Près d'un demi-milliard d'euros de rentrées en moins pour l'État

©Shutterstock

Plusieurs entreprises au sein desquelles l'État dispose d'une participation ont annoncé cette semaine passer leur dividende final. Le manque à gagner pour le Trésor public approchera au moins les 500 millions d'euros.

Le couperet est tombé dans la soirée de jeudi. Tout le monde s'attendait à ce que le conseil d'administration de Belfius, détenue à 100% par l'État via la Société fédérale des participations et d'investissement (SFPI), renonce à verser les 161 millions d'euros de dividendes qui devaient lui revenir pour l'année 2019. 

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

La question était plus sensible chez BNP Paribas. Le groupe français avait l'intention d'aspirer quelque 90% du bénéfice de BNP Paribas Fortis, soit 1,9 milliard d'euros, afin de gonfler l'enveloppe qui aurait dû servir à récompenser ses actionnaires. Un pactole de 3,9 milliards d'euros, dont l'État belge, en tant que premier actionnaire (7,7% des parts via la SFPI) de la plus grosse banque de la zone euro, devait recevoir quelque 300 millions.

La banque belge, filiale à 100% de BNP Paribas, a finalement abandonné l'idée de faire remonter cet argent vers Paris, tandis que la maison mère a également jugé opportun de ne pas rétribuer ses partenaires pour l'instant.

Les établissements de crédit de tout le continent sont actuellement encouragés à conserver un maximum de liquidités afin de relancer l'économie et de se parer face aux futurs défauts de paiement.

Dividende maintenu chez Proximus, pas chez bpost

Pas de changement par contre chez Proximus. Le CEO Guillaume Boutin a effectivement annoncé que le dividende minimum pour les années 2020, 2021 et 2022 est revu à la baisse, mais cette décision n'affecte pas l'exercice 2019. Sauf changement, l'État, qui dispose de 53,51% des parts de l'opérateur de télécommunication, empochera au total 271 millions d'euros.

271
millions d'euros
Proximus versera bien un dividende de 271 millions d'euros à l'Etat pour l'année 2019.

Bpost a par contre décidé de passer le dividende final. L'opérateur postal, qui avait déjà versé 0,62 euro par action, abandonne le solde de 0,11 euro qui devait être versé à titre définitif pour 2019. Cela représente un manque à gagner de 11,2 millions d'euros pour l'État.

L'État est encore présent dans une nonantaine de sociétés via la SFPI. À l'issue de ses résultats 2018, la compagnie d'investissement avait versé un dividende de 37 millions au Fédéral en 2019. Un résultat tiré vers le haut par plusieurs éléments exceptionnels. Entre 2013 et 2016, le dividende s'était élevé à 20 millions d'euros.

D'autres cas doivent encore être réglés. Ethias, par exemple, la propriété à 31,66% du Fédéral, était supposé encaisser quelque 30 millions d'euros de dividendes cette année, mais au vu de la ligne de conduite du gouvernement et de la demande du régulateur européen, l'EIOPA, il est probable que l'assureur conserve également cette somme pour renforcer ses capitaux.

 

Lire également

Publicité
Publicité