PME et indépendants sont les plus touchés par la crise

40% des entreprises interrogées évoquent une chute drastique de leurs ventes (plus de 75%). ©Photo News

Une large enquête menée les 30 et 31 mars indique que la baisse des ventes est d'un tiers en moyenne en Belgique, mais qu'elle est plus prononcée chez les petites entreprises et les indépendants.

Dans la crise économique que traversent les entreprises belges, ce sont les PME et les indépendants qui sont les plus touchés. C'est ce qu'il ressort d'une étude menée en début de semaine (lundi 30 et mardi 31 mars) par une série des fédérations d'entreprises et d'indépendants des trois Régions du pays (Beci, UWE, Voka, Unizo) auprès d'un large échantillon (4.725) de firmes privées. La Banque nationale (BNB) et la Fédération des entreprises de Belgique ont coordonné l'enquête: bref, tout le monde économique s'y est mis.

"Plus de la moitié des indépendants et des entreprises occupant moins de dix employés rapportent une chute de plus de 50% de leurs ventes", rapporte vendredi l'Economic risk management group (ERMG). Cette task force regroupant les forces vices économiques, sous la présidence de Pierre Wunsch, gouverneur de la BNB et Piet Vanthemsche, est chargée de mesurer l'impact de la crise du coronavirus sur l'économie belge et de proposer au gouvernement des mesures pour la combattre.

-93%
La chute du chiffre d'affaires dans l'horeca
Sans surprise, le secteur de l’horeca est le plus touché, avec des ventes réduites à presque rien: -93%.

"Les plus grandes entreprises, qui sont majoritairement actives dans les secteurs reconnus comme étant essentiels, voient, elles aussi, leurs ventes diminuer en moyenne, mais dans une moindre mesure." 

En tenant compte de la taille des différentes entreprises interrogées, cela correspond à une réduction des ventes totales d'environ un tiers, explique encore le groupe. L’ampleur de la contraction est "à peu près identique dans les trois régions", précise-t-il encore: -35% en Flandre, -30% en Wallonie et -31% à Bruxelles.

A noter aussi, "tous les secteurs sont négativement affectés par la crise du coronavirus", à des degrés divers toutefois. "Ainsi, le secteur de l’énergie fait part d’une baisse du chiffre d’affaires d’approximativement 5%. À l’opposé, les trois secteurs les plus touchés sont l’horeca, le secteur des arts, spectacles et activités récréatives et le commerce", avec des chutes moyennes de respectivement, 93, 74 et 59%.

Le chômage temporaire va encore augmenter

Dans ces trois secteur sinistrés, "la majorité des entreprises déclarent avoir recours au chômage temporaire pour une grande partie de leurs employés". La moitié des entreprises y a déjà recours et 13% prévoient d’effectuer les démarches en ce sens dans le mois à venir.

"Par ailleurs, une entreprise sur deux évoque des problèmes de liquidité tels qu’un accès au crédit insuffisant ou des factures impayées, mais moins d’une entreprise sur dix considère qu’une faillite est, soit probable, soit très probable", situe encore le rapport.

Lire également

Publicité
Publicité