Tous les chantiers publics bruxellois doivent être reprogrammés

Le secteur de la construction tourne au ralenti, ce qui met à l'arrêt de nombreux chantiers publics bruxellois. ©Tim Dirven

La commission de coordination des chantiers a créé une sous-commission "Lockdown" qui doit veiller à réduire l'impact négatif possible sur la reprise de l'activité économique lors de la levée du confinement.

Le secteur de la construction fonctionne au ralenti. Même si en théorie une entreprise se trouvant dans l'impossibilité d'organiser le télétravail peut poursuivre ses activités à condition de respecter les règles de distanciation sociale, la mise en pratique est plus complexe. À cela s'ajoutent le manque de personnel pour raisons médicales et les difficultés d'approvisionnement de certains matériaux. Conséquence: la majorité des chantiers publics bruxellois est au point mort.

"Une série de travaux se poursuivent comme nos campagnes annuelles de marquage routier ou les réparations de nids de poule."
Camille Thiry
Porte-parole de Bruxelles Mobilité

"Il a donc fallu sécuriser les chantiers des entreprises qui ne pouvaient plus continuer. Une série d'autres travaux se poursuivent comme nos campagnes annuelles de marquage routier ou les réparations de nids de poule. La baisse du trafic facilite beaucoup ce travail. On maintient aussi tout ce qui est saisonnier comme les plantations", détaille Camille Thiry, porte-parole de Bruxelles Mobilité, qui ne peut pas encore déterminer si les retards engrangés dans le tunnel Léopold II seront résorbés. "Les interventions de maintenance se poursuivent, mais on n'y travaille plus au même rythme qu'avant."

Le tableau dressé par la Stib est similaire: la plupart des chantiers sont en stand-by, à l'exception des travaux d'entretien et de réparation du réseau réalisés par les équipes internes. La société des transports bruxellois dispose d'un programme de renouvellement de 15 km de rails en 2020. Mais depuis le début de la crise, dix chantiers de renouvellement de voies de surface sont à l'arrêt.

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

En revanche, c'est une période idéale pour la reprise des activités de marquage au sol. Le réaménagement et élargissement de la bande bus de l'avenue de la Couronne débutera ce jeudi, suivi par celle de la rue de Trêves. "Les activités des géomètres ont également repris, ce qui nous permet d’avancer dans les relevés et les plans des futurs chantiers", ajoute Françoise Ledune, porte-parole de la Stib.

La Stib veut être prioritaire

Les autorités régionales planchent déjà sur l'après-confinement. Réunie le 30 mars, la commission de coordination des chantiers a constitué une sous-commission dénommée "Lockdown" dont l'objectif est de repenser la coordination des chantiers à l'échelle de la Région lors de la levée du confinement, en visant à réduire l'impact négatif possible sur la reprise de l'activité économique.

"Il est probable que les chantiers situés dans des zones stratégiques soient reportés."
Marie Thibaut
Porte-parole de la ministre bruxelloise Elke Van den Brandt

"Tout dépend encore de la manière dont sera organisé le déconfinement, mais il est probable que les chantiers situés dans des zones stratégiques soient reportés", résume-t-on au cabinet de la ministre bruxelloise de la Mobilité Elke Van den Brandt (Groen).

Pas encore tranchée, la question d'épargner les commerçants déjà fragilisés par le lockdown est aussi sur la table de la commission de coordination. Dans ce contexte, l'agence régionale pour l'accompagnement de l'entreprise hub.brussels a demandé aux 19 communes de lui fournir, d'ici le 22 avril, la liste des zones commerciales qui devraient être préservées de chantiers impactants lors de la levée du confinement. C'est notamment le cas de la chaussée d'Alsemberg à Uccle.

Côté Stib, on espère au contraire pouvoir rattraper le temps perdu, quitte à mener deux chantiers en parallèle dans une même zone plutôt que de les reporter d'un an ou deux. "Nous sommes conscients que tous les chantiers ne peuvent pas redémarrer en même temps partout dans Bruxelles, mais nous souhaitons que la commission prenne en compte le caractère essentiel de notre activité et que nous soyons considérés comme étant prioritaires."

Lire également

Publicité
Publicité