Publicité

Mesures différenciées pour Bruxelles et réouverture des boîtes de nuit au programme du Codeco

Le Codeco de ce vendredi se penchera sur l'assouplissement de nombreuses mesures, dans l'événementiel, l'horeca, au travail... ©BELGA

Le commissariat corona propose la réouverture des boîtes de nuit le 1er octobre et un coronapass pour les fêtes à partir de 200 participants. Le faible taux de vaccination à Bruxelles pourrait pousser le Codeco de ce vendredi à assouplir les règles moins rapidement dans la capitale.

Un nouveau Comité de concertation (Codeco) se tiendra ce vendredi, à 14h au Palais d'Egmont. Les représentants du Fédéral et des entités fédérées devront se prononcer sur la quatrième étape du "plan été": entrera-t-elle en vigueur le 1er septembre, comme prévu?

"On a l'impression qu'il y a enfin quelque chose qui bouge. Ce n'est pourtant pas faute de faire pression."
Lorenzo Serra
Cofondateur de Brussels By Night Federation

Les responsables politiques se pencheront aussi sur les décisions déjà prises pour la rentrée des classes, sur le télétravail et sur les restrictions qui persistent dans certains secteurs. C'est ce dernier point qui retient toutes les attentions.

"Mais pas question d'appeler cette réunion le Codeco des boîtes de nuit", prévient une source au Fédéral. Pourtant, le secteur de la nuit, fermé depuis un an et demi, espère au moins une volute de fumée blanche. "On a l'impression qu'il y a enfin quelque chose qui bouge. Ce n'est pourtant pas faute de faire pression", glisse Lorenzo Serra, cofondateur de Brussels By Night Federation.

Horeca, night clubs, événementiel...

Et de fait, le ministre libéral David Clarinval, en charge des Indépendants et des PME, va "demander la levée des restrictions pour l'horeca, les mariages, les boîtes de nuit et l'événementiel. La question doit être abordée vu le taux de vaccination et les engagements des derniers Codeco!", explique-t-on à son cabinet.

"L'important est de lever les mesures qui imposent le plus de contraintes. Mais pour nous, il faut que les indépendants puissent reprendre leurs activités."
Cabinet du ministre des Indépendants, David Clarinval (MR)

Lever toutes les mesures dans ces secteurs? "Oui, on le demande, sachant qu'il faudra faire des compromis. L'important est de lever celles qui imposent le plus de contraintes. Mais pour nous, il faut que les indépendants puissent reprendre leurs activités."

Consensus autour des discothèques

Un consensus aurait été dégagé autour d'une réouverture du secteur de la nuit dans un futur proche, avec "un cadre clair". Cette ébauche d'accord aurait été dessinée à la suite des kerns qui ont eu lieu en début de semaine et ce jeudi, suivis d'échanges harmonieux avec les autorités régionales, entend-on au Fédéral. L'approche serait en phase avec celle du commissariat Corona. Or, la proposition de celui-ci lors du prochain Codeco sera d'envisager de rouvrir les boîtes de nuit le 1er octobre.

01/10
Les boîtes de nuit pourraient rouvrir le 1er octobre

Avant cela, un protocole sur la prévention, la capacité et la qualité de l'air sera déterminé vers le 10 septembre. Encore un bon mois d'attente pour les fêtards de l'ombre donc, certaines échéances poussant évidemment à la prudence: la fin des vacances va de pair avec la rentrée des classes et le retour au travail, donc une forte augmentation des contacts sociaux dès septembre.

Des fêtes privées avec le Covid Safe Ticket?

Les petites organisations peuvent aussi espérer se libérer du joug de certaines mesures. Le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke (Vooruit) voudrait élargir l'usage du Covid Safe Ticket, actuellement réservé aux événements de masse, à de petites fêtes.

Celles-ci pourraient donc se tenir sans distanciation et sans masque, sur présentation de ce corona pass. Le ministre Vandenbroucke suit la proposition du Commissariat Corona de donner la permission d'utiliser le Covid Safe Ticket pour des assemblées à partir de 200 personnes en intérieur et de 400 personnes en extérieur. L'extension de l'usage de ce pass sanitaire n'a a priori pas les faveurs des libéraux.

200
participants
L'idée d'organiser des fêtes en intérieur avec 200 personnes, sans masque ni distanciation mais avec Covid Save Ticket, sera discutée lors du Codeco

Ces décisions seront prises à la lumière des indicateurs épidémiologiques actuels. Oui, les contaminations montent encore, mais les hospitalisations restent sous contrôle. Cependant une forte inquiétude porte sur les poches où la vaccination peine à s'imposer, particulièrement à Bruxelles où un tiers des cas positifs au Covid sont des voyageurs de retour d'une zone rouge. Des assouplissements différents pourraient être décidés selon les Régions. ""On doit mettre Bruxelles sur pause et maintenir l'arrêté tel qu'il existe", a expliqué Rudi Vervoort, ministre-président bruxellois, dans une interview accordée à l'Echo.

""On doit mettre Bruxelles sur pause et maintenir l'arrêté tel qu'il existe."
Rudi Vervoort
Ministre-président bruxellois

Les ministres participant au Codeco réfléchiront aussi à la manière de s'assurer que les contrôles sont réalisés lors des retours. Ils veulent aussi encourager les réticents à sauter le pas de la piqûre protectrice, notamment en impliquant les écoles et les entreprises.

L'avenir du télétravail

La ministre flamande du Travail, Hilde Crevits (CD&V), a plaidé jeudi pour un changement des règles entourant le télétravail: elle voudrait que celui-ci soit laissé à l'appréciation des entreprises. Ce point est aussi à l'ordre du jour du Codeco, "mais on n'en est plus aujourd'hui qu'à une "recommandation" du télétravail, ce qui est plutôt symbolique", relève un interlocuteur au Fédéral.

Les ministres réunis devraient approuver, sans sourciller, les règles déjà adoptées pour la rentrée des classes ainsi que les assouplissements du plan été, dont la fin du nombre limité de participants aux camps de jeunes, pour les cultes, mariages ou funérailles. La limite du nombre de convives à table et des heures d'ouverture de l'horeca devrait aussi sauter, sauf à Bruxelles.

Vers un automne sous contrôle?

La situation sanitaire est "sous contrôle", résumait en ce début de semaine le cabinet du Premier, Alexander De Croo. Ce que recouvre cette appellation, et sert de toile de fond au Comité de concertation de ce vendredi, c’est une lente, mais certaine et persistante, montée des indicateurs servant à prendre le pouls de l’épidémie de coronavirus.

Panique à bord, alors? Du tout, même si la situation bruxelloise – la capitale présentant une incidence double de celle du pays – mérite d’être tenue à l’œil. Principalement parce qu’en Belgique, 81,9% de la population adulte est vaccinée; une proportion qui grimpe à 89% si l’on considère uniquement les personnes dites "vulnérables".

C’est pourquoi les autorités tablent sur la poursuite de cette ascension modérée et ne craignent pas une envolée exponentielle ni une saturation du système hospitalier – du moins, avec le variant actuel, le Delta, qui pèse 96% des infections en Belgique. Tout en concédant qu’il sera peut-être nécessaire de se montrer attentifs à des situations locales plus préoccupantes.

Les modèles sur lesquels s’appuie le Codeco prévoient une hausse des hospitalisations journalières jusqu’à la fourchette allant de 100 à 150, contre 60 durant la semaine écoulée. Bruxelles, Flandre, Wallonie: chacune environ un tiers. Quant au nombre de lits occupés en soins intensifs, il tournerait entre 300 et 400 début octobre, contre 172 à la date du 18 août.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité