Ryanair profite du coronavirus pour négocier avec les aéroports

Plusieurs aéroports européens ont reçu une lettre de Ryanair, qui veut revoir les conditions d'utilisation des aéroports. ©Photo News

L’occasion faisant le larron, la compagnie demande aux aéroports des conditions (encore) plus favorables. Faute de quoi, elle avisera. Chantage?

Plusieurs aéroports européens ont reçu une lettre de Niall O’Connor, directeur du développement du réseau de Ryanair , leur signifiant la volonté de la compagnie irlandaise de revoir leurs modalités contractuelles. Parmi ces aéroports, Bruxelles et Charleroi. La proposition de la low cost est simple:

  • jusqu’à fin octobre 2020, suppression des taxes d’atterrissage et des redevances par passager;
  • de novembre à mars 2021, suppression des taxes d’atterrissage et redevance passagers réduite de moitié sur le montant habituel;
  • d’avril à octobre 2021, taxe passagers réduite de moitié et aucune charge supplémentaire pour les nouvelles destinations qui seraient ouvertes.
"On comprend les difficultés des compagnies aériennes, mais nous avons les nôtres. Nous ne céderons à aucun chantage."
Arnaud Feist
CEO de Brussels Airport

Contacté par nos soins, Arnaud Feist, CEO de Brussels Airport, s’est montré diplomate: "On comprend les difficultés des compagnies aériennes, mais nous avons les nôtres: notre chiffre d’affaires a subi un revers de 90%! Nous comprenons les arguments de Ryanair, mais il faut voir la lettre reçue comme une tactique de négociations. Nous sommes en contact avec eux, pour voir comment nous en sortir à deux, mais nous ne céderons à aucun chantage."

Il faudra quand même voir quand Ryanair reprendra ses vols. N’oublions pas que son modèle low cost s’articule en partie sur une occupation maximale de ses avions. Si on lui ampute un tiers de ses passagers, le modèle ne tient plus, compte tenu des prix pratiqués. Et si les tarifs grimpent, l’avantage low cost disparaît. Qu’on ne se trompe pas: Michael O’Leary ne fera pas voler ses avions à perte. Même si on lui offre les taxes d’atterrissage.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité