Pas d'accès à votre résidence secondaire avant, au moins, le 8 juin

Les bourgmestres des communes du littoral espéraient accueillir les propriétaires d'une résidence secondaire dès le 18 mai. ©BELGA

Le Conseil national de sécurité analysera le cas des résidences secondaires et des excursions touristiques d'un jour le 8 juin, pas avant.

Les propriétaires d’une résidence secondaire en Belgique, qui ne peuvent plus s’y rendre depuis le début du confinement, ne pourront pas y remettre un pied avant, au moins, le 8 juin, a indiqué la Première ministre Sophie Wilmès après la réunion du Conseil national de sécurité (CNS) ce mercredi. Les excursions d’un jour sont logées à la même enseigne: "Nous allons prendre le temps d’organiser cela et de présenter un plan. Certaines personnes aimeraient se rendre à la mer pour une journée, il faut en tenir compte et cela fera l’objet de nos discussions à l’avenir", a-t-elle expliqué. 

"Certaines personnes aimeraient se rendre à la mer pour une journée, il faut en tenir compte et cela fera l’objet de nos discussions à l’avenir."
Sophie Wilmès
Première ministre

Marche arrière

Pour rappel, fin avril, lorsque le CNS a présenté les différentes phases du déconfinement, la date du 18 mai avait pourtant été évoquée comme étant celle devant permettre aux propriétaires de secondes résidences de s’y rendre à nouveau. Entre temps, le mercredi 6 mai, le CNS a fait marche arrière, postposant cette décision, puisqu’il a finalement décidé de permettre aux citoyens de recevoir à partir du 10 mai quatre personnes maximum – et toujours les mêmes – dans leur foyer. 

Action contre l’État

Une décision qui n’a pas réjoui les propriétaires de résidences secondaires, l’un d’entre eux a envoyé un huissier ce mardi au cabinet du ministre de l’Intérieur, Pieter De Crem (CD&V), pour lui amener une citation à comparaître. Le propriétaire réclame 50 euros par jour à l’État, car les mesures prises pour endiguer la propagation du nouveau coronavirus l’empêchent de se rendre dans sa résidence pour y passer le confinement, a indiqué son avocat, Stijn Verbist. Son client affirme que son droit à la propriété a été violé et estime donc qu’il doit obtenir compensation. "Personne ne remet en question la nécessité des mesures. Mais si de telles mesures sont prises, elles doivent l’être dans le cadre légal existant", défend l’avocat.

Les bourgmestres côtiers mécontents 

Les bourgmestres des communes de la Côte, qui avaient décidé de mener des contrôles au début du confinement pour éviter que les propriétaires ne rejoignent leur résidence secondaire à la Côte, sont désormais mécontents de la décision du CNS de reporter l’accès aux secondes résidences. Ceux-ci espéraient accueillir les propriétaires concernés le 18 mai et certains envisagent désormais de ne plus faire de contrôle de police. 

"À partir du 18 mai, je ne ferai plus aucun contrôle de police sur l’arrivée des seconds résidents."
Jean-Marie Dedecker
bourgmestre de Middelkerke

 "À partir du 18 mai, je ne ferai plus aucun contrôle sur l’arrivée des seconds résidents. Vous pouvez envoyer la police fédérale, moi je fais ce que je dis", a déclaré Jean-Marie Dedecker, bourgmestre de Middelkerke.

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

 

Lire également

Publicité
Publicité