Publicité
Publicité

Pfizer et Moderna: "très rares" cas d'inflammation des parois cardiaques

Ces risques très rares de myocardite et péricardite sont reconnus comme effets secondaires possibles. ©REUTERS

Il existe des risques - faibles - d'inflammation des parois cardiaques après l'administration des vaccins anti-covid de Pfizer et de Moderna, selon L'EMA. L'agence reconnaît des effets secondaires possibles.

Des inflammations du myocarde ou du péricarde - deux couches des parois cardiaques - peuvent survenir dans de "très rares" cas après l'administration des vaccins anti-covid de Pfizer et de Moderna. C'est ce qu'a indiqué l'Agence européenne des médicaments (EMA) dans un avis rendu ce vendredi.

Ces risques très rares de myocardite et péricardite sont donc reconnus comme effets secondaires possibles. Les symptômes peuvent varier, mais comprennent souvent un essoufflement, des palpitations et des douleurs thoraciques.

<177
Millions de doses
Plus de 177 millions de doses de Pfizer ont déjà été administrées dans l'Espace économique européen.

Les cas observés sont principalement survenus dans les 14 jours suivant la vaccination, plus souvent après la deuxième dose et chez des hommes adultes plus jeunes. Dans cinq cas, la personne est décédée. Ces personnes étaient soit d'un âge avancé, soit atteintes de maladies concomitantes.

AstraZeneca et Janssen en cours d'examen

Les données disponibles suggèrent que l'évolution de la myocardite et de la péricardite après la vaccination est similaire à l'évolution typique de ces affections, s'améliorant généralement avec du repos ou un traitement. L'EMA rappelle, en outre, que dans le seul Espace économique européen, plus de 177 millions de doses de Pfizer et plus de 20 millions de doses de Moderna ont déjà été administrées.

L'AstraZeneca et le Janssen sont eux aussi examinés concernant la myocardite et la péricardite. À ce jour, aucune relation de cause à effet n'a pu être établie.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité