Un plan d'urgence de 6,5 millions pour le secteur touristique wallon

La moitié du budget alloué doit permettre aux hébergements touristiques et aux attractions touristiques (comme le Château de Bouillon, par exemple) de mettre en place les mesures sanitaires obligatoires. ©BELGAIMAGE

Ces mesures d'urgence doivent permettre aux acteurs touristiques d'amorcer la saison 2020. Pour la relance plus structurelle, la Wallonie compte notamment sur les fonds européens.

Le gouvernement wallon a adopté, vendredi, un programme de soutien d'urgence de l'ensemble des opérateurs touristiques du sud du pays, pour un montant total de 6,5 millions d'euros.

La moitié de ce budget doit permettre aux hébergements touristiques et aux attractions touristiques de mettre en place les mesures sanitaires obligatoires. En fonction des décisions prises par le Conseil national de sécurité (CNS), certaines structures auront notamment besoin d'installer des poteaux de signalisation ou de prévoir une signalétique au sol afin d'assurer la distanciation sociale entre les visiteurs. Le gouvernement régional prévoit une enveloppe totale de 3,2 millions d'euros à répartir entre les acteurs sur base du taux de fréquentation pour faire face à ces frais imprévus.

Un soutien financier est également annoncé pour les frais d'entretien et le maintien en l'état des infrastructures pendant la période de fermeture au public. Allant de 1.000 à 200.000 euros, ce subside, également calculé sur base du taux de fréquentation, permet de financer des travaux qui devaient de toute façon être réalisés, mais qui ont pu être impactés par l'absence de recettes durant le confinement.

"Des travaux et des réflexions sont actuellement menés afin d’élaborer un plan de relance qui renforcera la Wallonie en tant que destination touristique de premier choix et de qualité. Il permettra aussi au tourisme wallon d’être encore plus attractif et durable."
Valérie De Bue
Ministre wallonne du Tourisme

Vaste campagne de promotion

Une aide financière à destination des associations de tourisme social, soit les auberges de jeunesse et les pensions, est également prévue pour un montant total de 830.000 euros à ventiler sur base du nombre de lits. Les organisateurs d'activités événementielles à vocation touristique, comme les festivals qui drainent un large public, seront aussi soutenus par le gouvernement wallon. Il remboursera les dépenses déjà effectuées avec différents plafonds allant de 6.000 à 25.000 euros selon l'impact touristique dudit événement.

3,2 millions
d'euros
Une enveloppe de 3,2 millions d'euros doit permettre aux hébergements touristiques et aux attractions touristiques de mettre en place les mesures sanitaires obligatoires.

Enfin, la Région wallonne prendra à sa charge 100% des coûts des actions et des campagnes de promotion touristiques des Maisons du Tourisme. À cela s'ajoute la mise à disposition, pour l’ensemble des opérateurs touristiques, d’une campagne de promotion du tourisme wallon ainsi que sa diffusion massive sur plusieurs médias. Sous le slogan "Changer d'air", cette campagne, financée à hauteur de 700.000 euros et qui débutera le 10 juin, sera personnalisable. Grâce à une plateforme numérique accessible à tous les acteurs du tourisme, ceux-ci pourront s'approprier les affiches en ajoutant leurs coordonnées.

Tourisme plus durable

Comme le précise la ministre wallonne du Tourisme Valérie De Bue (MR), ce programme d'urgence est une première étape pour permettre au secteur d’amorcer la saison touristique 2020. "Des travaux et des réflexions sont actuellement menés afin d’élaborer un plan de relance qui renforcera la Wallonie en tant que destination touristique de premier choix et de qualité. Il permettra aussi au tourisme wallon d’être encore plus attractif et durable", affirme la libérale.

Des mesures de relance plus structurelles seront donc comprises dans le plan post-Covid "Get Up Wallonia!". L'exécutif d'Elio Di Rupo (PS) compte aussi sur les fonds européens qui seront attribués à la Belgique pour répondre aux différents enjeux du secteur, comme la transformation vers un tourisme plus durable mais reposant davantage sur le numérique. "Même si c'est délicat à dire pour le moment, la crise doit aussi représenter une opportunité pour le secteur touristique. Avant le Covid, nous avions initié une plateforme visant à centraliser les réservations en ligne. Les fonds européens nous permettront de la généraliser en accompagnant les plus petites structures", illustre le porte-parole de la ministre De Bue.

Lire également

Publicité
Publicité