Publicité

Reprendre le travail après un covid, ça se prépare

Lode Godderis (KULeuven, Idewe): "Il faut agir vite, avant le retour au travail, surtout que celui-ci peut jouer un rôle salutaire pour la santé du travailleur!" ©Kristof Vadino

Certaines personnes souffrent encore de symptômes plusieurs mois après avoir contracté le covid. Leur retour au travail peut être aménagé pour amoindrir les difficultés.

Le Covid-19, ça n'est pas qu'une crise aiguë suivie d'une guérison. Certains patients développent un covid long. Ils continuent de souffrir, pendant plusieurs mois, de différents symptômes.

"On peut aider les travailleurs à reprendre leur vie quotidienne et professionnelle en trouvant un équilibre."
Lode Godderis
CEO d'Idewe, professeur de médecine du travail à la KUL

Pourtant, ces patients-là doivent retourner au travail vaille que vaille, parce qu'ils ne sont pas totalement inaptes à reprendre leurs occupations. Mais ils se sentent néanmoins fortement handicapés. C'est désagréable. Physiquement difficile, moralement aussi. Les collègues et le patron ne comprennent pas toujours ce qu'il se passe avec ce travailleur qu'on croyait guéri.

Fatigue, maux de tête...

Les symptômes du covid long sont divers. Il a y surtout la fatigue. "Près de 90% de ceux qui souffrent d'un covid long s'en plaignent", pointe Lode Godderis, professeur de médecine du travail (KU Leuven) et CEO d’Idewe, service de prévention et de protection au travail en Belgique. Il y a aussi les maux de tête et les problèmes cognitifs. "Une sorte de brouhaha mental", décrit Godewina Mylle, qui est médecin du travail, spécialiste de la réintégration et conseillère en prévention chez Idewe. Ce problème affecte le travail administratif ou les enseignants. Il y a aussi les soucis respiratoires, handicapants pour les tâches physiques.

"Quand quelqu'un présente encore des symptômes un mois après sa maladie, il faut réfléchir à son retour au travail."
Lode Godderis
CEO d'Idewe, professeur de médecine du travail à la KUL

Pour Idewe, cela ne devrait pas être une fatalité. "On peut aider les travailleurs à reprendre leur vie quotidienne et professionnelle en trouvant un équilibre", assure le CEO d'Idewe. La solution passe par plusieurs adaptations. D'abord sur l'horaire: le travailleur peut retourner au travail à mi-temps puis monter en intensité progressivement, après évaluation.

Les tâches aussi peuvent être aménagées. Le télétravail, qui permet un autre rythme qu'au bureau, peut aussi être salutaire.

Un plan bien à temps

Mais évidemment, de tels aménagements se préparent. Chez Idewe, on plaide pour l'anticipation. "Quand quelqu'un présente encore des symptômes un mois après sa maladie, il faut réfléchir à son retour au travail", précise Lode Godderis.

5-20%
De 5 à 20% des personnes ayant souffert du Covid-19 présentent encore des symptômes six mois après la maladie.

Qui doit lancer quelle démarche? Parfois, l'employeur se montre proactif et conseille au travailleur de consulter le médecin du travail, qui va impliquer l'employeur dans la réflexion. Sinon, le médecin traitant qui diagnostique le covid long peut orienter le travailleur.

Le covid long ne concerne pas uniquement les personnes ayant été hospitalisées. D'après Lode Godderis, six mois après la maladie, entre 5 et 20% présenteraient encore des symptômes. "Il faut donc agir vite, avant le retour au travail, surtout que celui-ci peut jouer un rôle salutaire pour la santé du travailleur!"

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité