Odoo perdra près de 15% de croissance (vidéo)

Fabien Pinckaers, CEO d'Odoo

Interviews express en visioconférence pour prendre la température auprès de quelques patrons qui nous livrent leur vision de leur business sous confinement. Fabien Pinckaers, CEO de Odoo, répond entre deux webinaires.

Pas vraiment dépaysé par les conditions de cet entretien, le patron de Odoo. Fabien Pinckaers traite la plupart du temps en ligne avec ses clients. En revanche, le télétravail n’est pas une habitude maison. Les centaines de développeurs sont en général tous physiquement présents "à la ferme", dans l’un des deux sièges de la société dans le Brabant wallon. Le télétravail est donc une réelle nouveauté. "Il a fallu trouver un logiciel de communication efficace. Discord en l’occurrence, un chat de gamers à la base. Très pratique, tout le monde est connecté en permanence", précise Pinckaers.

Fabien Pinckaers, CEO de Odoo

Pour la communication avec le client cependant, c’est plus compliqué. La moitié n’est pas ou peu disponible du fait du confinement, l’autre veut profiter de la période pour avancer à fond dans le développement et l’installation.

L’approche des clients a aussi dû s’adapter. "Nous avons dû annuler toutes les présentations prévues un peu partout dans le monde. Cela nous a coûté près de 1,5 million d’euros. Mais nos webinaires sont beaucoup plus suivis."

L’un dans l’autre, du fait du ralentissement économique, Odoo devrait perdre près de 15% de croissance en 2020, soit retomber à 50% de croissance au lieu des 60% et plus initialement prévus. "Mais, chez Odoo, on a l’habitude des crises, donc ce n’est pas un souci."

Des choses à retenir de cette crise? "On en a profité pour poursuivre le recrutement des développeurs. Personne d’autre ne le fait pour l’instant. Et nous avons constaté que notre structure de management assez plate ne se prête pas bien au télétravail qui demande plus de hiérarchie."

Lire également

Publicité
Publicité