avant la crise, la différence c’est qu’aujourd’hui on les écoute.

C’est la même chose dans les entreprises. Tout le monde disait qu’il fallait faire plus de télétravail, mais personne ne le faisait. Il faut se servir de cette crise pour en retirer le meilleur. L’humain a cette capacité de retourner très rapidement à ce qu’il faisait avant, il faut ici éviter de retourner complètement à la normale.

Lire également

Publicité
Publicité