Publicité

"On a plus soutenu les ménages que les entreprises"

Jusqu’ici face à la crise, on a plus aidé les ménages que les entreprises. Telle est l’analyse de Pierre Wunsch, gouverneur de la Banque nationale, auditionné mercredi à la Chambre, en commission de l’Économie. Avec Piet Vanthemsche, il a répondu aux questions des députés, tous deux pilotant l’Economic risk management group, groupe de travail chargé par le gouvernement fédéral de mesurer l’impact de la crise et de proposer des mesures de soutien.

"On en a plus fait pour le soutien aux revenus des ménages, alors que peu a été fait pour la solvabilité des entreprises", selon Pierre Wunsch. Certes, des mesures ont été prises pour contrer un stress de liquidité (chômage temporaire étendu, garantie bancaire, etc.). Mais "il ne faut pas de se leurrer: il y aura des dégâts et une partie du chômage temporaire actuel deviendra structurel. Nous devons tout faire pour éviter ce glissement."

La priorité, selon Pierre Wunsch, est à présent d’éviter les problèmes de solvabilité, synonymes de faillites et de pertes durables d’emplois. Or, "un problème de solvabilité ne se résout pas par des garanties bancaires. Il faut prévoir d'autres instruments."

Lesquels? Prudent, Pierre Wunsch plaide pour des mesures générales dans un premier temps. Certains secteurs sont plus touchés (l’horeca, la culture, le commerce non alimentaire) "mais il faut apporter un maximum de solutions transversales. Car si vous vous engagez dans des mesures sectorielles, vous créez un risque d’inégalité de traitement."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité