Une période de quarantaine raccourcie à l'étude

La Première ministre Sophie Wilmès et le ministre Philippe De Backer vont examiner la faisabilité d'une quarantaine limitée à cinq jours. ©BELGA

Des ministres ont demandé aux experts d'examiner si la quarantaine de 14 jours pour les personnes ayant eu des contacts à haut risque est toujours nécessaire.

Actuellement, toute personne revenant d'une zone rouge ou ayant eu un contact rapproché avec une personne positive au coronavirus doit elle-même être testée et mise en quarantaine pendant 14 jours. Cette durée a été choisie en raison de la période d'incubation du virus. Après neuf jours, les personnes mises en quarantaine peuvent demander un deuxième test. Si celui-ci est négatif, l'isolement prend fin.

Mais cette période est trop longue pour le microbiologiste Herman Goossens (Université d'Anvers) qui souligne les conséquences sociales d'un tel isolement à De Morgen. "La politique de quarantaine doit être affinée, en réduisant la durée des tests et en les rendant de plus en plus précis."

Vers une quarantaine de cinq jours?

Les ministres formant la conférence interministérielle Santé publique ont ainsi examiné ce mercredi si nous devions conserver cette quarantaine de deux semaines. "Lorsque la science apporte de nouvelles connaissances, nous devons être ouverts à celles-ci", explique le ministre Philippe De Backer (Open VLD).

Le virologue allemand Christian Drosten plaide lui pour une quarantaine de cinq jours seulement. "Nous allons soumettre cela à une enquête approfondie", indique pour sa part le virologue Steven Van Gucht, bien qu'il trouve qu'une telle période soit trop courte. "La période d'incubation médiane du virus est de cinq jours, nous risquons donc de manquer la moitié des infections" lors du test. "Nous devons peser les risques", avec des résultats attendus dans quelques semaines.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité