Publicité

Une étude établit la cause des risques de caillots chez AstraZeneca et Johnson & Johnson

La Belgique a limité l'administration des vaccins AstraZeneca et Johnson & Johnson aux personnes âgées de 41 ans et plus. ©AFP

Des chercheurs allemands pensent avoir trouvé la cause des rares cas de thromboses qui se sont déclarés chez des personnes après l'injection du vaccin anti-coronavirus à vecteur adénoviral.

Depuis plusieurs semaines, des scientifiques européens et américains cherchent désespérément la cause des cas rares de caillots sanguins diagnostiqués chez certains patients ayant reçu le vaccin d'AstraZeneca ou Johnson & Johnson. La réponse nous viendrait de chercheurs allemands de l'université Goethe de Francfort.

Après avoir réalisé des tests en laboratoire, ces scientifiques ont déclaré que les vaccins anti-Covid-19 à vecteur adénoviral envoient une partie de leur "charge" utile dans le noyau des cellules, où certaines des instructions pour la fabrication de la protéine Spike (ou protéine S) du coronavirus peuvent être mal lues. Les protéines qui en résultent pourraient alors potentiellement déclencher des troubles de la coagulation sanguine chez un nombre restreint de personnes.

Sûreté des vaccins à ARNm

La majorité des tests de diagnostic et des vaccins ont été conçus à partir de cette protéine Spike via laquelle le virus se fixe aux cellules pour commencer le processus d'infection. L'article suggère que les fabricants de vaccins utilisant des vecteurs adénoviraux pourraient modifier la séquence de la protéine Spike "afin d'accroître la sécurité de ces produits pharmaceutiques".

"Tous les vaccins à base d'ARNm (Pfizer et Moderna) devraient représenter des produits sûrs."
Les auteurs de l'étude

Les chercheurs expliquent par ailleurs que les vaccins à ARN messager (ARNm), tels que ceux développés par Pfizer/BioNTech et Moderna, délivrent le matériel génétique de la protéine Spike uniquement au fluide présent à l'intérieur des cellules, et non au noyau. "Tous les vaccins à base d'ARNm devraient représenter des produits sûrs", indique l'étude allemande.

Prudence

Suite à la publication de cette étude, le groupe pharmaceutique Johnson & Johnson a déclaré "soutenir la poursuite de la recherche et de l'analyse de cet événement rare en collaboration avec des experts médicaux et les autorités sanitaires mondiales". "Nous sommes impatients d'examiner et de partager les données dès qu'elles seront disponibles", ajoutent-ils. AstraZeneca s'est pour sa part refusé à tout commentaire.

Cette étude est toutefois à prendre avec pincettes, n'ayant pas encore été examinée par des pairs. D'autres scientifiques ont par ailleurs proposé des théories concurrentes pour expliquer la cause de ces thromboses. Mais reste-t-il que cette étude représente un premier pas pour comprendre comment se forment les caillots sanguins. Et faire avancer la lutte contre la pandémie alors que de nombreux gouvernements ont limité l'usage des vaccins à vecteur adénoviral à certains groupes d'âge.

Réservés aux 41 ans et plus

En Belgique, le vaccin AstraZeneca est ainsi réservé aux personnes âgées de 41 ans et plus, après avoir d'abord été suspendu puis limité aux plus de 56 ans. Et pas plus tard que ce mercredi, notre pays a également décidé d'administrer le vaccin Johnson & Johnson uniquement aux personnes à partir de 41 ans.

142.800
doses livrées
La Belgique a commandé 5 millions de doses de J&J, mais table désormais sur un million. Seules 142.800 doses de ce produit ont jusqu'à présent été livrées.

Il s'agit d'une mesure de prudence en attendant de nouveaux résultats sur le produit. La Belgique a demandé à l'Agence européenne des médicaments "d'évaluer le plus rapidement possible le lien entre le décès et l'administration du vaccin", et attend qu'elle établisse un point plus poussé sur les avantages et inconvénients de celui-ci.

En attendant, l'offre disponible pour le grand public se limitera à Pfizer et Moderna pour les moins de 41 ans. Avec un impact "très limité à court terme" sur la campagne de vaccination, assurait jeudi la task force spécialisée. Rappelons que le contrat passé par la Belgique avec Johnson & Johnson portait initialement sur 5 millions de doses. Une estimation qui est passée à un million, vu les retards rencontrés. Seules quelque 142.800 doses ont été réceptionnées jusqu'ici, et aucune autre livraison n'est prévue dans les prochaines semaines.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité