Un Grand Prix de Spa sans public et sans subside

Le Grand Prix de Belgique aura bien lieu cette année mais sans public. ©REUTERS

Le Grand Prix de Belgique aura bien lieu le dernier week-end du mois d’août. A huis clos. Une mauvaise nouvelle pour les supporters. L’organisateur s’en sort toutefois avec des coûts limités et se passera de l’aide de la Région.

La solution circulait dans les paddocks depuis déjà plusieurs semaines. Elle a été officialisée ce mardi. Le Grand Prix de Spa Francorchamps se tiendra bien le week-end du 30 août à huis clos. Il sera organisé hors du contrat ‘Promoteur’ qui lie normalement Spa Grand Prix SA à Liberty Media. Concrètement, un accord exceptionnel a été trouvé pour cette édition entre les organisateurs wallons et la société américaine derrière le championnat mondial. Une excellente nouvelle pour l'organisateur, qui ne devra pas faire appel aux pouvoirs publics comme c’est habituellement le cas. Liberty Media prendra à sa charge les frais de l’organisation, Spa Grand Prix n’ayant à sa charge que les frais de fonctionnement de sa structure.

"En 2019, l’aide régionale fut d’environ six millions d’euros."
Melchior Wathelet
Président de Spa Grand Prix

Habituellement, l’enveloppe wallonne se chiffre en millions d’euros. "L’aide varie d’une année à l’autre", confirme Melchior Wathelet, le président de Spa Grand Prix. "En 2019, l’aide fut la plus basse avec un soutien d’environ six millions d’euros", confie-t-il. Une somme qui ne sera donc pas à payer par les pouvoirs publics. "On préfère parler d’un investissement plutôt que d'un coût. Les retombées économiques dépassent toujours largement le montant payé par la Région. Dans une étude, Deloitte les avait chiffrées à environ 30 millions d’euros", assure Melchior Wathelet.

Un accord ou pas de GP

En l’absence de public, impossible forcément d’espérer de tels retours. "Un accord avec Liberty Media était donc indispensable. On imaginait mal faire une telle demande de financement sans pouvoir compter sur un retour", explique encore le président, satisfait et visiblement un peu surpris de la bonne tournure des négociations avec le géant de la F1. "Cette crise a permis de revoir complètement notre relation avec eux. Jamais sans une telle crise de telles discussions n'auraient pu être envisagées. Nous avons été en contact avec eux chaque semaine pour aboutir à un compromis."

"Un accord avec Liberty Media était donc indispensable. On imaginait mal faire une telle demande de financement sans pouvoir compter sur un retour."
Melchior Wathelet
Président de Spa Grand Prix

La bonne nouvelle se dessine également à plus long terme. Liberty Media et Spa Grand Prix sont arrivés à un accord pour continuer l’organisation de la course belge au moins jusqu'en 2022. "Nous avons l’avantage, avec la référence qu’est devenu le circuit, de ne plus devoir passer par l’étape où on doit faire valoir les attraits de notre circuit. Mais les négociations sont toujours compliquées car les prétendants sont nombreux et il y a toujours du changement d’une saison à l’autre", explique le responsable. Les 67.000 spectateurs qui avaient déjà leur billet pour cette année peuvent le reporter à l’édition 2021.

Lire également

Publicité
Publicité