Publicité

Une enquête sur l'OMS "au moment approprié"

Le secrétaire général de l'OMS, Tedros Ghebreyesus, prenant la parole pour la première réunion virtuelle de l'Organisation mondiale de la Santé. ©AFP

La réponse au Covid-19 par l’OMS fera l’objet d’une enquête indépendante, a annoncé son secrétaire général au cours de l’Assemblée annuelle de l’organisation.

En plein bras-de-fer entre les États-Unis et la Chine, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) tente cette semaine de remettre la coopération internationale au cœur de l’échiquier. Son assemblée générale, qui réunit 194 membres, se réunit pour la première fois en visioconférence ces lundi et mardi et planche sur une résolution qui, si elle était adoptée, serait le premier consensus politique mondial sur le sujet.

Anticipant la demande de plusieurs États, le secrétaire général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a annoncé lundi que des enquêtes indépendantes seront lancées "dès que possible" sur la manière dont l'organisation a réagi à cette crise. La résolution en débat en appelle notamment à "un processus d'évaluation" de la réaction face à la pandémie et notamment des mesures prises par l'OMS. L’organisation fait l'objet de critiques parfois violentes de la part de certains pays. Les États-Unis ont suspendu leur contribution financière (pour deux mois) en reprochant à l'organisation de s’être montrée trop proche de la Chine – et accusant celle-ci d’avoir manqué de transparence.

Bien public

Des dirigeants comme le Français Emmanuel Macron et le Chinois Xi Jinping ont indiqué que le futur vaccin contre la Covid devrait être un "bien public mondial", accessible à chacun. La résolution sur le métier, portée par l’Union européenne, réclame aussi, plus largement, "l'accès universel, rapide et équitable de tous les produits […] nécessaires à la riposte contre la pandémie".

Parmi les dizaines de projets de vaccin en cours à travers le monde, la Chine en a déjà cinq en test sur des humains, a-t-on appris lundi. Les États-Unis l’accusent d’entraver la recherche mondiale dans ce domaine.

Les États-Unis ont par ailleurs condamné l'exclusion de Taïwan de l’Assemblée, alors que l’île est mise au ban depuis 2016 par Pékin en raison du rejet du principe d’unité de la Chine par la présidente en poste à Taipei. Dans un communiqué, le ministre des Affaires étrangères Mike Pompeo a estimé que le directeur général de l'OMS "avait le pouvoir légal" pour inviter Taïwan et reproché à l'organisation de "faire de la politique politicienne", alors que l’île, qui se trouve à un millier de kilomètres de Wuhan, a brillé par la qualité de sa réponse au virus.

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a de son côté critiqué les pays qui ont "ignoré" les recommandations de l'OMS. Les États-Unis, en troisième ligne derrière la Chine et l’Union européenne, sont aujourd’hui le pays le plus durement touché par la pandémie.

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité