Tester, oui, mais comment?

©AFP

Réussir la première phase du plan de déconfinement passe par les tests de détection du virus. Les médecins généralistes seront mis à contribution dès lundi, mais ils ont beaucoup de questions.

À partir du 4 mai, les patients présentant des symptômes du Covid-19 devraient pouvoir se faire tester chez leur médecin traitant. Et les dépistages seront aussi élargis à ceux qui ne présentent pas de symptômes respiratoires. Ce sont là des mesures du plan de déconfinement belge. Mais entre les plans du gouvernement et la réalité de terrain, les optimismes sont assez bigarrés.

"Si la confiance n’est pas présente, la stratégie ne fonctionnera pas."
Thomas Orban
Président du Collège de la médecine générale francophone de Belgique

Du côté des tendances encourageantes, il y a d’abord l’évolution du nombre de tests quotidiens de détection à réaliser pour s’assurer qu’un patient suspect soit diagnostiqué rapidement. "Actuellement, nous réalisons plus de 15.000 tests par jour", indiquait Sophie Wilmès (MR), Première ministre, jeudi à la Chambre. "Avec un pic de 18.000 tests effectués le 23 avril", précise le cabinet du ministre Philippe De Backer (Open Vld), en charge notamment de la taskforce Corona au gouvernement fédéral. Pour sortir du confinement, les experts recommandent 25.000 tests PCR dès le 4 mai. Une augmentation qui n’inquiète pas le ministre De Backer. "Nous pourrions même monter à 40.000 tests par jour si nécessaire, en faisant passer les équipes des laboratoires à un rythme de travail de trois équipes (shifts) par jour", a-t-il expliqué cette semaine, à la Chambre.

Côté approvisionnement, plus de 300.000 kits complets d’échantillonnage pour réaliser ces tests ont été livrés à la Belgique (sur une commande de 1,7 million de kits). Les chiffres gouvernementaux indiquent aussi la commande de 2,2 millions d’écouvillons et 1,8 million d’éprouvettes supplémentaires pour la réalisation de tels tests.

Défi logistique

Sur le terrain, le Dr Thomas Orban, président du Collège de la médecine générale francophone de Belgique, a des doutes.

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

"Il y a d’abord la question des équipements de protection des médecins, pointe-t-il. Le ministre nous promet un approvisionnement ce week-end. Je doute que cela soit le cas pour tous les médecins généralistes." Bien entendu, certains généralistes disposent de leur propre matériel de protection.

Il reste alors à pouvoir organiser un double flux de patients, afin que les personnes suspectées de Covid-19 ne rencontrent pas les autres patients. Il faut alors organiser deux circuits séparés au sein des grands cabinets. Ou prévoir des plages horaires spécifiques pour ces deux catégories de patients. Avec des périodes de désinfection des locaux entre les deux, estime le Dr Orban. Ce qui donne une idée des contraintes complémentaires que cela fait peser sur les épaules des médecins généralistes qui travaillent dans de petits cabinets.

Instaurer la confiance

Outre ces aspects techniques, le Dr Orban soulève aussi une autre question liée au déconfinement: celle de la confiance de la population dans les plans du gouvernement.

"Si cette confiance n’est pas présente, la stratégie ne fonctionnera pas", prévient-il. Les personnes qui ne se sentent pas au mieux de leur forme se feront-elles vraiment tester? Le risque, en cas de test positif, est qu’elles se voient mises en quarantaine… mais aussi leurs proches qui vivent sous le même toit.

"Cela signifie deux semaines de télétravail pour ces personnes, là où c’est possible. Sinon, cela se traduira par une perte de revenu. Ne faudrait-il pas que le gouvernement prévoie de rétribuer ces personnes, de payer leur salaire pendant un mois, afin de les motiver à rester chez elles? Ce sera au final bien moins cher si on veut enrayer la circulation du virus ", estime-t-il.

Lire également

Publicité
Publicité