analyse

Un Celeval "new look" est sur les rails pour conseiller le CNS

Le professeur gantois Lieven Annemans est l'un des nouveaux visages du Celeval, le groupe qui conseille le Conseil national de sécurité. ©Dieter Telemans

La composition du Celeval, le groupe qui conseille le CNS, a été remaniée. Objectif: disposer d'une expertise plus large quant aux enjeux liés à l'épidémie.

On ne présente plus le Conseil national de sécurité, CNS pour les intimes, l'organe qui prend depuis des mois les principales décisions en vue de lutter contre l'épidémie de coronavirus. Les conférences de presse à l'issue de ses réunions sont d'ailleurs devenues des incontournables pour de nombreux Belges. Ce dont on parle nettement moins par contre, c'est du Celeval, le groupe chargé de préparer ces fameux CNS.

Jusqu'à présent, cette cellule d'évaluation fédérale était principalement constituée de virologues. La Première ministre Sophie Wilmès n'avait cependant pas fait mystère de sa volonté de faire évoluer sa composition. La "gestion de crise" s'est transformée en "gestion du risque" et il n'est donc "pas anormal que nous changions", expliquait-elle en début de semaine. C'est désormais chose faite!

Nouveaux venus

Si Tom Auwers, le boss du SPF Santé publique, reste à la présidence du Celeval, plusieurs nouvelles têtes vont intégrer son équipe. Parmi elles, le professeur gantois en économie de la santé, Lieven Annemans, qui n'a précédemment pas ménagé ses critiques quant à la politique belge contre le Covid-19.

"Les mesures prises manquent de logique", dénoncait-il encore récemment dans une lettre ouverte. A ses yeux, un équilibre doit absolument être trouvé entre les mesures corona et les droits au travail, à l'éducation, la culture, aux loisirs et aux contacts humains.

Outre Lieven Annemans, la professeure de psychologie clinique à l'ULB, Ariane Bazan et Vinciane Morel, représentantes du secteur de l’événementiel en Belgique, intègrent l'organe qui murmure à l'oreille des décideurs politiques. Le rôle de ces personnalités est clair: permettre au Celeval de prendre de la hauteur et de ne pas se focaliser sur les seuls aspects sanitaires.

Exit Marc Van Ranst

Attention, bien que le monde politique semble avoir voulu diversifier la composition de son organe de conseil, épidémiologistes et virologues continueront à y jouer un rôle-clé, avec Erika Vlieghe, Frédérique Jacobs et Marius Gilbert.

Pedro Facon, le directeur général des soins de santé au sein du SPF Santé publique, participera, lui aussi, aux réunions, de même que Karine Moykens, présidente du comité interfédéral Testing et Tracing. Le centre de crise sera, pour sa part, représenté par Bart Raeymaekers, les Affaires intérieures par Christian Wouters et Sciensano par Sophie Quoilin.

Une absence notable dans ce nouvel attelage: celle de Marc Van Ranst. Jamais avare de commentaires tranchants sur les réseaux sociaux quant aux décisions prises, ce dernier s'est à maintes reprises écharpé avec des responsables politiques francophones, dont Pierre-Yves Jeholet ou Denis Ducarme. Bien qu'il ne sera pas titulaire dans le Celeval, Van Ranst reste toutefois le remplaçant d'Erika Vlieghe.

Thijs sera bien de la partie

Quant au capitaine d'industrie Johnny Thijs, précédemment membre du groupe d'experts sur la stratégie de déconfinement (GEES), désormais dissous, il rejoint lui aussi le Celeval.

Il avait auparavant été rapporté que le président d'Engie Electrabel avait décliné l'invitation. Des critiques s'étaient élevées car, en l'absence de Johnny Thijs au sein du Celeval, aucun expert n'aurait représenté le monde économique. "Mais, après contact avec Tom Auwers, président du comité de direction du SPF Santé publique et président du Celeval, il a quand même décidé de siéger", explique Jan Eyckmans, porte-parole du SPF Santé publique.

L'organe compte également en son sein une deuxième représentante du monde économique, en la personne de Vinciane Morel.

Les Régions et la Communauté germanophone devraient, par ailleurs, pouvoir chacune y dépêcher un envoyé.

©Mediafin

Les organes de conseil des autorités pendant la crise

CELEVAL: La "Cellule d'évaluation" remet un avis de santé publique pour conseiller les autorités dans la prise de décisions pour lutter contre la pandémie. L'avis du Celeval se base sur les rapports du RAG et du RMG.

RAG: Le "Risk Assessment Group" analyse le risque pour la population en se fondant sur des données épidémiologiques et scientifiques. Présidé par Sciensano, il se compose d’experts de Sciensano et des autorités de santé.

RMG: Le "Risk Management Group" s’appuie sur l’avis du RAG pour prendre des mesures de protection de la santé publique. Présidé par le SPF Santé publique, il se compose de représentants des autorités fédérales et fédérées de santé.

GEES: Groupe en charge de l'Exit Strategy. Il a piloté la stratégie belge de déconfinement avant d'être dissous. Plusieurs de ses membres ont intégré la CELEVAL "new look".

ERMG: L'Economic Risk Management Group a pour objectif principal de proposer des mesures en faveur des entreprises, des indépendants et des ménages afin qu’ils puissent surmonter la crise et que l’économie puisse redémarrer rapidement dès l’arrêt de la propagation du coronavirus.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité