1. Dossiers
  2. Coronavirus
live

Nouvelles mesures de soutien à Bruxelles

Le gouvernement bruxellois s'est accordé sur une commande centralisée de masques en tissu et des nouvelles mesures de soutien aux secteurs les plus touchés suite aux mesures d'urgence adoptées pour faire face à la pandémie de Covid-19.
  • Ce qu'il faut retenir de la journée

    • Le gouvernement bruxellois s'est accordé sur des nouvelles mesures de soutien. Tous les détails ici et ici
    • "Nous allons déconfiner mais de manière très très prudente et nous devrons vivre avec le virus pendant encore plusieurs mois", a affirmé le ministre-président wallon Elio Di Rupo ce jeudi après-midi en commission spéciale du parlement régional. "Nous devons avancer mais lentement et de manière très réfléchie afin qu'il n'y ait pas une nouvelle flambée de contaminations dans les semaines à venir nous forçant à repartir de zéro", a-t-il ajouté à la veille d'un nouveau Conseil national de sécurité.
    • Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a décidé de doter son fonds d'urgence face aux conséquences du confinement de 30 millions d'euros supplémentaires, et le porter ainsi à 80 millions d'euros au total. Par ailleurs, il a également décidé de reporter au 18 mai prochain le début de la période des inscriptions dites "chrono" dans le cadre de la procédure d'inscription en 1re secondaire. Celle-ci aurait normalement dû débuter ce 27 avril.
    • En Belgique, 211 personnes ont été hospitalisées au cours des dernières 24 heures. Au total, 4.527 lits sont occupés par des personnes atteintes du Covid-19, dont 993 en soins intensifs (-27 en un jour). 6.490 décès sont à déplorer depuis le début de l'épidémie, soit 230 de plus par rapport au bilan de la veille. La mortalité a augmenté en Belgique depuis le début de la pandémie, a indiqué Emmanuel André, porte-parole interfédéral. La situation montre une surmortalité de près de 80% fin mars et début avril.
    • Avec 516 nouveaux décès enregistrés ce jeudi, l'épidémie de coronavirus a fait 21.856 morts en France depuis début mars, mais le nombre de patients hospitalisés en réanimation poursuit sa baisse, continue depuis quinze jours. Au Royaume-Uni, le bilan s'est alourdi de 616 morts supplémentaires à l'hôpital, soit moins que la veille (+759), portant à 18.738 dans le pays le nombre total de décès depuis le début de la pandémie. Quant à l'Espagne, elle a dépassé la barre des 22.000 morts, après une légère hausse du nombre de décès en 24 heures pour le troisième jour consécutif.
    • Les dirigeants européens se sont retrouvés ce jeudi pour leur quatrième visioconférence de crise, avec en ligne de mire le fonds de relance qui doit remettre l'économie européenne sur pieds. L'heure était au débat, pas encore à la négociation. La Commission travaille à un plan de relance qui pourrait totaliser 2.000 milliards. >> Lire Les Vingt-Sept ont débattu de la relance, mais ne sont pas près de trancher
    • La Chambre a adopté à l'unanimité une proposition de loi visant à réglementer la suspension de la procédure de élections sociales 2020. Celles-ci auraient dû se tenir du 11 au 24 mai mais le processus a été suspendu en raison de la crise du coronavirus. La nouvelle période retenue court du 16 au 29 novembre, sous réserve de l'évolution de la pandémie.
    • La ministre fédérale de l'Economie Nathalie Muylle (CD&V) a annoncé qu'elle étendait la proposition de congé parental supplémentaire à tous les parents d'enfants jusqu'à 12 ans ou d'enfants souffrant d'un handicap. "Cela aidera les parents à combiner travail et garde d'enfants lors d'un redémarrage progressif", a-t-elle déclaré en séance plénière de la Chambre.
    • Annoncée par le Conseil national de sécurité, l’autorisation de visites en maisons de repos avait fait beaucoup de bruit. Désireuse de pouvoir rendre la chose possible, la Région bruxelloise a entamé une série de concertations avec les fédérations des maisons de repos, les représentants syndicaux et les pouvoirs publics. Ces concertations ont abouti à un accord sous forme de circulaire. Le principe de base reste l'interdiction des visites dans ces établissements. Seules les visites essentielles et vitales sont autorisées, auxquelles s’ajoutent dorénavant les visites encadrées, moyennant le respect de conditions strictes.
    • Les Championnats d'Europe d'athlétisme, prévus du 25 au 30 août à Paris, sont annulés en raison de la pandémie de coronavirus. Après le report des Jeux olympiques de Tokyo à 2021, l'athlétisme se voit privé de son deuxième grand évènement de l'année et se dirige vers une saison quasi-blanche.
  • Les Championnats d'Europe d'athlétisme prévus à Paris du 25 au 30 août annulés

    Les Championnats d'Europe d'athlétisme, prévus du 25 au 30 août à Paris, sont annulés en raison de la pandémie de coronavirus.

    Après le report des Jeux olympiques de Tokyo à 2021, l'athlétisme se voit privé de son deuxième grand évènement de l'année et se dirige vers une saison quasi-blanche, les grands meetings étant déjà déprogrammés jusqu'à la fin du mois de juin.

  • Prime aux refuges animaliers et délai de déclaration de succession allongé à Bruxelles

    Au-delà des mesures prises pour renforcer la distribution de masques et soutenir l'emploi, le gouvernement bruxellois a décidé d'octroyer une prime exceptionnelle, allant de 1.500 à 3.000 euros pour les refuges, et de 100 euros par cheval pour les centres équestres. Objectif: permettre à ceux-ci de faire face à leurs difficultés financières pour nourrir les animaux.

    Il autorise en outre désormais les agents des services publics régionaux qui sont à domicile en raison de l'exemption de service, d'effectuer un travail bénévole (par exemple dans les maisons de retraite) pendant les heures de travail, moyennant l'accord du responsable compétent, sans renoncer à leur salaire ou à leurs jours de congé.

    Enfin, le ministre bruxellois des Finances, Sven Gatz (Open Vld), s'est accordé avec son homologue du Fédéral Alexander De Croo (Open Vld) et le SPF Finances, qui assure le service des droits de succession pour le compte de la Région, pour prolonger le délai de dépôt de la déclaration de succession de 4 mois. Cette mesure permettra d'introduire cette déclaration lors d'un décès en Belgique dans les huit mois à dater du décès, contre quatre en temps normal.

    Le délai de paiement des droits est également prolongé de quatre mois. Cette prolongation du délai vaut en principe pour les déclarations de succession dont le délai expire entre le 16 mars et le 30 juin 2020. Par ailleurs, en ce qui concerne les droits d'enregistrement, hors actes notariés, les délais d'enregistrement et de paiement seront également prolongés temporairement pour une durée maximale de quatre mois.

  • Nouvelles mesures de soutien en Région bruxelloise

    Le gouvernement bruxellois s'est accordé sur une commande centralisée de masques en tissu et des nouvelles mesures de soutien aux secteurs les plus touchés suite aux mesures d'urgence adoptées pour faire face à la pandémie de Covid-19. En plus de centraliser les commandes d'équipements pour l'action sociale et le secteur de la santé, Iriscare centralisera également les besoins des autres acteurs institutionnels bruxellois qui ont besoin d'équipements médicaux.

    Le gouvernement bruxellois a déjà soutenu le lancement de la production de masques buccaux faits à la main par un consortium d'entreprises bruxelloises. Au-delà de ce projet, il veillera à ce que chaque citoyen bruxellois reçoive au moins un masque en tissu réutilisable, dans le cas où le Conseil national de sécurité recommanderait le port de masques par la population. Cette mission sera confiée à Bruxelles Prévention et Sécurité.

    Par ailleurs, pour soutenir le secteur et les travailleurs des titres-services, le gouvernement bruxellois a approuvé en dernière lecture un arrêté de pouvoirs spéciaux octroyant:

    • Une prime unique de 4.000 euros pour les entreprises de titres-services qui ont arrêté leurs activités
    • Une prime complémentaire au chômage temporaire de 2,5€ brut/heure pour les aide-ménagères
    • Une intervention régionale majorée de 2€ pour soutenir les entreprises et leurs travailleurs qui continuent d'exercer et d'offrir un service aux personnes les plus dépendantes.

    D'autres dispositions en matière d'emploi ont également été prises afin de ne pas pénaliser les bénéficiaires d'aides dans le cadre d'un plan d'embauche qui ont vu leur activité professionnelle suspendue suite aux mesures d'urgence. Parmi les plus importantes, on citera:

    • La prolongation de l'aide activa.brussels lorsque le travailleur a été mis en chômage temporaire
    • La prolongation de trois mois de l'accompagnement dispensé par les coopératives d'activités dans le cadre d'un projet entrepreneurial
    • La possibilité de refaire un nouveau stage First -premier stage en entreprise- si celui-ci s'est arrêté à cause de la crise
    • La prolongation de trois mois de la durée de validité des titres-services et des chèques ALE.
  • 21.856 morts en France, +516 décès en 24 heures

    Avec 516 nouveaux décès enregistrés ce jeudi, l'épidémie de coronavirus a fait 21.856 morts en France depuis début mars, mais le nombre de patients hospitalisés en réanimation poursuit sa baisse, continue depuis quinze jours.

    L'épidémie a tué 13.547 personnes dans les hôpitaux, soit 311 décès de plus en 24 heures, et 8.309 dans les Ehpad et autres établissements médico-sociaux (+205).

  • Sioen table sur une chute du chiffre d'affaires de 35% en avril

    Le fabriquant de textile Sioen table sur une chute de 35% de son chiffre d'affaires au mois d'avril, indique-t-il jeudi dans un communiqué.

    Pour l'instant, la visibilité sur l'impact de la crise est "extrêmement limitée", reconnait Sioen.

  • La Coalition climat demande une task force pour une reconstruction durable

    La Coalition climat appelle les autorités belges à mettre en place une task force pour garantir que la reconstruction de l'économie après le Covid-19 soit juste et durable, alors que se déroulera ce vendredi 24 avril une grève mondiale pour le climat en ligne. "Nous sommes à une tournant de notre Histoire", explique le président de la Coalition climat, Nicolas Van Nuffel. "Il est donc crucial de prendre les bonnes décisions pour que la reconstruction de notre économie se transforme en opportunité pour une transition accélérée vers une société juste et bas carbone."

    Ces décisions de court terme doivent, selon la Coalition climat, s'inscrire dans une vision de long terme qui permette de lutter efficacement contre le réchauffement climatique, la disparition massive de la biodiversité et les inégalités sociales. La Coalition climat demande donc à la Belgique de mettre rapidement en place un groupe de travail spécifique, associant des spécialistes issus du monde académique et de la société civile.

  • Le début des inscriptions "chrono" reporté au 18 mai

    Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a décidé de reporter au 18 mai prochain le début de la période des inscriptions dites "chrono" dans le cadre de la procédure d'inscription en 1re secondaire. Celle-ci aurait normalement dû débuter ce 27 avril.

    Mardi, l'association ELEVeS, qui défend le libre-choix des parents en matière scolaire, avait demandé comment ces inscriptions "chrono", qui imposent aux parents de se rendre sur place dans chacune des écoles envisagées pour leur enfant, pourraient être menées vu les règles de confinement actuelles. Ces inscriptions dites "chrono" visent à permettre aux parents d'enfants encore sur liste d'attente, ainsi qu'à ceux qui n'ont encore procédé à aucune inscription, d'inscrire leurs enfants dans des écoles où il reste de la place, les places restantes étant alors attribuées par ordre d'arrivée, d'où l'appellation "chrono(logique)".

  • La Chambre approuve le report des élections sociales, à priori pour novembre

    La Chambre a adopté à l'unanimité une proposition de loi visant à réglementer la suspension de la procédure de élections sociales 2020. Celles-ci auraient dû se tenir du 11 au 24 mai mais le processus a été suspendu en raison de la crise du coronavirus. La nouvelle période retenue court du 16 au 29 novembre, sous réserve de l'évolution de la pandémie.

  • Les économies de 48 millions dans les hôpitaux définitivement abandonnées

    La Chambre a adopté à l'unanimité un projet de loi de la ministre de la Santé publique Maggie De Block (Open Vld) visant à réaliser des économies dans le secteur des médicaments. Le texte a été expurgé des mesures d'économie de 48 millions d'euros initialement prévues dans le secteur hospitalier.

    Concrètement, la mesure sera bénéfique pour le patient. Un certain nombre de vieux médicaments verront le ticket modérateur diminuer pour un montant total de 58 millions d'euros. C'est la troisième fois que ce projet de loi était soumis au vote en séance plénière. Le 12 mars dernier, il était arrivé en plénière afin de permettre une entrée en vigueur le 1er avril. Le texte avait déjà été retiré en dernière minute à la demande de l'opposition, dont le cdH, pour éviter le risque de faire porter une mesure d'économie de 48 millions d'euros au secteur des hôpitaux, confronté à la crise du coronavirus.

    Jeudi dernier, alors que le texte était revenu en plénière, Maggie De Block a proposé d'abandonner cette mesure d'économies. Le texte a une nouvelle fois repris le chemin de la commission où un amendement déposé par Catherine Fonck (cdH) a été adopté. Le vote intervenu ce jeudi enterre définitivement la mesure d'économie prévue. La loi entrera en vigueur le 1er juillet prochain, date à laquelle sera appliquée la réduction du ticket modérateur sur certains médicaments.

  • La FWB crée 39 places d'accueil temporaire pour enfants de 6 à 18 ans en danger

    Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a décidé de créer 39 nouvelles places d'accueil temporaires pour accueillir des enfants de 6 à 18 ans en situation de danger. En raison de la crise sanitaire actuelle, l'accueil de nouveaux jeunes dans les structures existantes génèrerait une charge de travail supplémentaire conséquente, selon l'exécutif.

    Or, les règles de confinement suscitent auprès de certaines familles des tensions exacerbées, pouvant déboucher parfois sur des violences. Pour protéger ces enfants, la Fédération a dès lors décidé de créer 39 places supplémentaires dans quatre structures différentes situées à Loverval, Yvoir, Banneux et Spa. Les deux premières structures seront opérationnelles du 24 avril au 30 juin, les deux autres du 1er mai au 30 juin.

  • Les artistes auront aussi droit au chômage économique

    Les personnes sous statut d'artiste pourront également bénéficier des mesures de chômage économique prises dans le cadre de la pandémie de coronavirus (Covid-19), a annoncé la ministre de l'Economie Nathalie Muylle (CD&V) en séance plénière de la Chambre. "Pour les artistes, un arrêté royal (de pouvoirs spéciaux) est actuellement soumis à signature. Il ouvre pour une période limitée le droit aux allocations, avec un montant qui restera inchangé."

    Mme Muylle a ajouté qu'une concertation intense était en cours avec le secteur représentant tant les salariés que les indépendants et les intermittents. "Ma cellule stratégique identifie les problèmes et coopère afin de trouver une solution. Nous allons coopérer", a-t-elle indiqué.

  • Le congé parental spécifique élargi aux parents d'enfants jusqu'à 12 ans ou handicapés

    La ministre fédérale de l'Economie Nathalie Muylle (CD&V) a annoncé qu'elle étendait la proposition de congé parental supplémentaire à tous les parents d'enfants jusqu'à 12 ans ou d'enfants souffrant d'un handicap. "Cela aidera les parents à combiner travail et garde d'enfants lors d'un redémarrage progressif", a-t-elle déclaré en séance plénière de la Chambre.

    Nathalie Muylle avait annoncé mardi qu'elle allait soumettre à ses partenaires de gouvernement MR et Open Vld un projet d'arrêté de pouvoirs spéciaux ouvrant la porte à un congé parental supplémentaire pour les télétravailleurs isolés (parents célibataires ou séparés) afin de s'occuper des enfants pendant le confinement. Jeudi, elle a donc indiqué qu'elle élargissait ce projet à tous les parents d'enfants jusqu'à 12 ans ou d'enfants souffrant d'un handicap.

    Dans un communiqué, la Ligue des familles a salué cette annonce.

  • Le MR ne signera pas la résolution visant à encadrer l'usage d'une application de tracing

    Le MR a annoncé, en marge de la séance plénière de la Chambre, qu'il ne signera par une proposition de résolution qui encadre l'usage d'une application numérique dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. Déposée par Ecolo-Groen, cette proposition a déjà reçu le soutien des socialistes, de l'Open Vld et du CD&V. Les libéraux francophones estiment que cette proposition de résolution n'offre pas de garanties suffisantes. La proposition d'Ecolo-Groen est prise en considération ce jeudi en séance plénière.

    Le texte demande notamment que tout système futur devra fonctionner sur une base volontaire et d'une manière décentralisée. Autres garanties énoncées: l'anonymisation des données et leur destruction après usage ainsi que l'absence de géolocalisation, comme le recommande la Commission européenne. "Le MR ne peut signer le texte de résolution en l'état car il ne va pas assez loin dans le respect de la vie privée et de la protection des libertés", réagit la députée Nathalie Gilson.

    "Le texte n'insiste pas non plus suffisamment sur la nécessaire concertation et coordination avec les Régions qui sont compétentes pour le traçage des personnes." Pour l'élue libérale, "le texte se centre uniquement sur le digital mais une série de collecte de données parallèles et connexes doivent également pouvoir être encadrées (enquêtes, études, etc.)." Le MR annonce d'ores et déjà le dépôt d'amendements lors de l'étude du texte en commission.

    Le ministre Philippe De Backer a été interrogé sur cette question par Khalil Aouasti (PS) et Sammy Mahdi (CD&V). "Le tracing, c'est une compétence de Régions", a-t-il rappelé. "Et le fédéral va bien sûr soutenir cela. Il est clair qu'il y aura une collaboration entre les niveaux de pouvoir. Au Fédéral, nous devons prévoir le cadre, les critères, les conditions ou encore la protection de la vie privée. Et bien sûr, l'application sera installée sur base volontaire. On ne peut pas obliger les personnes à communiquer leurs informations (personnelles)."

    Le ministre a par ailleurs indiqué à la télévision flamande que cette application de tracing n'était pas à l'ordre du jour en Belgique et qu'il privilégiait dans un premier temps un traçage manuel.

  • Lagarde alerte l'UE contre "le risque d'agir trop peu, trop tard"

    La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, a mis en garde les dirigeants de l'UE contre le risque "d'agir trop peu, trop tard" face aux conséquences économiques de la pandémie de coronavirus.

    "Elle a prévenu qu'il y avait un risque d'agir trop peu, trop tard" au cours d'un sommet en visioconférence destiné à trouver des solutions pour sortir l'UE de la récession engendrée par le coronavirus, a affirmé une source.

  • St-Gilles, septième commune bruxelloise dotée d'un plan de mobilité pour le déconfinement

    Après Ixelles, Anderlecht, Bruxelles-ville, Watermael, Evere, Schaerbeek, la commune de Saint-Gilles a accepté l'invitation de la ministre de la Mobilité Elke Van den Brandt (Groen) de donner plus d'espace aux piétons et cyclistes en vue du déconfinement. Selon Mme Van den Brandt, onze rues y deviennent des "zones partagées" entre usagers, et huit autres axes de circulation sont transformés en rues cyclables.

    Postulat de départ de la ministre: actuellement, même en tenant compte de la diminution du trafic automobile de 85%, les piétons n'ont pas plus de place pour circuler. Cela crée de nombreuses situations de conflit et empêche le respect des règles de distanciation physique. Selon la ministre, cette décision devrait aider à préparer le déconfinement et le maintien de l'exigence de la distance physique, en particulier lorsque les gens vont recommencer à se déplacer pour aller au boulot et dans les magasins.

    D'après Elke Van den Brandt, dans de nombreux quartiers, essentiellement ceux qui sont densément peuplés, les habitants ont du mal à respecter les règles de distanciation sociale, en particulier sur les trottoirs trop étroits, si bien qu'ils sont obligés de marcher sur la route. Le dispositif 'slow Street' a pour objectif de résoudre ces conflits en donnant plus d'espaces aux piétons. A Saint-Gilles, sont concernées par ces mesures, les rues du Fort, Dejonker, Bosquet, Jourdan, la chaussée de Forest (entre Volders et Verhaegen); et entre rues les rues Vanderschrick et Féron, les rues du Danemark, Coenraets, Joseph Claes, d'Andenne et de l'Eglise Saint-Gilles. Ce sera aussi le cas de la chaussée de Waterloo entre la Barrière et la Porte de Hal.

    Par ailleurs, Saint-Gilles se dote de huit nouvelles rues cyclables. Les cyclistes seront désormais prioritaires rue de Lausanne, Place Loix et rue de Suisse; ainsi que sur la rue du Danemark, rue Dethy, rue Maurice Wilmotte, rue des Etudiants et rue d'Irlande.

  • Le TEC prêt à redémarrer en 72h

    Le TEC est actuellement en offre de type scolaire. Une décision qui a été prise une semaine avant les vacances de Pâques en raison d’ un absentéisme au-dessus des 30%, ce qui rendait le service normal impossible à assurer. "Mais depuis, l ’absentéisme est descendu sous les 20% et on se rapproche des niveaux normaux", détaille Stéphane Thierry, responsable de communication du TEC.
    Ce faisant, Le TEC pourrait redémarrer un service normal si on lui demandait en l’espace de 72h " le temps de redémarrer la machine ", notamment informatique. 
    Mais Stéphane Thierry prévient, les mesures de distanciation sociale ont fortement diminué les capacités des bus. À peine 5 personnes peuvent par exemple monter dans un bus normal et 12 personnes dans un bus articulé.
     
    Cette réalité a déjà obligé le TEC de doubler certains bus pour ne pas laisser des passagers sur le carreau. Donc, si on parle de rouvrir les écoles, il faudra en tenir compte. "Si on rouvre toutes les écoles et classes en même temps, nous devrons laisser 90% des étudiants sur le trottoir avec les mesures de distanciations sociales actuelles", prévient Stéphane Thierry.
    Il demande, comme les autres sociétés de transport en commun, de partir des capacités possibles avant de décider quelles classes peuvent reprendre les cours et pas le contraire. "Il faut prendre les bonnes décisions d’ouverture d’école calquées sur nos capacités de transport ", insiste le responsable de communication.
    "Le politique et les spécialistes ont le curseur de la distanciation sociale entre leurs mains ", rappelle le TEC. C‘est à eux de décider si on peut, par exemple, diminuer la distance sociale dans un bus moyennant le port d’un masque et améliorer les capacités de transport. (Benjamin Everaert)
  • La FWB redoute une explosion de son déficit 2020 à plus de... 1,5 milliard d'euros

    En raison de l'impact économique de la crise du Covid-19, la Fédération Wallonie-Bruxelles redoute de voir son déficit pour l'année 2020 dépasser le milliard et demi d'euros, un niveau jamais atteint par le passé. La Fédération Wallonie-Bruxelles tire l'essentiel de ses revenus des recettes TVA, ainsi que d'une partie de l'impôt sur les personnes physiques (IPP). Or, en raison de la crise actuelle, l'activité économique du pays est et sera lourdement impactée.

    De récentes prévisions du Bureau du Plan tablent sur une diminution de la croissance de 8,3% en raison du confinement. Pour la Fédération, la crise actuelle devrait engendrer un impact budgétaire négatif de 830 millions d'euros, en plus des 700 millions d'euros de déficit actuel. La diminution attendue de l'inflation devrait en outre entraîner une perte nette en recettes de 74 millions d'euros supplémentaires.

    En tout, le déficit courant de la FWB pour l'année 2020 pourrait ainsi flirter avec 1,6 milliard d'euros. "C'est un ordre de grandeur possible, sur base des estimations actuelles", confirme le porte-parole du ministre du Budget, Frédéric Daerden (PS). "Mais, c'est l'incertitude totale (sur ce qu'il en sera en fin de compte)".

  • Une application de tracing pas à l'ordre du jour en Belgique

    Une application de suivi des contacts des personnes infectées n'est pas à l'ordre du jour dans notre pays pour l'instant, a précisé le ministre fédéral de l'Agenda numérique Philippe De Backer (Open VLD) dans "Villa politica". Il donne la priorité à la recherche manuelle des contacts, en collaboration avec les États fédéraux compétents en la matière. "La recherche de contact consiste à découvrir avec qui une personne infectée a été en contact. Cela se fait depuis longtemps dans la recherche épidémiologique", explique De Backer.

    Aucune application n'est nécessaire pour cela. Il n'y en aura donc pas encore lorsque notre pays commencera à appliquer le déconfinement au mois de mai. Cela ne signifie pas qu'il n'y aura pas d'application à un stade ultérieur. "Je travaille sur un groupe de travail fédéral pour élaborer un cadre pour une telle application." Mais De Backer a mis en garde contre le fait de trop attendre d'une application. Les chances de succès sont étroitement liées à l'intensité de son utilisation. "Il y a une application en Autriche, mais même après une promotion intensive, elle n'est que très peu utilisée là-bas."

  • Les billets pour l'Europe au "mérite sportif" en cas de saison de foot arrêtée

    En cas d'arrêt de la saison en raison du coronavirus, les places dans les compétitions européennes de clubs devront être attribuées au "mérite sportif", prévient l'Union européenne de football (UEFA), tranchant une question qui agite les championnats nationaux depuis la suspension des compétitions mi-mars.

    La procédure de sélection des clubs qualifiés pour la Ligue des champions et pour la Ligue Europa devra "être basée sur des critères objectifs, transparents et non-discriminatoires", a estimé l'UEFA qui continue de pousser dans le même temps pour "achever les compétitions nationales actuellement suspendues".

  • Le bilan s'alourdit de 616 morts au Royaume-Uni, 18.738 au total

    Le bilan du coronavirus au Royaume-Uni s'est alourdi ce jeudi de 616 morts supplémentaires à l'hôpital, soit moins que la veille (+759), portant à 18.738 dans le pays le nombre total de décès depuis le début de la pandémie.

    Selon le ministère de la Santé, 138.078 personnes ont été testées positives dans le pays, l'un des plus durement touchés en Europe.

  • La FWB fait passer son fonds d'urgence à 80 millions d'euros

    Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a décidé de doter son fonds d'urgence face aux conséquences du confinement de 30 millions d'euros supplémentaires, et le porter ainsi à 80 millions d'euros au total. Début avril, l'exécutif fédératif avait annoncé la création d'un fonds d'urgence de 50 millions d'euros pour soutenir financièrement les différents secteurs (culture, milieux d'accueil, sport) de son ressort impactés par les mesures de confinement décidées face à la pandémie de Covid-19.

    L'augmentation décidée résulte de la prolongation de la période de confinement du 19 avril au 3 mai, mais aussi de l'annulation des évènements de masse jusqu'au 30 août. "Notre volonté est d'aider également d'autres secteurs tels que l'enseignement obligatoire, les bâtiments scolaires, la diffusion internationale des artistes ou encore les médias", a commenté le ministre du Budget de la FWB, Frédéric Daerden (PS), cité dans un communiqué. L'ensemble des aides accordées peut être consultée sur le site internet www.subsides-covid19.cfwb.be.

  • Les chaussures Torfs licencient 24 travailleurs

    Les magasins de chaussures Torfs licencient 24 travailleurs, dont 16 personnes travaillant en boutiques et huit employés du siège de Saint-Nicolas. Le syndicat socialiste BBTK s'étonne de la décision et estime que la direction abuse de la crise du coronavirus. L'entreprise employait jusqu'ici environ 650 personnes. Le personnel des magasins est au chômage temporaire.

    La décision de licencier en cette période et sous motifs financiers est un moyen, selon le syndicat, de faire porter le poids à l'ONSS. Le BBTK appelle les personnes licenciées au cours des 60 derniers jours à se manifester.

  • Elio Di Rupo: "Nous allons déconfiner mais de manière très prudente"

    "Nous allons déconfiner mais de manière très très prudente et nous devrons vivre avec le virus pendant encore plusieurs mois", a affirmé le ministre-président wallon Elio Di Rupo ce jeudi après-midi en commission spéciale du parlement régional. "Nous devons avancer mais lentement et de manière très réfléchie afin qu'il n'y ait pas une nouvelle flambée de contaminations dans les semaines à venir nous forçant à repartir de zéro", a-t-il ajouté à la veille d'un nouveau Conseil national de sécurité.

    "Je ne sais pas ce qui va s'y passer. Nous allons écouter les experts et prendre les décisions qui s'imposent, en faisant la balance entre tous les intérêts. Mais la première priorité, ça restera la santé", a encore assuré le ministre-président régional. Par ailleurs, interrogé sur la collaboration des Régions avec le Fédéral, ce dernier a rendu hommage à la Première ministre Sophie Wilmès "qui réussit à faire en sorte que toutes les entités se parlent et coopèrent", notamment au cours des conférences interministérielles qui se sont multipliées depuis le début de la crise. "La collaboration avec le Fédéral est optimale et pas du tout chaotique. On peut se réjouir que notre pays, dans toute sa diversité institutionnelle, parvienne à gérer", a conclu Elio Di Rupo.

  • Le virus utilise les cellules du nez comme porte d'entrée dans le corps

    Le coronavirus utilise probablement deux types spécifiques de cellules à l'intérieur du nez pour s'immiscer dans le corps humain, révèlent des chercheurs néerlandais du centre médical universitaire de Groningen (UMCG), avec des collègues britanniques et français. Ils ont découvert que les cellules à mucus et les cils cellulaires du nez contiennent une grande partie de l'ARN messager que le virus utilise pour se propager rapidement dans l'organisme.

    Les cellules épithéliales de nos yeux, de nos poumons et de nos intestins contiennent également une grande partie de cet ARN. Le matériel héréditaire stimule la production de protéines spécifiques que le coronavirus utilise pour attaquer les cellules humaines. "C'est la première fois que ces cellules spécifiques du nez sont associées au virus qui provoque le Covid-19", expliquent le biologiste Martijn Nawijn et le spécialiste des poumons Maarten van den Berge.

  • Telenet, Proximus et VOO demandent une compensation à la Pro League

    Telenet, Proximus et VOO, les actuels détenteurs de droits TV demandent une compensation à la Pro League à la suite de la proposition du conseil d'administration de mettre un terme définitif à la saison. Le 2 avril dernier, le conseil d'administration de la Pro League avait proposé, à l'unanimité, d'arrêter définitivement la compétition.

    Une décision qui doit encore être validée lors de l'assemblée générale du lundi 27 avril prochain. Cette réunion devait se dérouler ce vendredi mais a été reportée en raison de la tenue d'un Conseil national de sécurité le même jour.

  • Le nombre de morts aux Pays-Bas grimpe à 4.177

    Les Pays-Bas ont enregistré 123 nouveaux décès dus au coronavirus au cours des dernières 24 heures, portant le nombre total de morts dans le pays à 4.177. Il y a eu 137 nouvelles admissions, portant le nombre total à 10.158.

    Le nombre total de cas de contamination recensés est lui passé à 35.729, soit 887 de plus que la veille. Tout le monde n'étant pas testé, le nombre réel de cas est certainement plus élevé.

  • "C'est au CNS que l'on prendra les décisions, pas dans la presse"

    La Première ministre Sophie Wilmès, interrogée en séance plénière de la Chambre, n'a détaillé aucune des décisions qui pourraient être prises ce vendredi lors du Conseil National de Sécurité (CNS) consacré aux mesures de déconfinement attendu à partir du 3 mai. "C'est au sein du CNS que l'on prendra les décisions sur les prochaines étapes. Et seulement au CNS, pas dans la presse, pas via des fuites, pas via des interviews. Si vous voulez être attentifs une fois, ce sera à ce moment-là", a-t-elle lancé.

    Le Soir a publié mercredi des détails relatifs aux recommandations formulées par les experts afin de préparer la sortie du confinement. Il s'agissait d'une version provisoire de ce travail. Jeudi à la Chambre, la Première ministre n'a ni confirmé ni infirmé les mesures qui pourraient être prises, déplorant une nouvelle fois la fuite dans le presse. "Beaucoup d'informations ont fuité, ce que je déplore au vu du défi. C'est un manque de respect vis-à-vis du travail et tout à fait irresponsable à l'égard de la population. Le déconfinement est une opération délicate, on ne peut pas se permettre que le message à la population soit perturbé."

    "Des perspectives, nous pourrons en donner. Mais des garanties, nous ne pourrons pas en donner", a-t-elle toutefois affirmé. Sophie Wilmès a également averti qu'un retour vers un confinement plus strict pouvait également intervenir à l'avenir en cas de recrudescence de l'épidémie de coronavirus (Covid-19).

  • Le retour à l'école se fera sur la base du volontariat en France

    Emmanuel Macron a discuté ce jeudi avec des maires et les représentants de leurs associations dont l'AMF (Association des maires de France). Les maires en charge des écoles primaires s'inquiétaient notamment du retour des élèves dans les classes. 

    Selon le président français, le retour à l'école, prévu le 11 mai prochain, se fera sur la base du volontariat. 

  • Déjouez les arnaques liées à la vente de masques

    Vu la situation de pénurie mondiale de masques buccaux, les escroqueries en ligne se multiplient. Voici comment reconnaître les fausses boutiques en ligne

  • 4.500 sites internet bloqués en Belgique, les arnaques liées au coronavirus se multiplient

    Le Centre pour la cybersécurité en Belgique (CCB) met en garde contre les arnaques liées à l'achat de masques. Il explique, dans un communiqué, que les fraudeurs créent de plus en plus de fausses boutiques en ligne. En mars, le CCB a reçu, en moyenne, plus de 8.600 emails suspects par jour et a pu faire bloquer 4.500 URL uniques.

    "L'internaute est encouragé par un message de phishing (hameçonnage) à surfer sur un faux site web ou une boutique en ligne pour acheter ces masques", indique-t-il dans son communiqué, rappelant que les messages suspects peuvent être transmis à l'adresse suspect@safeonweb.be.

    Le CCB précise qu'au cours des dernières semaines, 1.165 nouveaux noms de domaine .be ont été enregistrés, faisant référence au Covid-19 et plus spécifiquement aux masques buccaux. Des criminels voulant s'en servir pour lancer de faux sites Internet et boutiques en ligne se cachent probablement derrière une partie de ces enregistrements de noms de domaine, selon le CCB.

  • 183.707 décès
    Le bilan mondial de la pandémie
    La pandémie de nouveau coronavirus a fait au moins 183.707 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon le dernier bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles. Les Etats-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 46.785 décès pour 842.624 cas.

  • Vis ma vie de déconfiné...

    Le déconfinement ne sera pas une libération. Cela risque même d'être la phase la plus dure... Entre des rentrées des classes anarchiques et une méfiance généralisée, le quotidien va se compliquer.

    Lire | Vis ma vie de déconfiné...

  • Les Pays-Bas veulent ouvrir complètement les écoles primaires avant l'été

    Le gouvernement néerlandais veut que les élèves de l'enseignement primaire se rendent à nouveau à l'école tous les jours, comme avant la crise du coronavirus, à partir du mois de juin. Cela devrait être le cas si les premières semaines de réouverture se passent bien, rapporte le média public NOS. Les écoles primaires du pays seront autorisées à rouvrir à partir du 11 mai. Les autorités sanitaires de l'Institut royal néerlandais de santé publique et d'environnement (RIVM) considèrent que l'ouverture des écoles est suffisamment sûre, car les enfants jouent un rôle relativement faible dans la propagation du virus. Les écoles ne pourront accueillir que la moitié des élèves au maximum chaque jour. Dans l'enseignement spécialisé par contre, tout le monde pourra recommencer en même temps.

    L'enseignement secondaire reprendra probablement le 2 juin, si le virus n'apparaît pas dans les écoles d'ici là. Les élèves devront garder une distance de 1,5 mètre entre eux. La date à laquelle l'enseignement suivra à nouveau un rythme normal n'est pas encore fixée. Cela pourrait avoir lieu dès le 2 juin. Dans ce cas, selon les vacances des différentes régions, les écoles pourraient encore enseigner pendant quatre à six semaines normalement. Cela permettrait de limiter le retard scolaire.

  • La Commission européenne planche sur un plan à 2.000 milliards d'euros

    La Commission européenne propose un projet de relance économique représentant 2.000 milliards d'euros pour accompagner la reprise au sein de l'Union européenne une fois passée la crise sanitaire liée au nouveau coronavirus, montre une note interne que l'agence Reuters a pu consulter. Cette note, qui doit servir à alimenter les discussions prévues ce jeudi entre chefs d'État et de gouvernement des Vingt-Sept, indique que le budget européen pour la période 2021-2027 et un nouveau fonds, appelé en anglais "Recovery Instrument" (instrument de relance), serviraient à amorcer le redémarrage de la croissance.

    Il est prévu que la Commission emprunte 320 milliards d'euros sur les marchés et que la moitié de cette somme soit prêtée aux États. Le reste de l'emprunt servirait à financer le budget européen et serait remboursé par les États après 2027. Une partie de ces fonds pourrait servir de garanties pour certains membres de l'Union.

    Deux cents autres milliards d'euros seront dédiés à un dispositif de "reprise et de résilience" et 50 milliards seront affectés aux fonds de cohésion, habituellement utilisés pour contribuer à l'harmonisation du niveau de vie en Europe.

    La note indique que les dirigeants européens pourraient s'entendre sur ce projet au mois de juin, ce qui permettrait à l'instrument de relance d'être mis en œuvre rapidement et au budget européen d'entrer en vigueur dès le 1er janvier 2021. 

  • Le bilan belge des dernières 24 heures

    • 211 personnes ont été hospitalisées au cours des dernières 24 heures en raison de leur infection au nouveau coronavirus, indiquent les autorités sanitaires dans leur bulletin quotidien.

    • Au total, 4.527 lits sont occupés par des personnes atteintes du Covid-19, dont 993 en soins intensifs (-27 en un jour). 703 patients nécessitent une assistance respiratoire (-30 en un jour).

    • 9.800 patients sont sortis de l’hôpital et ont été déclarés guéris depuis le 15 mars, soit une augmentation de 367 au cours des dernières 24 heures.

    • 6.490 décès sont à déplorer depuis le début de l'épidémie, soit 230 de plus par rapport au bilan de la veille. Des décès des dernières 24 heures, 93 ont eu lieu à l’hôpital, 134 dans une maison de repos et de soins. Dans ce dernier groupe, 28% ont été confirmés par un test Covid-19. 

    42.797
    Cas confirmés en Belgique
    Le mercredi 22 avril, 908 nouveaux cas ont été rapportés. 386 patients résident en Flandre, 342 en Wallonie et 116 à Bruxelles. Nous n’avons pas d’information concernant le lieu de résidence des 64 dernières personnes. Le nombre total de cas confirmés s’élève à 42.797.

    graph entrées et sorties des hopitaux

  • L'arrêt des embauches surtout visible dans les petites entreprises

    Chez 69% des petites entreprises - de moins de 10 employés - la crise du coronavirus a signifié la fin des recrutements, selon un sondage réalisé auprès de 1.241 entreprises belges et responsables RH par l'Antwerp Management School, la FEB et HRPro.be. La plupart des grandes structures continuent bien à engager.

    Pour l'avenir, une large majorité des structures sondées (89%) ne remettent pas en question le maintien de leur organisation et seules 13% craignent de peut-être devoir se séparer de membres de leur personnel, 3% en étant pratiquement certaines.

    Les entreprises interrogées voient d'autres changements arriver pour l'après-crise. Elles sont 78% à s'attendre à une augmentation du télétravail, mais une sur trois dit s'inquiéter du lien entre collègues dans ces circonstances. Elles sont aussi nombreuses à s'inquiéter des absences pour maladie en raison du stress infligé par la crise.

  • Les crèches craignent pour leur survie et demandent un soutien financier

    Alors qu'un déconfinement se profile à l'horizon, les crèches craignent pour leur survie, leurs revenus ayant baissé en raison de la chute de fréquentation, s'alarme la Fédération de l'accueil Unessa. L'avenir n'est donc pas assuré d'un point de vue financier, s'inquiète-t-elle.

    Si les crèches situées à proximité d'hôpitaux, par exemple, accueillent davantage d'enfants depuis le début de la pandémie, globalement, la fréquentation de ces milieux d'accueil a "drastiquement baissé", pointe Unessa. Or, une partie des revenus des crèches provient de cotisations payées par les parents. Si les enfants ne fréquentent plus la crèche, cette quote-part n'est plus due, explique Jean-François Bodarwé, responsable presse pour Unessa.

    Ces quote-parts "représentent 25% des budgets de fonctionnement de nos crèches. Vu le peu de marge de manœuvre lié à leurs autres sources de financement, ces 25% sont vitaux d'une part, pour le co-financement de l'emploi mais, d'autre part et surtout, pour l'entretien, l'infrastructure, la maintenance, les frais de fonctionnement généraux...", relève-t-il.

  • Une entreprise belge crée un bracelet connecté pour respecter la distanciation sociale en entreprise

    La société technologique belge Rombit est sous le feu des projecteurs avec son bracelet qui permet de garantir les distances de sécurité en entreprise. Derrière la technologie, on retrouve un beau casting et des ambitions internationales.

    Des bracelets connectés "Made in Belgium" pour respecter la distanciation sociale en entreprise


  • La Belgique redescend sous la barre des 1.000 patients en soins intensifs

  • Plus de 22.000 morts en Espagne

    L'Espagne a dépassé la barre des 22.000 morts du nouveau coronavirus ce jeudi, après une légère hausse du nombre de décès en 24 heures pour le troisième jour consécutif, a annoncé le ministère de la Santé.
    Au total, 22.157 personnes ont succombé au Covid-19 dans le pays, le troisième plus endeuillé du monde par la pandémie derrière les États-Unis et l'Italie. En 24 heures, 440 décès ont été notifiés, contre 435 mercredi. C'est le troisième jour de léger rebond du nombre de morts quotidien qui était passé, lundi, sous la barre des 400 pour la première fois depuis quatre semaines.
    Le nombre de cas confirmés a progressé de plus de 4.600 en 24 heures et dépasse désormais les 213.000, le deuxième plus élevé au monde derrière celui des États-Unis.
    "Nous atteignons les objectifs de décélération et de ralentissement pour cette semaine mais nous restons dans une phase dure de l'épidémie", a souligné le ministre de la Santé Salvador Illa. Le très strict confinement auquel sont soumis les Espagnols depuis le 14 mars a été prolongé mercredi par les députés jusqu'au 9 mai inclus.
  • La surmortalité estimée à près de 80% en Belgique

    La mortalité a augmenté  en Belgique depuis le début de la pandémie, a indiqué, ce jeudi, Emmanuel André, porte-parole interfédéral de la lutte contre le nouveau coronavirus. La situation montre une surmortalité de près de 80% fin mars et début avril.

    L'augmentation de la mortalité était plus limitée au début de l'épidémie. "C'est une surmortalité importante et qui concerne toutes les tranches d'âge, même si nous savons que cette épidémie a particulièrement touché les personnes les plus âgées dans notre société", a-t-il ajouté.

  • Un indépendant sur six risque la faillite ou l'arrêt de ses activités

    Un indépendant sur six risque la faillite ou l'arrêt de ses activités en raison de la crise du coronavirus, estime, ce jeudi, le Syndicat neutre pour indépendants (SNI). "Quelques 125.000 PME sont en danger", prévient Christine Mattheeuws du SNI.

    Plus de la moitié des entreprises (52%) doivent déjà faire face à des problèmes de liquidités, les rendant incapables de rembourser leurs dettes à court terme. "Il est donc absolument nécessaire de pouvoir redémarrer dès que possible en toute sécurité. Si ce n'est pas possible, des mesures de soutien supplémentaires sont indispensables si nous voulons éviter que des milliers d'autres entrepreneurs ne se retrouvent dans la précarité", ajoute-t-elle. 

    Selon le SNI, 90% des indépendants ont une perte de chiffre d'affaires considérable, 60% constatent une perte de plus de 50% et 40% ne tirent même pratiquement plus de revenus de leur activité.  

  • Revoir la conférence de presse du Centre de Crise

    La conférence de presse du jeudi 23 avril

  • Accord sur l'autorisation, sous conditions, des visites dans les maisons de repos bruxelloises

    Annoncée par le Conseil national de sécurité du 15 avril, l’autorisation de visites en maisons de repos et maisons de repos et de soins avait fait beaucoup de bruit. Désireuse de pouvoir rendre la chose possible, la Région bruxelloise a entamé une série de concertations avec les fédérations des maisons de repos, les représentants syndicaux et les pouvoirs publics.

    Ces concertations ont abouti à un accord sous forme de circulaire. Le principe de base reste l'interdiction des visites dans ces établissements. Seules les visites essentielles et vitales sont autorisées, auxquelles s’ajoutent dorénavant les visites encadrées, moyennant le respect de conditions strictes.

    Dans chaque établissement, le début des visites ne pourra avoir lieu qu’au terme du processus complet de dépistage. C’est-à-dire lorsque le dépistage généralisé des résidents et du personnel est réalisé, que les résultats ont été transmis et analysés, et que la mise en œuvre des mesures à prendre éventuellement (cohortage ou autres), en fonction des résultats, est effective. En outre, les visites auront lieu uniquement si l'institution dispose de suffisamment de personnel pour les encadrer.

    À côté de l’organisation des visites, d’autres mesures sont prises pour maintenir le lien entre les résidents et leurs proches: la distribution de tablettes doit avoir lieu ce jeudi dans les maisons de repos de la capitale, a fait savoir le ministre bruxellois Alain Maron (Ecolo).

  • "Effondrement sans précédent" de l'activité du secteur privé en avril

    L'activité du secteur privé dans la zone euro s'est effondrée en avril à un rythme "sans précédent", sous l'effet des mesures prises pour enrayer la propagation du coronavirus, selon la première estimation de l'indice PMI composite du cabinet Markit. L'indice mensuel s'affiche à 13,5 points, contre 29,7 points en mars, ce qui constitue "de loin la plus forte contraction de l'activité globale enregistrée en plus de vingt ans d'enquête".

  • Vingt-cing tonnes de pommes de terre pour les banques alimentaires

    Les banques alimentaires recevront chaque semaine, et ce, jusqu'au 25 mai, 25 tonnes de pommes de terre, indique la ministre flamande de l'Agriculture, Hilde Crevits. La Flandre financera le lavage et l'emballage des féculents.

    Le secteur belge de la pomme de terre exporte ses produits dans 160 pays. Il se trouve aujourd'hui avec des stocks très importants en raison de la crise du Covid-19 et de son impact sur le secteur Horeca, aussi bien en Belgique qu'à l'étranger. Selon la fédération Belgapom, qui représente les négociants et transformateurs de pommes de terre, un million de tonnes seraient déjà invendables. Dans le cadre de cette initiative prise par Belgapom, les cultivateurs seront payés car ils avaient une convention pour l'enlèvement de leur récolte avec les transformateurs. Ces derniers donneront donc les pommes de terre, mais la Flandre les indemnisera pour le lavage et l'emballage. 

    Le gouvernement wallon formulera, de son côté, des propositions "très prochainement", a-t-on indiqué au cabinet du ministre régional de l'Agriculture Willy Borsus, où l'on plaide pour une solution "rapide mais surtout massive".

  • Un patch pour suivre les patients à distance développé en Belgique

    Un consortium de sept entreprises médicales et technologiques a développé un patch qui permet de surveiller à distance et en continu la respiration, le pouls ainsi que la température des patients atteints du coronavirus. Ce "Covid-19 smart patch" transmet numériquement les données au médecin traitant ou au spécialiste et dispose également d'une fonction d'alarme, du type "bouton d'aide" dans les hôpitaux. Les premiers tests cliniques débuteront dans quelques semaines, annoncent jeudi les initiateurs du projet.

    Le consortium est composé des sociétés belges Byteflies, Melexis, Quad Industries, Televic et Z-Plus, ainsi que des divisions belges de Henkel et Nitto. Il espère être en mesure de déployer le système plus largement dans d'autres hôpitaux et maisons de repos d'ici quelques mois.

  • Déjà 500.000 euros en bons de valeurs pour l'Horeca belge

    La plateforme en ligne #horecacomeback lancée début avril en Belgique a pour objectif d’inciter le Belge à soutenir le secteur en achetant un bon de valeur d’un établissement horeca. Deux semaines après la mise en place de #horecacomeback, plus de 500.000 euros en bons de valeur ont déjà été achetés.

    Avec à la vente des bons, les établissements horeca disposent d’une trésorerie à un moment où tous les revenus font défaut. Cette trésorerie leur permet de payer les frais fixes qui continuent de courir et de leur garantir une reprise en fanfare.

    Lire le témoignage de Rudy Vanlancker (Chez Léon - Aux Armes de Bruxelles): "Tous les matins, je vais au restaurant et je pleure".

    "Tous les matins, je vais au restaurant et je pleure"
  • Ryanair ne revolera pas si le siège milieu doit rester vide (O'Leary)

    Le patron de Ryanair Michael O'Leary prévient que la compagnie à bas coût irlandaise ne recommencera pas à voler si elle est tenue de garder ses sièges de milieu de rangée vides pour maintenir des distances de sécurité face au coronavirus. Dans un entretien au Financial Times, le patron, connu pour son franc-parler, dit avoir prévenu le gouvernement irlandais que s'il prévoyait d'instaurer de telles règles, "soit il paie pour le siège du milieu, soit on ne volera pas", car "nous ne pouvons pas gagner d'argent avec un taux de remplissage de 66%". 

    Selon Michael O'Leary, laisser inoccupés les sièges médians ne garantit pas une distance suffisante donc "c'est une idée idiote qui ne mène à rien de toute façon".

  • L'Allemagne prête à contribuer "beaucoup plus" au budget européen (Merkel)

    Angela Merkel a déclaré que l'Allemagne était prête, "dans un esprit de solidarité", à des "contributions beaucoup plus importantes" au budget de l'Union européenne, en pleine récession due à l'épidémie de nouveau coronavirus. "Un plan européen de relance économique pourrait soutenir la reprise au cours des deux prochaines années et nous y travaillerons", a ajouté la chancelière devant les députés allemands avant un sommet des 27 dans l'après-midi pour trouver des solutions à la crise économique due à la pandémie.

    "Nous voulons que tous les États de l'UE se redressent économiquement. Un tel programme doit cependant être pensé dans le cadre du budget européen, car le budget européen commun est l'instrument qui a fait ses preuves depuis des décennies pour les tâches communes dans l'UE."
    Angela Merkel
    Chancelière allemande

  • Alliance internationale pour la biotech wallonne Univercells en vue de développer un vaccin

    La biotech carolo Univercells a annoncé, ce jeudi, une collaboration stratégique avec les sociétés allemande LEUKOCARE et italienne ReiThera pour le développement et la fabrication à grande échelle d'un nouveau vaccin à base de vecteurs adénoviraux contre le Covid-19. Le candidat vaccin devrait entrer dans les essais cliniques au cours de l'été 2020 et la production devrait commencer peu de temps après.

    Les partenaires contribueront au programme en combinant leurs forces et leurs expertises respectives pour accélérer le développement du vaccin, qui sera unidose. La technologie vaccinale est basée sur un nouveau vecteur adénoviral simien de ReiThera, avec une forte puissance immunologique et une faible immunité préexistante chez l'homme. Les vaccins basés sur des vecteurs adénoviraux simiens ont été largement évalués dans les essais cliniques de phase 1 et 2 et se sont révélés sûrs et immunogènes.

    Implantée au Biopark de Gosselies, Univercells, également présente à Nivelles, a mis au point une plateforme et des bioréacteurs disruptifs pour la production à bas prix de vaccins et de vecteurs pour les thérapies innovantes. Des instrument qui ont été développés, notamment, avec le soutien de la Fondation Gates, qui a octroyé par le passé trois subventions à l’entreprise. Elle vient de racheter l’ancien site de Systemat à Jumet. 

  • Vers une réouverture de tous les commerces le 11 mai, hors horeca, en France

    Le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire dit souhaiter que l'ensemble des commerces, à l'exception des restaurants et des bars, puissent rouvrir le 11 mai en France, date fixée pour la fin du confinement obligatoire, tout en n'excluant pas des disparités régionales. "La seule différence qu'il pourrait y avoir, mais ça n'a pas encore été tranché (...), c'est est-ce qu'on le fait au niveau national, est-ce qu'il faut tenir compte des disparités régionales, ça c'est une évaluation sanitaire qui devra être faite", a déclaré Bruno Le Maire sur franceinfo.

    "Je laisse simplement de côté la restauration, les bars et les cafés", qui feront l'objet d'un "traitement spécifique", a-t-il ajouté en défendant pour les autres commerces "un principe d'équité, c'est-à-dire que tout le monde doit être traité de la même manière". 

  • Aucun nouveau décès, 10 cas supplémentaires en Chine

    Les autorités sanitaires chinoises ont dit, ce jeudi, avoir confirmé hier 10 nouveaux cas de contamination au coronavirus, un nombre quotidien en baisse, et n'avoir recensé aucun décès supplémentaire lié à l'épidémie, apparue en fin d'année dernière dans le centre du pays.

    La Commission nationale de la santé a indiqué, dans son point quotidien, que six des nouveaux cas d'infection concernaient des personnes arrivées de l'étranger, contre 23 un jour plus tôt. Au total, selon ses données, le coronavirus a contaminé 82.798 personnes en Chine continentale et causé 4.632 décès. 

  • Un plan post-Covid pour la Wallonie

    Sous l'appellation "Get Up Wallonia!", le plan de relance dévoilé par le ministre-président Elio Di Rupo entend permettre le redéploiement régional après la crise.

  • L'immunité collective loin d'être acquise en Belgique

    Une large analyse sanguine démontre, pour la première fois, que la vaste majorité des Belges est vulnérable face au Covid-19. Il y a trois semaines, à peine 3% de la population présentait les anticorps contre le virus, selon une étude des épidémiologistes Pierre Van Damme et Heidi Theeten (UAntwerpen), citée dans De Standaard et Het Nieuwsblad ce jeudi.

    Ces chiffres mettent en évidence que l'immunité collective est donc loin d'être acquise en Belgique, alors qu'au moins la moitié de la population devrait présenter ces anticorps dans ce cas de figure. "Avec le déconfinement, le gouvernement doit aussi tenir compte de la population qui est encore vulnérable face au virus", estime Pierre Van Damme. Il met en garde contre un second pic d'infections, d'hospitalisations et de décès. "Il s'agira donc de détecter très précisément les contacts des nouveaux cas, afin qu'un petit incendie puisse être éteint immédiatement". 

    Les analyses de l'université d'Anvers sont basées sur 3.686 tests sanguins réalisés dans toute la Belgique. En collaboration avec de grands laboratoires, les chercheurs ont traqué dans les échantillons les anticorps contre le SARS-CoV-2. Ceux-ci indiquent que le système immunitaire a lutté contre le virus. 

    De 1 à 5%
    en Europe
    La proportion établie pour la Belgique dans cette étude correspond à ce qui ressort, au compte-gouttes, des analyses dans d'autres pays européens révélant une immunité entre 1 et 5%.

  • Sommet européen important pour apporter une réponse financière commune

    Les dirigeants de l'UE se penchent sur le projet européen de fonds de relance. De nombreux chefs d'État et de gouvernement européens voient ce massif plan commun de relance comme un outil crucial de la solidarité du bloc, alors que certains pays membres auront plus de difficultés que d'autres à retrouver leur assise économique après ce qui sera, en 2020, la pire récession de l'histoire de la zone euro.

    "Je propose que nous chargions la Commission d'analyser les besoins précis et d'établir une proposition à la hauteur du défi auquel nous faisons face."
    Charles Michel
    Président du Conseil européen

    Il est probable que les dirigeants donnent à l'exécutif européen jusqu'à fin avril, ou peu après cette date, pour déterminer le montant du fonds de relance et les moyens de le financer, ont dit des représentants. En amont du Conseil européen, les sommes évoquées étaient immenses, au-delà de 1.000 milliards d'euros. Mais des divergences demeuraient sur la méthode de financement et la forme que prendra cette aide - subventions ou prêts.  

  • Biocartis planche sur un test de diagnostic pour le coronavirus

    La biotech belge Biocartis spécialisée dans le diagnostic signale qu'elle développe actuellement un test pour détecter le Sars-CoV-2. Après approbation réglementaire, ce test est destiné à aider les professionnels de la santé à gérer la pandémie de Covid-19 grâce à des tests rapides et faciles sur les personnes présentant des symptômes pseudo-grippaux, précise la biotech dans un communiqué. 

  • Accélération du nombre de nouveaux cas en Allemagne

    Le nombre de cas de contamination confirmés au coronavirus en Allemagne a grimpé à 148.046, et l'épidémie a désormais causé 5.094 décès dans le pays, selon les données publiées par l'Institut Robert Koch pour les maladies infectieuses. Cela représente 2.352 cas de contamination supplémentaires, soit un bilan quotidien en hausse pour la troisième journée consécutive, et 215 nouveaux décès en l'espace de vingt-quatre heures. 

  • Chute des transactions immobilières

    La crise du coronavirus continue à avoir des conséquences importantes sur le marché immobilier. Selon les nouveaux chiffres de la Fédération des notaires le montrent, depuis le début du confinement, le nombre de transactions immobilières a reculé de 33% par rapport à la même période l’an passé. "Les nouveaux dossiers se trouvent quasi tous à l’arrêt, les dossiers qui continuent sont ceux qui avaient été entamés avant le confinement", précise FedNot. 

    "La plupart des nouvelles mises en vente sont actuellement gelées dans l'attente d'un déconfinement (partiel ou total)."
    Renaud Grégoire
    Notaire

    Pour l'instant, la crise liée au coronavirus ne semble pas encore avoir d'impact sur le prix moyen de l'immobilier. Les prix des maisons et des appartements restent stables en Belgique, selon les chiffres de Fednot. 

  • Ce qu'il faut retenir de la journée de mercredi

    • La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé mercredi soir qu'elle pourra accepter des obligations dégradées en catégorie "pourrie" en garantie des crédits accordés aux banques, une nouvelle mesure destinée à soutenir le système financier européen en pleine crise du coronavirus.
    • Le Syndicat neutre des indépendants (SNI) et l'Union des classes moyennes (UCM) ont salué les annonces faites par le gouvernement wallon en vue d'aider les indépendants à sortir de la crise liée au coronavirus. L'exécutif régional a annoncé, notamment, une extension de son indemnité de 5.000 euros à de nouveaux secteurs touchés par la crise du coronavirus, dont les garages, les salles de spectacles, les salles de sports et de loisirs, les centres équestres ou encore les salles de cinéma, pointe le SNI. Une indemnité forfaitaire de 2.500 euros doit également être accordée à ceux qui ont vu leur activité interrompue substantiellement en mars et en avril et qui ont bénéficié du droit passerelle. >> Lire Une rallonge de 285 millions pour les indépendants et PME en Wallonie
    • Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles s'est engagé auprès des différents acteurs de l'école à ce que le retour programmé des élèves en classes se fasse dans le strict respect des conditions d'hygiène et de sécurité face à la pandémie de Covid-19. À bonne source, on précisait que la date privilégiée pour cette réouverture des écoles est le 18 mai prochain. >>Les détails ici et ici Une task force pour fournir des masques aux écoliers
    • 263 nouveaux patients ont été hospitalisés en Belgique, a-t-on annoncé mercredi. Le total des patients hospitalisés est, donc, de 4.765. C'est une diminution de 231. 432 patients ont pu quitter l'hôpital. Depuis le 15 mars, 9.433 patients sont sortis de l’hôpital et ont été déclarés guéris. Le nombre total des décès est désormais de 6.262.
    • En France, l'épidémie de Covid-19 a tué 21.340 personnes depuis début mars, dont 544 décès enregistrés depuis mardi, mais la pression sur les hôpitaux continue de s'alléger, avec désormais deux semaines de baisse du nombre de patients en réanimation. De son côté, l'Italie a enregistré 437 nouveaux décès liés au coronavirus en 24 heures, portant le total des morts à 25.085. Le nombre de personnes malades a en revanche diminué pour le troisième jour consécutif et s'élève désormais à 107.699, soit dix de moins en 24 heures. Le Royaume-Uni a enregistré de son côté 759 nouveaux décès à l'hôpital de patients atteints par le coronavirus, portant à 18.100 morts le bilan depuis le début de l'épidémie.
    • L'agence wallonne pour une vie de qualité a été informée par le SPF Économie que des tests avaient été effectués sur un des lots de masques KN 95 reçus dans le cadre de commandes du gouvernement fédéral à un fournisseur chinois, après des remontées négatives du terrain. Ces tests ont conclu à leur non-conformité. La Wallonie ayant acquis des masques KN 95 auprès du même fournisseur, elle a immédiatement prévenu les gouverneurs de province ainsi que les établissements de soins où ils ont été distribués afin que ces masques ne soient plus utilisés dans l'attente des résultats d'une triple analyse commandée par la Région. Ses résultats sont attendus ce weekend.
    • Inauguré en 1895, le prestigieux Hôtel Métropole, situé place De Brouckère en plein centre de Bruxelles, se voit contraint d’envisager l’arrêt de son activité. La société familiale qui en est le propriétaire ne dispose plus des ressources financières nécessaires pour assurer la poursuite de l’exploitation.
    • Les refuges pour animaux peuvent à nouveau ouvrir leurs portes. Ils sont toutefois invités à n'accueillir que sur rendez-vous les personnes désirant adopter ou abandonner leur animal.
    • Le changement des pneus hiver est à présent considéré comme une réparation urgente. Les garages et les centres de pneus peuvent donc effectuer, sur rendez-vous, cette opération pour leurs clients.

  • Bonjour et bienvenue dans ce direct

    Ce jeudi 23 avril, Corentin Di Prima, Salim Nesba, Maxime Samain et François Witvrouw se relaieront pour le suivi en direct de l'actualité liée à la pandémie de coronavirus.

    Pour retrouver le déroulé de la journée de mercredi, rendez-vous ici.

    Merci de nous suivre et bonne journée

    Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

    La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

    Par thématique:

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés