1. Dossiers
  2. Coronavirus
live

Plus de cinq millions de cas dans le monde, la situation empire en Amérique latine

Le nouveau coronavirus a officiellement touché plus de cinq millions de personnes dans le monde, principalement en Europe où le déconfinement se poursuit. La situation empire en Amérique latine. Chez nous, 252 nouveaux cas ont été rapportés ce mercredi.
  • Fin du direct

    Merci de nous avoir suivis.

    Retrouvez-nous ce vendredi pour suivre en direct toute l'actualité liée au coronavirus. 

  • Ce qu'il faut retenir

    ► Le bilan sanitaire du jour: 252 nouveaux cas ont été rapportés. 71 nouvelles hospitalisations ont été enregistrées au cours des dernières 24h. Au total, 1.448 patients sont actuellement hospitalisés (-141). Au total, 277 patients se trouvent en soins intensifs, soit une diminution de 36 patients au cours des 24 dernières heures. 37 décès ont été recensés ces dernières 24h pour un total de 9.186 décès depuis le début de la crise. 

    Plusieurs mesures fiscales urgentes ont été approuvées à la Chambre. Les détails sont à retrouver dans cet article.

    ► Le gouvernement allemand et Lufthansa, maison-mère de Brussels Airlines, sont très proches d'un accord visant à sauver le premier groupe européen de transport aérien, plombé par l'impact du nouveau coronavirus. 

     

    Les doses trop élevées d'hydroxychloroquine ont constitué un obstacle à la participation belge aux grands essais multicentriques Discovery et Solidarity. Quelque 24 demandes d'études sur le Covid-19, plus modestes, ont néanmoins été déposées dans le pays. 

  • 330.000 décès dans le monde

    Sur la planète, le nombre des cas de contamination officiellement diagnostiqués a doublé en un mois pour atteindre près de 5,05 millions, parmi lesquels près de 330.000 décès, selon le dernier bilan de l'agence AFP. Si ce bilan est sans doute largement sous-évalué, les données recueillies auprès de sources officielles révèlent une accélération du nombre des nouveaux cas, notamment ces dix derniers jours.

    Continent le plus touché avec près de deux millions de cas, dont plus de 170.000 mortels, l'Europe progresse néanmoins sur la voie d'une très lente normalisation. En Russie, pays qui compte plus de 317.000 contaminés recensés et 3.099 morts selon les chiffres officiels, c'est le dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov qui a été hospitalisé à Moscou pour Covid-19 suspecté, après notamment le Premier ministre et le porte-parole de Vladimir Poutine.

    L'épidémie continue parallèlement à faire des ravages aux Etats-Unis, le pays le plus touché en nombre de cas (1,56 million) et de morts (plus de 93.800). 

    C'est en Amérique latine et dans les Caraïbes que le nombre des contaminations augmente désormais le plus avec près de 30.000 nouveaux cas recensés mercredi.  Le Brésil est en première ligne, subissant une accélération marquée de l'épidémie avec un bilan quotidien qui vient de grimper jusqu'à 1.179 morts. Mais le président d'extrême droite Jair Bolsonaro continue de minimiser la dangerosité du virus et de critiquer le confinement. 

  • Facebook va institutionnaliser le télétravail

    Dans un message adressé jeudi soir à ses employés, Marc Zuckerberg, le CEO de Facebook, a annoncé vouloir énormément développer le télétravail au sein de son entreprise. Le réseau social va "ouvrir de manière agressive l’embauche à distance", en espérant que 50% de ses 45.000 employés oeuvreront en télétravail au terme des cinq à dix prochaines années.

    "Nous serons l’entreprise la plus avant-gardiste en matière de travail à distance, à notre échelle", a déclaré Zuckerberg, qui perçoit dans le télétravail une source d’une meilleure productivité ainsi que l’accès à un bassin d’embauche plus large, bien au-delà de la Silicon Valley. 

    Selon le patron de Facebook, les employés éligibles au télétravail de manière permanente devront être expérimentés et avoir prouvé de manière récente leur efficacité dans leur travail. Dans un post, la DRH de Facebook Lori Matloff Goler a précisé: "Nous espérons que le télétravail nous aidera à trouver et à garder les meilleurs talents, quel que soit l’endroit où ils se trouvent".

  • Les tenanciers de cafés introduisent une action en justice

    Les tenanciers de cafés de Wallonie et de Bruxelles, fermés depuis le 13 mars dans le cadre des mesures prises pour lutter contre la pandémie de coronavirus, se trouvent aujourd'hui "dans le brouillard le plus complet, complètement privés de tout revenu" depuis cette date, dénonce  la Fédération des cafés de Belgique (FedCaf). Elle annonce avoir décidé d'agir en justice aux côtés de ses membres afin de leur permettre de bénéficier des mesures essentielles à la poursuite de leurs activités.

    "En Flandre, l'arrêté 'accordant de l'aide aux entreprises qui doivent obligatoirement être fermées à la suite des mesures relatives au coronavirus prises par le Conseil national de sécurité à partir du 12 mars 2020' permet de mettre davantage en lumière la discrimination créée par les dispositions adoptées en Région Wallonne et de Bruxelles-Capitale."
    FedCaf

    Un arrêté prévoit ainsi l'octroi d'un montant forfaitaire augmenté d'une prime de 160 euros par jour tenant compte de la durée de fermeture, avance la fédération qui souligne que "le caractère discriminatoire de l'indemnisation telle que décidée en Région de Bruxelles-Capitale et Région Wallonne apparaît avec plus de force encore".

  • Plus de 93.000 morts aux USA

    Les Centres américains pour la prévention et le contrôle des maladies (CDC) ont annoncé 1.397 décès supplémentaires liés au coronavirus en 24 heures, portant le nombre total à 93.061 morts depuis le début de l'épidémie. Les CDC font par ailleurs état de 22.860 nouvelles contaminations au SARS-CoV-2, soit un total de 1.551.095 cas.   

  • Les visites dans les hôpitaux belges à nouveau possibles

    Les visites seront à nouveau possibles à partir du 2 juin dans les hôpitaux belges, rapporte jeudi VTM sur base d'un courrier adressé par le SPF Santé publique aux établissements hospitaliers. 

    Les visites étaient en effet interdites depuis le début du lockdown. L'organisation des visites pourra être assouplie mais ce n'est pas une obligation car les hôpitaux doivent pouvoir les organiser en toute sécurité.    

  • La France a enregistré 83 décès et 318 cas supplémentaires en 24 heures

    La France a enregistré 83 décès supplémentaires liés au coronavirus au cours des dernières 24 heures, portant le total à 28.215 morts depuis le début de l'épidémie. Le nombre total de contaminations confirmées au coronavirus est passé lui à 144.163 cas, soit une progression de 318 en 24 heures. 

  • Moins de 50 décès en 24 heures en Espagne, une première en deux mois

    L'Espagne a annoncé avoir recensé 48 décès supplémentaires liés à l'épidémie du coronavirus en l'espace de 24 heures. C'est la première fois depuis le 16 mars dernier que le bilan quotidien est inférieur à 50 morts.

    Au total, l'épidémie de coronavirus a fait 27.940 morts en Espagne pour un total de 233.037 cas confirmés de contamination au SARS-CoV-2 (soit 482 nouveaux cas en 24 heures), a précisé le ministère de la Santé.  

  • L'Europe doit s'attendre à une deuxième vague (ECDC)

    L'Europe doit se préparer à une deuxième vague du nouveau coronavirus, a prévenu la directrice du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), Andrea Ammon, au moment où de nombreux pays ont amorcé un déconfinement. La question n'est pas de savoir s'il y aura une nouvelle vague de contaminations, mais "quand et de quelle ampleur", a affirmé Andrea Ammon dans un entretien jeudi au quotidien britannique The Guardian. 

    "Le virus est autour de nous, circulant beaucoup plus qu'en janvier et février", a-t-elle ajouté, soulignant que les chiffres concernant l'immunité de la population n'étaient pas encourageants: "85% à 90%" restent exposés à la maladie Covid-19. "Je ne veux pas dresser une image catastrophique mais je pense que nous devons être réalistes. Ce n'est pas le moment, maintenant, de se relâcher complètement", a-t-elle ajouté. 

    L'Europe est le continent le plus touché par la pandémie, avec près de 2 millions de cas, dont 169.932 mortels, principalement au Royaume-Uni, en Italie, en France et en Espagne. Au total, la planète a franchi le cap des cinq millions de cas, parmi lesquels 328.220 décès. 

  • Plus de 36.000 morts parmi les cas confirmés au Royaume-Uni

    Le nombre de morts au Royaume-Uni dues à des cas confirmés de contamination au Covid-19 a augmenté de 338 à 36.042, tandis qu'un total de 250.908 personnes ont été infectées depuis le début de l'épidémie.

    Des statistiques plus larges incluant les cas suspects font état d'un bilan beaucoup plus élevé dépassant les 43.000 morts au Royaume-Uni, ce qui en fait le pays d'Europe le plus durement touché.

  • Plus de 2 millions de nouveaux inscrits au chômage en une semaine aux États-Unis

    Les États-Unis ont enregistré plus de 2,43 millions de nouvelles demandes d'allocation chômage la semaine dernière, un niveau toujours exceptionnellement élevé alors que le Covid-19 a mis l'économie à genoux, selon les chiffres publiés jeudi par le département du Travail.

  • L'université d'Anvers reçoit un don anonyme de 500.000 euros

    Un donateur anonyme a versé 500.000 euros à l'université d'Anvers dans le cadre de la recherche autour du coronavirus, annonce l'institution anversoise. Ce don va permettre de lancer un projet sur les analyses d'échantillons sanguins. Le don sera également utilisé pour entamer des études sur les vaccins liés au coronavirus.

    Le Centre pour l'évaluation des vaccins de l'université a mis sur pied un projet de "sérothèque". "Toutes les trois semaines, nous effectuons des prélèvements sanguins en laboratoires, jusqu'à parvenir à un total de 14.000 échantillons", explique Pierre Van Damme, directeur du Centre. "On peut ainsi déterminer combien de personnes ont bien été atteintes par la maladie et combien sont encore vulnérables. Cette information est très importante afin de définir une approche face à l'épidémie actuelle et une politique de gestion d'une éventuelle nouvelle vague." 

  • La contraction économique ralentit en mai dans la zone euro

    L'activité du secteur privé dans la zone euro a continué à se contracter en mai, mais à un rythme moins important qu'en avril, grâce à la levée progressive des mesures de confinement, selon la première estimation de l'indice PMI composite du cabinet Markit, publiée ce jeudi. L'indice mensuel s'affiche à 30,5 points, contre 13,6 points en avril, ce qui constituait alors la plus forte contraction de l'activité jamais enregistrée par Markit. 

  • Le bilan belge des dernières 24 heures

    Le mercredi 20 mai, 252 nouveaux cas ont été rapportés. 175 patients résident en Flandre, 56 en Wallonie et 21 à Bruxelles. Le nombre total de cas confirmés s’élève à 56.235.

    • Au total, 1.448 patients sont actuellement hospitalisés. 71 nouvelles hospitalisations ont été enregistrées au cours des dernières 24h. 
    • Au total, 277 patients se trouvent en soins intensifs, soit une diminution de 36 patients au cours des dernières 24 heures. 
    • 14.988 patients sont sortis de l’hôpital et ont été déclarés guéris depuis le 15 mars, soit une augmentation de 141 au cours des dernières 24 heures. 
    • 9.186 décès au total ont été rapportés, soit une augmentation de 37 décès au cours des dernières 24h. 
    • Des décès des dernières 24h, 21 ont eu lieu à l’hôpital, 16 dans une maison de repos et de soins. Dans ce dernier groupe, 94% ont été confirmés par un test Covid-19. 
    • Sur les 9.186 personnes décédées, 48% sont mortes à l’hôpital, 51% dans une maison de repos et de soins, 0,2% à la maison et 0,5% à un autre endroit. Les décès à l’hôpital sont tous des cas confirmés. Les décès ayant eu lieu dans des maisons de repos et de soins concernent des cas confirmés (24%) ou des cas suspects (76%). 
    ©AFP

  • Feu vert pour les résidences secondaires: quelles sont les règles?

    Concrètement, toute personne qui possède un appartement à la mer ou un chalet dans les Ardennes peut désormais s'y rendre. Mais le groupe cible de cette décision est plus large que les simples "seconds résidents".

    Ceux qui louent une deuxième propriété (pour au moins un an) peuvent également y retourner. Par exemple, les campings louent souvent des "emplacements annuels" pour les caravanes et les mobil-homes. À l'inverse, "il ne peut pas encore être autorisé de déplacer des résidences mobiles, comme des caravanes", précise le Moniteur belge. Il est donc uniquement autorisé de faire usage de celles qui sont déjà installées sur un emplacement fixe. 

    Bonne nouvelle, la règle des 4 personnes est d'application pour les résidences secondaires. C'est-à-dire qu'un ménage, peu importe sa taille, est autorisé à accueillir chez lui ou au sein de sa résidence secondaire jusqu'à quatre personnes. "Ces quatre personnes sont toujours les mêmes. Celles-ci font partie ou non d'un même ménage", précise la règle. "Quand une personne d'un ménage est invitée chez une autre personne ou au sein de sa résidence secondaire, c'est l'ensemble de son ménage qui s'engage et même si elle se rend seule au rendez-vous." 

  • Le nombre d'infections dans le monde atteint la barre des 5 millions

    5 millions
    de cas confirmés
    Le nombre d'infections au Covid-19 dans le monde a atteint la barre des 5 millions, selon les chiffres relayés, ce jeudi matin, par l'université Johns Hopkins.

    Les États-Unis sont toujours les plus touchés avec près de 1,5 million de cas confirmés. Ils sont suivis par la Russie, avec plus de 300.000 personnes infectées par le coronavirus, et le Brésil, qui compte près de 290.000 cas. Il est important de noter que ces chiffres ne comprennent que les infections officiellement enregistrées. La Belgique est, quant à elle, 17e de la liste avec 55.983 cas, selon les données de l'université américaine.

  • Easyjet veut reprendre certains vols à partir du 15 juin

    La compagnie britannique Easyjet a annoncé, ce jeudi, qu'elle comptait reprendre certains vols à partir du 15 juin, essentiellement sur des trajets "intérieurs au Royaume-Uni et en France", avec des mesures sanitaires à bord. 

    "Un petit nombre de vols va recommencer sur les trajets où nous pensons que la demande est suffisante pour qu'ils soient rentables", affirme, dans un communiqué, le transporteur dont la quasi-totalité des avions sont à l'arrêt actuellement à cause de la pandémie de coronavirus. "Des trajets supplémentaires seront annoncés dans les semaines à venir, à mesure que la demande augmente et que les mesures de confinement en Europe sont assouplies", poursuit la compagnie.

  • Trump veut un G7 symbolisant la "normalisation"

    Donald Trump souhaite faire d'un sommet du G7 en personne le symbole de la normalisation qu'il appelle de ses vœux, malgré la progression de l'épidémie dans certains pays, comme le Brésil. Le président américain a évoqué, mercredi, la possibilité de rassembler les dirigeants du G7 en juin à Camp David et non par visioconférence, comme cela avait été décidé en raison du coronavirus. "Les autres membres (du G7) entament eux aussi leur retour. Ce serait un symbole formidable pour tout le monde. Normalisation!", a tweeté le locataire de la Maison-Blanche.

    Les réactions des dirigeants du G7 ont été prudentes. Le président français Emmanuel Macron s'est dit "disposé à se rendre à Camp David si les conditions sanitaires le permettent". Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a souligné l'importance d'étudier "quelles mesures seraient mises en place" et "les recommandations des experts". De la même manière, la chancelière allemande Angela Merkel est restée ambiguë sur ses intentions. "Quelle que soit la forme que prendra la rencontre du G7, une visioconférence ou autre chose, je lutterai à coup sûr pour le multilatéralisme", a-t-elle déclaré à Berlin. Malgré l'optimisme du président américain et son recul en Europe, la pandémie de coronavirus, qui a fait plus de 325.000 morts dans le monde, accélère sa progression au Brésil.

  • Des mesures fiscales urgentes approuvées par la Chambre

    Ces mesures fiscales urgentes visent à soutenir les entreprises tout en évitant que les bénéficiaires ne versent des dividendes ou soient liées à des paradis fiscaux. Par ailleurs, la Chambre a également approuvé une proposition de loi permettant le report des mensualités de remboursement d'un crédit à la consommation.

  • Encore plus de 1.500 décès en 24h aux États-Unis

    Les États-Unis ont enregistré 1.561 décès supplémentaires liés au nouveau coronavirus au cours des dernières 24 heures, un bilan journalier stable par rapport à la veille. Cela porte à plus de 93.400 le nombre total de décès déplorés dans le pays, de loin le plus endeuillé au monde en valeur absolue, où quelque 1,55 million de cas ont été recensés depuis le début de la pandémie de Covid-19.

  • Lufthansa confirme "des discussions avancées"

    Lufthansa a confirmé que des "discussions avancées" étaient en cours avec le gouvernement allemand au sujet d'un paquet d'aides de 9 milliards d'euros. La compagnie aérienne allemande s'est exprimée en ce sens après que la chancelière allemande Angela Merkel ait admis qu'un accord était proche.

    Lufthansa assure que le plan n'est pas encore finalisé, mais confirme qu'il s'agit bien d'un paquet de 9 milliards d'euros maximum, dont trois milliards sous forme de prêts par la banque publique de développement KfW. Le fonds de stabilité économique du gouvernement fédéral (WSF), créé pour amortir les répercussions de la pandémie de coronavirus, prendrait une participation à hauteur de 20% dans le groupe aéronautique, auxquels s'ajouteraient 5% plus une action sous forme d'obligations convertibles.

    La convertibilité pourrait être exercée "en cas d'offre publique d'achat par un tiers", ce qui donnerait au gouvernement une minorité de blocage pour la faire échouer. Le gouvernement allemand pourrait de la sorte bénéficier de deux sièges au conseil d'administration de la compagnie aérienne.

  • Le congé parental "spécial Corona" ne vide pas les bureaux

    Une semaine après son entrée en vigueur, le congé parental "spécial Corona" ne semble pas connaître de ruée. Certes, toute demande peut encore être introduite. Mais compte tenu du parcours administratif, peu de demandes ont déjà abouti. On fait le point.

  • Bonjour!

    C'est parti pour ce jeudi de l'Ascension. Aux manettes de ce live: Corentin Di Prima, Camille Berkenbaum et Salim Nesba.

    Merci de nous suivre et bonne journée.

  • Crédit à la consommation: la Chambre approuve la possibilité de reporter les échéances

    La Chambre a approuvé à l'unanimité, mercredi, une proposition de loi permettant le report des mensualités de remboursement d'un crédit à la consommation pendant la période de la pandémie de Covid-19.

    Le prêteur peut, à la demande de l'emprunteur, accorder un report de paiement pour une période maximale de trois mois, renouvelable une fois pour trois mois supplémentaires. Le texte fixe certaines conditions pour accéder à la mesure. Ainsi, au moins un des emprunteurs du ménage doit subir une perte de revenu en raison de la crise liée au coronavirus, peu importe l'identité de la personne qui a contracté le crédit.

    En outre, l'emprunteur ne doit pas avoir été déclaré en défaut de paiement au 1er avril 2020. Si, au moment de la demande, l'emprunteur dispose de plus de 25.000 euros d'économies, le prêteur n'est plus obligé d'accorder une prolongation. Si le demandeur se trouve dans les conditions, le prêteur est dans l'obligation d'octroyer le report du remboursement.

  • La Chambre approuve une série de mesures fiscales urgentes

    La Chambre a approuvé à une large majorité, mercredi en séance plénière, un projet de loi qui contient plusieurs mesures fiscales dans le cadre de la crise du coronavirus. Elles visent à soutenir les entreprises tout en évitant que les bénéficiaires ne versent des dividendes à leurs actionnaires ou soient liés à des paradis fiscaux. Elles contiennent aussi une diminution du précompte professionnel sur le chômage temporaire.  

    • Les mesures de soutien prises par les entités fédérées ainsi que les communes seront exonérées d'impôt.
    • Le règlement des versements anticipés sera revu afin d'éviter que les indépendants et sociétés confrontés à des problèmes de liquidité soient pénalisés s'ils font ces versements plus tard dans l'année. L'avantage fiscal pour les versements anticipés passera de 6% à 6,75% au troisième trimestre et de 4,5% à 5,25% au 4e trimestre. Pour les indépendants, l'avantage passe respectivement de 2% à 2,25% et d'1,5% à 1,75%. 
    • Seules en bénéficieront les sociétés qui ne distribuent pas de dividendes ou ne procèdent pas à des réductions de capital entre le 12 mars et le 31 décembre, a souligné le ministre. Idem si ces entreprises ont un lien avec un paradis fiscal. 
    • Des mesures sont encore prises dans le tax shelter pour le secteur audiovisuel, les arts de la scène et les jeux vidéo. Les sociétés de production auront douze mois de plus pour effectuer leurs dépenses. 
    • Le texte confirme la circulaire exemptant de TVA les dons de matériel médical aux hôpitaux. 
    • Le précompte professionnel sera enfin allégé pour les travailleurs en chômage temporaire. Il passera de 26,75% à 15% pour les allocations versées jusqu'à la fin de l'année. 
  • La Chambre vote une résolution encadrant l'usage éventuel d'une app' pour smartphone

    La Chambre a approuvé, mercredi en séance plénière, une proposition de résolution qui encadre l'usage éventuel d'une application pour smartphone permettant de tracer les contacts d'une personne contaminée par le Sars-CoV-2. 

    La résolution a été déposée par les écologistes afin d'éviter qu'une technologie de ce type menace la vie privée des citoyens. Elle pose plusieurs principes, dont l'anonymat des données, la mise sur pied d'un système décentralisé et fonctionnant sur une base volontaire, l'interdiction de la commercialisation, la suppression des données dès qu'elles ne sont plus nécessaires ou encore la publicité de l'algorithme et du code source.

  • Fédération Wallonie-Bruxelles: 4 millions d'euros pour les clubs et fédérations sportifs

    Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles va débloquer 4 millions d'euros pour soutenir les clubs et fédérations sportifs touchés par la crise sanitaire, a indiqué mercredi le cabinet de la ministre francophone des Sports Valérie Glatigny.

    Cette somme provient du fonds d'urgence de la Fédération Wallonie-Bruxelles, dont l'objectif est d'éviter la disparition des structures les plus durement impactées et de limiter les pertes d'emploi. Les clubs et fédérations les plus impactés seront donc aidés en priorité.

  • Déjà 24 demandes pour des essais cliniques liés au Covid-19 en Belgique, selon pharma.be

    Quelque 24 demandes d'essais cliniques pour le traitement ou la prévention du Covid-19 ont déjà été déposées en Belgique, a rapporté l'association pharma.be lundi, à l'occasion de la Journée internationale des essais cliniques. En 2019, la Belgique a confirmé sa position de leader dans le domaine des essais cliniques en Europe, avec 526 demandes approuvées, dont 80% ont été initiées par le secteur privé. 

    Un essai clinique évalue l'efficacité d'une nouvelle molécule et constitue donc une étape importante dans le développement d'un nouveau vaccin ou médicament. "Le nombre d'études en 2019 est presque identique à celui de 2018", explique Nathalie Lambot, experte en études cliniques chez pharma.be. "La Belgique s'est continuellement positionnée en tête des pays européens en termes de nombre d'autorisations d'essais cliniques par habitant au cours des cinq dernières années."

  • France: bilan revu à la baisse dans les Ehpad et au total

    Le bilan de l'épidémie de coronavirus a été revu à la baisse mardi, à au moins 28.022 morts, en raison de chiffres révisés à la baisse dans les Ehpad et établissements médico-sociaux, selon la Direction générale de la Santé. Dans ses données au 19 mai sur le site du gouvernement, la DGS indique 10.308 décès dans les Ehpad, contre 10.650 lundi. Interrogée, la DGS a précisé que ce nouveau chiffre "résulte d'ajustements dans la remontée des données en provenance des établissements".

    Le nombre de décès dans les hôpitaux s'élève de son côté à 17.714, soit 125 de plus que lundi.

  • Un accord est "proche" pour un sauvetage de la compagnie Lufthansa, selon Merkel

    Le gouvernement allemand et Lufthansa, maison-mère de Brussels Airlines, sont très proches d'un accord visant à sauver le premier groupe européen de transport aérien, plombé par l'impact du nouveau coronavirus, a annoncé mercredi soir la chancelière Angela Merkel.

    "Une décision est attendue sous peu mais je ne peux pas donner de détails sur les discussions en cours", a déclaré Mme Merkel lors d'une conférence de presse à Berlin à propos de ce plan, qui pourrait aboutir à une nationalisation partielle de la compagnie.

    Selon l'hebdomadaire allemand Der Spiegel et la chaîne d'information allemande en continu n-tv, les partis de la coalition gouvernementale de la chancelière se sont désormais mis d'accord sur le contenu du plan de sauvetage proposé à la compagnie, qui doit à présent encore l'approuver.

    Il est prévu que l'Etat allemand nationalise partiellement le premier groupe européen de transport aérien, actuellement cloué au sol par la pandémie, en prenant une minorité de blocage de 25% du capital plus une action, et en apportant de l'argent frais en plus, dans le cadre d'une aide globale s'élevant à quelque 9 milliards d'euros, selon ces médias. L'Etat disposerait de deux sièges au conseil de surveillance pour avoir son mot à dire.

    Ce plan de sauvetage était l'objet depuis plusieurs semaines d'âpres négociations, y compris au sein du gouvernement, entre les sociaux-démocrates qui tiennent le ministère des Finances et les conservateurs de la chancelière.

    Angela Merkel. ©EPA

  • Tous les aéroports italiens pourront rouvrir à partir du 3 juin

    Tous les aéroports italiens pourront rouvrir à partir du 3 juin, a annoncé mercredi la ministre des Transports et des Infrastructures. "Il sera possible de procéder à la réouverture de tous les aéroports à partir du 3 juin prochain, quand seront de nouveau permis les transferts interrégionaux et internationaux", a expliqué Paola De Micheli devant les députés, alors que la péninsule sort progressivement de deux mois de confinement pour endiguer l'épidémie de coronavirus.

  • La "suédoise" se retrouve pour soutenir une baisse de TVA pour l'Horeca

    Les ex-partenaires de la coalition suédeoise – N-VA, MR, Open Vld et CD&V – ont préparé une proposition de loi qui réduit à 6% la TVA dans l'Horeca pendant la crise du coronavirus. Ils veulent de la sorte donner de l'air à un secteur durement touché, et éviter les faillites et les pertes d'emploi.

    Les établissements du secteur ont dû fermer leurs portes à la mi-mars pour endiguer la progression du virus. Jusqu'à présent, aucune mesure de réouverture n'a été annoncée. Les quatre partis appellent les autres formations à soutenir l'initiative

    ©BELGA

  • Du matériel de protection distribué mercredi dans les établissements de soins bruxellois

    Iriscare, l'organisme bruxellois de protection sociale, a procédé mercredi à une nouvelle distribution de matériel dans les établissements de santé à Bruxelles, a-t-il indiqué dans un communiqué. Ce type de distribution avait débuté fin mars.

    Au nom de la Commission communautaire commune (Cocom) et de la Commission communautaire française (Cocof), Iriscare a déjà distribué 2.632.564 masques chirurgicaux et 75.430 masques FFP2, mais également d'autres types de masques, des gants, du gel pour les mains et des blouses.

  • Air France-KLM sort de sa flotte ses 9 gros porteurs A380

    Air France-KLM a annoncé mercredi "l'arrêt définitif de l'exploitation" de ses neuf gros porteurs A380, initialement prévu pour fin 2022, en raison de l'impact de la crise du coronavirus sur son activité.

    "Cinq des Airbus A380 de la flotte actuelle sont la propriété d'Air France ou en crédit-bail, les quatre autres sont en location d'exploitation."
    Air France-KLM

  • Les bourgmestres de la Côte satisfaits de l'accord sur les résidents secondaires

    Les bourgmestres du littoral se félicitent ce mercredi de la décision du Conseil national de sécurité de permettre aux citoyens de retourner dans leur résidence secondaire, juste avant le week-end de l'Ascension. Les autorités locales se disent toutes prêtes à faire face à l'afflux. L'arrêté ministériel relatif à cette mesure devrait être publié au Moniteur belge ce jour. Les bourgmestres de la Côte avaient déjà demandé la levée de l'interdiction visant les résidents secondaires.

    "Nous avions déjà signalé à deux reprises que nous étions prêts à les recevoir et de préférence dans les meilleurs délais", déclare le bourgmestre d'Ostende, Bart Tommelein (Open Vld).

    Dirk De fauw (CD&V), bourgmestre de Bruges, est également satisfait. "Je tiens à souligner que nous sommes pleinement prêts. Il est certain qu'à Zeebrugge il y a suffisamment d'espace. C'est un bon premier exercice pour l'été." Un point de vue rejoint par le bourgmestre de Middelkerke Jean-Marie Dedecker (LDD).

    Les autorités locales s'attendent à un afflux de résidents secondaires durant le week-end, mais comptent aussi sur leur bon sens. "Je vois que les gens gardent vraiment leurs distances ici, et ils attendent donc des résidents secondaires qu'ils fassent de même", relève le bourgmestre de Bredene, Steve Vandenberghe (sp.a).

  • L'Atomium rouvrira ses portes le 1er juin, selon Vervoort

    L'Atomium, monument emblématique de Bruxelles depuis plus de 60 ans, rouvrira ses portes le 1er juin prochain, a indiqué mercredi le ministre-président régional, Rudi Vervoort, sans confirmer la situation financière délicate dans laquelle se trouverait l'asbl qui en assure l'exploitation.

    "À l'heure actuelle, aucune demande officielle (de soutien à l'asbl Atomium) n'est encore arrivée sur la table du gouvernement" bruxellois, "hormis ce que nous avons appris par voie de presse", a-t-il affirmé en séance plénière du parlement régional en réponse à des questions de plusieurs députés. Ils interrogeaient le gouvernement sur l'impact de la crise du coronavirus sur l'économie de la Région et notamment sur les secteurs de l'horeca et du tourisme.

  • L'aéroport de Charleroi annonce sa réouverture aux voyageurs et la relance de ses activités commerciales le 15 juin

    L'aéroport de Charleroi rouvrira ses portes aux voyageurs et reprendra ses activités commerciales le 15 juin, a-t-il annoncé mercredi. Différentes mesures seront d'application afin de garantir la sécurité du personnel et des usagers.

    Pour faciliter le fonctionnement des différents services, il est recommandé d'effectuer toutes les réservations en ligne, tant pour les billets d'avion que pour le parking. Le port d'une protection bucco-nasale sera obligatoire dans l'enceinte de l'aéroport, tout comme le respect d'une distance de sécurité entre les personnes.

    Une tente de pré-contrôle sera installée avant l'entrée dans le terminal et la température des personnes souhaitant pénétrer au sein du bâtiment sera prise par la Croix-Rouge. Venir chercher quelqu'un à son arrivée sera possible, mais le parking P3 restera fermé dans un premier temps.

  • La Ville de Bruxelles et Beci plaident pour un plan de relance "bien pensé" pour l'horeca

    La Ville de Bruxelles et l'organisation patronale Beci plaident pour un plan de relance "réalisable et bien pensé" en faveur de l'horeca dans la capitale. Le secteur, grand pourvoyeur d'emplois, a été terrassé par la crise du coronavirus.

    Bruxelles compte 2.937 exploitations horeca, pour un total de 8.639 emplois déclarés et un chiffre d'affaire de 633 millions d'euros (544 millions de valeur ajoutée). "La situation est extrêmement grave", souligne le bourgmestre de Bruxelles, Philippe Close. "Des milliers de travailleurs et donc de familles sont menacés d'une grande précarité. Des centaines d'entreprises risquent de faire faillite."

    Finance&invest.brussels a été chargé par le gouvernement bruxellois de soutenir les demandes de crédit de l'ensemble du secteur de l'hôtellerie et de la restauration de plus de 50 équivalents temps plein, ainsi que de leurs fournisseurs touchés par la crise provoquée par le coronavirus. L'objectif est d'aider les entreprises de restauration en manque de capital par des prêts à taux d'intérêt réduit, sans demande de garantie.

    Une initiative saluée par Beci, qui exprime en revanche des doutes sur les taux d'intérêt de 2 à 6% maximum et plaide plutôt pour un taux zéro. "Les hôtels, restaurants et cafés n'ont aucun avantage à contracter des prêts qui les obligeront à présenter, à court terme, des chiffres d'affaires irréalisables. N'oublions pas que les touristes ne feront pas la queue devant leurs portes cet été ! Des prêts de 2 à 6% ne feront qu'augmenter leur endettement", estime le CEO de Beci, Olivier Willocx.

    La Ville de Bruxelles et Beci demandent enfin aux gouvernements "de ne pas ignorer la réalité de terrain". "Un certain nombre de travailleurs de l'horeca n'apparaissent pas dans les chiffres; ils sont aujourd'hui les plus fragilisés. Il faut un plan de relance conçu avec le courage nécessaire pour lutter contre le travail au noir, tout en aidant durablement les hôteliers, restaurateurs et cafetiers", concluent-ils.

  • Jan Jambon: "Le CNS est parvenu à un consensus sur la levée de l'interdiction pour les résidences secondaires"

    Le Conseil national de sécurité (CNS) a trouvé un consensus concernant la levée de l'interdiction de séjour dans les résidences secondaires, a annoncé mercredi le ministre-président flamand Jan Jambon (N-VA). Il y a "unanimité" au sein du CNS pour lever l'interdiction, a-t-il déclaré devant le Parlement flamand ce mercredi, répondant à une question du député N-VA Wilfried Vandaele. 

    Selon le ministre-président flamand, un arrêté ministériel devrait être pris encore ce mercredi en ce sens. Il a également indiqué qu'un accord avait déjà été trouvé plus tôt dans la semaine (le 18 mai) entre les différents gouvernements pour lever l'interdiction. 

    Les propriétaires de résidence secondaire devraient donc pouvoir bientôt retourner dans leur propriété. Jan Jambon n'a par contre pas encore évoqué de date à ce stade. 

  • Brussels Airlines privilégie les "solutions structurelles" aux "mesures temporaires"

    Il est important de rechercher des solutions structurelles et non des mesures temporaires, indique la direction de Brussels Airlines en réaction à la proposition des pilotes de réduire leur salaire jusqu'en 2023 afin de réaliser des économies. "Pour atteindre une rentabilité structurelle et donc une croissance solide, il est nécessaire de réduire les coûts et d'augmenter l'efficacité et la productivité", souligne la compagnie aérienne.

    Brussels Airlines indique prendre "bonne note" de la proposition et apprécier que les négociations puissent commencer. La direction se dit "ouverte à la discussion sur toutes les propositions qui se trouvent sur la table des négociations afin d'assurer la pérennité de la compagnie et de créer à long terme une forte position concurrentielle pour Brussels Airlines". 

  • Anderlecht offre une réduction sur ses abonnements pour la saison prochaine

    Le RSC Anderlecht annonce que les abonnés qui prolongent leur abonnement avant la mi-juillet recevront une réduction de 20%. Le club remboursera également ses abonnés si des matchs sont joués à huis clos.

  • "La Côte n'est pas prête pour un afflux dans les résidences secondaires"

    C'est ce qu'affirme ce mercredi le gouverneur de Flandre occidentale, Carl Decaluwé. Il dit s'attendre à une décision ministérielle sur l'autorisation de se rendre dans sa résidence secondaire ce mercredi et craint donc un afflux massif de personnes au bord de la mer dans la foulée. Carl Decaluwé appelle donc à ne pas venir en masse sur la Côte pendant le week-end de l'Ascension.

    "Si trop de gens viennent, il ne peut pas y avoir assez de distanciation sociale sur la digue", explique-t-il. Le gouverneur nous demande donc de ne pas nous rendre en masse sur la Côte pendant le long week-end de l'Ascension, que l'on annonce ensoleillé. Cependant, il n'y aura pas de contrôles de police supplémentaires vers la Côte. Ceux-ci porteront essentiellement sur les rassemblements et le respect de la distanciation sociale.

  • Pas ou peu de perte de revenus pour trois quarts des sondés

    Près de trois quarts (74%) des personnes sondées en mai par la Banque nationale de Belgique (BNB) dans le cadre de son enquête mensuelle auprès des consommateurs indiquent ne subir aucune perte de revenus ou une perte inférieure à 10%, en raison de la crise du coronavirus.

    Ils sont 13% à parler d'une perte de revenus comprise entre 10 et 30% et 12% à déplorer une perte supérieure à 30%. Ces résultats sont très proches de ceux récoltés en avril.

    Les indépendants sont toutefois plus touchés par les pertes de revenus: ils sont 45% à encourir une perte de revenus excédant 30% et pour plus de la moitié d'entre eux, la perte est même supérieure à 50%.

    Les salariés se trouvent dans une situation moins défavorable puisque 12% d'entre eux perdent au moins 30% de leurs revenus.

    Les plus préservés, au niveau de leurs revenus, sont les pensionnés et les autres catégories de personnes inactives qui bénéficient de revenus "garantis".

    La BNB a également demandé aux ménages de combien de temps ceux-ci disposaient d'un coussin d'épargne pour couvrir les dépenses nécessaires (loyer, achats, etc.) pour assurer leur subsistance. Un ménage sur deux (53%) affirme pouvoir tenir pendant plus de six mois, 16% entre trois et six mois, 20% d'un à trois mois et 11% moins d'un mois. Par rapport à l'enquête d'avril, la proportion des deux groupes de ménages épinglés comme étant les plus vulnérables ou les plus préservés n'a que peu évolué, constate la BNB.

  • Le personnel infirmier est soulagé

    C'était la goutte qui avait fait déborder le vase. Deux arrêtés pris récemment avaient suscité la colère du monde infirmier entraînant plusieurs préavis de grève ainsi qu'une symbolique "haie de déshonneur" lors de la visite de la Première ministre Sophie Wilmès au CHU Saint-Pierre samedi dernier.

    Rappelons que le premier arrêté permet la réquisition de professionnels des soins de santé. L'autre texte autorise des personnes qui n'ont pas de qualification d'infirmier à poser des actes infirmiers

    Mais aujourd'hui, le personnel infirmier est soulagé. Il a été entendu. Ce mercredi matin, suite à une réunion entre les syndicats du personnel soignant, la ministre de la Santé Maggie De Block (Open VLD), la ministre de l'Emploi Nathalie Muylle (CD&V) et le ministre du Budget David Clarinval (MR), il a été décidé de suspendre les arrêtés royaux. Et ce n'est pas tout...

    "Le gouvernement marque son accord pour suspendre les deux arrêtés royaux en question et s’engage à défendre la suppression des deux arrêtés royaux samedi lors de la réunion des 10. D’autre part, il s’engage à entamer une concertation sociale visant à trouver des solutions structurelles pour le personnel de santé. Cela couvre à la fois une augmentation de l’emploi, l’augmentation des conditions de travail et une revalorisation barémique. La ministre De Block proposera prochainement un calendrier de concertation", se réjouit-on du côté de la CNE.

  • Le traitement contre le rhume des foins n'aggrave pas la Covid-19

    "Il n'y a pas de lien entre le traitement des allergies au pollen et la sévérité des cas de Covid-19", a tenu à rassurer le porte-parole interfédéral Covid-19 Yves Van Laethem, mercredi, lors de la présentation du bulletin épidémiologique.

    La saison des pollens est à son pic et certains symptômes peuvent se recouper, mais les personnes allergiques ne doivent pas cesser leur traitement. Car si certains symptômes peuvent être identiques à ceux de Covid-19: le nez qui coule, la gorge qui gratte, les yeux qui piquent, des difficultés à respirer en raison d'un nez bouché, "on n'a pas de fièvre, on n'a pas de douleur musculaire, on n'est pas très profondément fatigué dans les manifestations allergiques", contrairement à une partie significative des personnes contaminées au coronavirus, a rappelé M. Van Laethem.

    "Il faudra changer le masque plus fréquemment, parce qu'il va s'humidifier et sera moins protecteur."
    Yves Van Laethem
    Porte-parole interfédéral de la lutte contre le coronavirus

    De plus, les manifestations allergiques sont directement liées à la quantité de pollen circulant dans l'air: elles sont donc plus fréquentes à l'extérieur qu'à l'intérieur, ce qui n'est pas le cas des symptômes de Covid-19, qui ne font pas de discrimination de lieux. Si certaines personnes souffrant d'allergies ont tout de même un doute, leur médecin traitant reste disponible pour les éclairer.

    En attendant la fin de la saison des pollens, il leur est tout de même conseillé de "garder une protection des voies respiratoires", car les symptômes de toux notamment sont propices à la dispersion du virus en cas de contamination asymptomatique. "Il faudra changer le masque plus fréquemment, parce qu'il va s'humidifier et sera moins protecteur", a précisé M. Van Laethem. Mais il importe surtout de ne pas arrêter le traitement pour son allergie: "il n'y a pas de lien entre ce traitement et la sévérité des cas de Covid-19", a-t-il conclu.

  • La Commission exhorte la Belgique à remédier à sa pénurie de professionnels de la santé

    La pandémie de Covid-19 "a montré que la Belgique faisait face à une pénurie structurelle de professionnels de la santé à laquelle il faut remédier", pointe du doigt la Commission européenne dans ses recommandations par pays publiées mercredi. "Le système de santé belge est performant en matière de soins intensifs dans les hôpitaux", reconnaît l'exécutif européen. "Toutefois, la pandémie de Covid-19 a mis en évidence un certain nombre de lacunes affectant la résilience du système de santé lorsqu'il est confronté à une crise grave de santé publique", expose-t-elle.

    La pandémie a montré que la Belgique faisait face à une pénurie structurelle de professionnels de la santé à laquelle il faut remédier.
    La Commission européenne

    L'exécutif européen note aussi la nécessité "essentielle" de garantir un approvisionnement suffisant en produits médicaux critiques, y compris en équipements de protection, en particulier pour les professionnels de la santé et les travailleurs exerçant d'autres fonctions exposées. À ses yeux, un élément important de la stratégie de santé publique sera "la mise en œuvre sans accroc" de l'accord de la conférence interministérielle Santé publique visant à mettre du personnel hospitalier et des infrastructures hospitalières (qui relèvent de la compétence fédérale) à la disposition d'établissements de soins de longue durée (qui relèvent de la compétence communautaire), comme les maisons de repos et de soins. La Commission relève régulièrement la nécessité d'une meilleure coopération entre divers niveaux de pouvoir en Belgique. 

    Depuis plusieurs années, les "blouses blanches" dénoncent leurs conditions de travail et une dégradation des conditions de soins. Le week-end dernier, une partie du personnel du CHU Saint-Pierre a symboliquement tourné le dos à la Première ministre Sophie Wilmès pour dénoncer les coupes budgétaires dans les soins de santé. La ministre de la Santé Maggie De Block est également tenue pour responsable de cette situation. Elle rencontre d'ailleurs les syndicats du personnel soignant ce mercredi, tandis qu'un comité interministériel Santé publique se tient également ce jour.

  • L'université de Cambridge donnera tous ses cours en ligne l'an prochain

    L'université de Cambridge va donner tous ses cours en ligne jusqu'à la fin de la prochaine année universitaire, à l'été 2021, en raison de la pandémie de coronavirus, a annoncé un porte-parole. "L'université s'adapte constamment aux recommandations qui évoluent", a déclaré un porte-parole, "étant donné que la distanciation sociale continuera à être nécessaire, l'université a décidé qu'il n'y aurait plus de cours en face-à-face lors de la prochaine année universitaire".

    En raison de la pandémie, tous les enseignements de l'université, qui compte environ 20.000 étudiants, se font en ligne depuis le mois de mars. Il en va de même pour les examens. Il sera toutefois possible que certains cours se fassent physiquement en "petits groupes", à condition que les mesures de distanciation puissent être mise en place, a précisé le porte-parole.

  • La Commission recommande de ne pas ouvrir de procédures pour déficit excessif

    La Commission européenne a recommandé au Conseil de ne pas ouvrir de nouvelles procédures pour déficit excessif contre les États membres en raison des circonstances exceptionnelles de la crise de coronavirus, alors que six pays – dont la Belgique – étaient particulièrement sous surveillance pour leur dette publique.

    Même si les règles de discipline budgétaire (un déficit public à moins de 3% du PIB et une dette publique à moins de 60%, ou suffisamment en baisse) ont été suspendues en mars de manière inédite en raison de la crise, la Commission est tenue de préparer des rapports pour les États membres qui prévoient eux-mêmes – pour des raisons liées au coronavirus – de dépasser les 3% en 2020. Pour la France, la Belgique, Chypre, la Grèce, l'Italie et l'Espagne, ces rapports évaluent également le respect du critère de la dette en 2019, sur la base de données Eurostat. Mais ils prennent déjà en compte l'impact négatif de la pandémie de coronavirus sur les finances publiques nationales. 

  • "On est dans le bon"

    "Rien n'indique une reprise de l'épidémie suite aux mesures de déconfinement", a commenté Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral Covid-19. Ajoutant cependant un bémol: "Mais il est encore trop tôt pour tirer des conclusions et il faudra encore certainement attendre 8 à 10 jours" pour évaluer plus finement les effets du déconfinement sur les différentes courbes (nombre de cas, hospitalisations, décès, mais aussi absentéisme au travail). Mais actuellement, "on est dans le bon", a ajouté Yves Van Laethem.

  • Le bilan sanitaire des dernières 24h

    Le Centre de crise a fait le point sur la situation de l'épidémie. La tendance reste positive.

    • 192 nouveaux cas ont été rapportés. 117 patients résident en Flandre, 57 en Wallonie et 18 à Bruxelles. Le nombre total de cas confirmés s’élève à 55.983.
    • 58 nouvelles hospitalisations ont été enregistrées au cours des dernières 24h. Au total, 1.527 patients sont actuellement hospitalisés (-102).

    • Au total, 313 patients se trouvent en soins intensifs, soit une diminution de 32 patients au cours des 24 dernières heures. 
    • 14.847 patients sont sortis de l’hôpital et ont été déclarés guéris depuis le 15 mars, soit une augmentation de 160 au cours des 24 dernières heures.
    • 42 décès ont été recensés ces dernières 24h (20 à l’hôpital, 20 dans une maison de repos et de soins), pour un total de 9.150 décès.

  • Revoir la conférence de presse du Centre de crise

    Coronavirus (Covid-19): conférence de presse Update du 20/05/2020

  • Lockheed tente d'atténuer les effets de la pandémie sur les livraisons de F-35

    Le groupe américain de défense Lockheed Martin, qui construit notamment l'avion de combat furtif F-35, a annoncé mercredi avoir pris des "mesures proactives" pour atténuer les impacts liés au Covid-19 sur la production de ces appareils, dont il devait initialement livrer 141 exemplaires cette année, un objectif désormais difficile à atteindre, selon le site spécialisé Defence News.

    Les employés chargés de la production des F-35 dans l'immense usine de Lockheed Martin à Fort Worth, au Texas, dans le sud des États-Unis, "adapteront temporairement leurs horaires pour maintenir la livraison des avions afin de continuer à respecter ses engagements envers les clients", a précisé l'avionneur dans un communiqué. Lockheed Martin (LM) et le syndicat des machinistes IAM (International Association of Machinists and Aerospace Workers ou Association internationale des machinistes et des travailleurs de l'aérospatiale) ont convenu mardi d'un horaire de travail temporaire adapté pour les employés de la chaîne de production de F-35 à Fort Worth "afin de maintenir intactes leurs compétences spécialisées", a ajouté LM.

    Selon Defence News, les retards enregistrés par les fournisseurs sous-traitants – chaque F-35 est composé de quelque 300.000 pièces différentes construites dans une douzaine de pays – affectés par la pandémie de coronavirus devraient résulter dans une réduction de la production cette année de 18 à 24 avions sur les 141 prévus.

  • Joachim Coens plaide pour une "fiscalité équitable" incluant les géants du web

    Le président du CD&V Joachim Coens souhaiterait que les géants de l'internet contribuent davantage sur le plan fiscal, dans notre pays. Du fait que ces entreprises basées à l'étranger ne payent aujourd'hui que peu ou pas d'impôts sur leurs bénéfices réalisés en Belgique, une concurrence déloyale se crée au bénéfice de l'e-commerce, par rapport aux sociétés locales et durables, estiment les chrétiens-démocrates flamands. Les achats en ligne sont populaires depuis un certain temps déjà, et ont encore connu une augmentation avec le confinement lié à la crise du coronavirus. 

    "Nos sociétés locales ont raison d'être inquiètes", estime mercredi Joachim Coens, ancien administrateur délégué de la société gérant le port de Zeebruges. "Il y a une forme de concurrence inéquitable, qui doit être rééquilibrée." Le problème des géants du digital n'est pas neuf et pose régulièrement question: leurs revenus sont imposés dans les pays où ils ont des bureaux, alors même qu'ils réalisent des bénéfices dans bien d'autres pays où ils sont actifs sans y être implantés physiquement. 

    Le président du CD&V indique ne pas plaider pour "davantage d'impôts" mais pour "des impôts justes". On peut s'y attaquer à différents niveaux, estime-t-il. "La Belgique peut très bien définir un cadre, tout en continuant à insister au niveau européen en vue d'une solution."

  • Les pilotes de Brussels Airlines proposent une réduction de salaire temporaire de 45%

    Les travailleurs de Brussels Airlines veulent éviter les licenciements et sauver l'entreprise. Ils sont donc prêts à des réductions de temps de travail et de salaires temporaires, ont-ils fait savoir.

  • Rolls-Royce supprime 9.000 postes

    Le fabricant de moteurs d'avion Rolls-Royce annonce la suppression "d'au moins" 9.000 postes à cause de l'effondrement du trafic aérien provoqué par la pandémie de coronavirus. Dans un communiqué, le groupe justifie sa décision en déclarant qu'il devient "de plus en plus clair qu'il faudra plusieurs années pour que le marché de l'aéronautique commercial retrouve ses niveaux d'il y a quelques mois"

  • Soins de santé: le MR ne soutient plus les arrêtés contestés

    La Première ministre Sophie Wilmès et son parti, le MR, sont favorables au retrait des deux arrêtés royaux qui ont poussé plusieurs syndicats à déposer ces derniers jours des préavis de grève dans le secteur des soins de santé. Le président du parti, Georges-Louis Bouchez, l'a annoncé sur Bel RTL. Les deux textes contestés concernent la réquisition de personnel et la possibilité de confier des actes infirmiers à du personnel non infirmier. Ils ont entraîné la grogne du personnel des soins de santé, déjà mis sous pression dans le cadre de la pandémie de Covid-19. 

    "Il y a eu un problème de timing", analyse Georges-Louis Bouchez au micro de Bel RTL. Ces arrêtés "auraient dû, s'ils étaient nécessaires, être publiés au début de la pandémie. La publication tardive a été très mal ressentie". Les libéraux francophones veulent donner le signal que le personnel soignant est écouté, lui qui a manifesté son mécontentement de manière très visuelle en accueillant la Première ministre libérale le dos tourné, samedi dernier à l'hôpital Saint-Pierre à Bruxelles.

    Mais Georges-Louis Bouchez affirme qu'il ne s'agit pas d'un désaveu de la politique de la ministre de la Santé publique Maggie De Block, libérale elle aussi. Cette dernière doit justement rencontrer les syndicats mécontents mercredi à 8h30. Une conférence interministérielle aura lieu en fin de journée, avant un comité ministériel restreint vendredi et le "kern élargi" de samedi. Les Verts, impliqués dans ce "kern élargi", avaient déjà fait savoir qu'ils souhaitent le retrait des deux textes, de même que le PS et le cdH. Le PTB, qui lui n'en fait pas partie, le souhaite également. 

  • PS et sp.a à la manoeuvre: "Presque un petit coup d'État!", estime Bouchez

    "Presque un petit coup d'État!": c'est en ces mots que le président du MR Georges-Louis Bouchez accuse mercredi la famille socialiste de contourner, entre autres, le Roi, en ayant décidé de consulter les autres chefs de partis en vue de parler de l'après-pouvoirs spéciaux. Celui qui avait affirmé mardi que "si Paul Magnette et Conner Rousseau veulent prendre un peu l'air après le confinement et faire une synthèse des positions des uns et des autres, tant mieux", prend tout à coup un ton plus revendicatif mercredi dans des entretiens au Soir et au Morgen.

    "Je veux bien leur parler, mais si on me dit: c'est eux qui ont le leadership et qui tiennent la plume pour négocier, ça, ce n'est pas la pratique". Il souhaite "dénoncer" une initiative PS-sp.a "prise sans le Roi et sans prendre les premiers partis des deux Communautés", donc sans la N-VA à la base des négociations. 

    "Si on rentre dans le vif du sujet, la seule façon de faire, c'est de partir des premiers partis, à cinq, voire plus, qu'on dépose le plan de relance à la Chambre et que les partis qui le votent entrent au gouvernement."
    G-L Bouchez
    président du MR

    Le Montois répète en effet que, pour lui, un plan de relance est à négocier, lequel devra être au cœur de l'accord de gouvernement de l'après-pouvoirs spéciaux. C'est à cinq partis que cela devrait se faire, expose-t-il: "les trois premiers partis flamands démocratiques, N-VA, CD&V, VLD, et au moins les deux premiers francophones, PS et MR". "Si certains veulent en amener d'autres, le SP.A, les écologistes, etc. je n'ai pas de problème avec ça. Mais est-ce qu'on arrivera à un accord à dix? Je ne le pense pas", ajoute celui qui affirme que "le 16 n'est pas la propriété du MR". Si cela n'aboutit pas d'ici la fin juin, retour à la case "Roi", propose le président du MR. 

  • Le Brésil dépasse les 1.000 morts par jour

    Le Brésil a dépassé pour la première fois le cap des 1.000 morts du coronavirus en une journée, avec 1.179 décès au cours des dernières 24 heures, a annoncé le ministère de la Santé du pays. Cette forte progression a porté le total des morts à 17.971 au Brésil, qui déplore plus de la moitié des 30.000 décès d'Amérique latine et des Caraïbes. Ce pays de 210 millions d'habitants, qui a détecté 271.628 cas de Covid-19, avait jusque-là enregistré un maximum de 881 morts en 24 heures, le 12 mai dernier. Si la tendance se confirmait au cours des prochains jours, le Brésil connaîtrait une phase d'accélération de la pandémie dont le pic n'est prévu par les experts que pour début juin.

  • Plus de 1.500 morts aux États-Unis en 24 heures

    Les États-Unis ont enregistré 1.536 morts liées au coronavirus au cours des dernières 24 heures, selon le comptage de l'université Johns Hopkins. Cela porte à 91.845 au total le nombre de décès observés dans le pays, de loin le plus endeuillé au monde en valeur absolue où plus d'1,5 million de cas ont également été recensés depuis le début de la pandémie de Covid-19. Les États-Unis avaient relevé leur bilan quotidien le plus bas de ces dernières semaines avec 759 morts supplémentaires entre dimanche et lundi, mais les chiffres de l'institut de référence Johns Hopkins, actualisés en continu en fonction des données transmises par les autorités sanitaires locales du pays, semblent mécaniquement baisser au cours du week-end.

  • La CSC relance l'idée d'un impôt sur la fortune

    Dans un message vidéo, le président de la CSC Marc Leemans lance un ensemble de mesures afin de faire face au "gigantesque choc" des 180.000 personnes menacées de perdre leur emploi à cause de la crise. La CSC avance notamment une redistribution de la main-d'oeuvre disponible grâce à une réduction collective des heures de travail. Le syndicat réclame également des allocations de chômage plus élevées pour les personnes licenciées ainsi qu'un assouplissement des règles du RCC en faveur des travailleurs plus âgés.

    "Je ne me fais aucune illusion. Comme lors de chaque restructuration et faillite, les travailleurs les plus âgés seront les premiers concernés. Leurs chances de trouver un nouvel emploi dans ce contexte sont malheureusement très faibles."
    Marc Leemans
    président de la CSC

    Le syndicat insiste encore sur la nécessité d'une fiscalité équitable et relance sa demande d'un impôt sur la fortune de 1% sur les patrimoines supérieurs à un million d'euros.

    Marc Leemans appelle à un impôt sur la fortune

  • Une plateforme réunit déjà 248 recherches liées au Covid-19

    Un catalogue unique rassemblant tous les travaux du FNRS, des universités, hautes écoles et entreprises sur la pandémie est désormais en ligne : il compte déjà 248 recherches, rapporte La Libre. Le secteur de la recherche s'est mobilisé, à la fois dans les établissements d'enseignement supérieur, dans les hôpitaux universitaires et dans les entreprises pour combattre la propagation du virus et ses impacts sur les malades mais aussi sur la société dans sa globalité. 

    L'inventaire de toutes les initiatives vient d'être mis en ligne. Le FNRS s'est chargé de la collecte, à l'initiative de l'Académie royale de médecine et de l'Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts. Résultat: pas moins de 248 contributions sont reprises sur le site www.covid19-wb.be

    "Ce que nous avons pu rassembler en une dizaine de jours montre et démontre le dynamisme et la diversité de notre recherche fondamentale et appliquée, particulièrement dans une période d'urgence."
    Véronique Halloin
    Secrétaire générale du FNRS

    La plus grande partie de ces projets émane du FNRS, des universités et des hautes écoles, mais une trentaine proviennent également d'entreprises. La liste des contributions devrait s'allonger, alors que la plateforme est conçue dans une perspective d'amélioration constante. Certaines recherches ont fait l'objet de publications, d'autres sont en cours. L'ensemble des travaux lancés en seulement deux mois (dont plusieurs projets en collaboration avec des acteurs flamands et/ou européens) sont classés en neuf chapitres qui balaient tous les secteurs. 

  • Début d'un essai clinique en Belgique d'un médicament anti-Covid

    Un essai clinique est lancé mercredi en Belgique pour un médicament dont les effets pourraient être positifs pour les patients en insuffisance respiratoire, un des symptômes de la maladie, rapporte Le Soir. La biotech française Biophytis, qui le produit, vient en effet de recevoir le feu vert de l'Agence fédérale pour les médicaments et produits de santé (AFMPS) pour pouvoir le tester en Belgique. 

    Ce candidat médicament est le Sarconeos, une molécule encore au stade d'étude (en phase 2 d'essais cliniques) pour le traitement de maladies neuro-musculaires. L'hôpital universitaire de Malines ouvrira le bal de cet essai clinique baptisé Cova, mais devrait être suivi sous peu par d'autres institutions de soin en Belgique.

    L'étude se déroulera en deux phases: les effets thérapeutiques seront mesurés d'abord sur une cinquantaine de patients atteints du Covid qui ont développé des symptômes respiratoires sévères, tandis que, dans un deuxième temps, un panel plus large (180 patients) sera examiné en fonction des résultats. La France, le Royaume-Uni et les États-Unis devraient fermer la marche avec un nombre plus important de patients. 

  • Ce qu'il faut retenir de la journée de mardi

    Le bilan sanitaire du jour: le lundi 18 mai, 232 nouveaux cas ont été rapportés. 50 nouvelles hospitalisations ont été enregistrées au cours des dernières 24 heures. Au total, 345 patients se trouvent en soins intensifs, soit une augmentation de 3 patients au cours des dernières 24 heures. 9.108 décès au total ont été rapportés, soit une augmentation de 29 décès par rapport au bilan de la veille. 

    ► L'été n'arrêtera pas l'épidémie. Des études statistiques, conduites ces derniers mois, malgré le peu de recul sur le nouveau coronavirus, ont établi une légère corrélation entre le climat et l'épidémie: plus il fait chaud et humide, moins le virus se propagerait. Mais ces calculs restent préliminaires et on ignore fondamentalement le lien biologique entre le climat et Sars-Cov-2, le virus qui cause le Covid-19. Les modèles, publiés lundi par des chercheurs de l'université de Princeton dans la revue Science, ne contredisent pas la corrélation, mais la considèrent négligeable pour l'instant.

    ► Dans L'Echo de ce mardi, le président du PS Paul Magnette a appellé à un plan de relance rapide de l'économie. Son interview est à lire ici.

    ► Grosse réforme fiscale, globalisation de tous les chèques en une formule unique pour consommer local... Le MR a, comme le PS, travaillé à un plan de relance post-Covid-19.

    ► Si davantage de personnes pouvaient être testées pour le coronavirus, les patients contaminés seraient peut être plus enclins à fournir les noms des personnes avec qui ils ont été en contact, estime le virologue Emmanuel André dans De Morgen et De Standaard. Il plaide pour un élargissement des critères de test.

    Accès aux résidences secondaires: verdict d'ici quelques jours! Quatre propriétaires ont saisi le Conseil d’État ce 19 mai pour obtenir la suspension de l’interdiction de se rendre dans leur seconde résidence. Sophie Wilmès pourrait, du coup, donner le feu vert "dans les prochains jours".

    ► Le produit intérieur brut (PIB) de la Belgique risque de chuter de 7,81% à 11,22% en 2020, en fonction du scénario de reprise qui se confirmera, selon des estimations réalisées par l'économiste Eric Dor, directeur des études économiques à l'IESEG School of Management, en France.

     Ecolo propose un crédit d'impôt pour compenser à moitié les loyers commerciaux non payés. 

    Le marché automobile européen chute de 76,3% en avril. 

    ► La Centrale générale des syndicats libéraux de Belgique (CGSLB) a déposé un préavis de grève à durée indéterminée dans le secteur de la santé. Le syndicat libéral réclame d'urgence un plan global prévoyant des investissements structurels. Le syndicat dénonce l'absence de concertation avec les représentants syndicaux. 

    La surmortalité engendrée par l'épidémie de coronavirus a été plus importante en Région de Bruxelles-Capitale, indique mardi la VUB (Vrije Universiteit Brussel) sur la base des chiffres de l'office de statistiques Statbel.

    ► En Chine des chercheurs affirment avoir déjà mis au point un traitement à même d'arrêter l'épidémie. Un médicament en phase de test à la prestigieuse Université de Pékin ("Beida") permettrait non seulement d'accélérer la guérison des malades, mais aussi d'immuniser temporairement contre le Covid-19.

  • Bonjour et bienvenue dans ce direct

    Ce vendredi, Camille Berkenbaum et Salim Nesba se relaient pour suivre les derniers développements liés à la crise du coronavirus.

    Merci de nous suivre et bonne journée.

    (pour retrouver le live de ces deux derniers jours, rendez-vous ici)

    Les grandes dates du déconfinement :

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés