1. Dossiers
  2. Coronavirus
live

La CGSP menace: "Pas de protection sur le rail, pas de travail"

Alors que la Belgique d'apprête à entrer dans sa première phase de déconfinement, les cheminots mettent leur direction en garde.
  • Merci de nous avoir suivi

    C'est ici que se clôture le live du week-end. 

    Rendez-vous dans notre nouveau direct de ce lundi 4 mai. C'est ici

    Bonne semaine à tous. 

  • Le nombre de morts du coronavirus au plus bas en Italie

    L'Italie a annoncé dimanche le décès en 24 heures de 174 malades du coronavirus, le nombre le plus faible depuis le premier jour du confinement du pays, qui doit être allégé ce lundi. Le Premier ministre Giuseppe Conte avait annoncé ce confinement dans la nuit du 9 au 10 mars, expliquant à 60 millions d'Italiens que l'extension à tout le territoire de cette mesure ordonnée deux jours plus tôt pour le Nord, était le seul moyen d'endiguer la pandémie. Celle-ci a tué près de 29.000 personnes dans la péninsule, selon les chiffres officiels.

  • Des "preuves immenses" que le coronavirus vient d'un labo de Wuhan, selon Pompeo

    Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a affirmé dimanche qu'il existait un "nombre significatif de preuves" que le nouveau coronavirus provient d'un laboratoire de la ville chinoise de Wuhan, berceau de la pandémie. "Il existe des preuves immenses que c'est de là que c'est parti", a insisté le secrétaire d'Etat américain sur la chaîne ABC, refusant de dire s'il pensait que le virus avait été libéré intentionnellement par Pékin. Mike Pompeo a par ailleurs dit regretter le manque de coopération des autorités chinoises afin de faire la lumière sur l'origine de la pandémie. "Il faut que nous puissions aller là-bas. Nous n'avons toujours pas les échantillons du virus dont nous avons besoin". Le président Donald Trump avait déjà lié jeudi le nouveau coronavirus à l'Institut de virologie de Wuhan et menacé la Chine de taxes punitives.

  • L'AG de la Pro League de nouveau reportée

    L'assemblée générale de la Pro League prévue ce lundi est une nouvelle fois reportée, a indiqué la Pro League dimanche. L'AG, qui doit valider l'arrêt définitif de la saison de football, est désormais programmée au vendredi 15 mai. C'est le quatrième report de l'assemblée générale de la Pro League, qui doit valider la décision prise début avril du conseil d'administration de la Pro League de mettre un terme à la saison de football en Belgique.

  • 6%
    TVA
    La TVA sur les masques et les gels désinfectants passe de 21% à 6%, à la suite d'une décision du conseil des ministres de ce samedi, a annoncé dimanche le ministre des Finances Alexander De Croo. La demande avait été faite par le PS et le sp.a.

  • Sur le rail, "pas de protection, pas de travail", menace la CGSP

    "Si les moyens de protection prévus ne sont pas à disposition des cheminots, il n'y aura pas de prise de travail", a menacé dimanche la CGSP-Cheminots, le syndicat majoritaire au sein de la SNCB, dans un communiqué.

    La SNCB a annoncé vendredi avoir pris des mesures supplémentaires pour sensibiliser ses voyageurs et protéger leur santé ainsi que celle du personnel des chemins de fer dans le cadre de la première phase du déconfinement qui débute ce lundi. Dans les gares (halls, guichets, automates de vente), des affiches et des autocollants au sol rappelleront aux voyageurs de maintenir une distance sociale et de porter un masque, qui sera obligatoire dès ce lundi pour les personnes de plus de 12 ans. Dans les escaliers et les escalators, les voyageurs seront priés de tenir leur droite et de ne pas se dépasser, rappelle l'entreprise.

    Offre de trains quasiment complète

    À partir de lundi, la SNCB proposera une offre de trains quasiment complète, à l'exception d'une septantaine de trains P.

    Les accompagnateurs de train utiliseront un sifflet électronique pour avertir les voyageurs de la fermeture des portes, afin de leur éviter de devoir retirer à chaque fois leur masque. La majorité d'entre eux disposera de ce dispositif d'ici lundi. Ceux qui ne l'auront pas encore reçu donneront provisoirement le signal de départ oralement.

    La SNCB perd plus de 70 millions d'euros de recettes par mois, selon sa patronne, Sophie Dutordoir.

    La compagnie ferroviaire a déjà investi 3,5 millions d'euros en protections, a indiqué la patronne de la SNCB Sophie Dutordoir dans l'émission "De Zevende Dag" sur la VRT. "Et nous avons également dépensé beaucoup d'argent en équipes de nettoyage. Nous mobilisons des centaines de personnes". Ces dernières semaines, 95% des trains ont roulé avec un taux d'occupation d'à peine 10%. "A cause de la crise du coronavirus, nous perdons plus de 70 millions d'euros de recettes par mois, tandis que les coûts fixes continuent de courir", a-t-elle déploré.

  • Le traçage prend forme à Bruxelles

    Du personnel des mutuelles participera au dispositif de traçage des contacts de patients contaminés au coronavirus, a indiqué ce dimanche le ministre bruxellois de la Santé Alain Maron.

    C'est ce lundi 4 mai que ce dispositif de "tracing" entre en phase de test, afin qu'il soit pleinement opérationnel le 11 mai, "véritable moment de départ du déconfinement progressif", selon le ministre Ecolo. Ce calendrier avait fait l'objet d'un accord en Conseil national de sécurité. Les entités fédérées du pays doivent développer leurs dispositifs de sorte qu'ils puissent interagir via une plate-forme fédérale.

    Le dispositif bruxellois vient de faire l'objet d'un accord en gouvernement. Il sera composé d'un call center de 170 collaborateurs ainsi que d'une équipe de terrain de 65 personnes pour joindre les personnes qui n'auraient pu être contactées par téléphone, détaille le ministre dans un communiqué.

    Pour cette opération, l'administration est sollicitée mais aussi les mutuelles. Celles-ci "se sont imposées comme un partenaire de premier choix" pour leur expertise en matière de santé, leur force d'organisation, leur capacité à mettre rapidement du personnel à disposition, leur connaissance des exigences de protection de la vie privée, etc., selon M. Maron.

    Le traçage démarre une fois qu'un médecin ou un laboratoire a rentré les données d'un patient infecté dans la base de données centrale. Toute personne qui a des symptômes est donc invitée à téléphoner à son médecin généraliste. Si la plupart des contacts pourront être établis par téléphone sur la base d'un questionnaire-type par du personnel administratif (call center de première ligne), il faut compter que 20% des situations nécessiteront un recours à du personnel plus spécialisé (profil infirmier ou similaire, deuxième ligne), voire à un médecin (troisième ligne). Les contacts qui n'auront pu être établis par téléphone ou qui seront jugés non conformes nécessiteront une visite sur place. Plusieurs équipes seront mises sur pied pour assurer ce suivi sur le terrain.

    Le montant global de l'opération pour les trois prochains mois s'élève à 7,3 millions d'euros, selon le ministre bruxellois. La situation sera réévaluée en fonction de son évolution.

  • Des volontaires dans les maisons de repos privées aussi

    La possibilité pour les maisons de repos de faire appel temporairement à des volontaires pour les aider à faire face à un faible taux de présence du personnel est étendue aux institutions privées, a indiqué dimanche la ministre fédérale de la Santé Maggie De Block.

    Les maisons de repos et de soins publiques ont actuellement déjà cette possibilité, vu que la propagation du coronavirus a entraîné une augmentation du nombre de travailleurs malades ou en quarantaine. Pour étendre cette souplesse aux maisons de repos privées, Mme De Block (Open Vld) prévoit une adaptation temporaire de la loi sur le volontariat. Elle sera conditionnée au fait que l'institution n'utilise pas le système de chômage temporaire pour son personnel. "Les volontaires sont là pour aider le personnel en place. L'objectif n'est pas que les institutions privées remplacent leur personnel par des volontaires", commente Mme De Block.

    Le recours à des volontaires pourra se faire pendant une période limitée allant du 1er mai au 30 juin prochains. Le dispositif sera d'application dans les résidences pour personnes âgées, les maisons de repos et de soins et les établissements d'accueil ou d'hébergement pour personnes âgées du secteur commercial privé.

  • 79 décès rapportés ces dernières 24 h

    Selon le Centre national de crise et le SPF Santé Publique, 79 décès ont été rapportés ces dernières 24 h. Parmi eux, 44 personnes ont perdu la vie dans les hôpitaux et 33 décès proviennent des maisons de repos. 7844 décès sont à déplorer depuis le début de la crise.

    98 personnes ont pu quitter l’hôpital au cours de ces dernières 24 heures ( 12309 en tout). 3056 personnes sont actuellement hospitalisées en Belgique ( 53 de moins que lors de la journée de ce samedi). 674 patients sont pris en charge aux soins intensifs (une diminution de 15 par rapport à la veille).

    Sur la journée de samedi, 389 nouveaux cas ont été détectés (155 en maison de repos et soin). Au total, 49906 cas ont été détectés en Belgique.

    Parmi les 7844 personnes décédées depuis le début de la crise, 46% ont été répertoriées dans les hôpitaux, 53% dans les maisons de repos et de soin, 0,3% et 0,4% ailleurs. Tous les cas de décès en hopîtaux ont été confirmés. Dans les maison de repos, 17% des cas sont confirmés, 83% sont suspectés. 

    Le nombre de personnes infectées est toujours en progression. Mais le centre national de crise et le SPF Santé Publique constatent que le nombre d'hospitalisations semble  diminuer. 

  • 3,44 millions
    De personnes contaminées dans le monde
    Plus de 3,44 millions de personnes dans le monde ont été contaminées par le nouveau coronavirus SARS-CoV-2, responsable à ce jour de 243.015 décès selon un décompte arrêté par l'agence Reuters sur la base des données officielles fournies pays par pays.

  • Accord au sein du TEC sur les mesures liées au déconfinement

    La direction du TEC et les syndicats sont parvenus samedi soir à un accord sur le dispositif qui sera mis en place à partir de lundi au sein de la société wallonne de transport public, annonce son porte-parole Stéphane Thiery.

    Des agents contestaient notamment les normes imposées en matière de voyageurs transportés. Ces craintes avaient été relayées par le syndicat socialistes CGSP. Des négociations se sont tenues ces derniers jours. 

     Concrètement, dès lundi et jusqu'au 17 mai, l'exploitation des lignes continuera d'être assurée sur base des horaires établis pour les périodes de vacances scolaires, annonce le TEC. Les lignes vers les hôpitaux et certaines lignes plus fréquentées continueront, dans la mesure du possible, d'être renforcées.  

    ©Photo News

    A bord des véhicules, les voyageurs seront priés de porter un masque (ou une alternative couvrant le nez et la bouche) pour accéder au transport en commun. Ce masque obligatoire doit être porté à tout moment, aux arrêts et dans les véhicules, dès l'âge de 12 ans. Les contrôleurs pourront refuser l'accès à bord aux personnes qui ne portent pas un masque ou une alternative.  

    En outre, aucun voyageur ne pourra se tenir debout dans le véhicule. Seules les places assises devront être occupées avec une seule personne par banquette. Le nombre de voyageurs à bord sera limité à 12 pour un bus standard, 19 pour un bus articulé et 20 pour un tram. 

     Les usagers continueront de monter à bord des bus uniquement par l'arrière. Toute personne présente dans le véhicule devra toutefois bien posséder un titre de transport valable, même si la validation n'est plus requise.  Enfin, une bâche séparant le poste de conduite du reste du véhicule sera prochainement installée dans les bus, ajoute le TEC. Le nettoyage des véhicules continue par ailleurs d'être renforcé. 

  • La Corée du Sud engage une nouvelle phase d'assouplissement du plan anti-coronavirus

    La Corée du Sud engagera mercredi prochain une nouvelle phase de l'assouplissement des mesures prises pour endiguer la propagation du coronavirus, a annoncé le Premier ministre Chung Sye-kyun, ajoutant que le pays avait pour l'essentiel réussi à contrôler l'épidémie.  Le gouvernement, a-t-il dit, "va autoriser la reprise par phases de l'activité sur les sites de production jusque-là fermés et la tenue de rassemblements et de manifestations à condition qu'ils respectent les consignes de désinfection".  

    Le dernier bilan officiel communiqué par les autorités sud-coréennes fait état d'un total de 10.778 cas confirmés de contamination au SARS-CoV-2, dont 250 mortels.

  • La Croix-Rouge lance un tutoriel pour "vivre le déconfinement en toute sécurité"

    La Croix-Rouge lance dès lundi un tutoriel en ligne gratuit qui permet "de tout savoir, en tant que citoyen lambda, pour se déconfiner en toute sécurité". Le tutoriel, accessible sur téléphone portable, tablette et ordinateur, comprend des explications détaillées et imagées pour chaque étape.  Ainsi, l'organisation donne des conseils pratiques sur l'utilisation des transports en commun, le bon usage du masque ou encore la bonne façon de nettoyer son espace de bureau. "A chaque étape la Croix-Rouge se propose de vous guider pas à pas dans cette période de déconfinement et de retour à l'activité pour beaucoup d'entre nous", selon l'organisation. 

     Le tutoriel sera accessible dès lundi via cette adresse

  • Plus de 10.600 nouveaux cas en 24 heures en Russie où la flambée de coronavirus se poursuit

    La Russie a enregistré 10.633 nouveaux cas de contamination au coronavirus au cours des dernières 24 heures, une progression une nouvelle fois sans précédent depuis le début de l'épidémie qui porte le bilan total à 134.687 infections.  Samedi, avec 9.623 contaminations supplémentaires, le pays avait connu une flambée sans précédent dans la propagation du virus.  

    Le nombre de décès est passé lui à 1.280, avec 58 morts supplémentaires sur les dernières 24 heures, précise le Centre de gestion de la crise sanitaire, qui a par ailleurs révisé son bilan de la veille.

  • Le SNI fustige la communication tardive qui "frustrent" les entrepreneurs

    Le syndicat neutre pour indépendants (SNI) a jugé  "tardive" la communication, faite samedi après-midi par le Centre de crise, sur la mise en oeuvre concrète des mesures de déconfinement dans le cadre de la reprise des activités des entreprises qui aura lieu lundi.

    "C'est plus d'une semaine après l'annonce de la stratégie de déconfinement et seulement un jour avant le redémarrage. Du jamais vu", selon la présidente du SNI, Christine Matheeuws.  

    Ce n'est que jeudi soir qu'un nouvel arrêté ministériel a été publié dans le Moniteur belge indiquant quelles entreprises peuvent rouvrir leurs portes le 4 mai, regrette la présidente du SNI.  Mme Matheeuws souligne également qu'il a fallu attendre samedi après-midi pour que le Centre de crise publie sur son site les détails de ce décret. C'est plus d'une semaine après l'annonce du déconfinement progressif et seulement un jour avant son lancement. 

    La présidente du SNI pointe notamment l'exemple de l'annonce de l'autorisation des travaux de réparations à l'intérieur des habitations individuelles qui peuvent être exécutés pour autant qu'ils soient liés à une urgence justifiée par la sécurité, le bien-être ou l'hygiène (problème de plomberie, électricité). "Du jamais vu", s'indique Mme Matheeuws. "Rien ne change. Les entrepreneurs comprennent que, dans l'intérêt de la santé, les mesures doivent être prises par étapes, mais pourquoi les entrepreneurs obtiennent-ils si tard des éclaircissements sur ce qui peut et ne peut pas être fait? " Le SNI espère que lors des prochaines phases de déconfinement, ces clarifications seront communiquées plus rapidement. 

  • L'agence américaine de surveillance des médicaments approuve un nouveau test de dépistage

     La société pharmaceutique suisse Roche a reçu l'approbation accélérée de la FDA, l'organisme américain de surveillance des médicaments (Food and Drug Administration), pour l'utilisation d'un nouveau test de dépistage du Covid-19.

    Le test permettra de savoir si une personne a contracté le virus et si elle a développé des anticorps, a annoncé la société.  Le test sera également disponible ce mois-ci dans les pays qui acceptent le marquage européenne CE, qui prouve que le produit a été évalué et qu'il répond aux exigences européennes en matière de sécurité et de santé.

    Roche s'attend à livrer des dizaines de millions de tests par mois.  Selon l'entreprise, le test de dépistage peut aider à montrer si une personne a développé une immunité au virus. "Cela est particulièrement important chez les personnes qui ont pu être infectées par le coronavirus mais qui n'ont pas présenté de symptômes. En outre, le test peut permettre de dépister les groupes à haut risque", selon l'entreprise pharmaceutique.  Les anticorps sont détectés par le biais d'un échantillon de sang. D'après Roche, les résultats des tests peuvent être connus en 18 minutes. 

  • Accord sur le stockage des données issues du contact tracing

    Le conseil des ministres restreint (kern) a trouvé un accord sur le stockage des données collectées dans le cadre du contact tracing.

    Un arrêté royal stipule que ces données seront stockées dans une base de données sécurisée de l'institut de santé Sciensano. Dans le même temps, un projet de loi est en cours d'élaboration pour que le Parlement puisse donner son avis, selon le cabinet du ministre en charge de la Protection de la vie privée, Philippe De Backer (Open Vld).  Le suivi des contacts pourra donc commencer dès lundi. Les données relatives aux personnes testées positives au Covid-19, ainsi que les personnes avec lesquelles elles sont entrées en contact, seront conservées. Les données seront stockées dans une base de données Sciensano sécurisée et non dans un cloud.  L'autorité de protection des données a annoncé, plus tôt cette semaine, que des garanties supplémentaires devaient être fournies. Le ministre De Backer a déclaré que l'arrêté royal serait transformé en projet de loi, qui pourrait être débattu à la Chambre des représentants.

  • Le Centre de crise compte sur la responsabilité de chacun lors des déplacements

    "Nous comptons sur la responsabilité de chacun lorsqu'il s'agira de faire des déplacements dans le cadre d'une activité sportive en plein air. Vous pouvez vous rendre en voiture au club de golf ou de tennis dont vous êtes membre dans votre commune ou à proximité de votre domicile", explique Yves Stevens, porte-parole du Centre de crise.  

    ©AFP

    Les "déplacements limités" pour la pratique du sports ou des loisirs autorisés seront possibles lors de la nouvelle phase de déconfinement.

    Le Centre de crise rappelle cependant que les excursions sont toujours interdites.  Son porte-parole appelle chacun à être responsable lors de ces déplacements et à continuer à respecter les mesures mises en place. "En respectant les règles comme nous l'avons fait ces dernières semaines, nous avons pu limiter les dégâts. Les chiffres sont encourageants ces derniers jours. Il faut que cela reste ainsi. Le virus est toujours présent. Il faut absolument éviter une nouvelle flambée. Et vous le faites en faisant preuve de bon sens et en continuant à prendre vos responsabilités et à respecter les règles", souligne Yves Stevens.

  • Des masques pourront être vendus dans la grande distribution

    "Comme recommandé par le Groupe d'Experts en charge de l'Exit Strategy (GEES), la vente de masques chirurgicaux sera permise aux particuliers à titre de précaution, de façon à permettre à tout citoyen qui en aurait le besoin de se fournir en matériel de protection", annonce la Première ministre Sophie Wilmès et les ministres-présidents des entités fédérées samedi dans un communiqué commun.

    Cette vente de masques dans la grande distribution, strictement encadrée, est l'un des éléments d'une "stratégie commune et coordonnée" annoncée par les différents niveaux de pouvoir du pays.  Dans cette optique, l'arrêté royal du 23 mars 2020 sera suspendu. Celui-ci stipulait que la vente au détail des équipements de protection individuelle était "uniquement autorisée aux officines agréées".

    La suspension de cette disposition sera néanmoins évaluée constamment.  La Première ministre et les ministres-présidents assurent que "des mesures seront prises par le secteur de la grande distribution afin de s'assurer que cette vente se fasse de manière raisonnée et régulée de façon à éviter des achats de masse qui seraient au détriment de l'intérêt général." Ils ajoutent que "le secteur de la grande distribution s'est engagé à ne pas faire de l'accès à ces masques une opération commerciale ainsi qu'à garantir la qualité des produits vendus." Le secteur "s'engage à organiser la vente de telle manière que les conditions de respect de distanciation sociale soient assurées et qu'un maximum de foyers puisse avoir accès rapidement à un lot de masques", précise encore le communiqué.  

    Dès lundi, date qui marque le début du déconfinement en Belgique, le port d'une protection qui couvre la bouche et le nez sera fortement recommandé à partir de 12 ans dans l'espace public et obligatoire dans les transports en commun, selon la décision prise par le Conseil national de Sécurité le 24 avril dernier.

  • Italie: le bilan quotidien des décès repart à la hausse

    En Italie, le nombre de décès liés au Covid-19 a augmenté de 474 en une journée, contre une hausse journalière de 269 la veille, a annoncé l'Agence de la protection civile, soit le bilan quotidien le plus lourd depuis le 21avril.  

    Cette augmentation est liée principalement à une dégradation de la situation en Lombardie où 329 décès ont été recensés lors des dernières 24 heures, contre un chiffre de 88 la journée précédente.  Le nombre de nouvelles contaminations est resté quasiment stable pour le troisième jour consécutif à 1.900 cas, contre 1.965 annoncé la veille.  

    Au total, depuis la découverte du premier cas dans la péninsule le 21 février, l'épidémie de coronavirus a fait 28.710 morts et contaminé 209.328 personnes en Italie.  

    Le nombre de personnes actuellement contaminées a reculé à 100.704 contre 100.943 vendredi.  La baisse du nombre de patients traités en soins intensifs se poursuit, à 1.539 contre 1.578 la veille.  Sur l'ensemble des personnes contaminées, 79.914 sont considérées guéries contre 78.249 vendredi. 

  • GB: 621 décès de plus au Royaume-Uni, total de 28.131 morts

    621
    morts supplémentaires en Grande-Bretagne
    Le Royaume-Uni a recensé samedi 621 morts supplémentaires dus au nouveau coronavirus, portant le bilan total des décès à 28.131 dans le pays, le deuxième le plus touché en Europe, a annoncé le ministre du Logement, Robert Jenrick. Le nombre de contaminations officiellement comptabilisées atteint 182.260 cas (+4.806), a précisé le ministre lors d'une conférence de presse.

  • Plus de 240.000 morts dans le monde, selon l'AFP

    La pandémie de nouveau coronavirus a fait plus de 240.000 morts dans le monde, dont plus de 85% en Europe et aux Etats-Unis, depuis son apparition en Chine en décembre, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles.

    Au total, 240.231 décès ont été recensés dans le monde (pour 3.371.435 cas), dont 141.475 en Europe (1.516.635 cas), continent le plus touché. Les États-Unis sont le pays ayant enregistré le plus de morts (65.173), devant l'Italie (28.236), le Royaume-Uni (28.131), l'Espagne (25.100) et la France (24.594). 

  • Des masques monégasques en transit en Belgique

     Les masques buccaux arrivés à Monaco depuis la Belgique étaient en transit par ce pays mais ne lui ont jamais appartenu, a fait valoir samedi le gouvernement monégasque.

    "La Principauté de Monaco a juste été cliente de l'aéroport de Liège en faisant transiter des commandes monégasques en Chine par Liège, ni plus, ni moins", a indiqué Frédéric Cauderlier, porte-parole du gouvernement princier. "D'autres commandes sont passées par l'aéroport de Bruxelles, Amsterdam, Luxembourg, Paris, Milan, etc. Ces masques n'ont jamais appartenu à la Belgique", a ajouté M. Cauderlier. 

    Malgré les pénuries sur le plan national, la Belgique a accordé 284 autorisations depuis le 15 mars pour exporter des masques buccaux, des lunettes de protection et d'autres équipements de protection vers des pays hors de l'UE, relevait samedi nos confrères du Tijd. Une interdiction d'exportation des "équipements médicaux de protection individuelle" est en vigueur dans l'Union européenne depuis le 15 mars. Ce n'est que si un État membre donne son autorisation explicite qu'un tel envoi peut traverser la frontière européenne.  Monaco ne fait pas partie de l'Union européenne, mais bien de l'espace Schengen et de l'union douanière. 

  • Pas de reprise des courses cyclistes en France avant le 1er août

    La fédération française de cyclisme (FFC) a prolongé l'interdiction de toutes les courses cyclistes, dans toutes les disciplines, en France jusqu'à la fin du mois de juillet. "Cette décision, partagée avec la Ligue nationale du cyclisme, uniformise la perspective d'une reprise de l'ensemble des épreuves à partir du 1er août 2020, sous réserve de l'autorisation des autorités publiques", précise la FFC samedi dans son communiqué. 

     La pratique du cyclisme individuel sera réautorisé dans l'Hexagone à partir du 11 mai.

  • Le Sénégal vante les effets de la chloroquine pour traiter le Covid-19

     Face à la pandémie, le Sénégal a tôt fait le choix de suivre l'exemple du professeur français Didier Raoult et de généraliser la prescription, en milieu hospitalier, de l'hydroxychloroquine, antipaludique disponible sur le marché, au coeur d'une querelle internationale d'experts quant à son efficacité et son inocuité. 

    Les autorités sénégalaises ont dit leur intention de continuer à prescrire l'hydroxychloroquine aux malades du Covid-19 après une analyse préliminaire montrant une réduction de la durée d'hospitalisation, alors que le pays fait face à une augmentation constante de cas.  Elles ont aussi, devant cette hausse continue, annoncé leur décision de ne plus hospitaliser systématiquement les malades qui présenteraient pas ou peu de symptômes, mais de les isoler dans des sites ouverts à cet effet, afin de soulager les hôpitaux.  

    Elles ont aussi décidé de fermer les marchés de Dakar les samedis et dimanche et de réduire leur fréquence en semaine.  Les autorités sanitaires ont officiellement déclaré 1.115 cas de contamination et neuf décès au cours des deux mois depuis la confirmation de l'apparition du virus le 2 mars, selon un nouveau bilan communiqué dimanche. "Le constat majeur est que l'épidémie ne faiblit pas", a dit à la presse le ministre de la Santé, Abdoulaye Diouf Sarr.  Il a assuré que la pandémie restait sous contrôle. Mais il a souligné qu'en un mois le nombre de cas avait "plus que quintuplé" et que la transmission se produisait de plus en plus par une voie plus inquiétante et dite communautaire, c'est-à-dire sans lien établi entre les nouveaux cas et ceux déjà décelés.   

  • Les Madrilènes retrouvent le plaisir de sortir

    Des joggeurs et promeneurs à Madrid ce samedi 2 mai. ©AFP

    Les Espagnols sont de nouveau autorisés à sortir de chez eux à partir d'aujourd'hui pour se promener ou pratiquer le sport, après 48 jours de confinement très strict.

    Trop heureux de ressortir, les Madrilènes, entre autres, sont allés marcher, courir, pédaler sous le soleil pour jouir de cette autorisation de se balader et refaire du sport en plein air.

  • Le SPF Santé publique explique l'utilité du suivi des contacts des personnes contaminées

    "Grâce au suivi des contacts, nous pouvons ensemble contrer une éventuelle deuxième vague du virus", indique ce samedi le SPF Santé publique. De plus amples informations et explications sont disponibles sur le site www.info-coronavirus.be.

  • Projet de dépistage à domicile avant de pouvoir être admis à l'hôpital à Anvers

    L'hôpital universitaire d'Anvers (UZA) a annoncé ce samedi le lancement d'un projet pilote pour que les patients admis à l'hôpital pour le traitement d'une affection non liée au coronavirus puissent préalablement subir un test de dépistage du Covid-19 à domicile le plus tôt possible, a indiqué le directeur médical Guy Hans.

    Sept infirmières d'une organisation de soins à domicile ont été formées par l'UZA à cet effet, de sorte que jusqu'à 100 patients par jour puissent être testés. Les tests seront analysés au laboratoire de l'UZA, de manière à obtenir un résultat au plus tard la veille de l'admission prévue. "Si la personne en question s'avère être infectée, nous la contacterons pour reporter le rendez-vous si nécessaire", explique Guy Hans. "Si le traitement est urgent, nous admettrons bien sûr le patient, mais nous pourrons alors au moins prendre les dispositions nécessaires."

  • La pandémie de coronavirus pourrait durer 2 ans, selon un rapport

    D'après un rapport d'un groupe d'experts cité par l'agence Bloomberg, la pandémie de coronavirus pourrait durer jusqu'à deux ans et ne pourrait pas être contrôlée avant que deux tiers de la population mondiale soit immunisée.

    A cause de sa capacité à se propager à partir de personnes asymptomatiques, le virus pourrait être plus difficile à contrôler qu'une grippe, cause de la plupart des pandémies dans l'histoire récente, selon le Centre pour la recherche et la politique des maladies infectieuses de l'Université du Minnesota.

    Quelqu'un qui est porteur du virus pourrait être le plus contagieux avant l'apparition des symptômes, indique encore ce rapport.

  • Crainte d’un déconfinement trop précoce en Malaisie

    Les autorités malaisiennes ont défendu ce samedi leur plan visant à lever progressivement le confinement dû à la pandémie de coronavirus, alors que le nombre de nouvelles infections a bondi à son plus haut niveau en deux semaines.

    La plupart des entreprises réouvriront leurs portes lundi après six semaines de lockdown. Les écoles, cinémas et boîtes de nuit resteront fermés, tout comme les frontières du pays, tandis que les grands rassemblements resteront interdits. La décision de lever progressivement les restrictions a attiré des critiques, y compris de membres de la coalition au pouvoir, certains craignant que cet assouplissement intervienne trop tôt.

  • 8 milliards d'euros pour un vaccin, selon Merkel

    "D'après les estimations, il manque actuellement 8 milliards d'euros pour développer un vaccin."
    Angela Merkel
    Chancelière allemande

  • Aux USA, l'antiviral remdesivir reçoit une autorisation en urgence

    La Food and Drug Administration (FDA), l'autorité fédérale du médicament aux Etats-Unis, a accordé en urgence au groupe pharmaceutique Gilead Sciences  une autorisation de prescription de son antiviral expérimental remdesivir pour le traitement des patients atteints du Covid-19.

    La FDA et Donald Trump l'ont annoncé la nuit dernière. Lors d'une rencontre avec le président américain dans le bureau ovale de la Maison blanche, le directeur général de Gilead, Daniel O'Day, a présenté ce feu vert comme une première étape importante et ajouté que Gilead avait fait don d'un million et demi de doses de remdesivir.

  • Début de déconfinement très progressif en Espagne

    Tous les Espagnols sont de nouveau autorisés à sortir de chez eux depuis ce samedi pour se promener ou faire du sport après 48 jours de confinement très strict pour freiner l'épidémie de coronavirus.

    Après avoir déjà permis aux enfants de moins de 14 ans de sortir depuis le 26 avril, le gouvernement a de nouveau allégé les conditions du confinement imposé depuis le 14 mars, qui était l'un des plus stricts au monde. Auparavant les Espagnols n'étaient autorisés à quitter leur domicile que pour aller travailler, si le télétravail n'était pas possible, acheter à manger, se rendre à la pharmacie, chez le médecin ou promener brièvement leur chien.

  • En Belgique, 128 hospitalisations et 82 décès supplémentaires

    Ces dernières 24 heures, 128 nouvelles hospitalisations liées au coronavirus ont été enregistrées en Belgique, indique samedi Sciensano dans son bulletin épidémiologique hebdomadaire. Dans le sens inverse, 319 personnes ont quitté l'hôpital.

    On dénombre par ailleurs 82 décès supplémentaires, ce qui porte à 7.765 le total de morts dans le pays depuis le début de la crise sanitaire. Le pays n'avait pas compté moins de 100 décès en 24 heures depuis fin mars.

    689 patients se trouvent encore en soins intensifs, une baisse de 60 unités.

    Au cours des 24 dernières heures, 485 nouveaux cas ont encore été rapportés: 313 en Flandre, 128 en Wallonie et 44 à Bruxelles. Le total des cas confirmés s'élève désormais à 49.517.

    Dans le pays, 3.111 patients sont actuellement hospitalisés. Depuis le 15 mars, 12.211 personnes ont pu quitter l'hôpital et ont été déclarées guéries. Sur les 82 décès rapportés en ce lendemain de jour férié, 33 ont eu lieu à l'hôpital et 49 dans une maison de repos et de soins.

  • L'aéroport de Bruxelles-National échappe à l'obligation de porter un masque

    Le port du masque ne sera pas obligatoire à partir de lundi à Brussels Airport, indique ce samedi sa porte-parole. Mais la situation pourrait évoluer car les recommandations formulées par la Celeval, la Cellule d'évaluation chargée de remettre des avis de santé publique face à la pandémie, sont en cours d'analyse.

    Selon le prescrit du dernier arrêté ministériel sur les mesures d'urgence liées au coronavirus, "le citoyen à partir de l'âge de 12 ans est obligé de se couvrir la bouche et le nez avec un masque ou toute autre alternative en tissu dès l'entrée dans la gare, sur le quai ou un point d'arrêt, dans le bus, le (pré)métro, le tram, le train ou tout autre moyen de transport organisé par une autorité publique".

    Les aéroports ne sont pas cités et ne constituent pas un moyen de transport. Et Brussels Airport ne dépend pas d'une autorité publique. Il n'y a pas (encore) d'obligation pour le secteur aérien, note Brussels Airport. Le Celeval recommande toutefois fortement le port du masque dans les aéroports, les taxis qui y mènent ou en partent et les avions.

  • Vers des suppressions d'emplois à la SNCF en France

    En France, la SNCF a déjà subi un manque à gagner de deux milliards d'euros du fait de la crise sanitaire provoquée par l'épidémie de Covid-19, a déclaré ce samedi son PDG Jean-Pierre Farandou sur France Inter. Celui-ci a ajouté qu'il envisageait un plan d'aide de l'Etat et des suppressions de postes.

  • Le confinement a réduit les nuisances sonores

    Les nuisances sonores en Région bruxelloise et autour de Brussels Airport ont généralement été réduites de moitié durant le confinement lié à la pandémie de coronavirus, selon des mesures qu'a pu consulter VRT NWS.

    Les chiffres du département Environnement (Omgeving) de l'administration flamande montrent déjà que la pollution sonore autour de l'aéroport a diminué. Un phénomène principalement dû au nombre considérablement réduit de vols. S'il y avait encore environ 18.000 mouvements aériens en mars de l'année dernière, il n'y en a eu que 10.000 cette année. En avril, la baisse a été encore plus prononcée : de 19.000 mouvements, on est passé à environ 2.000 le mois dernier.

  • Des masques aux couleurs d'Anderlecht, de Bruges et du Standard

    Comme le Club de Bruges et le Standard de Liège avant lui, le Sporting d'Anderlecht a annoncé ce samedi mettre en vente des masques buccaux aux couleurs du club afin de lutter contre la pandémie de Covid-19.

    Le RSCA met en vente des paquets de trois masques au coût de 15 euros. Le Sporting bruxellois reversera 3 euros par paquet à l'hôpital Joseph Bracops, situé à quelques encablures du stade.

    Livrés à domicile à partir du 20 mai et disponibles au fan shop du club dès que les mesures gouvernementales le permettront, les masques peuvent être pré-commandés via le site du RSCA.

  • 237.137 morts dans le monde

    3,34 millions
    Cas de Covid-19 dans le monde
    Selon les calculs de l'agence Reuters, plus de 3,34 millions de personnes ont été testées positives au coronavirus dans le monde. 237.137 personnes sont décédées à cause de la pandémie.

  • En cas de deuxième vague, un "reconfinement" est déjà prévu

    Le Groupe d'experts en charge du déconfinement (GEES) consécutif à l'épidémie de coronavirus travaille déjà à un plan de reconfinement, confie ce samedi sa présidente Erika Vlieghe dans les colonnes du Soir. Elle espère toutefois qu'il ne devra pas servir. La cheffe du service des maladies infectieuses de l'hôpital universitaire d'Anvers estime qu'un rebond du coronavirus viendra. "Toute la question est de savoir quelle sera son ampleur."

    Selon Yves Van Laethem, infectiologue au CHU Saint-Pierre et porte-parole interfédéral de la lutte contre le Covid-19, "si les choses redémarrent fort, un confinement et des mesures bien plus drastiques à la chinoise sont possibles", prévient-il dans les journaux du groupe Sudpresse. "Je pense que, si les gens voient à nouveau une hausse de décès et les hôpitaux qui se remplissent, ils respecteront les nouvelles mesures."

  • Le vaccin "RRO" aurait un effet bénéfique face au coronavirus

    Selon la chaîne publique néerlandaise, citant une recherche britannique, une vaccination contre la rougeole, les oreillons, et la rubéole (ROR) pourrait conduire à une évolution plus légère du Covid-19. Des scientifiques de l'université de Cambridge et de l'hôpital universitaire de Luton, près de Londres, ont tenté de trouver une explication au fait que les personnes âgées sont particulièrement touchées par le Covid-19 et que les plus jeunes sont davantage épargnés. Ils ont examiné si le vaccin ROR, qui n'existe que depuis une quarantaine d'années, influence l'évolution des infections au coronavirus. Alors que les plus jeunes ont été vaccinés, une proportion importante de personnes âgées ont eu les oreillons, la rougeole et la rubéole.

    Christian Hoebe, docteur en lutte contre les maladies infectieuses à l'hôpital GGD Zuid-Limburg, n'est pas surpris par l'hypothèse des chercheurs britanniques. "On voit souvent que les vaccins à base de matériel vivant ont un effet global sur le système immunitaire. En général, c'est un effet secondaire négatif, maintenant il pourrait être plutôt bénéfique."

  • Un nouveau cas importé en Chine

    Les autorités sanitaires chinoises ont enregistré un nouveau cas de coronavirus le premier mai, contre 12 cas la veille. Ce nouveau cas était un cas "importé". La Chine n'a recensé aucune transmission locale ni aucun décès vendredi. Au total, selon les données officielles chinoises, le coronavirus a contaminé 82.875 personnes en Chine continentale et causé 4.633 décès.

  • Plus de 6.500 morts en Allemagne

    Le nombre de cas de contamination confirmés au coronavirus en Allemagne a grimpé à 161.703, selon les données publiées samedi par l'Institut Robert Koch (RKI) pour les maladies infectieuses. L'épidémie de Covid-19 a causé 94 décès supplémentaires, portant à 6.575 le nombre de morts dans le pays.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés