Publicité

Une partie du personnel de la Ville de Bruxelles en chômage économique

En raison de la crise sanitaire du Covid-19, la Ville de Bruxelles met une partie du personnel communal en chômage économique. ©Photo News

À la Ville de Bruxelles, un millier d'agents contractuels vont se retrouver en chômage économique. Mais la perte de salaire sera compensée par le niveau communal.

La Ville de Bruxelles a décidé de mettre une partie de son personnel contractuel en chômage économique. La mesure concerne entre 800 et 1.000 agents qui se retrouvent dans l'incapacité de poursuivre leur travail en raison de la crise sanitaire et pour lesquels le télétravail est impossible à mettre en place. Dans une circulaire, la tutelle régionale avait recommandé de placer l'ensemble du personnel ne pouvant pas être réorienté vers d'autres activités en dispense de service pour cas de force majeure.

"Les agents ne seront pas pénalisés. Leur salaire brut est garanti et ils conserveront le même nombre de jours de congé."
Faouzia Hariche (PS)
Échevine en charge du personnel

Cela permet au personnel de conserver sa rémunération et les avantages qui y sont liés et de ne pas créer de discrimination entre les agents statutaires et les contractuels. Dans le cas où d'autres dispositions étaient prises vis-à-vis du personnel sous contrat de travail, le ministre bruxellois des Pouvoirs locaux Bernard Clerfayt (DéFI) invitait les communes à compenser partiellement ou totalement la perte nette de rémunération.

Selon nos informations, la Ville est l'unique localité de la Région bruxelloise à avoir opté pour cette option qui permettra de reporter la charge de certains salaires sur le niveau fédéral. Le montant des allocations de chômage temporaire est fixé, durant à la crise, à 70% de la dernière rémunération perçue et les 30% restants seront compensés par la Ville de Bruxelles. "Les agents ne seront pas pénalisés. Leur salaire brut est garanti et ils conserveront le même nombre de jours de congé", précise Faouzia Hariche (PS), échevine en charge du personnel.

Anticiper les déficits des hôpitaux publics

L'échevine socialiste justifie le recours au chômage économique par une baisse importante des recettes (horodateurs, festivals, marchés...) et les charges plus élevées auxquelles la Ville de Bruxelles fait face. "Nous allons subir des répercussions plus importantes que d'autres communes, en raison notamment de la présence de quatre hôpitaux publics sur notre territoire. On ne sait pas quelle sera leur situation financière à l'issue de la crise.

"Nous allons subir des répercussions plus importantes que d'autres communes, en raison notamment de la présence de quatre hôpitaux publics sur notre territoire. On ne sait pas quelle sera leur situation financière à l'issue de la crise."
Faouzia Hariche

Même s'ils reçoivent une aide spéciale du Fédéral, les éventuels déficits seront à charge exclusive de la Ville de Bruxelles. "C'est la prudence qui a guidé cette décision", assure Faouzia Hariche. "On n'a pas envie d'attendre sans rien faire le compte au mois de mars dans un an et se rendre compte trop tard que c'est la catastrophe et qu'il faut licencier un grand nombre de gens. Je comprends que le mot chômage puisse faire peur mais il s'agit ici d'une décision éclairée visant à limiter les risques pour l'avenir et à éviter de devoir se séparer définitivement d'agents communaux."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité