Une heure pour sauver la culture

Les festivals, comme ici Couleur Café, ne pourront se tenir durant l'été. ©BELGA

Ce mardi se tient une réunion interministérielle consacrée au secteur culturel. Neuf ministres y discuteront durant une heure des mesures de soutien à apporter au secteur. Il faudra aller vite.

"Derrière les mots secteur culturel, festivals, événements, il y a des gens. Des artistes, qui se demandent toujours comment ils vont payer leur loyer, ce qu’ils vont mettre dans l’assiette de leurs enfants." Ce cri du cœur vient de Maxime Dechesne, co-administrateur de la coopérative Smart. Et c’est notamment à cet appel que devrait tenter de répondre la conférence interministérielle qui a été convoquée aujourd’hui.

La réunion sera courte, à peine une heure, alors que les sujets ont nombreux. Autant que le nombre de participants. La conférence a en effet convoqué tous les ministres qui, de près ou de loin, peuvent apporter leur soutien au secteur culturel. Ils sont tous réunis dans un tableau qui ne tient pas sur un post-it, mais sur une page A 4: Sophie Wilmès, en charge des institutions culturelles fédérales, David Clarinval (politique scientifique), Nathalie Muylle (emploi, pour la question du chômage économique), Alexander De Croo (Finances, il gère le tax shelter), et les cinq ministres régionaux et communautaires ayant en charge la culture (Pascal Smet, Rudi Vervoort, Isabelle Weykmans, Bénédicte Linard, Jan Jambon). Un panel qui illustre bien la nécessité de remettre de la coordination dans les actions à mener pour sauver les artistes de la noyade. 

Urgence

Il y a urgence. Depuis la mi-mars, 93% des activités du secteur sont à l’arrêt. Les artistes étaient déjà démunis, coincés dans un statut qui ne leur offrait qu’un maigre filet social. Travaillant souvent par intermittence, ils ne bénéficient du chômage qu'à des conditions strictes : justifier 156 jours de prestations artistiques sur 18 mois, ou valoriser leurs cachets, ce qui leur ouvre le droit aux allocations en échappant au principe de la dégressivité. Avec le Covid et la mise sous cloche du secteur, beaucoup d’artistes n’arriveront plus à répondre aux critères d’accès au chômage, et vont donc se retrouver sans revenus.

93%
.
Environ 93% du secteur culturel a été mis à l'arrêt avec le confinement.

Ce mardi, les différents ministres vont aborder deux sujets. D’une part, les conditions de reprise de certaines activités. Car contrairement aux commerces, la culture ne peut pas encore monter dans le train du déconfinement. L’idée serait donc d’arriver à un avis commun donnant un signal d'espoir aux arts vivants, au-delà des décisions prises pour les musées et les bibliothèques. Avis qui sera transmis au Conseil national de sécurité de mercredi.

Mesures de soutien

L’autre volet portera sur les mesures de soutien. Certaines ont déjà été prises en ordre dispersé. Il y a par exemple le fonds d’urgence de la FWB annoncé mi-avril (les opérateurs ont jusqu'au 18 mai pour rentrer leurs demandes). Du côté du Fédéral, la ministre de l’Emploi Nathalie Muylle a annoncé une immunisation des trois mois de crise pour la conservation du statut d’artiste. Un geste qui risque d’être insuffisant compte tenu du confinement prolongé. Fin de la semaine dernière, l’accès au chômage temporaire a été élargi pour les artistes. Côté fiscalité, les règles d’investissements dans le tax shelter ont aussi été assouplies. Mais tout cela doit encore être confirmé et coulé dans des textes. C’est aussi de cela que discuteront les 9 ministres.

Ce week-end, le MR a déjà annoncé avoir l’intention de peser dans les débats. Les libéraux, présents à tous les niveaux de pouvoir, ont rédigé un vaste plan de sauvetage du secteur culturel. Un certain nombre de points (tax shelter, chômage, statut, normes sanitaires assouplies,…) sont déjà sur la table. Mais en une heure de réunion, pas sûr que d’autres nouveautés bleues (chèque culture, fiscalité des Gafam,...) puissent être abordées.

Il y a déjà un accord entre flamands et francophones pour "donner des perspectives de déconfinement au secteur" de la culture, qui a lancé cette semaine un appel à l'aide, selon la ministre de la Culture de Fédération Wallonie-Bruxelles Bénédicte Linard (Ecolo), intervenant ce mardi matin au micro de La Première (RTBF).

Ces discussions se poursuivront et devraient se préciser ce mardi à l'issue de la Conférence interministérielle. Selon la ministre Linard, cela fait plusieurs semaines qu'une sorte de plan de déconfinement culturel se prépare, avec des perspectives de reprise progressive et en fonction du secteur précis "pour les mois de mai, de juin, et l'été, en différentes étapes. On a essayé de se calquer sur les phases proposées par le Conseil national de sécurité", précise-t-elle. 

Flandre et Fédération Wallonie-Bruxelles se sont concertées et "on a un accord", assure la ministre écologiste. Vu le nombre d'emplois dépendant du secteur de la culture, on ne peut pas attendre la commercialisation d'un vaccin pour le faire revivre, laisse-t-elle entendre. En fonction de la tenue d'une activité en intérieur ou extérieur, du respect d'une certaine distance, etc, "on peut imaginer que certaines activités puissent reprendre"

Lire également

Publicité
Publicité