Publicité

Pour réduire la mortalité, des médecins intubent les malades plus tard

©REUTERS

Depuis quelques semaines, de l'Italie aux États-Unis, un débat monte parmi les médecins traitant les malades du Covid-19: quand faut-il les placer sous respirateur artificiel?

Les remontées sont parcellaires et les études manquent encore en plein milieu de la pandémie, sans grand recul. Il est impossible de savoir si les personnes mortes sous respirateurs auraient survécu autrement. Mais de nombreux médecins ont constaté que l'état de malades du Covid-19 semblait se dégrader rapidement après l'intubation, ce qui conduit depuis quelques semaines plusieurs hôpitaux américains à un exercice délicat pour retarder le recours aux respirateurs.

80%
.
En Italie, au Royaume-Uni ou aux États-Unis, une grande majorité (80%) des patients placés en soins intensifs et sous respirateurs artificiels sont morts.

En Italie, au Royaume-Uni ou aux États-Unis, une grande majorité (80%) des patients placés en soins intensifs et sous respirateurs artificiels sont morts, souvent après une ou deux semaines en réanimation, des durées longues qui affaiblissent le corps, car les patients sont presque tous placés en coma artificiel et perdent des muscles.

Au début de l'épidémie, les patients à bout de souffle étaient traités selon un protocole bien rodé et établi pour le syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA). Ce syndrome, qui fait que les poumons n'arrivent plus à prendre suffisamment d'oxygène pour bien alimenter les organes, peut être provoqué par une infection (pneumonie) ou un accident.

La pratique, pour ces patients en détresse respiratoire, est d'intuber relativement tôt. C'est comme cela que les malades graves du coronavirus étaient traités. Jusqu'à ce que des médecins s'aperçoivent que le Covid-19 n'était pas tout à fait identique à la détresse respiratoire "habituelle", en tout cas pour une partie d'entre eux. Les poumons ne sont pas abîmés de la même façon (ils seraient moins "rigides").

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité