Publicité

Pass sanitaire à Bruxelles: le secteur horeca redoute "que les clients partent vers d'autres Régions"

Dès le 1er octobre, Bruxelles aimerait imposer un pass sanitaire, pour les plus de 16 ans, dans une série de lieux, tels que l’horeca, les installations de sport ou encore les discothèques. ©Hans Lucas via AFP

Mardi, le Fédéral, les Régions et Communautés ont finalisé les termes d’un accord de coopération étendant l’usage du Covid Safe Ticket à Bruxelles. Du côté du secteur horeca, c'est la douche froide.

Il faudra désormais montrer patte blanche, même au restaurant. Jusque-là réservé principalement aux évènements de grande taille, le pass sanitaire pourrait être étendu au secteur horeca, aux installations de sport et aux discothèques, à compter du 1er octobre, pour toutes les personnes âgées de plus de 16 ans.

Pour les événements de masse, les hôpitaux et maisons de repos, il sera exigé dès 12 ans.

Chez les propriétaires d'établissements, l’idée du dispositif ne reçoit pas un accueil chaleureux. Certes, il faut à tout prix éviter une énième fermeture, mais la mise en place d'un pass sanitaire préoccupe les acteurs du secteur.

"On redoute que les clients partent vers d'autres Régions"

"La situation sanitaire à Bruxelles est particulièrement mauvaise, on doit à tout prix éviter une fermeture (....) ce qu'on regrette, c'est que cette décision n'a pas été prise à un niveau fédéral et qu'il n'y ait pas une décision d'application sur l'ensemble du territoire", nous explique Fabian Hermans.

"Pour ma part, je suis bruxellois et je n'ai qu'à traverser la rue pour me retrouver en Région flamande."
Fabian Hermans
Président de la Fédération Horeca Bruxelles

Le président de la Fédération Horeca Bruxelles craint en effet, qu'en raison de ces nouvelles dispositions, les clients privilégient les établissements flamands ou wallons.

"Pour ma part, je suis bruxellois et je n'ai qu'à traverser la rue pour me retrouver en Région flamande", nous a-t-il confié. "On redoute que les clients partent vers d'autres Régions, mais je ne m'avance pas en disant aussi que la plupart de nos clients sont vaccinés."

Pour un système à "l'italienne"

La fédération bruxelloise n'est pas radicalement pour ou contre le pass sanitaire, mais elle s'oppose à toute mise en cause des propriétaires d'établissements.

Elle plaide dès lors pour un système "à l'italienne", qui repose sur la bonne foi du client.

En cas de contrôle par les autorités, s'il n'était pas en ordre, ce serait dès lors sa responsabilité et non celle de l'exploitant, détaille Fabian Hermans. "Nous ne sommes pas des gendarmes", conclut l'administrateur.

"On n'a pas à endosser ce rôle"

En Wallonie, on se dit peu réceptif à cette idée, et "solidaire" avec la Région bruxelloise. "Si c'est la dernière porte de sortie pour éviter une nouvelle fermeture je peux comprendre, mais économiquement, la pilule est dure à avaler. Quand une Région reste isolée, je peux comprendre que, du côté de mes collègues, il y ait des craintes (....) Il y a d'autres alternatives à privilégier, comme la vaccination par exemple", explique Thierry Neyens, président de la Fédération Horeca Wallonie.

"Le secteur horeca se voit affecté par un problème d'organisation qui n'a pas été mise en place en temps voulu, il y a quelques mois."
Thierry Neyens
Président de la Fédération Horeca de Wallonie

Thierry Neyens ajoute que l'entrée en vigueur de ce pass pourrait aussi surcharger les propriétaires d'établissements.

"On n'a pas à endosser ce rôle de contrôleur (....) de plus, tout le monde ne dispose pas des mêmes dispositifs, tout le monde n'est pas formé pour suivre cette procédure (...) cela prend du temps, et le temps ça coûte en termes de rentabilité (...) sans oublier que certains clients préfèrent boycotter le restaurant plutôt que de suivre ces règles (...) le secteur horeca se voit affecté par un problème d'organisation qui n'a pas été mise en place en temps voulu, il y a quelques mois", annonce-t-il.

Le SNI nuance

Le Syndicat neutre pour indépendants (SNI) n'est, quant à lui, évidemment "pas demandeur de nouvelles barrières à la consommation", mais l'organisation voit cependant plus d'éléments positifs que négatifs dans l'éventuelle introduction d'un pass sanitaire.

"Moins il y a de barrières, mieux c'est. Mais si le pass sanitaire à Bruxelles permet à l'horeca de continuer à fonctionner sur les mêmes bases que dans les autres régions, c'est une bonne chose", résume le secrétaire général du SNI, Christophe Wambersie."Cela peut aussi avoir un effet positif en rassurant les clients vaccinés", ajoute-t-il.

60%
de vaccinés
La Flandre affiche un taux de vaccination complète proche des 90%, la Wallonie approche les 80%, contre 60% pour Bruxelles.

Bruxelles à la traîne

Rappelons que la vaccination en Région bruxelloise présente désormais un taux d'un peu plus de 65% en première dose, ce qui est jugé insuffisant au vu de la situation sanitaire actuelle dans la capitale belge.

Et les autres Régions sont loin devant elle. Alors que la Flandre affiche un taux de vaccination complète proche des 90%, la Wallonie approche les 80%, contre 60% pour Bruxelles.

Actuellement, en Belgique, 8.455.602 personnes ont reçu au moins une première dose de vaccin et 7.833.336 personnes sont totalement vaccinées.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité