Ryanair ne veut pas laisser une rangée vide de sécurité

©REUTERS

Pas question pour le patron de Ryanair, Michael O'Leary, de redémarrer ses activités s'il doit garder une rangée vide de sécurité dans ses avions. Une manière de mettre la pression sur les autorités.

C'est une mauvaise nouvelle pour l'aéroport de Charleroi. Le patron de Ryanair, Michael O'Leary, prévient que la compagnie à bas coût irlandaise ne recommencera pas à voler si elle est tenue de garder ses sièges de milieu de rangée vides pour maintenir des distances de sécurité face au coronavirus.

Dans un entretien au Financial Times, le patron connu pour son franc-parler dit avoir prévenu le gouvernement irlandais que s'il prévoit d'instaurer de telles règles, "soit il paie pour le siège du milieu, soit on ne volera pas", car "nous ne pouvons pas gagner d'argent avec un taux de remplissage de 66%".

"C'est une idée idiote qui ne mène à rien de toute façon."
Michael O'Leary
CEO de Ryanair

Selon lui, laisser inoccupés les sièges médians ne garantit pas une distance suffisante donc "c'est une idée idiote qui ne mène à rien de toute façon".

La compagnie low cost, dont 99% des avions sont immobilisés à cause de l'arrêt quasi total du trafic aérien lié à la pandémie, avait averti début avril que ses bénéfices seraient dans le bas de ses attentes pour son exercice annuel achevé fin mars, qui n'intègre que le début des perturbations liées au coronavirus.

Elle s'était dite en bonne santé financière, sans dette et avec une trésorerie confortable, alors que le secteur aérien pour passagers traverse une crise majeure. On en sait quelque chose en Belgique alors que Brussels Airlines est clouée au sol et demande une grosse aide d'État. A Charleroi, l'aéroport est à l'arrêt faute d'avions. Si Ryanair tarde à redémarrer ses activités, cet arrêt de BSCA pourrait donc se prolonger. 

Michaël O'Leary met par-là même une pression sur les gouvernements afin qu'ils ne lui mettent pas une trop grande pression sur les mesures sanitaires. Ryanair emploie près de 20.000 personnes. L'aéroport de Charleroi compte 700 emplois directs.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité