Publicité

Une prime compensatoire de 2.000 € pour les petites entreprises bruxelloises

Selon Barbara Trachte (Ecolo), cette prime va permettre de soutenir des secteurs qui sont fortement touchés même s'ils n'étaient pas formellement obligés de fermer. ©Photo News

Cette nouvelle prime unique est destinée aux sociétés de moins de cinq ETP qui n'ont pas été forcées de stopper leurs activités mais qui sont néanmoins fortement impactées par la crise sanitaire.

Après avoir mis sur les rails la prime de 4.000 euros destinée uniquement aux entreprises dont la fermeture a été rendue obligatoire par le Conseil national de sécurité, le gouvernement bruxellois s'est penché sur l'aide à apporter aux sociétés n'ayant pas été forcées de stopper leurs activités mais qui sont malgré tout fortement impactées par la crise du coronavirus. On connait désormais les contours de cette prime compensatoire. D'un montant fixe de 2.000 euros, celle-ci s'adresse aux indépendants ainsi qu'aux entreprises ayant un maximum de cinq équivalents temps plein (ETP). Un budget total de 100 millions d'euros est consacré par l'exécutif régional à cette mesure.

Contrairement à la prime de 4.000 euros, le secteur d'activité n'a donc pas d'impact sur l'obtention la prime de 2.000 euros qui a surtout pour vocation de soutenir les petites structures, explique la secrétaire d'État bruxelloise à la transition écologique. "Les premiers monitorings ont démontré que les secteurs les plus touchés étaient l'évènementiel, l'horeca et la distribution, mais aussi que ce sont les petites entreprises qui sont les premières touchées par la crise. Ce sont elles qui font le plus rapidement face à des problèmes de liquidité. C'est donc là que nous devons concentrer nos efforts", estime Barbara Trachte (Ecolo).

La philosophie est la même que pour la prime de 4.000 euros: permettre aux entrepreneurs de couvrir leurs frais fixes et ainsi apporter un complément aux aides du fédéral, à savoir le chômage économique ou le droit passerelle.

Soutien à l'économie locale

"On ne voudrait pas qu'à la fin de cette crise, il ne reste que des grandes sociétés comme Amazon pour répondre aux besoins de la population bruxelloise!"
Barbara Trachte
Secrétaire d'État bruxelloise à la Transition écologique

Aux yeux de la ministre écologiste, il s'agit d'une mesure économique mais également sociale. "Cette prime ne sert pas à améliorer des bilans ou à soutenir des actionnaires, on soutient l'économie réelle, locale et les familles qui vivent de ces petites entreprises et de ces commerces. On les empêche de tomber dans la pauvreté. On ne voudrait pas qu'à la fin de cette crise, il ne reste que des grandes sociétés comme Amazon pour répondre aux besoins de la population bruxelloise!"

Barbara Trachte précise que certaines modalités doivent encore être décidées. Les petits entrepreneurs doivent donc s'armer de patience. Mais une fois que la machine administrative est en route, cela va très vite, assure-t-elle. Une semaine après la mise en ligne du formulaire pour la prime de 4.000 euros, pas moins de 10.000 demandes ont été enregistrées et 7.500 paiements sont d'ores et déjà en cours.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité