1. Dossiers
  2. Coronavirus
live

Près de 100.000 PV Covid-19 enregistrés en Belgique en deux mois de confinement

La police fédérale a rapporté que 98.489 procès-verbaux (PV) en lien avec la crise Covid-19 ont été enregistrés ce jeudi depuis le 14 mars. Le Collège des procureurs généraux fait lui état de 59.155 dossiers relatifs aux infractions coronavirus enregistrés le jeudi 14 mai.
  • Ce qu'il faut retenir de la journée

    • La police fédérale a rapporté que 98.489 procès-verbaux (PV) en lien avec la crise Covid-19 ont été enregistrés ce jeudi depuis le 14 mars. Le Collège des procureurs généraux fait lui état de 59.155 dossiers relatifs aux infractions coronavirus enregistrés le jeudi 14 mai dans les bases de données des parquets correctionnels/auditorats du travail ainsi qu'auprès des parquets de la jeunesse.
    • Bilan sanitaire en Belgique: 67 nouvelles hospitalisations ont été enregistrées au cours des dernières 24h. Au total, 1.862 patients sont actuellement hospitalisés. 8.959 décès au total ont été rapportés, soit une augmentation de 56 décès au cours des dernières 24h.
    • La France a enregistré 104 nouveaux décès en 24 heures dus à l'épidémie de coronavirus, mais le nombre de patients en réanimation continue de baisser.
    • Le premier million de masques de protection en tissu commandés par le ministère de la Défense afin d'offrir à la population une protection contre la propagation du coronavirus n'arrivera que ce week-end, soit avec un à deux jours de retard par rapport au calendrier annoncé mercredi, a indiqué le ministre de la Défense, Philippe Goffin.
    • Comme celles de Schaerbeek, les écoles communales de Saint-Josse et de Watermael-Boitsfort ne rouvriront pas leurs portes ce lundi. >>Les détails ici
    • L'Atomium se dirige vers un déficit d'au moins 3 millions d'euros pour l'exercice 2020. En février, le conseil d'administration validait pourtant un bénéfice de 800.000 euros, qui devaient surtout servir à entretenir le bâtiment. La différence "pourrait être fatale à l'un des emblèmes de la Belgique", s'alarme l'ASBL Atomium, qui demande le soutien des autorités.
    • La Fédération des entreprises de Belgique (FEB) demande au gouvernement fédéral de prolonger, jusqu'à la fin de l'année, l'actuel système de chômage temporaire pour cause de force majeure pour motif "coronavirus".
    • Le Grand Prix de Belgique de Formule 1 pourra se tenir à huis clos le 30 août sur le circuit de Spa-Francorchamps, malgré l'interdiction des événements de masse jusqu'au 31 août.
  • Le déconfinement des cours et tribunaux s'annonce une tâche ardue

    Les cours et tribunaux belges reprendront eux aussi leur travail normal à partir de lundi, après deux mois de mesures de quarantaine. Cette sortie de crise sera cependant une tâche difficile, étant donné la nature des activités dans nos palais qui, lorsqu'ils fonctionnent normalement, rassemblent parfois de nombreuses personnes dans un espace limité, signale le Collège des cours et tribunaux.

    Dans de nombreux endroits, les moyens de sécurité font en outre encore défaut et, malgré les efforts du personnel judiciaire, un retard considérable est apparu. La crise a révélé de nombreuses lacunes dans le fonctionnement du système judiciaire, déplore le Collège. "Grâce au dévouement des magistrats et du personnel des tribunaux, la justice a pu être garantie partout où cela était possible, grâce aussi à la créativité et à l'audace nécessaires au niveau local", commente Fabienne Bayard, présidente du Collège.

    "De ce fait, de nombreuses affaires ont encore pu être traitées et de nombreuses audiences être maintenues." Toutefois, de nombreuses autres n'ont pas pu être traitées non plus, ce qui a entraîné d'importants retards. Le Collège demande donc que des audiences supplémentaires soient organisées, également en juillet et en août. En attendant, les tribunaux et les cours reprendront leur travail lundi et ce sera un exercice difficile, selon la présidente.

  • L'UE a contribué au rapatriement de plus de 580.000 de ses ressortissants bloqués

    L'Union européenne et ses 27 Etats-membres ont rapatrié en deux mois plus d'un demi-million de ressortissants bloqués à l'étranger et souhaitant rentrer au pays en raison de la pandémie de Covid-19, a annoncé le président du Conseil européen Charles Michel, parlant d'un "défi sans précédent". L'UE a mis sur pied le 17 mars une "task force" de coordination consulaire chargée d'oeuvrer au rapatriement des citoyens européens se trouvant dans le monde entier.

    "Aujourd'hui, je tiens à féliciter la task force et ses membres pour une réalisation extrêmement efficace et professionnelle. Votre vision claire de la mission à accomplir, une planification méticuleuse et des efforts inlassables 24 heures sur 24 dans des conditions de travail exceptionnelles ont permis à plus de 580.000 citoyens de l'UE rentrer chez eux en toute sécurité en Europe", a déclaré Michel dans un communiqué. "Le défi auquel était confrontée la task force était sans précédent: atteindre plus de 625.000 citoyens de l'UE bloqués dans le monde et les ramener chez eux - dans des circonstances très difficiles en raison des restrictions de voyage dans le monde et de la rareté des transports aériens et terrestres dans le contexte de la crise sanitaire mondiale causée par le Covid-19", a-t-il ajouté.

  • Amazon "travaille à une réouverture progressive à partir du 19 mai" en France

    Amazon "travaille à une réouverture progressive à partir du 19 mai" en France, a indiqué la direction du géant américain du commerce en ligne ce vendredi après l'annonce par les syndicats d'un accord "sur les conditions de reprise de l'activité".

    "Les organisations syndicales CFDT, CGT, FO et SUD et la direction d'Amazon viennent de s'accorder sur les conditions de reprise de l'activité des six entrepôts implantés sur notre territoire, à partir du 19 mai", indiquent les syndicats dans un communiqué. Les six entrepôts d'Amazon en France sont fermés depuis le 16 avril, après un jugement enjoignant à l'entreprise de procéder à une évaluation des risques.

  • 104 nouveaux décès en France, plus de 27.500 au total

    La France a enregistré 104 nouveaux décès en 24 heures dus à l'épidémie de coronavirus, mais le nombre de patients en réanimation continue de baisser.

      Le Covid-19 a fait au moins 27.529 morts depuis le 1er mars, mais la pression sur les services de réanimation continue de se réduire, avec 2.203 cas graves et un solde négatif de 96 malades par rapport à jeudi.

  • Les syndicats se posent de nombreuses questions sur le plan de restructuration

    Les syndicats au sein de la compagnie Brussels Airlines ont remis à la direction une centaine de questions sur le plan de restructuration annoncé mardi. Un nouveau conseil d'entreprise est prévu lundi. Les syndicats n'ont pas l'intention de se laisser enfermer dans un calendrier trop serré. La direction de Brussels Airlines a annoncé mardi un plan de restructuration qui menace jusqu'à 1.000 emplois au sein de la compagnie, soit 25% du personnel, et ira de pair avec une réduction de la flotte de 30%.

    La procédure de licenciement collectif a été lancée. Dans le cadre de la phase d'information et de consultation, les syndicats ont la possibilité de formuler des questions. Et ils ne s'en privent pas. "Elles concernent pas exemple un éventuel plan social ou le nombre de licenciements secs", selon Filip Lemberechts, du syndicat libéral. Les syndicats veulent également y voir plus clair sur le futur de la compagnie alors que les négociations entre le gouvernement fédéral et la maison-mère Lufthansa, au sujet d'une possible aide d'État, sont laborieuses.

    Du côté du syndicat socialiste, Anita Van Hoof rappelle la ligne des syndicats: un respect strict de la loi Renault, c'est-à-dire d'abord la phase d'information et de consultation et, ensuite, seulement, les négociations sur un plan social. La responsable syndicale dit aussi ne pas vouloir s'enfermer dans un calendrier trop serré qui obligerait les syndicats à tout boucler en deux semaines, soit d'ici la fin du mois de mai.

  • Le numéro 103 à l'écoute des enfants et jeunes confinés

    Les organisations Ecoute-Enfants, Child Focus et SOS-Enfants lancent lundi une campagne commune pour mettre en avant le numéro 103, un service d'écoute gratuit pour les enfants, adolescents, parents et professionnels qui s'interrogent sur l'enfance. "En cette période de confinement, les violences intrafamiliales peuvent augmenter. Les enfants et les jeunes peuvent être plus exposés au danger. Le numéro 103 offre aux enfants, aux adolescents et aux parents une écoute bienveillante", souligne Valérie Glatigny, ministre de l'Aide à la jeunesse et de la Jeunesse en Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Les écoutants proposent une aide immédiate ou redirigent vers un partenaire si nécessaire. "Même si le nombre d'appels a augmenté, nous sentons que beaucoup de jeunes ne savent pas comment ou n'osent pas faire appel à cette aide", signale Sylvie Courtoy, directrice pédagogique de l'association Ecoute-Enfants. Le service de la Ligne 103 est gratuit et anonyme, 7 jours sur 7 entre 10h et minuit. SOS-Enfants propose également la messagerie "Maintenant j'en parle". Le numéro d'urgence 116000 de Child Focus est lui aussi disponible.

  • Bolsonaro et le Covid-19 font tomber un 2e ministre de la Santé au Brésil

    En pleine pandémie de coronavirus au Brésil, Nelson Teich n'aura été ministre de la Santé que quatre semaines: il a démissionné vendredi en raison de divergences avec le président Jair Bolsonaro, qui avait limogé son prédécesseur pour les mêmes raisons.

    Les désaccords ont apparemment porté sur le traitement du Covid-19 à la chloroquine, dont l'efficacité n'a nullement été prouvée scientifiquement. Le président Bolsonaro a fait pression sur son ministre pour que ce traitement, réservé jusqu'ici aux cas graves, soit appliqué dès le début du traitement. L'annonce de la démission de Teich a été accueillie dans certaines villes, comme Rio, par des concerts de casseroles d'habitants criant "Dehors, Bolsonaro!".

  • Des mesures pour le partage de l'espace public et des alternatives de mobilité à Mons

    La ville de Mons a mis en place une série de mesures qui doivent faciliter le respect des règles de distanciation dans la période de déconfinement. L'objectif est de garantir un maximum de sécurité pour les déplacements des citoyens dans l'espace public, où le cycliste et le piéton montois auront davantage la priorité. Elles entreront en vigueur au plus tard le 1er juin.

    Les mesures envisagées par les instances montoises visent, notamment, à donner plus d'espace aux piétons au cœur de la ville, notamment devant les magasins, où des files peuvent se former. "L'ensemble de la zone intramuros du centre de Mons sera convertie en zone de rencontre où les piétons et les cyclistes pourront circuler de manière prioritaire sur l'intégralité de la voirie, chaussée comprise", a expliqué Charlotte De Jaer, échevine montoise de la Mobilité. "La vitesse de tous les véhicules sera limitée à 20 km/h."

    Selon la responsable, l'usage des transports en commun sera fortement conditionné par le respect des règles de distanciation. "Il est très probable que la plupart d'entre nous devions également repenser nos modes de déplacement dans les jours et semaines à venir. Il faut donc offrir des alternatives aux Montois." Des pistes cyclables seront mises en place sur des voiries importantes du maillage urbain. La volonté des instances montoises est, outre le passage à une zone à 20km/h dans l'intramuros, de réduire les vitesses sur les itinéraires cyclables où il n'existe pas d'infrastructures.

  • La maison-mère allemande d'Inno pourrait fermer près de la moitié de ses magasins

    L'enseigne allemande Galeria Karstadt Kaufhof, maison-mère des Galeria Inno's, envisagerait de fermer entre 80 et plus de 170 magasins, ce qui menacerait des milliers d'emplois, selon une première note de la direction. Début avril, Galeria Karstadt Kaufhof s'est tournée vers la justice pour demander une protection contre ses créanciers.

    La crise du coronavirus et la fermeture des magasins décrétée dans le cadre des mesures de confinement a frappé la chaîne de plein fouet, avec plus d'un demi-milliard de chiffre d'affaires perdu. Le nombre de fermetures de magasins envisagées pourrait toutefois diminuer. On ne sait pas à ce stade si les magasins belges (Galeria Inno) du groupe allemand sont eux aussi menacés de fermeture. Le magazine spécialisé RetailDetail avait laissé entendre il y a quelques semaines que les magasins belges ne seraient pas concernés. L'enseigne allemande n'a pas voulu réagir.

  • Près de 100.000 PV Covid-19 enregistrés en Belgique en deux mois de confinement

    La police fédérale a rapporté que 98.489 procès-verbaux (PV) en lien avec la crise Covid-19 ont été enregistrés ce jeudi depuis le 14 mars. Le Collège des procureurs généraux fait lui état de 59.155 dossiers relatifs aux infractions coronavirus enregistrés le jeudi 14 mai dans les bases de données des parquets correctionnels/auditorats du travail ainsi qu'auprès des parquets de la jeunesse.

    Dans les chiffres du ministère public, 52.324 dossiers concernent des majeurs et 6.831 des mineurs. Le Collège des procureurs généraux explique la grande différence avec les chiffres de la police notamment par les délais entre l'émission des PV et leurs arrivées et enregistrements auprès des parquets. Il remarque de plus que les contrevenants peuvent être utilisés comme unité de compte, non pas par exemple les différents PV dressés à leur encontre.

  • La Cocof reçoit une dotation supplémentaire de 6,4 millions d'euros

    Le collège des ministres de la Commission communautaire française (Cocof) a obtenu une augmentation de 6,4 millions d'euros de la dotation provenant de la Région bruxelloise pour lui permettre de couvrir différentes mesures de soutien aux divers secteurs qui dépendent d'elle dans la capitale (social, santé, enseignement, formation, aide aux personnes handicapées, ....) dans le contexte de la crise du Covid-19.

    Ces moyens permettront notamment de renforcer:

    • Les équipes des services de médiation de dettes afin d'absorber l'augmentation des demandes d'aide due à la crise (350.000 euros)
    • Les équipes des Centres d'Action sociale globale pour permettre d'absorber l'émergence probable des demandes d'accompagnement social (640.000 euros)
    • Des dispositifs psychologiques et des équipes spécialisées en Santé mentale pour une aide psychologique adaptée à destination des publics fragilisés, passant notamment par la création d'espaces virtuels au sein des structures existantes (800.000 euros)

    Dans le secteur du handicap, on prévoit:

    • De couvrir les frais supplémentaires des centres d'hébergement ayant adapté leur organisation (1.960.000 euros)
    • Le renforcement des centres d'hébergement de répit/d'urgence Intermaide et de leur capacité d'accueil (62.000 euros)
    • Des services d'accompagnement pour pouvoir octroyer des soins et des services d'accompagnement à domicile (300.000 euros)

    Dans l'enseignement, 100.000 euros de plus seront consacrés au suivi des équipes chargées du suivi des élèves afin d'éviter le décrochage scolaire dans les écoles de la Cocof.

  • L'Irlande va mettre en quarantaine les voyageurs arrivant de l'étranger

    L'Irlande va imposer 14 jours de quarantaine aux voyageurs arrivant de l'étranger, dans le cadre du déconfinement progressif prévu pour commencer ce lundi, a annoncé le Premier ministre Leo Varadkar.

    "Quiconque arrive dans nos ports et aéroports devra se mettre en quarantaine pour 14 jours", a déclaré M. Varadkar lors d'une conférence de presse. "Cela s'appliquera aux personnes en provenance de Grande-Bretagne", a-t-il ajouté.

  • Le championnat de foot belge définitivement arrêté

    L'Assemblée générale de la Pro League a décidé ce vendredi que le championnat de Belgique de football était définitivement arrêté. La Belgique suit donc les exemples néerlandais et français. Le classement après 29 journées est considéré comme le classement final. En conséquence, le Club Bruges décroche son 16e titre, la lanterne rouge Waasland-Beveren est reléguée. Le club a toutefois indiqué qu'il ne se résignait pas à la relégation en D1B. "Nous restons combatifs et nous allons voir en interne comment nous pouvons contester cela", a déclaré le porte-parole Martijn De Jonghe.

    Les 23 clubs professionnels ont accepté de terminer la saison 2019-2020 sur base du classement établi après 29 journées et de l'utiliser pour distribuer les tickets européens. Le Club de Bruges est déclaré champion et Waasland-Beveren basculera en D1B. 

    Concernant la finale de la Coupe de Belgique, l'Assemblée générale de la Pro League a décidé d'essayer de la jouer au cours du dernier week-end autorisé par l'UEFA et avant le début de la compétition régulière de la saison 2020-2021. "Si la finale de la Coupe ne peut avoir lieu, tous les clubs acceptent que le classement sportif de la Jupiler Pro League après 29 journées de championnat serve de base à l'Access-list de l'UEFA pour les compétitions européennes de clubs."

    La saison prochaine de D1A se jouera toujours à 16 clubs avec une version raccourcie des playoffs, réunissant 4 équipes. Elle débutera le 7 août avec 16 équipes. Après 30 journées, les points seront divisés par deux et les playoffs seront raccourcis. Le top 4 se disputera le titre et les tickets européens. Les équipes classées entre les cinquième et huitième places s'affronteront pour le dernier billet européen. Le format actuel des playoffs fera son retour lors de la saison 2021-2022.

  • L'OMS dit étudier un lien possible entre le Covid-19 et la maladie de Kawasaki chez les enfants

    L'OMS étudie un possible lien entre la maladie Covid-19 et la maladie de Kawasaki, un syndrome inflammatoire touchant les enfants qui a fait un premier mort en France. "Des hypothèses initiales indiquent que ce syndrome pourrait être lié au Covid-19 (...). Nous appelons tous les cliniciens dans le monde à travailler avec leurs autorités nationales et l'OMS pour être en alerte et mieux comprendre ce syndrome chez les enfants", a déclaré le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d'une conférence de presse virtuelle à Genève.

  • Les écoles de trois communes bruxelloises ne rouvriront pas lundi

    Comme celles de Schaerbeek, les écoles communales de Saint-Josse et de Watermael-Boitsfort ne rouvriront pas leurs portes ce lundi.

    • A Schaerbeek, la reprise des cours au sein des écoles communales aura bien lieu, mais "à une date ultérieure, dans les jours suivants", a décidé le pouvoir organisateur communal. La bourgmestre Cécile Jodogne (DéFI) juge la reprise des cours "essentielle pour les élèves, confinés chez eux depuis plus de deux mois...." mais les délais donnés par le Conseil national de sécurité (CNS) et la ministre de l'Enseignement, "sont raisonnablement trop courts pour de grands réseaux".
    • A Saint-Josse, le bourgmestre Emir Kir a annoncé le report, a priori, au 25 mai de l'ouverture partielle des écoles francophones, un retard lui aussi lié au délai nécessaire pour les aménagements à effectuer pour garantir la sécurité des enfants et du personnel enseignant.
    • A Watermael-Boitsfort, la décision a été annoncée ce vendredi après-midi par l'échevine de l'Enseignement: malgré ses efforts, la commune ne sera pas en mesure de permettre la reprise des cours lundi. Les propositions d'organisation ont jusqu'ici été rejetée du côté du banc syndical en Copaloc. Mais une nouvelle proposition d'organisation sera soumise en commission paritaire permettre une rentrée des 6ème, 1ère et 2ème primaires le lundi 25 mai.

    Sauf mauvaise surprise de dernière minute, les écoles de l'ensemble des autres communes bruxelloises vont rouvrir leurs portes lundi aux élèves de sixième primaire ainsi que de sixième et septième secondaires moyennant une série de dispositions sanitaires. Vendredi après-midi, il subsistait encore un doute à Forest où une réunion de concertation avec les syndicats était en cours.

  • Les Quatre Jours de l'Yser annulés, la 54e MESA reportée à juin 2020

    Le ministère de la Défense a annoncé l'annulation de l'édition 2020 de la marche des Quatre jours de l'Yser, une manifestation qui rassemble chaque année des milliers de civils et militaires dans le Westhoek, alors que son pendant au sud du pays, la Marche européenne du Souvenir et de l'Amitié (MESA), a été reportée à juin 2021. "Compte tenu des incertitudes liées à l'évolution future de la pandémie de COVID-19 et de la complexité de pouvoir garantir, dans les circonstances actuelles, le déroulement de cette activité en toute sécurité, il a été décidé d'annuler cette édition 2020 des Quatre jours de l'Yser", a précisé le service de presse de la Défense dans un communiqué.

    Cette activité est organisé chaque année depuis 1973 par l'armée, en collaboration avec les administrations communales de Coxyde, Nieuport, Poperinge, Dixmude et d'Ypres. Elle devait se dérouler du 18 au 21 août prochains dans le Westhoek, en Flandre occidentale, en quatre étapes d'une trentaine de kilomètres parmi les champs de bataille de la Première Guerre mondiale.

    Quant à la Marche européenne du Souvenir et de l'Amitié (MESA), qui se déroule en province du Luxembourg, également sur quatre jours, sa 54e édition a été reportée à juin 2021, et plus précisément du 22 au 25 juin, selon les organisateurs. Les milliers de marcheurs qui y participent parcourent les lieux où ont combattu les unités de Chasseurs ardennais en mai 1940, au début de la Seconde Guerre mondiale, et ceux de la bataille des Ardennes (décembre 1944-janvier 1945).

  • La distanciation sociale plus obligatoire mais reste la norme dans les transports De Lijn

    Garder 1,5 mètre de distance dans les transports publics flamands De Lijn reste la norme mais n'est plus obligatoire, a décidé le gouvernement flamand, selon De Lijn.

    Le port du masque reste, lui, obligatoire pour les voyageurs de plus de 11 ans.

  • Le Collège d'Oncologie appelle à la reprise totale des soins en matière de cancer

    Le Collège d'Oncologie appelle à la reprise totale des soins en matière de cancer. Selon le Collège, il est important de consulter un médecin le plus rapidement possible en cas de plaintes qui pourraient indiquer une maladie grave. Un diagnostic tardif ou un retard dans la thérapie peuvent en effet entraîner des conséquences graves.

    Le Collège plaide dès lors pour une reprise rapide et totale tant en ce qui concerne le diagnostic que le traitement, le suivi et les dépistages préventifs. Le Collège entend enfin rassurer les patients sur le fait "que les médecins généralistes ainsi que les hôpitaux peuvent garantir un environnement de soins sécurisé et qu'il n'y a plus aucun obstacles à l'accès aux soins."

  • Les écoles et institutions en Hainaut reprendront leurs activités à partir du 19 mai

    Le Collège provincial du Hainaut a décidé de retarder la reprise d'activités dans les écoles et les institutions provinciales "au plus tôt" au mardi 19 mai. "Il s'agit de laisser le temps à chacun de se fournir en matériel de protection et de finaliser les aménagements de locaux nécessaires à la distanciation", précise-t-il. Le retour en classe des élèves de 6e primaire et de dernière année du secondaire se déroulera au plus tôt le mardi 19 mai, sur base d'un avis favorable de l'Inspection régionale de l'enseignement provincial et du député-président de chaque école.

    Le retour en classe dans l'enseignement spécialisé est fixé au 25 mai. Les instances provinciales s'assureront que le transport scolaire sera fonctionnel selon les normes de distanciation et que les testings en cours dans les IMP soient finalisés.

    Du côté des services administratifs, l'institution provincial continue à privilégier le télétravail. Le retour dans les services, en cas de nécessité, est aussi prévu pour le 19 mai selon les principes de distanciation et les règles sanitaires en vigueur.

  • La WTA prolonge à son tour l'arrêt du tennis féminin jusqu'au 31 juillet

    La WTA, l'Association du tennis féminin qui gère le circuit professionnel, a prolongé jusqu'au 31 juillet la suspension de tous les tournois en raison de la crise sanitaire liée au coronavirus. Elle prend une décision identique à celle de son homologue masculine l'ATP, annoncée également ce vendredi.

    En conséquence, les tournois WTA de Bastad, Lausanne, Bucarest et Jurmala sont annulés. Une nouvelle date est recherchée pour ceux de Karlsruhe et Palerme. Le 1er avril, la WTA avait fixé la fin de la suspension des rencontres au 14 juillet. "Nous le regrettons, mais nous continuons à nous appuyer sur des experts médicaux qui peuvent déterminer quand il sera sûr et possible de reprendre les compétitions de la WTA", a déclaré un porte-parole.

    Les tournois masculins et féminins sont suspendus depuis le mois de mars. L'ATP et la WTA effectueront dans un mois une nouvelle mise à jour de la situation.

  • Trois millions de perte pour l'Atomium en 2020

    L'Atomium se dirige vers un déficit d'au moins 3 millions d'euros pour l'exercice 2020. En février, le conseil d'administration validait pourtant un bénéfice de 800.000 euros, qui devaient surtout servir à entretenir le bâtiment. La différence "pourrait être fatale à l'un des emblèmes de la Belgique", s'alarme l'ASBL Atomium, qui demande le soutien des autorités. Les réserves financières seront épuisées d'ici la fin de l'année, malgré des restrictions budgétaires et des horaires redéfinis, prévient l'association.

    "Personne ne pense fermer l'Atomium, c'est l'emblème du pays", rassure Julie Almau Gonzalez, directrice adjointe de l'Atomium. "Mais il faut se poser la question du modèle. Jusqu'ici, nous n'avions pas besoin de subsides, mais les projections du nombre de visiteurs pour les années à venir ne sont pas bonnes. Sans recettes, nous tirons la sonnette d'alarme. Mais nous sommes à temps pour élaborer un plan et il est évident que le monument sera sauvé", ajoute-t-elle.

    Pour limiter la casse, l'Atomium vise une réouverture dès le 1er juin, ou le 1er juillet au plus tard. Ses gestionnaires espèrent ne pas descendre sous les 25% de fréquentation. Ils misent pour cela sur le public belge, qui représente près d'un tiers des 650.000 visiteurs annuels du bâtiment. L'ASBL vit de ses recettes propres à 93%, dont 89% exclusivement liées à la billetterie. Le merchandising et la location d'espaces génèrent le reste.

    Les subsides, ponctuellement liés aux expositions, représentent environ 3%. Il a fallu plus de deux ans à l'Atomium pour apurer la dette creusée au moment du lockdown de 2015 et des attentats de 2016. L'impact du Covid-19 est toutefois "sans commune mesure" par rapport à ces événements, précise l'association.

  • Le premier million de masques en tissu attendu ce week-end

    Le premier million de masques de protection en tissu commandés par le ministère de la Défense afin d'offrir à la population une protection contre la propagation du coronavirus n'arrivera que ce week-end, soit avec un à deux jours de retard par rapport au calendrier annoncé mercredi, a indiqué le ministre de la Défense, Philippe Goffin.

    Ces masques seront fournis par une société belge, l'entreprise gantoise Tweeds & Cottons. M. Goffin (MR) avait annoncé mercredi en commission de la Chambre que ce premier million des masques de protection en tissu était attendu ce vendredi à la caserne Major Housiau à Peutie (Vilvorde). Le ministre a rappelé que le solde des douze millions de masques destinés à la population belge serait fourni par une société luxembourgeoise (Avrox, ndlr) et serait livré "la semaine prochaine".

    Il a souligné que le contrat prévoyait la fin de la livraison de l'ensemble d'ici au 24 mai. "Nous devons encore attendre quelques jours", a-t-il dit. Le quartier Major Housiau sert d'entrepôt logistique centralisé où sont préparées de palettes de matériel médical à distribuer, par des camions militaires, dans les centres de distribution provinciaux.

  • Les sites muséaux de Mons rouvriront progressivement à partir du 19 mai

    Les musées et les bibliothèques de la ville de Mons rouvriront leurs portes au public dès mardi sous certaines conditions. Le plan de déconfinement se déroulera en trois phases, ont indiqué les instances montoises.

    • La première phase de la réouverture des sites muséaux montois est fixée au 19 mai et concernera le site du Beffroi, le Musée des Beaux-Arts (BAM), le Mons Memorial Museum (MMM), le Musée du Doudou, l'Artothèque et son centre de documentation.
    • La deuxième phase sera lancée le 2 juin avec la réouverture de la Maison Van Gogh à Cuesmes et le site néolithique "Silex" à Spiennes.
    • Enfin, l'ouverture de l'exposition consacrée à Yan Arthus Bertrand au Parc du Beffroi et à la Salle Saint Georges constituera la troisième phase le 4 juillet.

    Le Musée Duesberg reste fermé pour l'instant. La Grande Halle des Abattoirs restera fermée consécutivement à l'annulation de l'exposition qui y était prévue au cours de l'été.

    Les instances montoises ont précisé que pour chaque site, l'affluence maximale sera déterminée en fonction des mètres carrés disponibles et de la réalité de terrain. La vente des tickets, par tranche horaire, sera réalisée en ligne ou par téléphone. Une signalétique au sol sera prévue pour le respect de la distanciation de 1,5 mètre dans les zones d'accueil et dans les salles. Le port du masque sera obligatoire pour les visiteurs. Les heures d'ouverture des sites sont adaptées du mardi au dimanche de 12h00 à 18h00.

    Les sites des bibliothèques communales de Jemappes et de Mons reprendront eux aussi progressivement à partir du 19 mai.

  • La FEB demande la prolongation jusqu'à fin 2020 du régime de chômage temporaire "corona"

    La Fédération des entreprises de Belgique (FEB) demande au gouvernement fédéral de prolonger, jusqu'à la fin de l'année, l'actuel système de chômage temporaire pour cause de force majeure pour motif "coronavirus". "Grâce à cette mesure, les entreprises ont bénéficié d'un ballon d'oxygène ces dernières semaines et plusieurs centaines de milliers de travailleurs ont été protégés contre le licenciement et donc contre une baisse importante de leurs revenus et de leur pouvoir d'achat", salue l'organisation patronale dans un communiqué.

    "Mais les conséquences de la crise sanitaire vont se poursuivre encore longtemps", estime la FEB, ce qui justifie dès lors à ses yeux une prolongation jusqu'à la fin de l'année, "afin d'éviter des problèmes de liquidités supplémentaires pour les entreprises et de maintenir l'emploi autant que possible." Si la crise due au coronavirus "a fait des ravages" sur le marché du travail en Belgique, le système de chômage temporaire a permis de limiter la casse sociale en évitant "une situation bien pire encore" et "un risque d'avalanche de licenciements", selon la FEB.

  • Loi interdisant les suppléments d'honoraire pour les patients atteints de Covid-19

    La commission Santé de la Chambre a approuvé en première lecture une proposition de loi du sp.a qui interdit de demander des suppléments d'honoraires pour les patients atteints de Covid-19 durant toute la durée de leur hospitalisation. Le MR a demandé une deuxième lecture. Une série de suppléments sont déjà interdits mais, pour éviter que des malades du Covid-19 ne reçoivent tout de même des factures salées après leur prise en charge, les socialistes ont souhaité qu'une interdiction claire sont inscrite dans la loi.

    Le texte prévoit une entrée en vigueur rétroactive au jour de la première infection au coronavirus en Belgique. Le sp.a s'est réjoui du vote. Il a fait remarquer que des milliers de personnes ont dû être hospitalisées et que chaque jour de nouvelles admissions à l'hôpital sont encore enregistrées.

  • Journée de rentrée dans les écoles flamandes: soulagement et satisfaction

    Il faudra un certain temps pour s'habituer aux nouvelles mesures mais, en général, le personnel et les élèves sont soulagés et heureux de pouvoir retourner à l'école, ressort-il des premières impressions recueillies auprès des coupoles de l'enseignement en Flandre, ce vendredi, première journée-test de réouverture. "Ils se sont clairement manqués et c'est toujours un premier pas vers la normalité", explique-ton du côté de l'enseignement catholique (Katholiek Onderwijs Vlaanderen).

    "Dans ces circonstances inédites, il faut un certain temps pour s'habituer car les règles de distance et l'accent mis sur l'hygiène des mains ont un impact majeur". Mais finalement, peu d'obstacles imprévus ont surgi. "La préparation, qui a été faite dans les moindres détails, donne des résultats." De plus, les écoles catholiques constatent une bonne fréquentation des élèves. Les règles sont aussi généralement bien respectées, estime-t-on.

    La première journée d'essai de la réouverture des écoles s'est bien déroulée, également dans les établissements gérés par la Communauté flamande (GO! ). "Les enseignants et les élèves indiquent qu'il faut un certain temps pour s'habituer aux masques buccaux, aux flèches sur le sol et aux zones délimitées dans la salle de classe et sur le terrain de jeux. Mais les enseignants ont déployé beaucoup d'efforts pour que ce soit de belles retrouvailles", explique Raymonda Verdyck, directrice générale de GO ! .

  • Confinement prolongé jusqu'au 13 juin pour la ville de New York

    Le gouverneur de l'Etat de New York a prolongé jusqu'au 13 juin le décret de confinement qui expirait ce vendredi, sauf pour cinq régions les moins peuplées de cet Etat de 20 millions d'habitants. Le décret signé jeudi soir par le gouverneur Andrew Cuomo prolonge le confinement pour la ville de New York et ses environs, très touchés par l'épidémie de coronavirus.

    La capitale économique américaine a recensé plus de 20.000 morts du Covid-19. Cinq régions moins peuplées de l'Etat pourront elles en revanche relancer progressivement certaines activités économiques.

  • Swissport n'annonce pas (encore) de licenciements mais envisage tous les scénarios

    La direction de Swissport Belgium (Swissport Belgium SA et Swissport Belgium Cleaning SA) évalue la situation d'un point de vue opérationnel et financier "et envisage tous les scénarios afin d'examiner si assurer un avenir durable à ses activités est possible", a-t-elle annoncé à l'issue d'un conseil d'entreprise extraordinaire demandé par les syndicats. "Aucun aspect n'est laissé de côté. L'objectif est de revoir tous les leviers de performance de notre organisation et de nos activités, tant internes qu'en relation avec nos clients et partenaires. Cette revue sera finalisée dans les prochaines semaines et fera, à ce moment, l'objet d'une communication", poursuit l'entreprise.

    La direction de la société de manutention aéroportuaire, dont Brussels Airlines est le principal client, ne cache pas que la situation est particulièrement difficile. En mars et avril, les activités de Swissport Belgium ont connu "une chute vertigineuse", et ont été pratiquement nulles ces dernières semaines en ce qui concerne les services au sol pour les vols passagers. "Il est clairement établi à ce stade que la situation mettra longtemps avant de retourner à la normale", estime la direction. "Selon les propres prévisions de redémarrage de nos compagnies clientes, nous tablons sur environ 40% d'activité d'ici la fin de l'année, et sans doute pas plus de 70 à 80% en 2021."

    Swissport Belgium, qui selon le journal De Tijd est au bord du gouffre, explique encore avoir pris "toutes les mesures" pour préserver ses liquidités au maximum afin d'assurer la continuité de ses opérations. Swissport Belgium SA et Swissport Belgium Cleaning SA fournissent des services d'assistance en escale à Brusses Airport. "Les activités liées au fret sont traitées par une société sœur Swissport Cargo Services Belgium SA, entité juridique distincte active aux aéroports de Bruxelles et de Liège, et qui n'est pas concernée par le présent communiqué", précise-t-on encore.

  • Baisse de 16,4% des ventes au détail en avril aux USA

    Les ventes au détail ont baissé de 16,4% en avril aux USA, bien plus que le consensus qui attendait un recul de 12%.

    Les données d'avril sont pires que le record de -8,3% signé en mars.

  • Circulation libre à l'intérieur de toute l'Italie à partir du 3 juin

    À partir de lundi, les Italiens devraient pouvoir voyager librement à l'intérieur de leur région et, à partir du 3 juin, dans tout le pays. Au début du mois, le Premier ministre Giuseppe Conte avait commencé à assouplir très prudemment certaines des mesures de confinement, en vigueur depuis le 10 mars et qui ont considérablement restreint la liberté de mouvement des Italiens. Par ailleurs, M. Conte a récemment déclaré que les Italiens ne devraient pas passer leurs vacances sur un balcon.

    Lundi, la plupart des magasins et d'autres entreprises rouvriront - sous conditions - leurs portes, tout comme des lieux culturels, tels que les musées, bibliothèques et églises. De nombreuses usines et entreprises de construction s'étaient déjà remises en activité au début du mois, tandis que les citoyens ont été autorisés à quitter leur maison pour rendre visite à leurs proches ou pour faire du sport. 

  • "Un début de rapprochement" entre Lufthansa et la Belgique

    La rencontre entre le CEO de Lufthansa et les autorités belges est terminée. Après avoir évoqué le nécessaire respect des procédures belges dans le cadre de la restructuration de la filiale de Lufthansa, Brussels Airlines, le gouvernement a insisté sur le besoin de limiter au maximum le nombre de licenciements

    Il a aussi été question des conditions belges pour une aide d'État avec un business plan réaliste et tourné vers l’avenir pour Brussels Airlines, axé sur une croissance rentable, responsable du point de vue écologique et offrant des perspectives d’emploi.

    "Tant Lufthansa Group que l’État belge reconnaissent l’importance de Brussels Airlines en tant que hub économique."

    "Ces dernières semaines, les contacts ont été très difficiles même si des progrès ont été enregistrés au niveau du business plan. La rencontre d’aujourd’hui a donné l’opportunité aux deux parties de développer leurs points de vue respectifs et de réaliser un début de rapprochement. Tant Lufthansa Group que l’État belge reconnaissent l’importance de Brussels Airlines en tant que hub économique offrant une connectivité étendue, et l’importance d’un plan de croissance ambitieux qui se concentre sur le continent africain et nord-américain", a communiqué le cabinet d'Alexander De Croo.

    Aucune issue à ce dossier n'est donc encore certaine. 

    Lire aussi |

    Carsten Spohr, le patron de Lufthansa, a quitté le 16 rue de la Loi sans qu'un accord sur l'avenir de Brussels Airlines soit annoncé. ©Photo News

  • Des reports de paiement accordés à 235.000 particuliers et entreprises

    Les banques ont accordé un report de paiement de crédit à plus de 113.000 particuliers et 122.000 entreprises en six semaines, indique, ce vendredi, la fédération du secteur financier Febelfin.

    Cela représente un volume de crédits sous-jacent de 11,7 milliards d'euros pour les particuliers et de 19 milliards pour les entreprises. Plus de 80% du nombre de reports de paiement ont été accordés à des PME et des indépendants.

    Depuis le 31 mars, les particuliers ont la possibilité de demander un report de paiement de leur crédit hypothécaire pour une période maximale de six mois. Les entreprises considérées comme viables et les travailleurs indépendants peuvent bénéficier, par ailleurs, d'un report du paiement du capital jusqu'au 31 octobre inclus. Des crédits supplémentaires peuvent en outre être octroyés aux entreprises confrontées à des difficultés de paiement.

  • Ryanair supprime 250 emplois à Dublin, Londres, Madrid et Wroclaw

    Ryanair a réduit ses effectifs de plus de 250 personnes dans ses bureaux de Dublin, Stansted (Londres), Madrid et Wroclaw (Pologne), annonce la compagnie aérienne irlandaise ce vendredi dans un communiqué.

    Les personnes concernées ne seront pas tenues de reprendre le travail le 1er juin, date de réouverture des bureaux de Ryanair, en raison de la baisse substantielle du trafic à laquelle la compagnie devra faire face en 2020, précise-t-elle.

    Ces départs ont été obtenus grâce à une "combinaison de périodes d'essai/fin de contrats à durée déterminée, de démissions et de licenciements", ajoute-t-on. Ces pertes d'emplois ont été communiquées individuellement aux membres des équipes cette semaine.  D'autres annonces concernant des pertes d'emplois et des réductions de salaire des équipages sont attendues avant la fin du mois de mai, à la lumière des nouvelles restrictions de vols en cours, a précisé le directeur du personnel de Ryanair Darrell Hughes.

    "Nous continuons à rencontrer nos syndicats de pilotes et de personnel de cabine dans toute l'Europe pour finaliser jusqu'à 3.000 suppressions d'emplois et 20% de réductions de salaires, alors que nous reprenons environ 40% de notre programme de vol normal à partir de juillet", a-t-il ajouté.

    Ryanair a opéré moins de 1% de son programme de vol normal en avril, mai et juin, et a annoncé cette semaine que seulement 40% de son programme de vol serait opéré en juillet. Pour l'année entière, Ryanair s'attend maintenant à transporter moins de 100 millions de passagers, soit plus de 35% de passagers en moins que l'objectif de plus de 155 millions pour l'année se terminant en mars.

  • Les exportations wallonnes souffrent, mais quelques signes positifs apparaissent

    Malgré les premières phases de déconfinement et de relance de l'activité économique, 80% des entreprises wallonnes voient leurs exportations diminuer, contre une proportion de 62% fin mars, selon le dernier point conjoncturel (du 20 avril au 12 mai) de l'Union wallonne des entreprises (UWE).

    Le coup de sonde patronal relève toutefois quelques tendances positives au niveau des liquidités ou du chômage temporaire. Les exportateurs wallons se montrent assez pessimistes: ils sont peu nombreux à s'attendre à un retour rapide à la normale. Plus d'un quart (26,5%) d'entre eux estiment même qu'il faudra plus d'un an pour retrouver leur niveau d'avant crise.

    En outre, la pandémie du coronavirus a fortement augmenté le risque de faillite, surtout parmi les plus petites entreprises wallonnes. "Si on y ajoute que, malgré le passage en phase 1B (ouverture des commerces), la reprise reste molle en raison d'une demande qui tarde à s'affirmer, les entrepreneurs restent majoritairement pessimistes et pensent que le point le plus bas de la crise n'a pas encore été atteint", constate l'Union wallonne des entreprises. Les entrepreneurs wallons craignent aussi de ne pas se relever en cas de deuxième lockdown.

    Mais l'enquête de l'UWE révèle, malgré tout, quelques éléments positifs. Ainsi, la liquidité des entreprises s'améliore: 41% d'entre elles, contre 53,5% auparavant, rencontraient des problèmes de liquidité entre le 20 avril et le 12 mai. Le recours au chômage temporaire est également en baisse. Enfin, l'UWE ne constate pas de hausse significative de l'absentéisme, et estime qu'il s'agit là d'un "message fort sur l'implication et la mobilisation de chacun".

  • Le patron de Lufthansa est arrivé au siège du gouvernement

    Le patron de Lufthansa Carsten Spohr est arrivé, ce vendredi vers 11h40, au 16 rue de la Loi. Il doit y évoquer avec le gouvernement le sort de Brussels Airlines, filiale du géant allemand, qui a annoncé une restructuration menaçant un millier d'emplois, soit un quart de son personnel. M. Spohr était notamment accompagné du CEO de la compagnie belge Dieter Vranckx.  

    De l'autre côté de la table se trouveront la Première ministre Sophie Wilmès, le ministre des Finances Alexander De Croo et la ministre de l'Emploi Nathalie Muylle. Une aide d'État d'au moins 290 millions d'euros pour Brussels Airlines sera notamment au menu des discussions. Le gouvernement espère obtenir des garanties notamment en termes d'emploi, tandis que l'homme fort de Lufthansa, lui, est opposé à l'immixtion du politique dans les affaires économiques. Il s'agit d'une première rencontre entre les acteurs du dossier, la possibilité de parvenir à un accord à l'issue de celle-ci est donc faible. 

  • L'Oréal va "masquer" les coiffeurs en Belgique et dans le monde

    Initiative originale que celle prise par L’Oréal pour aider les coiffeurs à réouvrir leurs salons en Belgique le 18 mai. Le groupe de produits de beauté va leur offrir 25.000 flacons de gel hydroalcooliques et mettre à leur disposition 450.000 masques de protection. Plus largement, le géant français va faire de même pour les marchés européen et nord-américain: il a prévu de fournir au total 28,5 millions de masques et 3,5 millions de flacons de gel aux coiffeurs sur les deux continents.

    À noter que les gels sont produits par le groupe dans ses usines. L’Oréal a fait mener une enquête auprès des consommateurs en France: on y apprend que 59% des personnes interrogées comptent se rendre chez leur coiffeur dans la semaine qui suit le déconfinement. Et 37% dans les trois jours qui suivront la réouverture des salons.

    Plus de 20.000 salons de coiffure opèrent en Belgique, employant quelque 33.000 personnes. (MLw)

  • Comment les Belges vivent-ils le confinement ?

  • "La Belgique a été félicitée par l'OMS pour sa méthode de comptage"

    Durant la conférence de presse quotidienne du SPF Santé, le porte-parole interfédéral de la lutte contre le coronavirus Yves Van Laethem a tenu à faire un focus sur le niveau de mortalité en Belgique, récemment pointé du doigt par nos voisins européens en raison du rapport entre le nombre de décès Covid-19 et le nombre d'habitants du pays.

    Le professeur a expliqué que ce phénomène est dû à une méthode de comptage différente de nos voisins, "plus large et qui rassemble les décès survenus à l'hôpital, en maison de repos et les décès suspectés Covid-19." Méthode pour laquelle "la Belgique a été félicitée par l'Organisation mondiale de la santé et par le Centre européen du contrôle des maladies", a-t-il affirmé.

    "Notre manière de déclarer les choses est la plus adéquate et la plus honnête", a ponctué Mr. Van Laethem.

    Le professeur a également présenté une comparaison de la surmortalité lors d'une épidémie de grippe classique avec l'épidémie de Covid-19. "La surmortalité liée à la grippe peut atteindre certaines années 3.000 voire 4.000 décès. En l'état actuel, nous en sommes à 9.000." Yves van Laethem estime que cette surmortalité a été fortement limitée par le confinement mis en place.

  • Le nombre de nouvelles contaminations ne baisse pas

    Le jeudi 14 mai, 356 nouveaux cas ont été rapportés. 248 patients résident en Flandre, 80 en Wallonie et 28 à Bruxelles. Le nombre total de cas confirmés s’élève à 54.644.

    "Le nombre de cas sur notre territoire continue à augmenter", indique le SPF Santé. Le nombre de nouvelles hospitalisations se stabilise, mais reste assez élevé.

    • Au total, 1.862 patients sont actuellement hospitalisés. 67 nouvelles hospitalisations ont été enregistrées au cours des dernières 24h.

    • Au total, 380 patients se trouvent en soins intensifs, soit une diminution de 27 patients au cours des 24 dernières heures.
    • 14.301 patients sont sortis de l’hôpital et ont été déclarés guéris depuis le 15 mars, soit une augmentation de 190 au cours des 24 dernières heures.
    • 8.959 décès au total ont été rapportés, soit une augmentation de 56 décès au cours des dernières 24h. De ces nouveaux décès, 35 ont eu lieu à l’hôpital, 21 dans une maison de repos et de soins. Dans ce dernier groupe, 57% des décès ont été confirmés comme liés au Covid-19 par un test.

    • Sur les 8.959 personnes décédées, 48% sont mortes à l’hôpital, 51% dans une maison de repos et de soins, 0,2% à la maison et 0,4% à un autre endroit. Les décès à l’hôpital sont tous des cas confirmés. Les décès ayant eu lieu dans des maisons de repos et de soins concernent des cas confirmés (23%) ou suspects (77%).
  • Revoir la conférence de presse du SPF Santé

    Coronavirus (Covid-19): conférence de presse du 15/05/2020

  • Le PIB allemand recule de 2,2% au 1er trimestre

    L'Allemagne a subi un recul de 2,2% de son produit intérieur brut (PIB) au premier trimestre 2020, en raison du coronavirus. Le pays se prépare à une récession historique, a annoncé, ce vendredi, l'institut Destatis.

    L'économie allemande connaît son "pire résultat depuis la crise économique" de 2008/2009, et "son deuxième plus mauvais depuis la Réunification" en 1990, indique Destatis, alors même que les mesures de restrictions visant à endiguer la pandémie, au prix d'un fort impact sur l'activité, ont débuté mi-mars, en fin de trimestre.

  • Les trottinettes Lime font leur retour progressif à Bruxelles

    Après une suspension temporaire de son activité depuis la mi-mars liée aux mesures de confinement, Lime relance ses services à Bruxelles, indique l'entreprise d'origine américaine ce vendredi.

    Dès à présent, 250 trottinettes électriques sont disponibles à travers la capitale. La flotte sera ensuite graduellement adaptée à la demande et à la reprise des activités. Durant plusieurs semaines, Lime avait retiré ses engins électriques afin d'aider à réduire la propagation du coronavirus. L'entreprise avait expliqué avoir suspendu ses opérations par prudence et afin de se conformer aux directives gouvernementales. Elle s'était engagée à les réactiver une fois la crise maîtrisée.

    Outre Bruxelles, Lime précise "être à l'écoute des villes périphériques pour déployer nos trottinettes, alternatives à la voiture individuelle au moment du déconfinement". Toutes les trottinettes sont désinfectées lorsqu'elles sont entretenues dans l'atelier, chargées ou déployées dans la ville, assure l'entreprise. Les méthodes de nettoyage ont été améliorées et la fréquence de désinfection a augmenté, ajoute-t-elle. Les utilisateurs seront, eux, sensibilisés régulièrement aux gestes barrières.

    De son côté, Dott est revenue à son offre normale de 3.000 trottinettes depuis le 4 mai et le début du déconfinement. L'entreprise était passée à un "service minimum" à la mi-mars, en n'en proposant plus que 2.000 à travers la capitale.

  • L'hydroxychloroquine n'est pas efficace, selon deux études

    L'hydroxychloroquine, traitement qui a fait couler beaucoup d'encre, notamment suite aux recommandations du professeur français Didier Raoult, ne semble pas efficace contre le Covid-19, que ce soit chez des patients gravement ou plus légèrement atteints, selon deux études publiées ce vendredi. 

    La première étude, menée par des chercheurs français, conclut que ce dérivé de l'antipaludéen chloroquine ne réduit pas significativement les risques d'admission en réanimation ni de décès chez les patients hospitalisés avec une pneumonie due au Covid-19.

    Selon la seconde étude, menée par une équipe chinoise, l'hydoxychloroquine ne permet pas d'éliminer le virus plus rapidement que des traitements standard chez des patients hospitalisés avec une forme "légère" ou "modérée" de Covid-19. En outre, les effets secondaires sont plus importants.

    "Considérés dans leur ensemble, ces résultats ne plaident pas pour une utilisation de l'hydroxychloroquine comme un traitement de routine pour les patients atteints du Covid-19."
    La revue médicale britannique BMJ

  • Pas de supplément corona pour les patients

    La ministre fédérale de la Santé Maggie De Block a annoncé, ce vendredi, que les prestataires de soins ne peuvent facturer de supplément "corona" à leurs patients, même si les mesures actuellement en vigueur représentent des frais supplémentaires. Pour y faire face, ils bénéficieront d'une compensation financière.

    "Les patients ne doivent pas supporter le coût du matériel de protection."
    Maggie De Block
    Ministre de la Santé

    Cette mesure, qui concerne tant les prestataires de soins conventionnés que les non-conventionnés, est entrée en vigueur avec effet rétroactif à partir du 4 mai, date à laquelle les soins non essentiels ont pu redémarrer, précise la ministre. "Pour moi, deux choses sont importantes: les patients ne doivent pas supporter le coût du matériel de protection et les prestataires de soins ne doivent pas non plus en être les dupes", ajoute-t-elle.

    Afin de ne pas pénaliser les professionnels de la santé, ces derniers bénéficieront d'un soutien financier des autorités permettant de "compenser de la manière la plus équitable possible leurs dépenses supplémentaires pendant cette crise", poursuit Maggie De Block. Quant aux patients à qui un "supplément corona" a été facturé, ils peuvent le récupérer en s'adressant directement à leur prestataire de soins ou avec l'appui de leur mutuelle.

  • Les Belges ont dépensé beaucoup moins en confinement, sauf dans les supermarchés

    Les Belges ont réduit leurs dépenses de plus de 30% durant les six premières semaines de confinement par rapport à la même période l'an dernier, selon une analyse d'ING effectuée sur la base des transactions électroniques de ses clients.

    Ils ont effectué 34% de transactions en moins. Sans surprise, l'étude montre que les Belges ont dépensé principalement moins pour les vacances (-69%), les activités des enfants (-68%), l'habillement et la beauté (-61%) et les transports (-52%).

    Par contre, les consommateurs ont dépensé plus d'argent dans les supermarchés et chez les fournisseurs en ligne non spécialisés (+24%). Les magasins d'alimentation spécialisés locaux, tels que les boucheries, les boulangeries et les épiceries, ont également connu une hausse des paiements var voie électronique (+14%) et des montants dépensés (+12%). Mais cela peut notamment s'expliquer par l'incitation à privilégier cette forme de paiement au détriment du cash.

  • Le Grand Prix de Spa-Francorchamps peut se dérouler à huis clos le 30 août

    Le Grand Prix de Belgique de Formule 1 pourra se tenir à huis clos le 30 août sur le circuit de Spa-Francorchamps, malgré l'interdiction des événements de masse jusqu'au 31 août. Elio Di Rupo, ministre-président wallon, et Willy Borsus, vice-président et ministre wallon de l'Économie, l'ont annoncé ce vendredi matin. Dans un communiqué annonçant l'ouverture partielle du circuit spadois, les deux politiciens ont "salué la décision prise ce vendredi matin par le comité de concertation, élargi aux experts du déconfinement, relative au circuit de Spa-Francorchamps".

  • Solvay ferme deux usines et supprime 570 postes

    Solvay annonce, ce vendredi, la fermeture de sites aux États-Unis et au Royaume-Uni. À l'échelle mondiale, l'entreprise belge va supprimer 570 emplois.

  • Vers une class action des propriétaires de seconde résidence?

    Des centaines de propriétaires de résidence secondaire envisagent de plaider ensemble contre l'État, relate Het Laatste Nieuws. Partout autour d'eux, ils constatent un relâchement des mesures de confinement, mais pour eux, le feu reste au rouge.

    "Scientifiquement, il n'y a aucune raison de nous interdire d'aller dans notre deuxième propriété, si nous y respectons les mêmes règles de sécurité", déclare Ann Willekens (55 ans) de Kalmthout, qui a un appartement à Westende. C'est ce que le virologiste Marc Van Ranst a souvent dit: déménager dans une résidence secondaire n'accélère pas la propagation du coronavirus, tant que les gens restent dans leur propre "bulle". Ann Willekens est l'un des administrateurs du groupe Facebook "Tweedeverblijvers kust en daarbuiten", qui compte plus de 4.200 membres. "Il y a beaucoup de gens qui ont besoin d'urgence de se rendre à leur appartement ou à leur caravane pour l'entretien. Certains d'entre eux ont une fuite depuis des mois".

    L'inoccupation prolongée fait également craindre aux propriétaires des cambriolages. Le groupe a déjà envoyé une pétition au Conseil national de sécurité, mais il n'a pas été entendu. C'est pourquoi ses membres veulent maintenant aller plus loin. Ils recherchent un avocat pour entamer une procédure, en espérant que cela mettra quelque chose en route. "D'après les réactions, je m'attends à ce qu'il y ait environ 300 parties intéressées", déclare M. Willekens.

  • Trop de pouvoir, les experts?

  • Le patron de Lufthansa rencontre le gouvernement ce vendredi

    Carsten Spohr, le patron du groupe aéronautique allemand Lufthansa, se rend à Bruxelles ce vendredi pour négocier sur l'avenir de sa filiale Brussels Airlines avec le gouvernement. Mardi, la compagnie aérienne belge a annoncé son intention de supprimer jusqu'à un millier d'emplois, soit un quart de son personnel. De leur côté, syndicats et direction se réuniront à nouveau lundi prochain.

    Jeudi, les représentants des travailleurs ont cependant déjà prévenu qu'ils ne voulaient pas négocier les conditions d'emploi du personnel tant qu'il n'y aurait pas de clarté sur l'avenir à court terme de la compagnie. Selon Dieter Vranckx, patron de Brussels Airlines, la compagnie est "bien trop grande".

    "Nous devons nous restructurer, car avec notre structure actuelle, nous ne survivrons pas à la crise du coronavirus".
    Dieter Vranckx
    Patron de Brussels Airlines

    L'administrateur délégué avait souligné, en outre, que son entreprise avait déjà un problème avant l'épidémie de coronavirus car elle n'était pas structurellement rentable. Un plan de réorganisation basé sur des départs volontaires était déjà en cours mais ne sera pas suffisant dans le contexte actuel. "Nous avons constaté les premiers effets positifs de ce plan en janvier et février. Mais le monde a ensuite changé" en raison de la pandémie, avait-il analysé.

    Trois éléments doivent être réunis pour donner un avenir à Brussels Airlines, avait rappelé mardi son patron: le plan de restructuration, qui doit être négocié avec les syndicats dans les prochaines semaines, le soutien de la maison mère Lufthansa - qui est là, selon Dieter Vranckx - et celui du gouvernement. Les discussions sur une aide de 290 millions d'euros sont en cours, mais aucun accord n'a encore été conclu.

    Lire aussi |

  • 1 salarié belge sur 3 au chômage temporaire en avril

    En avril, 34% des employés belges ont connu au moins un jour de chômage temporaire, rapporte Acerta sur base de l'analyse des données salariales de 32.000 employeurs. C'est 50% de plus que pour le mois de mars.

    Au total, au moins 11,6% des travailleurs ont été mis au chômage temporaire pendant la totalité du mois d'avril. Le nombre exact de travailleurs mis au chômage temporaire durant un mois entier est en réalité beaucoup plus élevé, car le nombre de jours de chômage des travailleurs à temps partiel reste limité, même si la totalité de leurs prestations est soumise au chômage temporaire, relève Acerta.

    Le secteur des services, le commerce (horeca compris) et l'industrie manufacturière ont été les plus touchés. Acerta a également noté une "augmentation fulgurante" du chômage temporaire dans le secteur financier, bien que la part reste relativement faible.

    "La taille de l'entreprise semble elle être déterminante dans le choix du chômage temporaire: plus l'entreprise est grande, moins elle y a recours."
    Acerta

    "Ce lien entre la taille de l'entreprise et le chômage temporaire ne s'applique toutefois qu'aux employés. Aucune corrélation n'a pu être démontrée pour les ouvriers", indique Amandine Bosseret conseillère juridique chez Acerta.

    Enfin, la proportion de travailleurs qui touchent un complément de leur entreprise pour compenser le chômage a doublé en avril par rapport au mois précédent, pour atteindre un cinquième d'entre eux. "Lors des premières semaines de 'chômage temporaire pour cause de force majeure', personne ne savait réellement combien de temps cette situation allait durer. Tout le monde a été surpris par l'impact (économique) rapide du coronavirus. En avril, il était déjà clair pour de nombreux employeurs que la crise serait plus longue et plus dure financièrement que prévu. Bon nombre d'employeurs ont alors réagi en octroyant à leur personnel un complément à l'allocation de chômage temporaire", conclut Mme Bosseret.

  • Bonjour et bienvenue dans ce direct

    Pour suivre en direct les infos concernant la crise du coronavirus ce vendredi, Corentin Di Prima et François Witvrouw.

    → Pour retrouver les infos d'hier, c'est par ici.

    Bonne journée.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés