Un pôle d'accompagnement d'urgence pour les entreprises bruxelloises

Un peu plus de 300 entrepreneurs bruxellois en difficulté ont fait appel au pôle d'accompagnement d'urgence depuis le début de la crise sanitaire.

Dans le même esprit que la cellule de relance qui avait été mise en place au lendemain des attentats de Bruxelles en 2016, un pôle d'accompagnement d'urgence a été créé pour épauler les entreprises touchées par la crise sanitaire. Soutenu par le gouvernement bruxellois à hauteur de 200.000 euros, ce pôle réunit plusieurs acteurs tels que l'agence régionale hub.brussels, le Centre pour entreprises en difficulté (CED) du Beci, les multiples guichets d'économie locale (GEL), les plateformes d'Auto Création d'Emploi et finance.brussels, la société régionale d'investissement fraîchement recapitalisée.

90%
.
Sur les 313 demandes d'accompagnement introduites, 90% le sont par des toutes petites entreprises comptant moins de 5 ETP.

Selon un premier bilan tiré de ce dispositif opérationnel depuis deux semaines, 313 demandes d'accompagnement ont été introduites par des entrepreneurs et des professions libérales. Ces demandes sont émises à 90% par des toutes petites entreprises comptant moins de 5 ETP. "Ce sont celles qui sont actives dans la restauration et la production alimentaire qui se sont le plus manifestées. Au niveau du dispatching, 70% des demandeurs ont été renvoyés vers le CED, 20% vers hub.brussels et 10% vers les guichets d'économie locale", détaille Annelore Isaac, directrice générale adjointe de hub.brussels.

L'entrée dans le dispositif se fait généralement suite à un coup de fil au 1819, point de contact pour les entrepreneurs en Région bruxelloise. Si les appels portent le plus souvent sur un problème de trésorerie et donc un besoin de financement, des questions se posent aussi sur les effets à plus long terme de la crise. "Dois-je revoir mon business model? Dois-je adapter mes activités? Dois-je investir pour m'adresser autrement à la clientèle? Pour répondre à ces questions, un accompagnement par des experts représente une valeur ajoutée", assure Annelore Isaac.

Une fois rempli, le formulaire reprenant les informations de base sur l'entreprise sera screené par des conseillers de hub.brussels qui vont décider chez quel partenaire l'envoyer en fonction du type de problématique et du secteur d'activités. Dans les trois jours ouvrables, la structure d'accompagnement désignée proposera un rendez-vous à l'entreprise en difficulté.

Une centaine de consultants au CED

Fort d'une expérience de 15 années dans l'accompagnement des entreprises, le CED traite aujourd'hui les dossiers envoyés par hub.brussels mais aussi par la Ville de Bruxelles, le tribunal de l'entreprise ou encore le numéro d'urgence mis en place par la Chambre de commerce de Bruxelles (Beci). Renforcées pour affronter la crise, les équipes sont passées d'une vingtaine à une centaine de consultants parmi lesquels des avocats, des comptables et des médiateurs.

"Au départ, de nombreuses questions portaient sur les primes mais on entre maintenant dans une phase plus complexe avec des problèmes de crédit, de contrats commerciaux et de loyers."
Olivier Kahn
Coordinateur du Centre pour entreprises en difficulté

"Nous intervenons de manière très pratique en essayant, par exemple, de régler les conflits pour le paiement d'un loyer entre un locataire et son propriétaire à l'aide d'un médiateur. Au départ, de nombreuses questions portaient sur les primes mais on entre maintenant dans une phase plus complexe avec des problèmes de crédit, de contrats commerciaux et de loyers", expose Olivier Kahn, coordinateur du Centre pour entreprises en difficulté.

Gérant d'un magasin spécialisé dans la vente de vélos cargos, Nicolas De Keghel a rempli le formulaire du pôle d'urgence début mars quand tous ses rendez-vous professionnels s'annulaient les uns après les autres. "J'ai tout de suite été contacté par un coach et un comptable. On a fait le point sur la situation pour voir s'il fallait toucher au plan financier. Comme beaucoup de gens se mettent au vélo, mon activité a déjà pu redémarrer. Je reviendrai vers le coach en fonction de l'évolution de la situation", explique cet entrepreneur qui délivre un conseil: "Il ne faut surtout pas hésiter ni tarder à venir chercher de l'aide car les solutions peuvent prendre un certain temps à se mettre en place!"

Lire également

Publicité
Publicité